Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Philippe Barrau

COUPE DU MONDE 2013

185 posts in this topic

Rugby féminin : « vendre des billets de tombola pour leur permettre de représenter la France »

Redac'4 avril 2013


La fédération de Rugby à XIII demande aux joueuses sélectionnées en équipe de France de financer leur déplacement en Angleterre pour la coupe du Monde alors qu’elle subvient aux déplacements de l’équipe masculine. Un système qui compromet les chances de six rugbywomen toulousaines. Carré d’info avait raconté leur histoire en février dernier. Toujours sans solution à ce jour, des associations amies et leur club ont décidé d’écrire le 3 avril à divers politiques locaux et nationaux. Voici leur lettre.

Monsieur le Président du Sénat,
 Madame la Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie 
associative, 
Madame la Ministre des Droits des femmes,
 Monsieur le Président du Conseil Régional de Midi-Pyrénées,
 Monsieur le Président du Conseil Général de Haute-Garonne,
 Monsieur le Maire de Toulouse, 
Monsieur le Préfet de la Région Midi-Pyrénées,
 Monsieur le Sous-Préfet à la ville,

Payer pour jouer

Si nous nous permettons de vous écrire aujourd’hui, c’est qu’hélas, au regard des principes de
 notre république et de ses idéaux égalitaristes et méritocratiques, une situation scandaleuse et urgente nous oblige à le faire.

Pour de simples raisons financières, si minimes au regard de l’image portée, l’équipe de
 France féminine de rugby à XIII, pourtant qualifiée pour la coupe du monde qui se déroulera
 en Angleterre au mois de juillet, n’est pas certaine de pouvoir s’y rendre pour y défendre les
 couleurs de notre pays. Aujourd’hui, on demande à des sportives de haut niveau ayant mérité 
sur les terrains de représenter la France lors du plus grand événement qui soit, à savoir une 
coupe du monde, de payer leur participation à cette compétition.


Le même problème il y a quatre ans

Nous retournons de ce fait avec tristesse quatre ans en arrière quand pareille situation avait suscité 
l’indignation. A l’époque déjà, à Toulouse et dans notre quartier d’Empalot en particulier où
 six joueuses de l’équipe de France habitaient, l’incompréhension avait généré une mobilisation
 collective.
 Nous connaissons ces joueuses dans leur parcours exemplaire de jeunes filles puis de femmes,
 conjuguant avec difficulté mais brio leurs réussites sportives, scolaires et professionnelles 
au sein d’un quartier populaire inscrit dans la Politique de la Ville.


« Nous trouvons scandaleux qu’on 
ait pu leur proposer de vendre des billets de tombola pour leur permettre de représenter la 
France lors d’un événement sportif mondial. 
L’aurait- on proposé à l’équipe de France masculine? »


Cela représente des 
investissements énormes à la hauteur de la volonté de ces femmes. Certaines en sont à leur
 deuxième coupe du monde et sont plusieurs fois championnes de France. Elles font honneur
 au sport, elles font honneur à leur quartier, à leur ville, à leur pays.
 Depuis quatre ans rien n’a changé. Les hautes instances du rugby à XIII n’ont toujours pas
 trouvé de solutions visant à installer de manière pérenne l’élite féminine dans des conditions 
sportives normales et non soumises à la barrière de l’argent.

Nous trouvons scandaleux qu’on 
ait pu leur proposer de vendre des billets de tombola pour leur permettre de représenter la 
France lors d’un événement sportif mondial. 
L’aurait- on proposé à l’équipe de France masculine?



>> Lire aussi : Rugby à XIII: une plaie d’argent pourrait priver les Toulousaines de coupe du Monde



Notre groupe de travail a cherché à contacter la fédération pour évoquer nos propositions
 de manière constructive et trouver ensemble des solutions. Mais malgré nos appels et nos 
mails adressés au président, nous sommes restés sans réponse. Le rugby à XIII féminin n’est
 apparemment pas une priorité pour sa fédération.


Des répercussion négatives pour la fréquentation du rugby

Traverser la Manche, serait-ce une tâche incommensurable? 
Nous pensons que si l’équipe de France ne participait pas à cette coupe du monde, cela aurait 
des répercussions négatives au sein des différents clubs et pourrait porter un coup d’arrêt au
 développement de la pratique féminine dans ce sport. Il existe au sein de l’équipe de France,
une diversité à l’image actuelle de notre nation, qui favorise l’inscription et l’engagement de 
jeunes de tout milieu dans cette discipline et de filles en particulier.

Nous sollicitons votre aide et votre intervention pour que l’équipe de France féminine de 
rugby à XIII puisse participer à la coupe du monde et que certaines de ses joueuses puissent
 enfin accéder au statut de sportive de haut niveau. Faute de moyens, les potentiels sportifs 
s’épuisent au dépend d’un investissement important pour réunir les conditions nécessaires à la pratique d’entraînement de haut niveau.
 C’est pourquoi, Nous souhaiterions aussi qu’à l’avenir, le CREPS de Toulouse puisse avoir en 
son sein une section féminine du rugby à XIII.


Disposés à agir ensemble

Mais l’urgence étant leur participation à la coupe du monde, nous souhaiterions que votre 
intervention puisse débloquer cette situation injuste et discriminatoire avant la date butoir
 fixée au 19 avril par la fédération, qui n’a toujours pas trouvé de solutions.

C’est au nom des valeurs essentielles de notre république dont celle de l’égalité inscrite aux 
frontons de nos mairies que nous ne pouvons pas rester les bras croisés et que notre soutien
 vise l’ensemble de l’équipe de France féminine de rugby à XIII.
 Nous sommes convaincus que vous partagerez notre indignation et notre combat pour les
 valeurs nobles du sport et la promotion de la pratique féminine.

Nous sommes, tout comme les joueuses, à votre disposition pour 
agir ensemble.

 Dans l’attente de votre intervention et dans l’espoir de vous rencontrer, nous vous prions
 d’agréer l’expression de nos plus respectueuses salutations.
 Au nom des joueuses, des habitants, des associations et du club des supporters d’Empalot,



Le Collectif d’habitants et d’associations HASURE
 (Habitants et associations solidaires et unis pour réussir Empalot)



Le Club de Toulouse Ovalie XIII



Share this post


Link to post
Share on other sites

Rugby à XIII : une tombola pour financer le Mondial des Françaises

Le Monde.fr | 

05.04.2013 à 16h12

 • Mis à jour le 

05.04.2013 à 16h57

Par Anthony Hernandez

Abonnez-vous

 

 

 

3154996_3_59ef_match-entre-l-equipe-de-f

 

Tandis que les équipes de France des sports collectifs majeurs négocient les primes importantes qui leur seront versées selon leurs performances dans les grandes compétitions internationales, certaines en sont réduites à prendre en charge elles-mêmes leur déplacement. Ainsi, il a été demandé officiellement aux joueuses de l'équipe de France de rugby à XIII d'organiser une vente de billets de tombola et de trouver également des sponsors personnels afin de financer leur participation au prochain Mondial 2013, organisé à partir du 3 juillet... de l'autre côté de la Manche, en Angleterre.

Yoann Bodier, président de la commission féminine à la Fédération française, confirme cette situation ubuesque : "Nous sommes dans l'obligation de trouverdes fonds. Nous avons demandé à chacune des joueuses une participation à hauteur de 200 euros de vente de billets de tombola, plus 300 euros supplémentaire. L'idée a été refusée par les joueuses."

On imagine aisément le sentiment de révolte présent au sein du XIII féminin. A 23 ans, Sonia Zaghdoudi, joueuse du Toulouse ovalie XIII, est internationale depuis déjà cinq ans. L'étudiante en licence biologie-santé se montre claire quant à sa position et celles de ses coéquipières. "Si l'on doit payer, on ne partira pas. On refuse par principe. En 2008, lors de notre première participation en Australie, nous avons dû nous débrouiller. C'est épuisant. Cette fois-ci, nous avons fait notre part du boulot", affirme-t-elle avec conviction. Yoann Bodier, désarmé, ne remet pas en question l'attitude de ses joueuses : "Je comprends la position des joueuses. J'ai été président puis entraîneur de club à Nantes. J'ai même à l'époque payé sur mes propres deniers les déplacements internationaux de mes sélectionnées."

