Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

claude cassagnol

Dragons Catalans saison 2013.

207 posts in this topic

Les Dragons sans Dureau pour la reprise

Le 05 janvier à 6h00 par Bruno Onteniente lindependant.fr

La nouvelle a fait le tour de la planète XIII.

Le demi de mêlée des Dragons Catalans, Scott Dureau (26 ans) s'est fait opérer mercredi soir à Sydney d'une tumeur située derrière un œil. Alors, à quatre semaines de la reprise de la Super League, les interrogations étaient nombreuses, hier à Perpignan. L'Australien, élu meilleur demi de mêlée de la compétition ces deux dernières saisons a commencé à ressentir des maux de tête après les grosses séances de physique fin décembre à Gilbert-Brutus. A son arrivée en Australie pour les fêtes de fin d'année, il a commencé à avoir des troubles de la vision. Laurent Frayssinous poursuit : "Sa tante est ophtalmologue, elle l'a ausculté et dirigé vers un spécialiste. Ce dernier a diagnostiqué une tumeur, c'était vendredi dernier". Une annonce qui a "choqué et affecté" selon le coach son joueur et sa famille. Mais Scott Dureau est rapidement passé au fait qu'il fallait opérer pour pouvoir continuer à jouer "Il a été opéré mercredi. Je l'ai eu au téléphone assez régulièrement, il a passé le réveillon en famille avant de partir sur Sydney pour subir l'opération. D'ailleurs l'intervention a été qualifiée de totale réussite d'après le chirurgien qui est une pointure dans son pays" explique l'entraîneur des Dracs. Le brillant joueur a quitté ce matin l'hôpital de Sydney afin de rejoindre son domicile familial. Il devra patienter avant de subir des examens de contrôle dans les prochaines semaines.

La vie sans Dureau De leur côté les joueurs et l'encadrement préparent la grande rentrée : "On s'est posé la question à savoir comment il pouvait être fier de nous et comment nous pouvions l'aider. On doit bien travailler pour lui, lui adresser des messages d'encouragement. On est tous sur la même longueur d'onde et on va tout faire pour l'aider à 20 000 kilomètres". N'empêche que l'encadrement a bien conscience qu'il faudra débuter la saison sans 'Scotty'. Laurent Frayssinous le premier : "Nous sommes dans cette optique effectivement. Mais nous aurions pu être plus mal servi en terme d'effectif. Nous avons Barthau et Bosc. Barthau a été intéressant avec l'équipe de France et Bosc a l'expérience de ce poste. Nous avons la profondeur de banc pour palier à cette absence". L'ancien international français sait aussi très bien que l'on ne remplace pas un joueur de la classe de Scott Dureau comme ça : "Je n'attends pas à ce que l'on compare Bosc et Barthau à Dureau, mais ce sont deux joueurs de talent". Le directeur des Dragons Catalans, Christophe Jouffret, en Australie pour vacances a suivi donc sur place le coup dur qui vient de s'abattre sur le club. Enfin, en attendant les examens de contrôle, personne à ce jour, n'est en mesure de fixer la durée de la convalescence du joueur australien qui, de toute façon, manquera la reprise de la saison.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons Catalans vont rallumer le feu

Le 05 janvier à 6h00 par Propos recueillis par G. R. lindependant.fr les-dragons-catalans-vont-rallumer-le-feu_270670_516x343.jpg PHOTO/Photos Barreau

Il y avait de quoi refaire toute l'histoire du rugby à XIII, hier midi, Chez Felix. Les "petits" Dragons du Lauquet avaient invité le président des "grands" Dragons Catalans, Bernard Guasch. Un prélude à la soirée de vendredi prochain, où l'équipe de Super League sera présentée au Dôme. Ce sera à 19 h, après un entraînement des Dragons programmé de 16 h à 18 h à Domec. Ce sera la première fois que les Catalans fouleront la pelouse carcassonnaise depuis le 8 avril 2006. Ce jour-là, les Dragons avaient dévoré les Tigres de Castleford 51-14, devant 6 000 spectateurs. C'était leur première année en Super League, et depuis, ils n'arrêtent pas de cracher le feu ! Pourquoi avoir choisi Carcassonne pour présenter votre équipe ? Bernard Guasch (président des Dragons Catalans) : Nous avons répondu à l'invitation des Dragons du Lauquet et de la ville de Carcassonne. C'est une façon de remercier les treizistes audois qui viennent nous encourager toujours plus nombreux. On essaie de sortir le XIII de son microcosme. Nous avons déjà délocalisé des matchs à Narbonne, Carcassonne, Barcelone, Béziers, Montpellier deux fois. Reviendrez-vous jouer un match à Carcassonne ? Je l'espère ! La Super League demande des stades avec de solides infrastructures. Mais le match que nous avions joué à Domec reste un grand souvenir. Vous avez l'air ému de venir à Carcassonne… Quand je viens ici, beaucoup de choses résonnent en moi. Tout à l'heure, je demandais à Jean Cabrol : "Mais où est la Trivalle ?" J'en ai tellement entendu parler… Les Audois n'ont pas toujours soutenu les Catalans… Oh non (rires) ! À l'époque, nos affrontements étaient des vrais clasicos, comme on dit aujourd'hui. C'est contre l'ASC que j'ai fait mes débuts en équipe première. Je me suis retrouvé face à Guy Alard, que j'admirais. Et mon premier titre de champion de France, c'était aussi contre l'ASC, en 1979, à Toulouse. Pendant des années, on ne s'est pas fait de cadeaux, mais désormais, une grande amitié nous unit tous. Vendredi, vous déposerez une gerbe devant la statue de Puig-Aubert… Avant de faire les beaux jours de l'ASC, Pipette a joué quatre ans aux Dragons Catalans. C'était un ami de mon père et il venait partager des cargolades à la maison. Ce sera une fierté de l'honorer. 40 joueuses postulant à l'équipe de France s'entraînent aujourd'hui à Domec, avant le 8e de finale de Coupe de France entre l'ASC et Villeneuve-sur-Lot, à 18 h 30 (lire p. 6 et sports). Accueil chaleureux pour les représentants des Dragons Catalans, place Carnot

