Jump to content


Rugby League World Issue 402

Try our Fantastic 5-Issue Bundle Offer! For just £18, a saving of 10% on the regular cover price, you’ll get:
The Play-offs Issue - pictured (out 12 Sept) – Covering the climax of the Super League & Championship seasons
The Grand Finals Issue (out 17 Oct) – Grand Final excitement from both sides of the world plus Four Nations preview
The Four Nations Issue (out 21 Nov) – Fantastic coverage of the Four Nations tournament down under
The Golden Boot Issue (out 19 Dec) – A look back at the 2014 season plus the big reveal of the winner of the Golden Boot
The 2015 Season Preview Issue (out 23 Jan) – How will your team perform in 2015? We preview every club.


League Express

Podcast

Photo
* * * * * 1 votes

LER saison 2012-2013


  • Please log in to reply
327 replies to this topic

#321 Philippe Barrau

Philippe Barrau
  • Moderator
  • 9,086 posts

Posted 07 May 2013 - 04:48 AM

Par Bastien Souperbie sudouest.fr

 

Lot-et-Garonne : un club de rugby victime collatérale de l'affaire Cahuzac  

Villeneuve XIII, menacé de faillite, lance un SOS. Il manque 50 000 euros au club pour boucler son budget. La faute à l’affaire Cahuzac

1044721_1233558_460x306.jpg « En dessous de 350 000 euros de budget, ce n’est pas possible », affirme Michel Thiolat qui juge « inenvisageable » une descente en deuxième division. (photo archives « sud ouest »)

L’affaire Cahuzac a tondu les Léopards d’Aquitaine. Les conséquences de la disparition de l’ancien ministre du paysage lot-et-garonnais ne se limitent pas au domaine politique mais, plus surprenant, au domaine sportif. Le club de Villeneuve XIII est aujourd’hui exsangue, menacé purement et simplement de liquidation. « Sans un apport de 50 000 euros pour boucler le budget d’ici quinze jours à trois semaines, c’est la faillite », explique Michel Thiolat, le président des Léopards.

La faute à la défection de deux partenaires qui devaient mettre au pot, à la demande de Jérôme Cahuzac. Ce dernier n’étant plus là, les deux partenaires attendus auraient donc fait faux bond. Avec un budget de 350 000 euros, un tel trou n’est pas une paille « dans un contexte économique difficile » et ce, « en dépit des efforts consentis pour réduire au maximum les dépenses inhérentes à tout club évoluant en élite ».

Michel Thiolat en appelle donc à la générosité de la grande famille treiziste pour sauver le club. Il lui adresse ainsi une lettre ouverte : « Le comité directeur et moi-même lançons un appel à tous ceux qui ne peuvent imaginer notre ville sans son club phare, qui a toujours su donner à Villeneuve une image positive et valorisante dans l’Hexagone et bien au-delà de nos frontières. Devant les dangers qui menacent l’avenir de Villeneuve XIII, j’adresse cet appel en direction de tous les amis du club, l’amicale des anciens, les membres de la table ovale, les entrepreneurs et les commerçants, les politiques et les collectivités locales », écrit Michel Thiolat qui rappelle que Villeneuve XIII dispose du plus petit budget du championnat élite.

La faiblesse du XIII

Si l’affaire Cahuzac a précipité les choses, le club villeneuvois paie ici une insigne précarité causée par une faiblesse structurelle du XIII français. à l’exception notable des Dragons catalans dont l’inscription dans le championnat anglais lui assure couverture médiatique, public nombreux (près de 10 000 personnes à chaque match au stade Gilbert-Brutus de Perpignan) et rentrées lucratives de sponsoring. Au XIII, les faillites ne sont pas rares. Ces dernières années, Saint-Gaudens et Montpellier ont été rayés de l’élite pour des problèmes financiers. Face à un XV tout puissant qui attire à lui tous les feux médiatiques et les sponsors (de nombreux industriels villeneuvois sponsorisent le SUA), le XIII souffre du manque de lisibilité de son championnat.