"LA FÉDÉRATION A-T-ELLE ENVIE D'UNE ÉQUIPE FÉMININE ?"

Créée officiellement en 2007, l'équipe de France féminine a en effet déjà connu pareille mésaventure lors de sa première qualification pour une Coupe du monde. Stéphanie Bras, présidente du club de Toulouse ovalie XIII, fournisseur généreux d'internationales, se souvient : "En 2008, la même situation s'est produite. Le ministère des sports avait aidé et, pour le reste, ce sont les filles qui devaient se débrouiller. Nous avions monté un projet avec une association du quartier Empalot à Toulouse (Hasure, Habitants et associations solidaires et unis pour réussir Empalot) pour aider les six joueuses de Toulouse sélectionnées.". Les autres membres des Bleues s'étaient autofinancées.

Comble du grotesque, l'année dernière, l'équipe de France féminine a joué une tournée en Angleterre. Financer des matches amicaux en Angleterre et ne plusavoir un an après les moyens d'envoyer son équipe à la Coupe du monde dans le même pays, la situation prête aux interrogations légitimes sur la bonne gestion et sur la bonne volonté des instances fédérales. "Je suis déçue. Depuis quatre ans, on a tout fait pour éviter que cela se reproduise, pour éviter que les joueuses n'aient à payer pour défendre le maillot français. Je pense que l'on peut parler de mauvaise gestion. Étudiantes ou salariées, les joueuses font d'énormes sacrifices pour ce sport", analyse Sonia Zaghdoudi. "La première question que l'on se pose, c'est : la Fédération a-t-elle envie d'une équipe féminine ?", avance légitimement la jeune étudiante.

Le rugby féminin se pratique en France depuis une vingtaine d'années environ. Deux divisions structurent la discipline. En première division, on recense neuf clubs dont le Toulouse ovalie XIII. Dix clubs participent à la deuxième division. "On y joue principalement en Midi-Pyrénées et en Languedoc-Roussillon, mais on trouve des équipes à Nantes, Bordeaux ou Marseille, explique Stéphanie Bras. Il y a en France 300 joueuses en compétition et environ 200 femmes qui pratiquent en loisir." Indulgentes, Stéphanie Bras et Sonia Zaghdoudi ne tiennent pas à enfoncerleurs instances dirigeantes. "Pour remettre dans le contexte, c'est une petite fédération. Je pense que c'est dur de prendre ça en charge étant donné qu'ils ont clairement fait leur priorité des hommes. Je regrette simplement qu'ils ne se bougent pas plus pour trouver des solutions", déclare la présidente du club toulousain. Quant à l'internationale tricolore, elle manie l'indulgence avec brio : "J'ai travaillé à la fédé. Je sais comment ça se passe et que ce n'est pas facile avec si peu de moyens."

CINQUANTE MILLE EUROS POUR LES FEMMES SUR UN BUDGET TOTAL DE 2,25€ MILLIONS

A la Fédération française, le caractère désagréable de la situation ne semble pasavoir frappé tous les esprits. Philippe Dallongeville, secrétaire administratif, a d'autres préoccupations. "On cherche les financements. Mais c'est un souci partagé par d'autres modestes fédés. Au fait, avez-vous eu les informations à propos des deux rencontres du Mondial 2013 masculin que nous organisons en France en novembre ? On affronte notamment la Nouvelle-Zélande. Tout cela pour dire que l'on ne peut pas tout faire", lâche-t-il.

Selon Yoann Bodier, président de la commission féminine, le budget de la section féminine s'élève à "50 000 euros, dont une subvention jeunesse et sport de 15 000 euros""Nous avons besoin de 35 000 euros pour partir au Mondial", dit-il. Et quel est le montant du budget global de la Fédération française de rugby à XIII ? "Ce n'est pas grand-chose, 2,25 millions d'euros. Pour en revenir à la pratique féminine, c'est une activité nouvelle que l'on développe depuis dix ans", racontePhilippe Dallongeville. "Ce n'est pas parce que c'est un sport dit de mecs que l'on n'y attache pas d'importance. C'est une pratique étonnante et spectaculaire, vous savez", se justifie-t-il maladroitement.

A l'évidence, la transition qui s'est opérée à l'occasion de l'arrivée aux responsabilités de la nouvelle équipe à la suite des dernières élections en novembre 2012 s'est révélée déficiente. "Je ne rejette la faute sur personne, mais j'ai été placé devant le fait accompli. Mais j'assume du mieux que je le peux ma mission qui est de trouver le financement nécessaire à ce Mondial", explique Yoann Bodier, qui avoue avec humilité certaines limites, "le problème, c'est le réseau limité. Nous avons édité une plaquette de partenariats. Je vais tenter de démarcher les entreprises". Et quid d'une aide éventuelle du frère ennemi, le rugby à XV ? "Cela serait bien le premier rapprochement de ce genre", ironise-t-il.

Contacté, le ministère des sports et de la jeunesse a pointé le peu de moyens de cette fédération : "Confrontée à une fragilité financière due principalement à l'organisation d'événements importants en France (deux matches de la Coupe du monde masculine), la Fédération française de rugby à XIII considère qu'elle n'a pas les moyens suffisants pour accompagner sur ses fonds propres. Le président de la fédération a cependant évoqué le fait que certaines décisions restaient àprendre." Impossibilité également d'accorder une aide spécifique à la participation des Bleues au Mondial 2013 : "Compte tenu du contexte budgétaire, le ministère n'est pas en mesure d'envisager une rallonge financière supplémentaire." Un message cordial est cependant adressé à la Fédération : "Le ministère encourage la Fédération à réfléchir à un redéploiement interne et se tient à sa disposition (via sa direction des sports) pour l'aider à en étudier les modalités."

La date butoir pour trouver les fonds se rapproche à grands pas. A la fin d'avril, il faut boucler le budget ou renoncer"Je me fais quelques cheveux blancs. D'ailleurs, indiquez-le dans votre article : les entreprises et les mécènes intéressés peuvent contacter la fédération", espère Yoann Bodier.

Anthony Hernandez

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Fédération coupe les ailes à son équipe de rugby à XIII

Mis en ligne le 05/04/13 I Rédaction par Isabelle Germain

LESNOUVELLESNEWS.FR

La fédération française de Rugby à XIII ne veut pas financer les déplacements des joueuses pour la Coupe du Monde en Angleterre en juillet prochain. Les responsables politiques sont interpellés.

Selon le site d’information toulousain Carré d’info, l’avenir de l’équipe de France féminine de rugby à XIII est sérieusement compromis. La fédération ne veut pas prendre en charge les frais de déplacement des joueuses sélectionnées en équipe de France pour aller disputer au mois de juillet, en Angleterre, la coupe du Monde. Elle veut bien mettre à disposition une petite enveloppe mais le gros des frais reposera sur les épaules des joueuses qui, pour certaines, n’ont pas les moyens de s’offrir le voyage. Le coût global serait de 750 euros par joueuse. Au moins six joueuses du club Toulouse Ovalie XIII sélectionnées en février dernier pourraient devoir renoncer.

La fédération assure pour les hommes

La fédération n’est pourtant pas indigente puisqu’elle assure les déplacements de l’équipe masculine. Et les rugbymen du XIII masculin sont, pour la plupart, professionnels. Mais l’équipe féminine n’a manifestement pas la cote avec les dirigeants de la fédération. Sur le site, les informations concernant le XIII féminin ne sont pas à jour et pas très focalisées sur les succès.

Précédent japonais et australien

L'été dernier, c'est le traitement inégal de l'équipe de basket féminine d'Australie et des footballeuses du Japon aux Jeux olympiques qui avait fait scandale dans leurs pays respectifs. Ces deux équipes féminines avaient rejoint Londres en classe économique tandis que les équipes masculines, au palmarès pourtant bien moins fourni, voyageaient en classe affaire. (Voir : Vols sous-classés pour les sportives : épilogue)

Lettre aux responsables politiques

Les joueuses sont invitées à vendre des billets de tombola pour se payer le voyage... Ce n’est pas la première fois que l’équipe féminine se heurte à ce mur de l’argent. Du coup des associations amies et le club toulousain ont adressé un courrier (repris par Carré d'info) à des responsables politiques locaux et nationaux qui alimentent ces fédérations en subventions, allant du maire de Toulouse à la ministre des Sports. Cette lettre explique bien que la spirale du désinvestissement des filles dans le sport de haut niveau est enclenchée par le défaut de financements publics...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Polémique : elles doivent payer pour jouer en Bleu

Publié le 09/04/2013 à 08:56

zoom.png 201304092032-full.jpg

L'équipe féminine française de Rugby à XIII représentera-t-elle sa nation au Mondial de juillet 2013 ? Prévu de l'autre côté de la Manche, la FFR XIII manque de fonds pour financer le voyage et demande à ses joueuses de mettre la main au porte-monnaie.