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons et l'effet papillon

Le 09 janvier à 6h00 par Matthieu Terrats lindependant.fr

les-dragons-et-l-effet-papillon_271245_516x343.jpg PHOTO/Photos Michel Clémentz

Déjà. Il y a une semaine - déjà - Scott Dureau subissait une intervention chirurgicale destinée à le débarrasser d'une tumeur à l'œil. Une bombe qui explosait en Australie et dont la déflagration heurtait de plein fouet les Dragons Catalans de l'autre côté de la planète. Un drôle d'effet papillon qu'il leur a fallu gérer. Émotionnellement d'abord, face à la détresse d'un compagnon de route. Sportivement ensuite. Avec la perspective peu réjouissante d'évoluer sans le meilleur demi de mêlée de Super League. Un choc que les joueurs, requinqués par les bonnes nouvelles des antipodes, parvenaient à transformer en moteur, avec en point d'orgue une énorme séance de préparation effectuée hier après-midi. Pendant que de leur côté, staff et dirigeants envisageaient l'avenir. Avec et sans Dureau.

Un rapport médical décisif Évidemment, l'idée d'engager un joker médical a caressé les têtes pensantes de la maison. Mais les obstacles sont nombreux : un, le candidat doit être libre. Pas forcément un gage de garantie alors que tous les meneurs de jeu dignes de ce nom sont déjà sous contrat. Et si par miracle, les Dracs dénichent la perle rare, l'expansion du salary cap australien (NRL) doublée d'un hypothétique retour de Dureau en cours d'exercice, constituent autant de freins à l'arrivée d'un renfort aux Dragons. Qui plus est en cette année de Coupe du Monde. Enfin, recruter rimerait avec prendre un pari rugbystique risqué (réussite avec Dobson en 2006, échec avec Sherwin en 2010), entraînant dans son sillage la mise en péril de l'harmonie du groupe tout entier. Surtout que les rangs catalans sont d'ores et déjà fournis en éléments capables d'assurer l'intérim. Voire mieux. Thomas Bosc a pour lui une grosse expérience à ce niveau de la compétition comme à ce poste. Sans parler d'un jeu au pied qui plaide en sa faveur. Sur la lancée d'une grosse saison internationale, William Barthau postule à du temps de jeu. Et Laurent Frayssinous compte bien donner sa chance au meilleur joueur Elite 2012. Soit une option logique que privilégie pour le moment les 'sang et or'. Eux qui doivent recevoir dans la semaine le rapport complet du chirurgien qui a opéré Dureau. Un texte qui pourrait sceller le destin du demi de mêlée et déclencher une autre réaction en chaîne. Plus ou moins heureuse. La suite au prochain épisode. Thomas Bosc (à gauche) et William Barthau ont été placés en concurrence pour remplacer Scott Dureau.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Paea opéré lundi

Le 10 janvier à 6h00 par B. O. lindependant.fr

DRAGONS Lundi prochain, le pilier des Dragons Catalans, Lopini Paea, subira à Montpellier une arthroscopie du genou. Une opération nécessaire. Le staff médical a tenté d'éviter l'opération en proposant des injections au joueur durant le mois de décembre. En vain. Après Scott Dureau, c'est un deuxième joueur qui manquera la reprise de la Super League.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons stars du Dôme, ce soir

Le 11 janvier à 6h00 lindependant.fr les-dragons-stars-du-dome-ce-soir_271642_516x343.jpg PHOTO/DR

Grand rendez-vous de rugby à XIII, ce soir, au Dôme. A partir de 19 h, les Dragons Catalans, équipe de Super League, viennent présenter leur effectif 2013, à l'invitation des Dragons du Lauquet, en partenariat avec la Ville de Carcassonne et l'ASC XIII. La soirée commencera par la projection des meilleurs essais 2012, avant la présentation individuelle des joueurs et de la nouvelle équipe d'encadrement.

10 € l'entrée

Ensuite, tous pourront se faire prendre en photo avec les rugbymen et recueillir leurs autographes. La boutique des Dragons Catalans permettra de se procurer les articles du club. Enfin, un apéritif et un buffet seront proposés. Le président des Dragons Catalans, Bernard Guasch, a souhaité organiser cette soirée à Carcassonne pour remercier les treizistes audois de leur fidélité au côté du club. Dès cet après-midi, les Dragons Catalans s'entraînent à Domec, de 16 h à 18 h, avant un dépôt de gerbe à la statue de Puig-Aubert, qui, avant de faire les beaux jours de l'ASC, joua pendant quatre ans sous le maillot catalan. Entrée 10€, gratuit pour les enfants. Les Dragons s'entraînent à Domec, cet après-midi.

Les Dragons au Dôme

Le 11 janvier à 6h00

Les treizistes du département sont en ébullitions. Les Dragons Catalans, porte-drapeaux du XIII en France sont à Carcassonne ce vendredi, salle du Dôme. Un rendez-vous incontournable pour côtoyer, l'espace d'une soirée les plus grands joueurs du monde (Pryce, Anderson, Bosc, Pélissier etc.).