À Villeneuve, les affluences au stade sont souvent faméliques en tous les cas, très loin de l’époque glorieuse du début des années 2000 quand les vert et blanc collectionnaient les titres. Une première faillite en 2005 avait sonné le glas de ses ambitions et ouvert l’ère des vaches maigres pour le club d’une ville, qui fut, rappelons-le, le berceau historique du XIII en France. Jérôme Cahuzac savait combien la situation était dégradée et dégradable. Il avait déjà fait jouer son réseau dans les années 2000 quand il avait attiré Upsa comme sponsor. Ces dernières années, le député-maire usait même de sa réserve parlementaire pour venir en aide à hauteur de 40 000 euros aux Léopards.

Selon Michel Thiolat, cette manne devrait encore bénéficier au club cette année. Mais quid de l’année prochaine si d’aventure le trou de 50 000 euros est comblé ? Comment composer un budget auquel contribuent grandement les collectivités (la mairie donne 66 000 euros, le Conseil général 50 000 euros et la Région 38 000 euros) qui elles aussi font face à des complications budgétaires ? « En dessous de 350 000 euros, ce n’est pas possible », affirme Michel Thiolat qui juge « inenvisageable » une descente en deuxième division. « Sans Villeneuve, le XIII serait perdu dans le département ».

à la croisée des chemins

Michel Thiolat croit pourtant en l’avenir. « Notre objectif c’est de composer une équipe à 100 % villeneuvoise et de miser essentiellement sur notre centre de formation que beaucoup de clubs envient. Le rugby à XIII bénéficie maintenant d’une large couverture médiatique par Beinsport et est appelé à connaître un renouveau national et international qui s’annonce prometteur. Nous sommes à la croisée des chemins, sauver le club est à notre portée, pour cela un effort de toute la famille treiziste est indispensable ».

Pour faire un don ou apporter son soutien financier : tél. 06 47 89 05 36 ou 06 27 85 00 20.



#322 Philippe Barrau

Philippe Barrau
  • Moderator
  • 9,086 posts

Posted 07 May 2013 - 09:53 AM

Le club de rugby de Villeneuve-sur-Lot, victime de l'affaire Cahuzac

Le Club de rugby de Villeneuve-sur-Lot est en grande difficulté financière. Deux partenaires financiers proches de Jérôme Cahuzac renoncent à le sponsoriser.


«Sans un apport de 50.000 euros pour boucler le budget d'ici quinze jours à trois semaines, c'est la faillite» déplore Michel Thiolat, président du club de rugby à XIII, dans une lettre ouverte publiée en forme de SOS sur le site de la Dépêche et de Sud Ouest .

Cette situation est liée, selon le journal, au départ de deux partenaires financiers du club de rugby: amenés par Jérôme Cahuzac, ils auraient renoncé à leur sponsoring. Un départ sans rapport avec le scandale provoqué par la découverte des comptes étrangers de l'ancien ministre, croit savoir le président du club: «Les gens changent d'avis… Les choses ont traîné», explique-t-il.

Il n'empêche, la majorité des sponsors du club ont été démarchés par l'ancien ministre du Budget, ami du président des Léopards de Villeneuve. «Généralement, les subventions arrivent par des relations», estime Michel Thiolat. Les sponsors trouvés par l'ancien ministre du Budget ne sont d'ailleurs pas n'importes lesquels. Au début des années 2000, lors des années de gloire du club, Jérôme Cahuzac, alors député-maire de Villeneuve- sur-Lot, avait fait jouer ses relations de «Cahuzac Conseil», une Eurl qui travaillait exclusivement pour l'industrie pharmaceutique, et il avait ainsi réussi à obtenir un partenariat avec les laboratoires Upsa.

Faillites de clubs courantes

Mais son investissement est aussi un financement personnel. Depuis son élection en 1997, en tant que député de la troisième circonscription du Lot-et-Garonne, Jérôme Cahuzac donnait tous les ans près de «40.000 euros de sa réserve parlementaire pour financer les Léopards de Villeneuve» selon la mairie. Rien d'anormal, car cette manne financière est accordée aux élus parlementaires pour subventionner des associations et des collectivités de leur circonscription. Mais cette année, le club touchera cette somme pour la dernière fois.

Viendront s'ajouter des subventions de la région (38.000 euros), du conseil général (50.000 euros) et de la municipalité (66.000euros). Quelques 50.000 euros manquent toutefois à l'appel pour boucler le budget.