Faute de budget, la Fédération Française de Rugby à XIII n'est pas en mesure de financer le voyage de ses joueuses. «Le nouveau bureau a été élu cinq mois après le début de la saison. Le budget était déjà voté et consacrait une trop faible part à cette branche, nous suivons la décision», explique Carlos Zalduendo, actuel président de la FFR XIII. Pour jouer, il a été demandé aux filles une participation à hauteur de cinq cents euros. «Trois cents euros de notre poche, deux cents euros de la tombola que nous avons refusé d'organiser», précise Houïta Ben Choug, membre de l'équipe. Carlos Zalduendo souligne que la Fédération a «prévenu la commission féminine qui recherche des partenariats mais la tâche s'avère compliquée. La pratique du rugby à XIII féminin est récente, et les sponsors réticents dans le contexte présent».

Sans pour autant parler de désengagement, la FFR XIII préfère garder les fonds destinés à la discipline féminine pour développer la pratique sur les prochaines années et relativise en notant que «ce ne serait pas la première fois qu'une équipe représentative d'une nation ne serait pas envoyée à son mondial».

L'incompréhension

Face à cette décision, Hasure, association du quartier toulousain d'Empalot d'où quatre des treize rugbywomen sont issues, essaie de trouver des alternatives. «Nous avons proposé à la Fédération qu'elles obtiennent le statut de sportive de haut niveau pour bénéficier de bourses, sans décrocher de réponse», se désole Stéphane Garros du collectif de quartier.

Christophe Borgel, député de la neuvième circonscription de Haute-Garonne regrette cette décision. «Certaines de ces filles sont résidantes de mon secteur et sont des exemples de réussite sportive constituant un véritable vecteur de développement du sport féminin», explique le député qui a fait appel à Valérie Fourneyron, Ministre des Sports, et Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits de la Femme pour plaider la cause des sportives.

Que ce soit la recherche de fonds ou la réponse des ministères, les joueuses demeurent dans l'expectative. Réponse définitive le 20 avril.

«Je ne me fais pas d'illusion»

Houïta Ben Choug, du club Toulouse Ovalie XIII joue depuis 2007 dans l'équipe de France féminine de Rugby. «Le voyage est financé en partie de notre poche. On refuse, nous sacrifions suffisamment de choses pour l'équipe. Attention, ça reste un plaisir, mais beaucoup d'entre nous sont étudiantes, ou travailleuses. Je ne cherche pas à jeter la pierre sur quiconque, nous sommes une petite fédération, mais le résultat est la et nous sommes animées d'un sentiment d'injustice dans une société ou l'on prône l'égalité et la justice. Si j'espère, je ne me fais pas d'illusions».

Paul Lorgerie ladepeche.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mondial-2013 - Le XIII féminin français cherche des fonds

Publié le 11.04.2013, 16h58 leparisien.fr

 
L'équipe de France de rugby à XIII, qualifiée pour le Mondial-2013 en Angleterre, a alerté différentes autorités sur ses difficultés à financer sa participation à la compétition, a-t-on appris jeudi auprès du représentant des joueuses.
Christophe Borgel, député de la Haute-Garonne d'où sont originaires plusieurs joueuses du Toulouse Ovalie, a relayé cette action dans un courrier adressé notamment aux ministres des Sports, des Droits des femmes et au président de la Fédération française de rugby à XIII: il s'étonne du refus de la Fédération de "prendre en charge financièrement le déplacement",
Selon son secrétaire général Michel Pianelli, la Fédération a demandé "à l'équipe féminine (.
 
..) de s'activer à trouver des financements complémentaires", le financement de la compétition n'ayant pas été prévu dans le budget par la précédente direction fédérale.
"Le rugby à XIII féminin en est à un stade confidentiel en France", a-t-il déclaré à l'AFP, ajoutant que la Coupe du monde n'est pas une compétition officielle mais se fait sur invitation.
Le Mondial regroupera en juin et juillet la France, l'Angleterre, l'Australie, la Russie, les Samoa, les Tonga et la Nouvelle-Zélande, tenante du titre sans discontinuer depuis 2000.

 

afp.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le XIII de France féminin sans le sou

Le 12 avril à 6h00 lindependant.fr

Privée de Coupe du monde faute de finances ?

L'équipe de France féminine de rugby à XIII, qualifiée pour le Mondial-2013 en Angleterre, a alerté différentes autorités sur ses difficultés à financer sa participation à la compétition, a-t-on appris hier auprès du représentant des joueuses. Christophe Borgel, député de la Haute-Garonne d'où sont originaires plusieurs joueuses du Toulouse Ovalie, a relayé cette action dans un courrier adressé notamment aux ministres des Sports, des Droits des femmes et au président de la Fédération française de rugby à XIII. Il s'étonne du refus de la Fédération de "prendre en charge financièrement le déplacement", Selon son secrétaire général Michel Pianelli, la Fédération a demandé "à l'équipe féminine de s'activer à trouver des financements complémentaires", le financement de la compétition n'ayant pas été prévu dans le budget par la précédente direction fédérale. Le rugby à XIII féminin en est à un stade confidentiel en France. Il est très difficile de trouver des joueuses et le championnnat de France est plus que balbutiant. La Coupe du monde n'est pas une compétition officielle mais se fait sur invitation. Le Mondial regroupera en juin et juillet la France, l'Angleterre, l'Australie, la Russie, les Samoa, les Tonga et la Nouvelle-Zélande, tenante du titre sans discontinuer depuis 2000. Si les Françaises ont trouvé des fonds d'ici-là.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Je veux m'appuyer sur une dynamique française"

Le 14 avril à 6h00 par Recueilli par Bruno Onteniente lindependant.fr

 

Le nouveau sélectionneur de l'équipe de France et actuel entraîneur de Wakefield, l'anglais Richard Agar, a profité du séjour sur Manchester des Dragons pour travailler avec son assistant Jérôme Guisset. Il fait le point.

 

 À la rencontre de ses joueurs "J'ai besoin de voir les joueurs pour me présenter déjà et avoir aussi leurs points de vue concernant l'intégration ou pas de joueurs australiens susceptibles de jouer avec eux. J'accorde énormément d'importance à la culture française, que je respecte, et je veux m'appuyer sur une dynamique française. C'est l'équipe de France ! Ce n'est pas parce qu'une coupe du monde approche qu'il faut chercher de partout des joueurs australiens avec des grands-parents français. Une large partie de l'équipe viendra des Dragons, mais, l'équipe de France aura sa propre identité. Représenter les Dragons ou son équipe en élite n'est pas la même chose que de jouer pour son pays".

 

 Le championnat élite

  "On a déjà échangé tous les deux avec Jérôme (Guisset). Je serai à Toulouse pour suivre les demi-finales du championnat. J'ai vu quelques matches sur vidéo avant de faire la première liste des 40. Nous avons identifié entre 50 et 53 joueurs susceptibles de disputer la coupe du monde. J'ai des entretiens avec Thierry (Dumaine) et avec quelques autres entraîneurs élite".

 

 La Liste définitive

 "Ce n'est pas un problème aujourd'hui. On devra sortir 23 ou 24 noms à la fin. Nous avons une idée précise sur la façon dont l'équipe doit jouer et se comporter. Mais, en ce qui concerne les positions des joueurs, nous avons encore des incertitudes et des interrogations. L'équipe devant est très bien fournie avec des joueurs intéressants et d'un très bon niveau. Mais, il y a des postes moins bien couverts. Nous discutons de ça en ce moment, des ajustements et des joueurs capables de combler ces manques".