Les Dragons, deux gars, un demi

Le 11 janvier à 6h00 par Matthieu Terrats les-dragons-deux-gars-un-demi_271580_516x343.jpg PHOTO/H. J. et Th. G.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres". Pour Bernard Guasch, président froid et fataliste, "les uns", c'est Scott Dureau. Demi de mêlée superstar des Dragons Catalans, opéré d'une tumeur à l'œil, et d'ores et déjà indisponible pour le début de saison. "Les autres", c'est Thomas Bosc et William Barthau. Deux gars pour un poste que l'on croyait verrouillé par le meilleur joueur de Super League depuis deux ans. Un cadeau empoisonné pour ceux qui sont chargés de lui succéder, individuellement parlant, d'abord. Mais aussi en temps qu'organisateur de l'équipe. Un double-challenge que Thomas Bosc est pourtant prêt à relever : "J'ai 29 ans. J'ai acquis de l'expérience en Super League que ce soit à l'arrière, à l'ouverture et à la mêlée. A moi de jouer là-dessus, de prendre le jeu à mon compte".

L'année Barthau ?

De son côté, l'ascension de son concurrent, William Barthau, est linéaire. Limpide. "Lancé trop tôt" à son goût dans le grand bain il y a trois ans, ce grand espoir du rugby français a gagné en maturité aux commandes de la réserve (Saint-Estève/XIII Catalan). A tel point qu'il était élu meilleur joueur Elite en 2012. Avant de finir l'année en beauté avec une campagne internationale pleine de promesses. Mais, le costume est grand. Et là où 'Bosco' affiche une sérénité à toute épreuve, 'Will' est tiraillé entre appréhension et excitation : "Je n'ai pas trop eu le temps de partager avec les Dragons. L'an dernier, je n'ai fait qu'un match avec eux. Je ne connais pas la Super League, même si j'en ai eu un aperçu avec l'équipe de France. Pour acquérir l'expérience qu'il me manque, il faut jouer. C'est le départ de quelque chose. Nous, les jeunes, on se plaint souvent de ne pas faire partie des plans. Mais quand on est sur le terrain, il faut faire en sorte de ne pas perdre sa place". Entre un Bosc jamais meilleur que lorsqu'il se trouve là où on ne l'attend pas et un Barthau dont les observateurs disent que 2013 est peut-être son année, les Dragons ont des arguments. En attendant le retour de Dureau. Qui fera le bonheur de tout le monde. En 2010, Barthau (à gauche) était catapulté parmi les grands à 20 ans à peine. Bosc, lui, est un cadre des Dragons depuis 2006.

"On ne se cherchera pas d'excuses"

Le 11 janvier à 6h00 par Recueilli par Matthieu Terrats on-ne-se-cherchera-pas-d-excuses_271581_516x343.jpg PHOTO/Michel Clémentz

Laurent, voilà une semaine que Scott Dureau a été opéré. Le choc a-t-il été encaissé ? Je me souviens de la tête de certains les deux premiers jours qui ont suivi cette annonce... Oui, ça a été un choc. Mais notre rôle c'est aussi de remobiliser les joueurs, de faire en sorte de ne pas s'écarter de la voie tracée, de l'objectif à atteindre. Il y a eu beaucoup de discussion, de dialogue. Et aujourd'hui, cette période-là est passée. Désormais, tout le monde a bien intégré le fait que l'équipe doit être performante. C'est le mieux qu'on puisse faire pour aider mentalement Scott. Et quand il nous retrouvera, on l'emmènera dans cette vague-là et on lui fera oublier tous ses soucis, pour qu'il revienne au jeu et uniquement au jeu. De l'aveu-même du président Bernard Guasch, les dirigeants et vous-mêmes avez envisagé tous les cas de figure... Il (Scott Dureau) doit repasser un scanner dans les prochaines semaines. Va-t-il revenir ? Est-ce que ça va prendre plus de temps ? C'est difficile de se prononcer. Maintenant, ça fait partie de mon nouveau boulot (d'entraîneur principal) de penser à toutes les éventualités. Oui, on a pensé à tout. Mais la première des choses qu'on attend, c'est qu'il retrouve la santé. Après, on verra ce qu'il adviendra. Thomas Bosc et William Barthau postulent désormais pour le remplacer au poste de demi de mêlée. Cela vous pousse-t-il à revoir vos schémas de jeu ? Non, pour la simple et bonne raison que William et Thomas connaissent le système par cœur. Il y a suffisamment de discussions, de séances vidéo sur la façon dont on veut jouer. Certes, les qualités de Thomas ne sont pas celles de Scott, ni celles de William. Mais il n'y aura pas de modifications. C'est ridicule de changer de philosophie parce qu'il ne manque qu'un joueur. Et vos ambitions ? Si je répondais oui, ça reviendrait à se chercher des excuses. Que ce soit clair : on ne s'en cherchera pas. On fait et on fera le maximum. J'ai une grande confiance en ce groupe-là, même sans Scott. Est-ce que le choc peut devenir un moteur ? Ça peut pour plusieurs raisons. La première, par rapport à ce qui lui est arrivé. La deuxième, parce qu'il est un chef organisateur sur le terrain, qu'il donne de la voix. Thomas ou William vont prendre sa succession mais c'est à chacun de monter d'un cran dans la performance pour justement pallier à ce manque-là. Ça aussi, les joueurs l'ont compris. Scott sait gérer un collectif en deux coups de baguette. Et si le reste de l'équipe garde ce niveau-là en termes de communication et de leadership individuel, quand il reviendra... Frayssinous et David Waite gardent leur ligne de conduite.