Dans le rugby à XIII français, les faillites de clubs sont courantes, les médias se tournant principalement vers le rugby à XV, fortement développé dans le Sud-Ouest de la France. Déjà victime d'un système économique bancal, le club de Villeneuve a fait les frais de l'affaire Cahuzac et risque de voir descendre son équipe dans une division inférieure
.



#323 Philippe Barrau

Philippe Barrau
  • Moderator
  • 9,086 posts

Posted 07 May 2013 - 03:55 PM

Pia, un champion de France sans président

Le 07 mai à 6h00 par Recueilli par B.O  lindependant.fr

pia-un-champion-de-france-sans-presidentPHOTO/Photo P.. R

Suspendu pour six ans de toutes fonctions au sein de son club de SM Pia, Marc Ambert n'a pas lâché son club en route, travaillant dans l'ombre de son frère, Philippe Ambert. Mais les récents champions de France en titre, n'ont plus de président. D'ici une dizaine de jours, un nouvel homme fort devrait être nommé. Marc, comment s'est passée la réorganisation du club après votre suspension ? Mon frère est venu nous aider pour dépanner. Philippe Ambert a pris l'intérim auprès des banques et des organismes publics, étant donné que j'ai été suspendu pour six ans. La blessure est encore très présente... Oui, mais je ne suis pas là pour briller, plutôt pour faire avancer mon club et mon village. Il y a eu, au-delà de ma suspension, un manque à gagner avec l'exclusion de la Coupe et les joueurs à payer avec une seule compétition à disputer. Il a fallu aussi payer avant cette finale l'amende de 10 000 euros. Cette finale, comment l'avez-vous vécue ? Déjà, je tiens à féliciter cette très belle équipe de Saint-Estève/XIII Catalan qui n'était pas là par hasard et qui est en complète progression. Je suis heureux que nous n'ayons pas sous-estimé cet adversaire. Et puis, il y a la touche de leur entraîneur Steve Deakin, qui est un coach très professionnel. Nous n'avons pas reproduit la même faute que la saison passée. On a abordé ce match avec méfiance. Cette finale a été la confirmation d'une saison exemplaire mais aussi la confirmation d'un pur joyau, Maxime Grésèque, qui en demi-finale et en finale a été brillant. Il est revenu sur son terrain de formation par la grande porte. Qui pour prendre votre succession à la tête de SM Pia ? J'ai assuré la saison tout en étant écarté, ça m'a fatigué. Je voulais cette réponse sur le terrain. Maintenant, place à l'avenir. Je n'ai signé aucun contrat avec les joueurs pour la prochaine saison. Moi, je suis fatigué, usé, et je suis tombé dans un traquenard. J'ai juste demandé des comptes après une finale perdue, c'est tout, je n'ai insulté, ni menacé personne. Le temps presse tout de même pour préparer le prochain exercice... Oui, d'ici dix jours, un nom sortira du chapeau. Tout va bien quand même, il y a un bon staff, des joueurs qui veulent rester et qui sont demandeurs. Je reviendrai dans six ans. Il y a eu cette réponse des joueurs sur le terrain avec ce titre de champion, c'est la plus belle récompense. Il n'y a aucun autre commentaire à faire. Le Pia de Comtat et Tandy est devenu dimanche champion de France.



#324 Philippe Barrau

Philippe Barrau
  • Moderator
  • 9,086 posts

Posted 11 May 2013 - 06:56 PM

Villeneuve-sur-Lot. Michel Thiolat : «J'ai besoin de tout le monde»

Publié le 11/05/2013 à 08:10

villeneuve XIII
201305112178-full.jpg

Michel Thiolat, président de Villeneuve XIII : «50 000€, ce serait bien. Même moins, cela nous aiderait».

zoom.png

Le 6 mai, à travers une lettre ouverte, le président de Villeneuve rugby league XII, Michel Thiolat, lançait un appel aux dons afin de boucler le budget du club.

Le club Villeneuve rugby league XIII traverse une période difficile. En début de semaine, le président Michel Thiolat lançait un appel pour la survie de son club. Un appel aux dons afin de combler tout ou en bonne partie le déficit qu'enregistre le club en cette fin de saison 2013-2013. Un déficit de l'ordre de 50 000€. «Le déficit est dû à la défection de deux sponsors que l'on m'avait trouvé. Si ces deux sponsors étaient restés, nous aurions bouclé notre budget. Les aléas, la crise économique, font qu'ils se retirent, indique Michel Thiolat. Il y a aussi les charges qui nous tuent. Si nous arrivons à récolter 50 000€, ce serait bien. Même moins, cela nous aiderait, et je pense que j'aurai une solution pour continuer l'an prochain. Le club restera en Elite, c'est la seule équipe en Lot-et-Garonne, avec le SUA pour le XV, qui joue à ce niveau. Il n'est pas question de descendre !».