 

 La préparation

 "C'est très difficile avec deux compétitions différentes entre l'Elite qui se termine au milieu de la saison de Super League. Nous avons prévu deux ou trois dates avec un groupe de 40 pour construire la dynamique dont je vous ai parlé. Le camp d'entraînement dépendra du moment où les Catalans termineront leur saison. Nous avons des dates définies en fonction de ça. Nous voulons que les joueurs aient une coupure, s'ils vont jusqu'en finale, elle sera plus réduite bien entendu. On travaille pour organiser un match amical face aux États-Unis avant la début de la compétition. Il nous faut un point de repère".

Share this post


Link to post
Share on other sites

2013, l’année du rugby à XIII ?

Avec la prochaine Coupe du monde, à l’automne, dont certains matchs auront lieu en France, la fédération française veut en profiter pour développer sa discipline.

Toulouse, correspondance. Le rugby à XIII finira-t-il par sortir de l’ombre ? Les précédentes tentatives de la fédération pour relancer ce sport n’ont guère eu d’impact. 2013 offre une nouvelle chance. Carlos Zalduendo, élu en novembre dernier président de la Fédération française de rugby à XIII, entend utiliser la Coupe du monde – du 26 octobre au 30 novembre –- pour impulser une dynamique.

La compétition sera organisée pour l’essentiel en Angleterre, mais le XIII de France disputera un match à Avignon (1er novembre, contre la Nouvelle-Zélande, tenante du titre) et un autre à Perpignan (11 novembre face aux Samoa). Auparavant, dans ce difficile groupe B, les Français auront affronté la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le 27 octobre, à Hull.

L’équipe de France se structure à l’approche de la compétition. L’Anglais Richard Agar a été désigné entraîneur, et Gilles Dumas renoue avec la fonction de manager. Le premier, habitué du plus haut niveau, entraîne dans son pays le club des Wakefield Wildcats… et il a commencé à prendre des cours de français. Le second a une solide expérience du XIII. Ambition avouée : se qualifier pour les quarts de finale.

Créer un engouement

« La Coupe du monde peut nous aider à atteindre nos ­objectifs sportifs mais aussi ­populaires et financiers », analyse Carlos Zalduendo. À Avignon et à Perpignan, les comités d’organisation veulent créer un engouement. Le trophée de la Coupe du monde sera présenté le 8 mai, devant le palais des Papes, et le 14 juillet, au sommet du mont Ventoux, lors d’une étape du Tour de France. Pour Carlos Zalduendo, « il y a deux catégories de sports : ceux qui perçoivent des droits de retransmission télé… et les autres. Notre image, c’est l’équipe de France ». La Coupe du monde sera retransmise dans l’Hexagone par Bein Sport. La chaîne qatarie diffuse déjà les rencontres de la NRL – le championnat australien – et les matchs des Dragons catalans, basés à Perpignan mais disputant la Super League anglaise. « Nous sommes en concurrence avec tous les sports collectifs, pas spécialement le rugby à XV, ajoute Zalduendo, ex-international. La guéguerre entre le XIII et le XV, c’est fini ! »

La manne procurée par l’arrivée de Bein Sport pourrait aider la fédération à accomplir le programme défini par son nouveau président : « Il faut améliorer la formation des éducateurs et des joueurs, aider les clubs à se structurer… » Un travail à long terme, au-delà de la Coupe du monde. « L’autre rugby » compte 41 000 pratiquants : un chiffre en hausse mais encore modeste et qui englobe les licences loisirs, scolaires et universitaires.

Le jeu est plus rapide

Le championnat de France, baptisé Élite, est semi-professionnel. « C’est un championnat intéressant, mais pas aussi compétitif qu’en Angleterre et en Australie, juge Gilles Dumas. La France progresse… les autres nations aussi. Le jeu est plus rapide. Les longues préparations foncières n’existent presque plus. On prépare les joueurs à des efforts très intenses. On travaille l’explosivité et la vitesse. »

Les très professionnels Dragons catalans fournissent 80 à 90 % des joueurs de l’équipe de France. Un deuxième club hexagonal dans la Super League apporterait de nouveaux droits télé. Le Toulouse Olympique XIII espère franchir la Manche en 2015. Et, selon Carlos Zalduendo, ce serait l’intérêt du XIII anglais, qui n’a pas encore pénétré le marché français. Parmi les championnats nationaux anglais, la Super League se situe au deuxième rang des audiences télé. Ça fait rêver Carlos Zalduendo.

Mondial féminin : L’odieux chantage FédéraL  Ça ressemble à un poisson d’avril mais c’est malheureusement tout ce qu’il y a de plus sérieux. Comme les garçons, l’équipe de France féminine de rugby à XIII s’apprête à disputer cette année la Coupe du monde en Angleterre. Sauf que, contrairement à leurs homologues masculins, les Françaises doivent elles-mêmes financer leur participation. La Fédération leur a en effet demandé d’organiser une tombola et de se trouver des sponsors ou de sortir l’argent de leur poche. Les joueuses ont bien entendu refusé et menacent de ne pas disputer la compétition. La Fédération explique qu’elle préfère utiliser les fonds consacrés à la discipline féminine pour développer la pratique. En 2008, déjà, les Françaises s’étaient rendues en Australie avec leurs propres moyens et certains présidents de club avaient parfois mis la main au porte-monnaie. Cette fois, les joueuses ne veulent plus recommencer à quémander. Le montant global du voyage outre-Manche s’élève à 35 000 euros. La date butoir est fixée à la fin du mois.

Bruno Vincens lhumanite.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites

France vs Nouvelle-Zélande : J-200

Mardi, 16 Avril 2013 16:31 ffr13.com
 

J-200 avant l’affiche France vs Nouvelle Zélande du 1er Novembre prochain à Avignon. Le Comité d’Organisation, se félicite d’avoir franchi le cap des 5000 places vendues!

A noter également, que les Packs VIP (100 €) connaissent un fort succès. Seulement une poignée sont encore disponibles à la vente.

5000_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Date: 19/04/2013 KO: 10:45 Att: 25,000




Australia

TriesCronk (5) Inglis (50) Morris (54) Lewis (59) Boyd (62) Hodges (73)ConversionsSmith (5, 50, 59, 73)




32

12




New Zealand

TriesHoffman (40) Pritchard (78)ConversionsJohnson (40, 78)




FT (HT: 6-6)

 


Share this post


Link to post
Share on other sites
Créé 28-04-2013 13:48 metrofrance.com
 
 
rugby-XIII-web.jpeg

Houita Ben Choug, à droite en compagnie de Stéphanie Bras, disputera la Coupe du Monde de rugby à XIII féminin en Angleterre  Photo : Ph.F/Metro

 
Les Toulousaines n'auront pas à payer pour jouer en équipe de France SPORT – Le déplacement des Bleues pour la Coupe du Monde de rugby à XIII est bouclé. Les joueuses n'auront pas à financer elles même leur déplacement comme initialement prévu.
 

Les joueuses de l'équipe de France de rugby à XIII joueront la Coupe du Monde. Elles ont réussi à boucler le budget de 32 000 euros qui leur permettra de s'envoler pour l'Angleterre en juillet 2013: c'est finalement le concours des collectivités et l'apport d'un généreux donateur privé (20 000 euros) qui a débloqué la situation. "C'est une très bonne nouvelle pour nous mais aussi pour le rugby à XIII féminin en général", se félicite Stéphanie Bras, présidente du Toulouse Ovalie dont six joueuses doivent disputer la compétition. Une participation qui n'était pas acquise: il y a quelques semaines, les 22 joueuses apprennent lors d'un stage de l'équipe de France qu'elles doivent financer elles-mêmes leur voyage outre-Manche.

Davantage de considération

N'ayant pas budgétisé la participation des filles à la Coupe du Monde, la Fédération de rugby à XIII contraint ses joueuses à payer 500 euros de leur poche et en vendant des billets de tombola si elles souhaitent participer à la compétition. "On aurait aimé davantage de considération", estimait Houita Ben Choug, internationale du Toulouse Ovalie depuis 2007 et qui revendique à l'instar de leurs homologues masculins le droit de disputer une compétition internationale. Finalement devant la médiatisation de l'affaire, même Christophe Borgel le député PS est intervenu auprès de la ministre des Sports, les joueuses de rugby à XIII joueront leur deuxième Coupe du Monde.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Publié par Benoit Conta le 2 mai 2013 à 11h04 rugbynews.fr

Pas de tombola mais un Mondial pour les filles du XIII !
International

De nombreux médias avaient relayé l'affaire. (DR)

tombola_XIII_scalewidth_640.jpg

 

 

L’équipe de France féminine de rugby à XIII participera bien à la Coupe du monde en Angleterre, en juillet prochain. Alors que la Fédération française avait d’abord demandé aux joueuses d’organiser une tombola pour financer elles-mêmes leur voyage, une généreux donateur a finalement rendu possible la compétition.