Thomas Bosc

Le 11 janvier à 6h00

Né le 5 août 1983 à Perpignan (29 ans). Taille : 1.82m. Poids : 88 kg. Poste : demi d'ouverture, demi de mêlée, arrière, ailier. Apparitions en Super League : 117 (36 essais, 276 coups de pied). Point fort : le jeu au pied. 2012 : 16 matches de Super League (6 essais, 47 coups de pied). Auteur d'un bon début de saison à l'aile de l'attaque. Plébiscité en fin d'exercice, notamment pendant les play-off, pour évoluer à l'ouverture. La phrase : "Pression ou excitation ? Il y a les deux. La pression, tu l'as toujours. Et tu en as besoin pour réussir. Mais cette fois, il va falloir s'imposer, prendre les clés du camion et emmener tout le monde. Je connais mes qualités. Individuellement, il faut que j'apporte encore plus. A moi de répondre aux attentes".

William Barthau

Le 11 janvier à 6h00

Né le 30 janvier 1990 à Villeneuve-sur-Lot (22 ans). Taille : 1.77 m. Poids : 82 kg. Poste : demi de mêlée, talonneur. Apparitions en Super League : 8 (3 coups de pied). Point fort : de grosses qualités individuelles en attaque. 2012 : 1 match de Super League. C'est avec la réserve, Saint-Estève/XIII Catalan, que Barthau franchit un pallier. Meilleur joueur du championnat de France, il sort son épingle du jeu dans la double-confrontation France-Angleterre à l'automne. La phrase : "Quand je vois le niveau que j'ai maintenant et celui qui était le mien il y a trois ans, je me dis que ce n'était pas le moment pour moi. Maintenant, c'est différent. Je sais à quoi m'attendre suite aux matches internationaux. A la différence que la Super League, c'est ça toute l'année".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le souffle du Dragon sur Carcassonne

Superleague. Les Dragons Catalans lancent leur saison.

zoom.png201301141279_w350.jpg

Beaucoup de monde au Dôme pour la soirée avec les Dragons Catalan s./Photos DDM, Didier Donnat

Pour lancer leur 8e saison en Super League, les Dragons ont délocalisé pour la première fois leur grande soirée de présentation. Et c'est Carcassonne, et au-delà, toute l'Aude, qui eut l'honneur d'accueillir ces immenses athlètes. Après une séance d'entraînement sur l'herbe de Domec, devant un parterre imposant de curieux et sous l'œil de l'éternel «Pipette» qui, de sa stèle fleurie par les invités du soir, dut apprécier la valeur des jeunes générations, le squad catalan gagna la salle du Dôme. Une salle transformée d'un claquement de doigt en cinéma, pour la projection d'un film de rêve retraçant la riche saison passée : essais venus d'ailleurs, actions magiques, «tampons» dynamiteurs, un condensé hypertonique qui enchanta une assistance record de 1500 convives enthousiastes, replongés dans la ferveur de Brutus. On s'y croyait ! Puis, sous les projecteurs rallumés, les Dragons se prêtèrent patiemment à l'épreuve du podium. Anciens et nouveaux défilèrent sous le regard admiratif de leurs supporters audois et catalans (lesquels avaient affrétés six bus). Enfin, le Dôme, décidément multifonctions, se mua en immense restaurant. Sous le service impeccable du club de supporters des «Dragons du Lauquet» instigateur de cette soirée historique, la convivialité gagna les tablées. Quel plaisir de voir les stars de Super League disponibles pour des séances photo entre deux travées ! Qu'il est sain de voir les serviteurs d'une discipline aussi exigeante que le rugby à XIII garder une simplicité et une humanité sans artifice !

On était bien loin des vieilles rivalités stériles d'antan ! Et, dès demain, gens d'Aude et de Catalogne pousseront ensemble derrière leurs «Dragons» dans une épreuve qui s'annonce ter-r-r-ri-ple ! On se souviendra alors que cette solidarité s'amorça, ici, au pied de la Cité !

La Dépêche du Midi

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Super League tire le gros lot

Le 19 janvier à 6h00 par M. T. lindependant.fr

RUGBY A XIII Après la compagnie de transport Stobart, dont le contrat s'est achevé à l'automne dernier, la Super League s'est dotée d'un nouveau partenaire. Son nom : Foxy bingo, leader de la loterie en ligne au Royaume-Uni et déjà impliqué dans le monde du sport (Real Madrid, Manchester United). Les trois prochaines années seront ainsi placées sous le signe de la Foxy bingo Super League.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dragons vs Broncos : l’équipe dévoilée

dragons-2469.jpg

Posté le 22/01/2013 09:54:04

Laurent Frayssinous a annoncé ce matin aux joueurs le groupe qui affrontera les London Broncos ce mercredi à 19h au stade Gilbert Brutus en match amical.

L'entraîneur catalan, qui souhaite à 10 jours de la reprise officielle du championnat « se rapprocher au maximum des conditions d'un match de Super League », n'a retenu que 19 joueurs, et n'a préféré ne prendre aucun risque avec Daryl Millard, Damien Blanch, Jamal Fakir et Eloi Pelissier, incomplètement rétablis et donc ménagés pour cette rencontre. Les trois recrues Zeb Taia, Brent Webb et Olivier Elima ont été retenues par Laurent Frayssinous.