Hier, quelques dons étaient arrivés au club. «Il n'y en a pas beaucoup pour l'instant. Les donateurs sont des gens de Villeneuve et des alentours. Nous avons aussi quelqu'un de Carcassonne. Je rentre lundi et je verrai s'il y a eu davantage de dons. Nous nous accordons trois semaines, un mois, afin de voir si les gens répondent à notre appel. Nous avons besoin de tout le monde, de toutes les bonnes volontés : les amis du club, les commerçants, les chefs d'entreprise, les artisans, les politiques, les collectivités locales… Nous comptons sur la mairie et, à la rigueur, sur la communauté d'agglomération du Grand Villeneuvois».

L'objectif, la saison prochaine est de composer une équipe 100 % villeneuvoise. «En gros, nous l'avons toujours fait. Actuellement, nous avons un ou deux étrangers que nous aimerions peut-être garder pour la saison prochaine».

Pour les dons : contacter le 06 47 89 05 36 ou le 06 27 85 00 20.J.F.

repères Le chiffre : 350

MILLE > Euros. C'est le budget annuel de Villeneuve rugby league XIII pour une saison.

Une majorité de petits sponsors

«Le club de Villeneuve XIII compte une majorité de petits sponsors qui apportent 300€, 500€», indique Michel Thiolat, qui espère que les plus gros sponsors, pour la saison prochaine, «se mouilleront» un peu plus. Les collectivités contribuent également au budget du club en accordant des subventions : mairie, 66 000€; conseil général, 50 000€; conseil régional, 38 000€. Quant à la réserve parlementaire, le président Michel Thiolat consent à dire : «C'est arrivé une ou deux fois qu'elle nous soit donnée».

La Dépêche du Midi



#325 Philippe Barrau

Philippe Barrau
  • Moderator
  • 9,086 posts

Posted 16 May 2013 - 06:10 AM

Duel de présidents hier soir au comité directeur de l'ASC

Le 16 mai à 6h00 par N. Mo. lindependant.fr

 

duel-de-presidents-hier-soir-au-comite-d PHOTO/Archives C.Boyer

Les dirigeants de l'ASC XIII devaient choisir entre deux projets pour l'avenir du club portés par chacun des co-présidents. Un président ou deux co-présidents pour l'ASC XIII ? C'est à cette simple, et pourtant délicate question que devaient répondre hier soir, les membres du comité directeur. Outre le bilan financier de la saison, c'est l'avenir du club qui était discuté. Un avenir sur lequel deux visions s'affrontent. Deux projets, portés par chacun des deux co-présidents, Magali Bardou et Jean Guilhem, proposent notamment de modifier l'organigramme du club pour les années à venir.

Révolution ?

Magali Bardou veut mettre l'accent sur la formation et ouvrir le club aux jeunes et à la société civile. "Je ne suis pas anti-vieux, explique-t-elle, mais parfois on a besoin d'un regard neuf". C'est également la raison pour laquelle elle souhaite que des chefs d'entreprises, "qui n'ont pas baigné depuis leur plus tendre enfance dans le milieu du XIII", viennent apporter leurs idées. Elle souhaite également plus de femmes au sein du club. "C'est une évolution que je propose, pas une révolution". La révolution, un terme que Jean Guilhem récuse également. "Un club qui gère 800 000 € doit simplement fonctionner de manière plus professionnelle, précise-t-il. On a parfois l'impression que des gens se marchent sur les pieds. Il faut un système qui permette également au président de se dégager des fonctions exécutives". Ainsi, il envisage une présidence unique, la sienne, et cinq présidents délégués à des pôles distincts : financier, sportif, sponsoring… «Un modèle parlementaire et non monarchique", commente le co-président.