Tout est bien qui finit bien. Un temps mise en suspens pour des problèmes financier, la participation de l’équipe de France de rugby à XIII à la prochaine Coupe du monde, à partir du 3 juillet prochain, est désormais validée. Un Mondial qui semblait pourtant bien lointain, à la fin du mois du mois de mars, pour les Française. Pour envoyer ses joueurs, la Fédération réclamait en effet un peu plus de 32 000 euros pour financer le voyage. Pour le résoudre, l’instance avait trouvé une solution simple. "Nous sommes dans l'obligation de trouver des fonds. Nous avons demandé à chacune des joueuses une participation à hauteur de 200 euros de vente de billets de tombola, plus 300 euros supplémentaire", expliquait alors Yoann Bodier, le président de la commission féminine à la Fédération française, sur le site du Monde.

Une situation franchement mal vécue par les joueuses, qui avaient clamé leur désaccord, notamment dans les médias. "Déjà en 2008 pour partir à la Coupe du Monde en Australie, il avait fallu démarcher les associations de quartier", lançait Houita Ben Choug, internationale tricolore, dans les colonnes de Metro. "Les filles méritent de partir, car elles dépensent une énergie folle pour concilier leurs études, leur vie professionnelle et leur passion pour le XIII. Avec cette histoire, nous ne voulons pas glisser sur un débat féministe. D’ailleurs, pour les équipes de France junior ou les universitaires messieurs, les problèmes sont les mêmes", notait pour sa part Stéphanie Bras, présidente et joueuse du club de Toulouse, dans La Croix.

Une agitation qui a finalement permis de boucler le budget, et de valider le voyage vers l’Angleterre. "C'est une très bonne nouvelle pour nous mais aussi pour le rugby à XIII féminin en général", s’enthousiasme Stéphanie Bras, alors que la majeure partie du financement viendrait d’un don privé de 20 000 euros, et d’un donateur souhaitant garder l’anonymat. Un don qui s’est accompagné d’autres financements, de la part de la fédération, mais aussi des collectivités, notamment en Midi-Pyrennées. "On est libérée du poids de l'incertitude, si on n'avait pas obtenu ces fonds, je ne sais pas ce qu'il serait advenu de l'équipe, confie Sonia Zaghdoudi, la demi d’ouverture de l’équipe, à la Dépêche du Midi. Mais il ne faut pas pour autant que l'on se déconcentre, la préparation va s'intensifier et nous serons attendues sur nos performances."

Share this post


Link to post
Share on other sites

XIII : le trophée de la coupe du Monde présenté demain

Le 02 mai à 6h00 lindependant.fr

 

Un week-end "événement" à Baho avec des moments sportivement très forts que vont pouvoir vivre les amateurs de rugby à XIII en cette fin de semaine. Voici donc deux rendez-vous à noter sur vos agendas treizistes.

 

 Coupe du Monde. Demain, à partir de 18 h, la salle Evora sera au centre d'un événement majeur pour les treizistes, puisque c'est là que sera présenté officiellement aux écoles de rugby à XIII du département et aux penyas, le trophée de la Coupe du Monde, de passage dans le département. En effet, la France a obtenu l'organisation de deux matches de cette prestigieuse compétition qui verra s'affronter les meilleures équipes du monde treiziste. Perpignan recevra en partage un France-Samoa le 11 novembre, tandis qu'Avignon devrait accueillir le 1er novembre la rencontre France-Nouvelle-Zélande. C'est autour de cet immense moment qu'est organisée donc, par le comité du Roussillon, la venue du trophée que chacun pourra approcher. Notez également que des places pour les deux matchs seront mises en vente à cette occasion.

 

 Demi-finale. Le lendemain, samedi 4 mai, au stade de Baho se déroulera la demi-finale du championnat de France Elite 2. Baho, brillant premier au classement des phases qualificatives y sera opposé à 16 h au club vainqueur du barrage Toulouse-Cavaillon. Match capital si les Geckos veulent accéder à la finale qui se jouera le 19 mai à Pia. A noter qu'en ouverture, les cadets de Baho seront opposés à leurs homologues de Villefranche-de-Rouergue dans le cadre du Trophée National à partir de 13 h 30, phase retour qui devrait confirmer leur supériorité affirmée lors de la phase aller.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La coupe du monde de rugby à XIII à Perpignan

Le trophée de la coupe du monde de rugby à XIII 2013 a été présenté au public ce vendredi à Perpignan. La ville accueillera le 11 novembre l'un des matches de la compétition. Il opposera l'équipe de France aux Iles Samoa.

  • Par Valérie Luxey
  • Publié le 03/05/2013 france3.fr
coupe_12.jpg
Le trophée de la coupe du monde de rugby à XIII 2013 au pied du Castillet
 
La Coupe du monde de rugby à XIII arrive à Perpignan, la ville des Dragons catalans. Le trophée était présenté au public ce vendredi 3 mai au pied du Castillet.

presentation_coupe_monde_rugby_13_bis.jp
Perpignan accueillera le match France/Samoa le 11 novembre 2013
Le 11 novembre prochain, l’équipe de France affrontera, au stade Gilbert Brutus, l’une des équipes les plus redoutables de ce mondial : celle des Iles Samoa.

Dans le même groupe que la Nouvelle-Zélande

Les deux équipes évolueront dans le groupe B, aux côtés du tenant de titre, la Nouvelle-Zélande et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Les 3 premiers seront qualifiés pour les 1/4 de finale. 

14 nations participantes

L'Angleterre, le Pays-de-Galles, l'Irlande et la France sont les organisateurs de l'édition 2013 de la coupe du monde de rugby à XIII.

18 stades accueilleront les 28 matches opposant les 14 nations qualifiées pour la compétition. Elle se déroulera en octobre et novembre prochains.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Opération séduction hier à Perpignan

Le 04 mai à 6h00 par J. M. lindependant.fr

 

presentation-hier-de-la-coupe-du-monde-dPrésentation hier de la coupe du Monde de Rugby à XIII dont un match se tiendra à Perpignan le 11 novembre. PHOTO/Photo Thierry Grillet

J-175 jours avant le lancement du rendez-vous qui fera vibrer l'univers du rugby à XIII. Eh oui, dans moins de six mois, la quatorzième coupe du Monde de rugby à XIII se tiendra en Grande-Bretagne et en France et mettra aux prises les plus grandes nations avec l'Australie, la Nouvelle-Zélande ou l'Angleterre. Pour promouvoir cet événement planétaire, le trophée a été présenté hier sur la place de la Victoire à Perpignan en présence d'élus et de Michel Pianelli, président du comité du Roussillon. Et pour cause, un match de l'équipe de France se tiendra dans l'enceinte de Gilbert-Brutus le 11 novembre et opposera les tricolores aux Iles Samoa. Les places sont d'ailleurs déjà en vente à partir de 15 €. Pour Olivier Elima, capitaine de cette équipe de France et joueur des Dragons, "ça promet d'être un grand moment à la fois pour les nombreux internationaux français des Dragons Catalans mais aussi pour tous les amoureux du rugby à XIII. Ce sera une belle fête et je sais qu'on pourra bénéficier du soutien du public". Par ailleurs, Olivier Elima a confirmé que les tricolores effectueront leurs stages de préparation à Perpignan et à Avignon. La cité du Vaucluse accueillera également un match de poule de l'équipe de France. Ce sera le 1er novembre face à la Nouvelle-Zélande avec des billets à partir de 10 euros. Enfin, s'il était question hier surtout de la coupe du Monde, les différents protagonistes ont aussi profité de l'événement pour promouvoir une autre actualité plus proche avec la Finale du Championnat de France qui opposera ce dimanche à 15 h la réserve des Dragons, Saint-Estève XIII Catalan, à Pia au stade Gilbert-Brutus et qui promet de belles empoignades.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Coupe du Monde de Rugby à XIII déjà à Avignon

Mercredi 08 mai 2013 à 17h39

francebleu.fr

Le tournoi régional de Rugby à XIII " Roger Jourdan La Provence" avait un avant-goût de Coupe du Monde aujourd'hui à Avignon. 600 enfants ont commencé la journée par un Haka géant. Le trophée de la Coupe du Monde 2013 a été emmenée aux pieds du Pont Saint-Bénézet pour lancer le compte à rebours du match France/Nouvelle-Zélande le 1er Novembre au Parc des Sports d'Avignon.