L'équipe :

1 Brent Webb

19 Mathias Pala

25 Vincent Duport

11 Steve Menzies

5 Damien Cardace

3 Leon Pryce

14 William Barthau

21 Julian Bousquet

9 Ian Henderson

10 Rémi Casty

4 Zeb Taia

12 Louis Anderson

24 Jason Baitieri

Remplaçants

6 Thomas Bosc

8 Olivier Elima

13 Greg Mounis

17 Kevin Larroyer

20 Mickael Simon

26 Frédéric Vaccari

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le groupe des 25 :

1 : Brent Webb

2 : Damien Blanch

3 : Leon Pryce

4 : Zeb Taia

5 : Damien Cardace

6 : Thomas Bosc

7 : Scott Dureau

8 : Olivier Elima

9 : Ian Henderson

10 : Rémi Casty

11 : Steve Menzies

12 : Louis Anderson

13 : Greg Mounis

14 : William Barthau

15 : Antoni Maria

16 : Eloi Pelissier

17 : Kevin Larroyer

18 : Daryl Millard

19 : Mathias Pala

20 : Michael Simon

21 : Julian Bousquet

22 : Jamal Fakir

23 : Lopini Paea

24 : Jason Baitieri

25 : Vincent Duport

Where is Jean Philippe Baile please?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons sont fixés

Le 24 janvier à 6h00 par Matthieu Terrats lindependant.fr louis-anderson-a-ete-performant-hier-soir-face-aux-broncos_274497_516x343.jpgLouis Anderson a été performant hier soir face aux Broncos. PHOTO/Michel Clementz

Un physique au poil, des recrues convaincantes, mais une cohésion à retrouver : telles sont les leçons à tirer du seul match amical des Dragons livré hier et perdu face aux London Broncos (26-22).

Unique en son genre. Wakefield ayant conclu - à tort - que la rencontre amicale programmée face aux Dragons était annulée en même temps que Trent Robinson rejoignait les Sydney Roosters, les Catalans ont ainsi livré, hier soir, leur seul match de préparation de l'intersaison... unique en son genre, donc. Un duel face aux London Broncos, pas si amical que ça (4 cartons jaunes suite à deux échauffourées), qui a néanmoins permis de tirer quelques enseignements à dix jours du coup d'envoi de la Super League. Et pas seulement que les retrouvailles prévues le 28 mars prochain au Stoop de Twickenham sentent le soufre.

Le match Une heure en configuration match : tel était le souhait du coach Laurent Frayssinous qui s'est évertué à limiter volontairement le nombre de changements 60 minutes durant. Le tout pour une entame poussive, sinon infructueuse, malgré cinq pénalités en six minutes de jeu, une défense qui allait chercher sans cesse le porteur du ballon, et un Julian Bousquet au four et au moulin. Inefficaces, les Dragons étaient cueillis à froid (Randall, 15e). Une fois, puis une autre dans le second acte (16-20, 57e). Résultat, une défaite 26-22 (5 essais à 4) et un constat : "Quand on oublie quelques détails, on redevient une équipe moyenne, banale", peste l'entraîneur Laurent Frayssinous.

Les recrues Les trois recrues des Dragons ont vécu une soirée aux fortunes diverses. Aligné en deuxième ligne, Zeb Taia a fait dans la sobriété. Pour son premier match en 'sang et or', l'ancien Knight de Newcastle a surtout souffert de la comparaison avec les deux autres renforts. A commencer par Olivier Elima. Le capitaine de l'équipe de France s'est offert un essai (30e), une percée (33e) et une magnifique réception sous une chandelle de Pryce, qui aurait mérité meilleur sort. Un retour gagnant. Alors que la grande satisfaction vient de l'arrière, avec les belles promesses de Brent Webb. Dans tous les bons coups, le Néo-Zélandais a fait étalage de ses qualités de créateur en envoyant Casty à l'essai (23e). Et en adressant une passe sautée de 25 mètres à destination de Steve Menzies qui pointait en dame (62e). On en redemande.

La charnière Orpheline de Scott Dureau, la charnière des Dragons était forcément au centre des attentions. Si Pryce a alterné le bon et le moins bon, William Barthau, lui, a fait du Barthau. Une bonne course au cœur du ruck (3e), une animation du jeu convaincante et des gestes techniques de classe (36e). Barthau a marqué des points. Revenu de blessure en début de semaine après une contracture à la cuisse, Thomas Bosc a fait le job. Montée en puissance programmée cette semaine.

La phrase Laurent Frayssinous (entraîneur des Dragons) : "Le but était de donner du temps de jeu. Je suis très satisfait du milieu : Casty, Mounis, Baitieri, Henderson. On est prêt physiquement. Sur l'aspect technique, l'exécution, les schémas, c'était plutôt moyen. Il y a beaucoup de joueurs de talent dans cette équipe. Chaque fois qu'on était à 100 % de réussite, on a mis les Broncos en difficulté, on a cassé la ligne, on a marqué. Il ne faut pas se frotter les mains, on prend quand même 5 essais, mais notre structure n'a jamais été inquiétée

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dragons : ici l’ombre, et la lumière

Jeudi, 24 Janvier 2013 09:27 ffr13.com

CASTYJANVIE2013_thumb.jpg

Photos RMD Agency – Jean Roig

C'est l'histoire, traditionnelle, du verre à moitié plein et à moitié vide. Dans la case plus, on rangera une louable solidarité, notamment lorsque, sur la fin, les esprits s'échauffèrent entre les deux équipes, quelques mouvements offensifs de grande envergure, et une efficacité incontestable au milieu du terrain. Dans la case moins, on empilera, outre une défaite anecdotique, de légitimes soucis de cohabitation - avec ce seul match amical dans les jambes - entre nouveaux joueurs et anciens, et des ajustements défensifs à parfaire.