Conflits d'intérêts

Si l'élection de Magali Bardou au comité directeur de la fédération française de rugby à XIII, avait créé un malaise entre les deux co-présidents, Jean Guilhem y voyant un conflit d'intérêt, "cette nouvelle organisation serait, selon lui, une solution à de tels problèmes". "Le seul conflit d'intérêt prévu par les textes et qui aurait pu me faire renoncer à la co-présidence de l'ASC, eut été mon élection à la présidence de la Fédé", explique pour sa part Magali Bardou. Jean Guilhem n'a jamais pu réellement m'expliquer les raisons pour lesquelles il souhaitait m'écarter". "Je ne veux écarter personne, se défend ce dernier qui indique également, ne pas vouloir la guerre. Tout le monde est invité à prendre place dans la nouvelle organisation que je propose. Si elle est adoptée, je souhaite d'ailleurs qu'une présidence déléguée revienne à Magali Bardou". Si les 50 membres du comité directeur devaient choisir le projet Guilhem, hier soir*, ce choix impliquerait, selon Magali Bardou, une modification des statuts de l'association par une assemblée générale. Ces mêmes statuts qui avaient été modifiés en septembre 2010 pour acter la co-présidence... (*) Le comité directeur n'avait pas encore procédé au vote, à l'heure où nous bouclions hier soir. Jean Guilhem et Nathalie Bardou.



#326 Philippe Barrau

Philippe Barrau
  • Moderator
  • 9,086 posts

Posted 16 May 2013 - 06:21 PM

AS Carcassonne XIII : Jean Guilhem et Magali Bardou divorcent

Publié le 16/05/2013 à 03:46 ladepeche.fr

rugby à XIII

201305160797-full.jpg

 

Jean Guilhem et Magali Bardou à l'époque des jours heureux. Aujourd'hui, le divorce est annoncé./ Photo DDM, archives, Didier Donnat.

zoom.png

Après trois ans d'une singulière expérience, où l'ASC XIII fut dirigée par un triumvirat (Ourliac, Guilhem, Bardou) avant d'opter pour une présidence bicéphale, le comité directeur, réuni hier soir, s'apprêtait à donner les pleins pouvoirs à un seul homme : en l'occurrence Jean Guilhem. Le tandem qui s'était réparti les taches, à Jean Guilhem l'aspect sportif, à Magali Bardou l'intendance du club se sépare donc sur un constat d'échec après deux années de vie commune. «On s'est marché sur les pieds», souligne Jean Guilhem estimant au passage qu'il faut désormais «un chef d'orchestre à la tête du club car la symphonie vire à la cacophonie».

Magali Bardou explique pour sa part que «certains éléments au sein du comité directeur ont pourri la saison». Une chose est sûre l'élection de Magali Bardou à la fédération a ravivé les tensions. «Cela a créé des jalousies», note-t-elle. Et quelques montées de testostérone au sein du club carcassonnais.

Jean Guilhem reconnaît lui aussi que l'entrée de la coprésidente de l'ASC XIII dans les instances nationales n'est pas sans poser de problème. «Dès le mois de novembre, je lui avais demandé de prendre du recul et d'abandonner la présidence». Et de préciser : «Je pense qu'il y a un conflit d'intérêt. Actuellement tous les clubs sont en conflit avec la fédération en ce qui concerne le calendrier 2013-2014. Comment l'ASC XIII peut défendre ses intérêts lorsque l'un de ses membres siège à la fédération ?» s'interroge Jean Guilhem.

Et la politique dans tout cela ? Les deux coprésidents affirment qu'elle n'entre pas en jeu. «En 2010, j'ai assuré à Jean-Claude Pérez que l'on ne me verrait jamais à un meeting politique», rappelle Magali Bardou. «La politique n'a rien à voir dans ce choix, lance Jean Guilhem. Les dirigeants doivent rester neutres et si l'un d'eux venait à s'engager sur une liste aux municipales, je lui demanderais de quitter le club».

En attendant et comme pour calmer le jeu, Jean Guilhem assure que «le club ne peut se passer de personne et Magali Bardou à sa place au sein de l'ASC».

B.H.