Share this post


Link to post
Share on other sites


Rugby : l'année 2013 est très attendue par le XIII

B. C.

10/05/2013, 06 h 00 midilibre.fr



 

 





laurent-moreno-et-jacques-pech_577046_51

Laurent Moreno et Jacques Pech. (© D.R)

2013, l'année du rugby à XIII ?" se demande Bruno Vincens, dans le quotidien L'Humanité (édition du week-end des 12, 13 et 14 avril). En tout cas ça rime, c'est déjà ça. Du XIII en 13 ? Le nombre portera-t-il bonheur ? Allez savoir... Avec la coupe du monde de la Rugby League ("rugby à XIII" en Anglais), qui se déroulera essentiellement en Angeterre, tout peut arriver. "Carlo Zalduendo, élu en novembre dernier président de la Fédération française de rugby à XIII, entend utiliser la Coupe du monde -du 26 octobre au 30 novembre- pour impulser une dynamique", ajoute le journaliste. Pour le président de la "fédé", "il y a deux catégories de sports : ceux qui perçoivent des droits de retransmission télé... et les autres". Or, c'est la chaîne qatarie Bein Sport qui retransmettra la Coupe du monde. Selon "L'Huma", "la manne procurée par l'arrivée de Bein Sport pourrait aider la fédération à accomplir le programme défini par son nouveau président". A savoir améliorer la formation des éducateurs et des joueurs, aider les clubs à se structurer. Sans le dire ouvertement -c'est nous qui interprétons entre les lignes-, Carlo Zalduendo mise sur l'aspect télégénique du XIII. Evoquant le rugby à XIII, Gilles Daumas, le manager de l'équipe de France, déclare : "Le jeu est plus rapide. Les longues préparations foncières n'existent presque plus. On prépare les joueurs à des efforts très intenses. On travaille l'explosivité et la vitesse". Jacques Pech, le coprésident du XIII Limouxin (avec Laurent Coronas et Laurent Moreno) ne cache pas son heureuse surprise : "Télévisuellement, au point où on en est, je suis preneur. Si Bein Sport retransmet la coupe, tant mieux. Cela dit, je paie ma redevance. Or l'une des chaînes se dit la 'chaîne de tous les sports'' sauf qu'à part tous les sports, je n'y vois jamais de rugby à XIII... En Angleterre et en Australie, le XIII attire des millions de téléspectateurs. En France, je suis sûr que ce serait la même chose". Le coprésident n'a évidemment "rien contre les autres disciplines, rugby à XV inclus", mais "si tout le monde doit exister, alors le XIII a aussi sa place à la télévision où il n'y en a que pour Montpellier. Bref j'espère que la nouvelle direction du XIII saura profiter de la Coupe du monde".



Share this post


Link to post
Share on other sites

Rugby à XIII : la coupe du monde est à Carcassonne !

Le 10 mai à 17h21 lindependant.fr

defile-dans-les-rues-de-carcassonne-pourDéfilé dans les rues de Carcassonne pour le fameux trophée. PHOTO/CHRISTOPHE BARREAU

La coupe du monde de rugby à XIII a fait étape ce vendredi après-midi à Carcassonne. Un hommage a été rendu à son fondateur, Paul Barrière, ancien président de la Fédération française de rugby à XIII, et ancien directeur du Festival de la Cité. 

Dans la journée, le fameux trophée, en argent massif, a été exposé à Limoux, Lézignan et Villeneuve-Minervois

Ce samedi, Carcassonne accueille les finales de la coupe Luc-Nitard et Lord-Derby à partir de 15 h, à Domec, ainsi que le challenge Oustric, à partir de 9 h, plaine Mayrevieille.

Share this post


Link to post
Share on other sites


La coupe du monde de rugby à XIII accueillie

Correspondant midilibre.fr

14/05/2013, 06 h 00



 

 



a-l-heure-du-discours-du-maire_580165_51

A l'heure du discours du maire. (© D.R)

VILLENEUVE-MINERVOIS Le trophée de la coupe du monde de rugby à XIII (elle aura lieu en novembre) a fait étape à Villeneuve-Minervois. C'était dans la salle du conseil municipal. Pour l'occasion, Alain Ginies, maire de la commune avait organisé une réception avec toutes les personnes concernées (Fédération, Ligue, comité de l'Aude), joueurs et dirigeants du club local, mais aussi des personnes venues de tout le département. "La Coupe du monde de rugby à XIII fut fondée suite à une initiative française. Les Français demandent la mise en place d'une telle épreuve dès 1935, alors que le rugby à XIII faisait depuis quelques mois ses premiers pas en France. L'idée est reprise en 1951 par Paul Barrière (président de la Fédération française de rugby à XIII depuis 1947) au moment où la sélection française domine sur le plan mondial ce sport. En janvier 1952, les autorités internationales du jeu (IRLB) acceptent l'idée qui reçoit aussi le ferme soutien de la Rugby Football League (RFL fédération anglaise de rugby à XIII). Une réunion à Blackpool en novembre 1953 d'International Board (IRLB) met officiellement au monde cette nouvelle épreuve sportive mondiale et, confie naturellement l'organisation de la première édition au pays hôte la France pour l'année suivante. La Fédération française du jeu à XIII (nouvelle dénomination depuis fin avril 1948 de la LFR-XIII/FFRXIII) offre le trophée représentatif". Après avoir écouté les discours, le maire invita toutes les personnes présentes à venir découvrir (ou redécouvrir) le musée régional de la truffe situé juste en bas de la mairie.


Share this post


Link to post
Share on other sites

"Les Tricolores à Brutus"

Le 15 mai à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

 

les-tricolores-a-brutus_307456_516x343.j PHOTO/Philippe Rouah

Dans 164 jours débute la Coupe du monde de rugby à XIII. L'occasion de faire le point avec le manager de cette équipe de France, Gilles Dumas, à un mois du premier rassemblement des Tricolores.

 

 Gilles, quand aura lieu le premier rassemblement de l'équipe de France ? Le 11 ou le 12 juin à Gilbert-Brutus, il y aura le premier rendez-vous des Bleus avec un groupe de 40 joueurs. À l'issue de cette journée, nous organiserons une conférence de presse afin de présenter les dates des stages prévus.

 

 Justement, quel jour sera communiquée la liste des 40 ? Avec Jean Alonso, le directeur de l'équipe de France, nous peaufinons les deniers détails. La liste sera officiellement dévoilée en milieu de semaine prochaine. Nous allons bientôt lancer les convocations. Richard Agar, qui a assisté aux demi-finales Elite, est reparti avec une idée et les vidéos d'autres matches qu'il a ciblés. Il communique régulièrement avec ses adjoints et moi-même à ce sujet. Il a envie de discuter encore sur certains choix. Ce n'est que début octobre que la liste des 23 sera dévoilée.

 

 Les lieux de préparation de la Coupe du monde sont-ils connus ? Oui, nous partirons en Angleterre neuf jours avant notre premier match à Hull face à la Papouasie. Ensuite, il y aura deux lieux de préparation, à Avignon et à Perpignan, les deux sites qui accueilleront une rencontre.

 

 Et concernant le match amical ? C'est bien avancé contre les États-Unis courant octobre.

 

 Qu'en est-il des joueurs élite qui ont terminé leur saison samedi dernier pour certains et depuis plusieurs semaines pour d'autres ? Déjà, ils ont besoin d'un temps de repos. Le préparateur physique, Fred Marcerou, a discuté avec Richard Agar à plusieurs reprises sur la préparation globale des joueurs. Les garçons issus du championnat Elite seront suivis, bien entendu. Mais tout sera dévoilé le 11 ou le 12 juin prochain à Perpignan.

 

  Dimanche 27 octobre à Hull (17 h) : France - Papouasie-Nouvelle-Guinée Nouvelle-Guinée Guinée.