Mais, au moins, ce duel d'excellent niveau entre Catalans et Broncos aura eu le mérite d'offrir à Laurent Frayssinous et à son staff des bases de réflexion concernant le travail restant à effectuer d'ici le premier match de la compétition, le 3 février à Hull.

Lui-même, d'ailleurs, était partagé, à l'heure du premier bilan : "Il a suffi d'oublier quelques détails pour redevenir une équipe moyenne, banale, et encaisser cinq essais ne fait jamais plaisir, mais d'un autre côté on a senti une équipe physiquement prête, des avants performants à l'image de Ian Henderson, Rémi Casty, Jason Baitieri, Greg Mounis, une propension à casser la ligne et à inscrire des essais, une défense à la hauteur en matière de structure, les essais concédés étant intervenus au cinquième tenu".

Webb roi du terrain

Un discours auquel on ne peut que souscrire, tout en ajoutant que Julian Bousquet a fait un malheur en début de rencontre, Olivier Elima ensuite, Steve Menzies par à-coups.

Qu'également William Barthau a joué avec aisance et assurance, que Thomas Bosc ne s'est pas ressenti de l'élongation à une cuisse qui l'avait privé d'entraînement durant quelques jours, que Louis Anderson est un "tueur".

Et que, surtout, Brent Webb n'a rien perdu de son époustouflant talent, malgré une deuxième moitié de saison 2012 dans les tribunes, à Leeds.

L'arrière de poche s'est en effet montré éblouissant dans un rôle de passeur, offrant des essais lumineux à Rémi Casty, Mathias Pala et Steve Menzies, tout en assurant une impeccable défense sur l'homme.

Ne cherchez pas ailleurs la grosse satisfaction individuelle de la soirée, laquelle aurait été plus belle encore, sans une indiscipline notoire après la pause, atteinte sur le score de 12 à 8, et qui faisait dire à Thomas Bosc : "Nous n'avons que rarement investi le camp adverse, en deuxième période, du fait des nombreuses pénalités sifflées à notre encontre".

Pour finir, on ajoutera que Zeb Taia, à l'instar de Vincent Duport, a prouvé sa solidité dans des attitudes empreintes de sobriété, que Leon Pryce ne devra pas se contenter, à l'avenir, de quelques gestes de classe, et que Kevin Larroyer, Mickaël Simon, Damien Cardace, Mathias Pala, ont offert des assurances, en l'absence de Jamal Fakir, Eloi Pélissier, Damien Blanch et Daryl Millard, tous les quatre en bonne voie de guérison et d'ores et déjà candidats à une place sur la feuille de match, face à Hull KR.

Pour un match à remporter, cette fois.

WEBBVIGN2013_thumb.jpg

FICHE TECHNIQUE

DRAGONS - LONDON BRONCOS 22-26

Mi-temps 12-8 Arbitre : Tim Roby. 3 000 spectateurs environ.

Dragons : 4 essais Casty (24), Elima (31), Pala (42), Menzies (62), 3 transformations W. Barthau (24, 31) et Bosc (62).

Londres : 5 essais Randall (15), Dorn (40), Robertson (53), O'Callaghan (58), Bryant (78), 3 transformations Gower (53, 58) et Kieran Dixon (78).

Cartons jaunes :

Dragons : Casty (74) et Mounis (76). Londres : Randall (74) et Wheeldon (76).

DRAGONS : Webb - Pala, Duport, Menzies, Cardace - (o) L. Pryce, (m) W. Barthau (Bosc 40) - Bousquet (Elima 18, Mounis 60, Bousquet 68), Henderson (Mounis 68), Casty (Baitieri 40, Mounis 50, Casty 68) - Taia, L. Anderson (Larroyer 47) - Baitieri (Simon 30).

LONDRES : Robertson - K. Dixon, Channing, Hurst, O'Callaghan - (o) Witt, (m) Gower - Kaufusi, Randall, Wheeldon - Rodney, Ch. Bailey - Grady.

Sont entrés : Dorn, Colbon, Howell, Bryant, Melling, Krasniqi, Lovell, Lee, McMeeken.

ELIMAESSAI2013_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Greg Mounis : "C'est du positif"

Le 25 janvier à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependent.fr

greg-mounis-c-est-du-positif_274760_516x343.jpg PHOTO/Photo Michel Clementz

Solide, besogneux, courageux, mercredi soir Greg Mounis a fait du Mounis. Comme l'ensemble de son paquet d'avants d'ailleurs. Un bloc très robuste, imperméable autour des tenus et à l'intelligence défensive certaine. Le troisième ligne des Dragons revient sur la défaite des siens.

Greg Mounis comment expliquez-vous votre carton jaune ?

Il y a d'abord un premier accrochage avec Rémi Casty qui écope d'un carton jaune. Il plaque un Anglais, l'adversaire supporte mal d'être un peu secoué. Sur la prise de balle suivante, je plaque un peu haut, mais sans trop non plus. Il répond et on prend jaune tous les deux. Je pense que Londres était un peu frustré et énervé à cet instant du match.

Comment jugez-vous l'application du système défensif ?

Il y a des points positifs avec l'esprit et toutes les petites choses travaillées depuis de longues semaines dans ce secteur.

Votre formation avait décidé de proposer du jeu. Quel bilan faites-vous de cette première sortie ?

Je pense que nous avons tous retrouvé de bonnes sensations. Il y a eu de nombreuses erreurs en attaque, mais ça reste positif. Trois nouveaux joueurs (Webb, Elima et Taia) ont évolué avec des courses, des attitudes et des placements différents. Webb, par exemple, a été très intéressant, mais son style de jeu n'a rien à voir avec celui de Greeny (Greenshields). Taia prend des ballons en étant solide, il faut que tout le monde s'adapte les uns aux autres.