#327 Philippe Barrau

Philippe Barrau
  • Moderator
  • 9,086 posts

Posted 17 May 2013 - 06:44 PM

Magali Bardou ne se représentera pas

Publié le 17/05/2013 à 08:44 ladepeche.fr

rugby à XIII. Présidence de l'ASC.
201305171729-full.jpg

Magali Bardou se consacrera à son mandat fédéral./ Photo DDM

zoom.png

Chacun a présenté son projet pour l'avenir du club. Chacun des deux coprésidents que compte aujourd'hui l'ASC, Magali Bardou et Jean Guilhem, à l'occasion d'un comité directeur réuni mercredi soir. Et puis il a fallu voter. Voter pour choisir un projet. Celui porté par Jean Guilhem qui prône, entre autre, une «présidence monocéphale et dans lequel je ne figure pas et puis le mien qui ne remet pas en cause la présidence bicéphale actuelle», souligne Magali Bardou. Le comité directeur, composé de cinquante membres, a voté. Il a choisi de suivre Jean Guilhem. À la majorité «mais un vote entaché d'irrégularités. Un vote cousu de fil blanc. Mais peu importe finalement puisque ce vote était nul car non conforme aux statuts. Seule une assemblée générale extraordinaire peut modifier les statuts. Je l'ai signalé, mais on a voté malgré tout», poursuit Magali Bardou. Elle ajoute : «Quoi qu'il en soit, en juin prochain, une assemblée générale extraordinaire sera convoquée suivie d'une assemblée générale ordinaire pour l'élection. Et pas question de me représenter. Ce qui ne veut pas dire que je ne vais pas continuer à travailler pour mon club.» Une analyse juridique que ne conteste pas le président Guilhem qui souligne : «C'était juste une caution morale qui était demandée au comité directeur pour légitimer un projet. Pas question de bafouer les statuts. Une caution morale pour commencer à travailler dès aujourd'hui car le temps presse pour préparer la saison prochaine. Mais qu'on ne se méprenne pas. Le projet que je porte n'exclut personne. C'est juste que le bureau exécutif s'organisera autour d'un seul président car dans un orchestre symphonique, pour jouer une musique cohérente, on n'a besoin que d'un chef.»

Un chef unique qui devra s'attacher tout d'abord à rassembler ses troupes dont certaines n'ont pas goûté l'issue du comité directeur.

Sa. BA.



#328 Philippe Barrau

Philippe Barrau
  • Moderator
  • 9,086 posts

Posted 18 May 2013 - 06:01 AM

Accident Pont des Demoisellles : le jeune rugbyman albigeois toujours entre la vie et la mort

Publié le 18/05/2013 à 03:50, Mis à jour le 18/05/2013 à 06:43

accident à Toulouse
1324212-didone.jpg

Formé à Albi, Yoann Didonne joue depuis 2011 au Toulouse Olympique./ Photo DDM, archives M. V.

slideshow.png
 

L'état de santé d'un étudiant tarnais, joueur de rugby à XIII formé à Albi, suscitait hier soir les plus vives inquiétudes. Victime d'un terrible accident de la route jeudi, au petit matin, à Toulouse, Yoann Didonne, 20 ans, est hospitalisé à Purpan dans un état de grave. Son pronostic vital est engagé. Yoann était passager avant d'une Peugoet 206 à bord de laquelle se trouvaient deux étudiants originaires des Pyrénées-Orientales et de Gironde. Jeudi vers 5 heures du matin, les trois copains rentraient au CREPS de Lespinet lorsque, pour une raison que l'enquête devra déterminer, le conducteur, âgé de 21 ans, a perdu le contrôle du véhicule à hauteur du pont des Demoiselles. La Peugeot a percuté un poteau électrique avant de faire un tête-à-queue et de terminer sa course contre la haie d'une maison. Les pompiers et le Samu sont vite intervenus. Si l'état de santé du conducteur et du passager arrière n'inspiraient pas d'inquiétude, il n'en était pas de même hélas pour Yoann Didonne, très gravement blessé. Depuis l'annonce de l'accident, de nombreux messages de soutien affluent sur les réseaux sociaux, notamment sur les pages Facebook des clubs d'Albi Rugby League et du Toulouse Olympique. Yoann est en effet un pur produit du XIII albigeois. Sélectionné en équipe de France cadets en 2009, ce demi de mêlée a rejoint le pôle France de Lespinet. Il porte depuis 2 ans les couleurs du TO.

La Dépêche du Midi






0 user(s) are reading this topic

0 members, 0 guests, 0 anonymous users