 Vendredi 1er novembre à Avignon (21 h) : France - Nouvelle-Zélande.

 Lundi 11 novembre à Perpignan (21 h) : France - Samoa.

 Barthau, Baile, Soubeyras et les Bleus ont rendez-vous à Brutus dans un mois.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Villeneuve-Minervois. La Coupe du Monde de rugby à XIII fait étape au village

Publié le 17/05/2013 à 03:48

 

201305171411-full.jpg

La Coupe du Monde de rugby à XIII.

zoom.png

La Coupe du Monde dans n'importe quelle discipline sportive est un événement majeur. Pour le rugby à XIII, l'histoire de cette compétition démarre dans notre pays. En effet, ce sont les Français qui demandent la mise en place d'une telle épreuve dès 1935, alors que le rugby à XIII ne faisait ses premiers pas en France que depuis quelques mois. L'idée est reprise ensuite en 1951 par Paul Barrière (président de la Fédération française de rugby à XIII depuis 1947) au moment où la sélection française domine sur le plan mondial ce sport. Une réunion à Blackpool en novembre 1953 de l'International Board (IRLB) officialise cette nouvelle épreuve sportive et confie naturellement l'organisation de la première édition au pays hôte : la France. La Fédération française du jeu à XIII offre le trophée représentatif. C'est ce trophée récompensant le vainqueur de la Coupe du Monde de rugby à XIII (elle aura lieu en novembre) qui a fait étape dans notre village. Cet événement avait lieu dans la salle du conseil municipal. Pour l'occasion, Alain Giniès, maire de la commune, avait organisé une réception avec toute la famille treiziste (fédération, ligue, comité de l'Aude), joueurs et dirigeants du club local, mais aussi des personnes venues de tout le département. Pour clôturer cet après-midi, un apéritif suivi d'un repas attendaient pas moins de 140 personnes.

La Dépêche du Midi

Share this post


Link to post
Share on other sites
La coupe du Monde de XIII trône au stade

Le 25 mai à 6h00 lindependant.fr

une-belle-symbolique-pour-les-jeunes-treUne belle symbolique pour les jeunes treizistes. PHOTO/© D.R

C'est autour des coprésidents de l'école de rugby à XIII, François Morales, André Coll et Marcel Rabasse, de Gaston Coubris, adjoint aux sports, Gérard Castany élu à la communication, les entraîneurs et les benjamins champions de Ligue du Languedoc-Roussillon que la coupe du Monde de rugby a XIII a été accueillie. Tout un symbole pour ces jeunes champions.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quarante joueurs sélectionnés pour le 1er stage de l'Equipe de France
Mardi, 04 Juin 2013 16:10 ffr13.com
 

A l’occasion du premier stage de préparation de l’Equipe de France pour la Coupe du Monde de Rugby à XIII, le Directeur des Bleus, Jean ALONSO, revient sur le processus de sélection des joueurs et nous parle des prochaines échéances.

Richard-AGAR-et-Jean-ALONSO-soulvent-le-

Richard AGAR (à gauche) et Jean ALONSO (droite) soulèvent la Coupe du Monde

Le processus de sélection…

Quarante joueurs sont convoqués pour le stage de l’équipe de France qui débutera le 11 Juin à Perpignan. Quels sont les critères déterminant pour faire partie du groupe ? Quel est le processus de sélection ?

Jean ALONSO : Plusieurs critères sont pris en compte. Au niveau sportif d’une part, avec une évaluation de la qualité de jeu technique et physique du joueur, ses prestations dans son club sont également importantes. D’un point de vue plus « humain », nous ferons attention à la capacité d’intégration du joueur dans le groupe France.

Concernant le processus de sélection, la Direction Technique Nationale (DTN) réalise un premier aperçu, repris par le sélectionneur de l’équipe de France qui fait un choix suivant le poste attribué. Quarante joueurs sont sélectionnés pour faire partie des stages de préparation, mais la liste reste ouverte. Certains partiront, d’autres rentreront.

 

 

Quand la liste définitive doit être transmise à l’organisation ?

Jean ALONSO : Une liste écrite de 40 joueurs est donc transmise dans un premier temps à l’organisation. Puis le 1er octobre, nous enverrons la liste des 23 ou 24 sélectionnés.

 

 

Gardez-vous un œil sur les joueurs français de l’étranger, comme Clint GREENSHIELDS, Dimitri PELO, Benjamin GARCIA et Tony GIGOT ?

Jean ALONSO : Nous sommes actuellement en discussion avec le sélectionneur pour savoir si nous nous concentrons dans un premier temps sur les joueurs évoluant en France, ou si nous invitons quelques garçons de l’étranger. Cette décision n’est pas encore bloquée, mais il est certains que nous gardons un œil sur eux.

 

Etant présent lors du match opposant l’équipe de France U18 à l’England Academy à La Réole, certains joueurs vous ont-ils fait bonne impression ? Auront-ils l’opportunité de participer à un stage de préparation avec les Séniors ?

Jean ALONSO : Les moins de 18 Français évoluent dans un championnat encore trop limité, surtout en comparaison des Anglais (certains sont en Super League). Il y a encore du travail à effectuer mais dans le futur il y a des possibilités. Théo FAGES, qui n’a pas joué le week-end dernier, fait partie d’un club de Super League (Salford). Il a beaucoup évolué physiquement et techniquement. Il est aujourd’hui suivi par le sélectionneur, directement en Angleterre. Ses prestations nous permettent de le convoquer pour le 11 juin.

___

Les prochaines échéances…

Quel sera le programme de ce stage de préparation de l’équipe de France ? Pourquoi cette date ?

Jean ALONSO : La date est définie notamment en fonction des joueurs professionnels et des Dragons, qui sont en pleine saison de Super League. Lors de ce premier stage, les joueurs auront l’occasion de se retrouver, de discuter pour créer des objectifs communs.

 

 

Pourquoi est-il important que les Bleus organisent leurs stages de préparation à Perpignan et à Avignon ?

Jean ALONSO : Un bon nombre de joueurs convoqués fait partie du staff des Dragons Catalans. De plus, ils disposent d’infrastructures de qualité qui vont nous permettre de bien travailler. C’est important que les joueurs prennent leurs marques dans ces deux villes (Avignon et Perpignan) puisque c’est là où se joueront deux de leurs matchs de Coupe du Monde (contre la Nouvelle-Zélande et les Samoas).

 

 

Qu’attendez-vous de l’Equipe de France lors de cette Coupe du Monde ?

Jean ALONSO : L’objectif est de passer le premier tour. Vu nos adversaires, il s’agit de la poule la plus compliquée du tournoi. Après ce sera du bonus.

 

 

Quelle est la composition du staff de l’équipe de France ?

Jean ALONSO : Directeur

Gilles DUMAS Manager

Richard AGAR : Sélectionneur

Jérôme GUISSET : Adjoint

Thierry DUMAINE : Adjoint

Frédéric MARCEROU : Préparateur Physique

Christian VALERO : Docteur

 

 

Venez nombreux soutenir le XIII de France et participer à l’événement sportif de l’année

banniere-web-nz_7b6ebbfff033d5410c106fca

banniere-web-samoa_f9fdada6e0641f2d59bc3

___

 

 

Liste des quarante joueurs sélectionnés pour le stage du 11 Juin à Perpignan

 