Physiquement avez-vous souffert ?

Nous avons eu cinq premières minutes difficiles, c'était la reprise. Ensuite on s'est senti mieux, surtout face à une équipe de Londres qui a beaucoup joué et insisté au milieu. On peut se satisfaire de l'état physique de l'ensemble sur ce match.

Place à Hull KR maintenant. Que faut-il travailler impérativement ?

On va se préparer différemment. On va continuer à bosser tous les petits détails sous la fatigue. Offensivement, on va travailler par rapport à l'exécution des passes. On doit améliorer encore les combinaisons de la charnière et savoir écouter les appels. Des petits détails à améliorer avant le premier match de Hull. Il reste peu de temps, mais l'équipe sait vers quoi elle doit tendre. Je le répète, dans l'ensemble, le bilan de ce match amical est positif. La cohésion entre tous ne peut que s'améliorer au fil des sorties, mais, le fait d'avoir joué un match solide et physique est une très bonne base de travail. "Il reste peu de temps, mais l'équipe sait vers quoi elle doit tendre", assure Greg Mounis.

Share this post


Link to post
Share on other sites

2013 à quitte ou double

Le 28 janvier à 6h00 par Matthieu Terrats lindependant.fr

2013-a-quitte-ou-double_275385_516x343.jpg PHOTO/Michel Clémentz

Nouvelles règles, nouveaux visages, nouveaux objectifs : la Super League entre de plain-pied dans une année charnière. Celle de la maturité, pour le compte de son XVIIIe épisode. Mais aussi un exercice à double-tranchant, qui pourrait aussi bien favoriser son expansion qu'à la contraindre à évoluer encore un peu plus dans l'ombre des géants (NRL, rugby à XV). Car 2013, la bien nommée, est forcément une année particulière, coupe du monde oblige. Depuis de longs mois déjà, le Royaume de Sa Majesté multiplie les opérations de com'en vue du rassemblement planétaire qu'elle accueille à l'automne prochain. Un, pour susciter un intérêt au-delà des frontières de la planète XIII. Deux, pour mobiliser un pays à la cause de son équipe nationale, sous le joug de l'hémisphère sud depuis... 1972. Des Australiens précurseurs, avant-gardistes, modèle ultime de réussite, qui ont franchi un nouveau pallier. Grâce à des droits TV titanesques (Channel 9 et Fox Sports investiront 795 millions d'euros sur les 5 prochaines années), les franchises ont explosé le salary cap en vigueur. Résultat, les contrats à un million de dollars se multiplient (Greg Inglis, des South Sydney Rabbitohs fut le premier d'entre eux). Mettant ainsi en péril l'avenir proche de la scène anglaise, pour qui il deviendra de plus en plus difficile de s'aligner sur les offres australiennes. Et ainsi d'appâter les stars des antipodes. D'autant que Lady 'SL' est frappée de plein fouet par la crise. Avec un Bradford qui a sauvé sa peau in extremis l'an passé. Et des Reds de Salford plus que jamais dans le rouge. Passé en mode survie durant l'intersaison (400 000 euros de dettes) et repêché grâce au soutien inattendu du Dr Koukash, mystérieux homme d'affaire koweïtien, Salford avoue qu'il lui sera très compliqué d'être compétitif cette saison. A un an à peine du nouvel appel d'offres aux franchises. L'ère française des Dragons Catalans Mais la Super League reste la Super League. Et la force de la tradition mêlée à une incertitude sportive grandissante (Leeds n'est-il pas champion depuis deux ans après avoir terminé à la 5e place de la phase régulière ?) plaident inlassablement en sa faveur. Une année charnière, c'est aussi ce qui attend les Dragons Catalans. Eux qui ont confié les rênes de leur squad à un entraîneur français (Laurent Frayssinous) pour la première fois de leur jeune histoire. Un choix, doublé de relations radoucies avec la FFR XIII depuis l'élection du président Zalduendo, qui s'inscrivent dans la droite lignée du projet originel : un vrai club français en Super League et pas l'inverse. Reste qu'il leur faudra assumer ce statut de favori récolté au terme de deux années exceptionnelles sous la coupe de Trent Robinson. Et pourquoi pas franchir ce cap des quarts de finale sur lequel ils butent depuis deux ans ? Pourquoi ne pas venir chatouiller Leeds et Warrington qui se sont partagé six des huit trophées en jeu ces quatres dernières années ? Pourquoi ne pas gagner encore quelques rangs dans la hiérarchie, et titiller une équipe de Wigan où l'incertitude gagne du terrain après le départ de plusieurs cadres ? Réponse le 5 octobre prochain, après le pélerinage d'Old Trafford. Les Dragons et l'Angleterre de Leon Pryce amorcent un virage décisif en 2013.

Huit nouvelles règles

Le 28 janvier à 6h00 par Recueilli par B. O.

La RFL a mis en place huit nouvelles règles. L'arbitre français de Super League, Thierry Alibert, nous en dévoile les grandes lignes.

1 - L'avantage : "C'est la plus importante. Auparavant, les arbitres ne laissaient que très peu l'avantage. Maintenant, l'équipe qui récupère le ballon peut finir l'action. Si elle file sur 80 mètres, mais qu'elle perd le ballon au bout, on revient à la faute initiale. S'ils se font plaquer et qu'il y a eu gain de terrain, on siffle le tenu. Cette règle permet au contre-attaquant de prendre des risques sans aucun danger en retour".