Nom

Prénom

Club

AHLALOU

Rachid

Saint Estève-XIII Catalan

BAILE

Jean-Philippe

Saint Estève-XIII Catalan

BARTHAU

William

Dragons Catalans

BENTLEY

Andrew

SM Pia XIII

BENTLEY

Kane

SM Pia XIII

BISSIERE

Joris

SO Avignon XIII

BOSC

Thomas

Dragons Catalans

BOUSQUET

Julian

Dragons Catalans

CAGNAC

Joris

SO Avignon XIII

CANET

Bastien

AS Carcassonne XIII

CARDACE

Damien

Dragons Catalans

CASTY

Rémi

Dragons Catalans

DUPORT

Vincent

Dragons Catalans

ELIMA

Olivier

Dragons Catalans

ESCARE

Morgan

Saint Estève-XIII Catalan

FAGES

Théo

Salford City Reds

FAKIR

Jamal

Saint Estève-XIII Catalan

GONZALEZ-TRIQUE

Théo

Toulouse Olympique XIII

GRESEQUE

Maxime

SM Pia XIII

GRIFFI

Mathieu

FC Lézignan XIII

GUASCH

David

Saint Estève-XIII Catalan

KHATTABI

Younes

SO Avignon XIII

LARROYER

Kévin

Dragons Catalans

MARGALET

Thibaut

Saint Estève-XIII Catalan

MARIA

Antoni

Dragons Catalans

MICHAU

Vincent

FC Lézignan XIII

MILOUDI

Hakim

Saint Estève-XIII Catalan

MOUNIS

Grégory

Dragons Catalans

PALA

Mathias

Saint Estève-XIII Catalan

PELISSIER

Eloi

Dragons Catalans

PLANAS

Sébastien

Toulouse Olympique XIII

QUINTILLA

Florian

Toulouse Olympique XIII

RAGUIN

Sébastien

Saint Estève-XIII Catalan

ROMANO

Martial

SO Avignon XIII

SIMON

Mickael

Saint Estève-XIII Catalan

SOUBEYRAS

Clément

SM Pia XIII

SOUM

Jonathan

AS Carcassonne XIII

SPRINGER

Gadwin

Saint Estève-XIII Catalan

STACUL

Cyril

SM Pia XIII

VACCARI

Frédéric

Dragons Catalans

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII - coupe du Monde : 40 Bleus en ordre de bataille

Le 04 juin à 15h41 lindependant.fr

richard-agar-a-devoile-sa-liste-des-40-pRichard Agar a dévoilé sa liste des 40 pré-sélectionnés pour la Coupe du Monde PHOTO/lindependant

L'encadrement de l'équipe de France de rugby à XIII a diffusé, ce mardi, la liste des 40 joueurs pré-sélectionnés pour la Coupe du Monde de rugby à XIII qui se déroulera cet automne en Angleterre (avec deux matches en France pour les Bleus).

Il n'y a pas à proprement parlé de surprise dans la liste concoctée par le coach des Bleus, Richard Agar. Ce dernier n'a toutefois pas convoqué l'international français Clint Greenshields qui a retrouvé avec bonheur la NRL australienne cette saison. Pas de Scott Dureau, le demi-de-mêlée des Dragons Catalans dans cette liste non plus alors que l'Australien aurait pu y postuler. Blessé, le troisième ligne des Dracs Jason Baitieri espérait, lui, revenir à temps pour disputer la Coupe du Monde. Ça ne sera pas le cas.

Cette liste, comme prévu, est majoritairement composée de joueurs des Dragons Catalans (22 entre les Dragons et la réserve). 

L'équipe de France sera réunie à Rivesaltes le 11 juin prochain.

A noter qu'ils ne seront que 23 à disputer la Coupe du Monde.

  • AHLALOU RACHID - ST ESTEVE XIII CATALAN
  • BAILE JEAN PHILIPPE - ST ESTEVE XIII CATALAN
  • BARTHAU WILLIAM - DRAGONS CATALANS 
  • BENTLEY ANDREW - SM PIA XIII
  • BENTLEY KANE - SM PIA XIII
  • BISSIERE JORIS - SO AVIGNON XIII
  • BOSC THOMAS - DRAGONS CATALANS
  • BOUSQUET JULIAN - DRAGONS CATALANS 
  • CAGNAC JORIS - SO AVIGNON XIII
  • CANET BASTIEN - AS CARCASSONNE XIII
  • CARDACE DAMIEN - ST ESTEVE XIII CATALAN
  • CASTY REMI - DRAGONS CATALANS
  • DUPORT VINCENT - DRAGONS CATALANS
  • ELIMA OLIVIER - DRAGONS CATALANS
  • ESCARE MORGAN - DRAGONS CATALANS 
  • FAGES THEO - SALFORD
  • FAKIR JAMAL - DRAGONS CATALANS 
  • GONZALEZ TRIQUE THEO - TOULOUSE XIII
  • GRESEQUE MAXIME - SM PIA XIII
  • GRIFFI MATHIEU - FC LEZIGNAN XIII
  • GUASCH DAVID - ST ESTEVE XIII CATALAN
  • KHATTABI YOUNES - SO AVIGNON XIII
  • LARROYER KEVIN - ST ESTEVE XIII CATALAN
  • MARGALET THIBAUD - ST ESTEVE XIII CATALAN
  • MARIA ANTHONI - DRAGONS CATALANS
  • MICHAU VINCENT - FC LEZIGNAN XIII
  • MILOUDI HAKIM - ST ESTEVE XIII CATALAN
  • MOUNIS GREGORY - DRAGONS CATALANS
  • PALA MATHIAS - ST ESTEVE XIII CATALAN
  • PELISSIER ELOI - DRAGONS CATALANS
  • PLANAS SEBASTIEN - TOULOUSE XIII
  • QUINTILLA FLORIAN - FC LEZIGNAN XIII
  • RAGUIN SEBASTIEN - ST ESTEVE XIII CATALAN
  • ROMANO MARTIAL - SO AVIGNON XIII
  • SIMON MICKAEL - DRAGONS CATALANS
  • SOUBEYRAS CLEMENT - SM PIA XIII
  • SOUM JONATHAN - AS CARCASSONNE XIII
  • SPRINGER GADWIN - ST ESTEVE XIII CATALAN
  • STACUL CYRIL - SM PIA XIII 
  • VACCARI FREDERIC - DRAGONS CATALANS

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bricomarché partenaire de l'Equipe de France Féminine
Vendredi, 31 Mai 2013 17:35 ffr13.com
 

A un mois de l’ouverture de la Coupe du Monde Féminine de Rugby à XIII (le 3 Juillet à Leeds),la FFR XIII et l’enseigne nationale Bricomarché ont officialisé leur partenariat autour de l’Equipe de France Féminine lors d’une conférence de presse ce vendredi 31 mai aurestaurant étoilé de Stéphane TOURNIE – Les Jardins de l’Opéra à Toulouse.

C’est en présence de nombreuses personnalités telles que Marie-France CHAUMEIL(Responsable du Pôle sport et promotion des APS à la DRJSCS), Christophe BORGEL (Député de la 9ème Circonscription de Haute-Garonne), Stéphane TOURNIE (chef étoilé du restaurant Les Jardins de l’Opéra) et de nombreux journalistes, que Carlos ZALDUENDO (Président de la FFR XIII) a tenu une nouvelle fois à remercier l’engagement de Bricomarché au côté de l’Equipe de France Féminine et a rappelé que la pratique de rugby à XIII féminin était un axe incontournable de développement.

Pierre COURBOIS (Responsable du Pôle Marketing de Bricomarché) et Romain SORT (Franchisé Bricomarché), se sont félicités de la réactivité de leur groupe pour le soutien apporté à cette Equipe de France. L’ancien international treiziste, Romain SORT, a déclaré : « Le côté humain est très important pour nous. Je suis très heureux que les filles puissent participer à la Coupe du Monde. »

Pierre COURBOIS a retrouvé dans le Rugby à XIII, des valeurs communes aux 498 franchises Bricomarché comme le courage, la combativité et l’esprit de groupe et a souligné que : « le Rugby à XIII et le bricolage se conjuguent également au féminin. »

Puis, Cécile SEGHAIRIA (entraîneur adjointe de l’Equipe de France) a rappelé le processus de sélection des joueuses et le programme qui les attendaient avant le départ pour l’Angleterre prévu le 4 Juillet. Bien que déçues de ne pas affronter le Tonga, la Russie ou les Samoans (initialement engagées), les Bleues auront à cœur de ne pas faire simple figuration lors de cette compétition.

Pour rappel, la Coupe du Monde se déroulera à Leeds (Angleterre) du 5 au 14 Juillet 2013. L’Equipe de France rencontrera les trois meilleures nations du Monde : l’Angleterre, l’Australie et la Nouvelle-Zélande (championne du Monde en titre).

Bricomarch-partenaire-de-lEquipe-de-Fran

Bricomarch-sassocie-avec-lEquipe-de-Fran

 

De gauche à droite : R. SORT, A.VIDAL, C.ZALDUENDO, P.COURBOIS, C.SEGHAIRIA et S.TOURNIE

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



Rugby League World - April 2017

League Express - Mon 10th April 2017