2 - L'axe des tenus : "Lorsqu'un défenseur venait de plaquer et que l'attaquant jouait vite son tenu, le défenseur devait revenir dix mètres en arrière avant de défendre à nouveau. Maintenant, il n'a qu'à se positionner dans l'axe du tenu pour être remis en jeu".

3 - Faute sur un botteur : "Lors d'un plaquage à retardement sur un botteur, le carton jaune était systématique. Désormais, c'est à l'appréciation de l'arbitre. Les juges de touche peuvent ainsi intervenir un peu plus".

4 - Touche (1) : "Lorsqu'un attaquant a les deux pieds levés du sol et qu'il est tiré ou poussé par deux défenseurs, on annoncera "lâcher" ("held") pour la réalisation du tenu. Ça évite de voir des joueurs se faire tirer en touche sur dix mètres".

5 - Touche (2) : "Si un joueur tape à suivre et que le défenseur a un pied à l'extérieur du terrain lorsqu'il récupère le ballon, il bénéficie d'un renvoi aux vingt mètres (en cas de ballon mort) ou d'une mêlée (s'il s'agit d'une touche). Comme à XV, en revanche, le ballon doit être en mouvement".

6 - Signe circulaire : "Quand l'arbitre pointe une équipe d'un mouvement circulaire, c'est synonyme d'avertissement. Cela signifie que sur la prochaine pénalité (rapprochée), le joueur fautif écopera d'un carton jaune. Staff et public sont de fait au courant de cet avertissement".

7 - Renvoi aux vingt mètres : "Si le joueur qui récupère le ballon après un coup de pied, et avant un renvoi aux 20 mètres, et qu'il effectue lui-même ce renvoi, il peut alors jouer rapidement sans que la défense ne soit replacée. S'il fait une passe, l'attaquant devra attendre que la défense soit à dix mètres".

8 - Tenus talonnés : "C'était la volonté des entraîneurs. Maintenant, tous les tenus doivent être talonnés au pied et non plus à la main comme c'était parfois le cas, sous peine de concéder une pénalité".

Les dates-clés

Le 28 janvier à 6h00 par M. T.

SUPER LEAGUE

Vendredi 1er février : coup d'envoi de la saison avec Leeds - Hull FC (Sky Sports) et Salford - Wigan.

Vendredi 22 février : championnat du monde des clubs, Leeds, vainqueur de la Super League, accueille Melbourne Storm, champion de NRL en titre.

Jeudi 7 mars : coup d'envoi de la NRL avec Sydney Roosters - South Sydney Rabbitohs.

25-26 mai : Magic Weekend à l'Etihad Stadium de Manchester.

Samedi 24 août : finale de la Cup, à Wembley. Samedi 5 octobre : Grande finale au stade Old Trafford de Manchester.

Samedi 26 octobre : coup d'envoi de la Coupe du Monde (Angleterre-Australie au Millennium de Cardiff).

Samedi 30 novembre : finale de la Coupe du Monde à Old Trafford.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nigel Wood : "On ne va pas brader le produit"

Le 29 janvier à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

wood-compte-sur-la-coupe-du-monde-pour-grandir-encore_275669_516x343.jpg Wood compte sur la Coupe du monde pour grandir encore. PHOTO/© D.R

1Super League, XVIIIe édition

"2013 promet d'être l'année la plus importante de toute l'histoire de la Super League.

Nous avons vu que la compétition avait battu des records en terme d'affluence et de nombre de spectateurs sur tous les stades la saison passée. Avec la Coupe du monde qui arrive en Angleterre, au Pays de Galles et en France, nous avons une occasion unique de promouvoir ce sport et la Super League vers une nouvelle audience. Nous sommes déterminés à faire de la Coupe du monde 2013 la meilleure de tous les temps. Nous avons devant nous un tremplin qui peut nous faire grandir encore. Je pense, à juste titre, que la saison qui s'avance sera aussi la plus compétitive depuis sa création. Nous avons restructuré la Championship avec l'arrivée de trois clubs, Oxford, Hemel et Gloucester. Leur arrivée sur la scène professionnelle coïncide avec une année qui s'annonce comme étant l'une des plus passionnantes de l'histoire de la Rugby League".

2 Sponsor principal

"Nous venons d'annoncer l'arrivée d'un nouveau partenaire avec Foxy Bingo. Heinz sera encore un partenaire de la compétition mais la société sera encore plus active en 2013 avec leur grande marque 'Big Soup'. Nous sommes aussi en discussion avec un certain nombre de sociétés et nous n'avons pas exclu la possibilité d'avoir encore un partenaire principal comme les transports Stobart. Cependant, je tiens à préciser que nous ne sommes pas prêts à brader ce produit et à le vendre moins cher juste pour avoir un nom. Nous n'accepterons pas d'offres inférieures et je suis confiant que cette approche aboutira à une plus grosse rentrée d'argent. Il y a de nombreux contacts positifs en cours, et je suis convaincu que le revenu commercial de la saison 2013 sera le plus élevé que ce sport n'a jamais eu".

3Magic week-end

"Depuis 2007, le concept du Magic week-end suit une réelle progression. La RFL est entièrement derrière cette manifestation. Aucune compétition mondiale ne permet à ses supporters de voir toutes les équipes sur un seul et même site et sur deux jours. Le Magic week-end renforce la position de la Super League, comme une compétition pionnière. L'édition 2012 a connu un succès énorme, et le nombre record de spectateurs sera éclipsé en 2013. Nous y retournerons en 2014".

4Soucis financiers

"Les difficultés financières qui ont entouré Bradford et Salford sur les douze derniers mois ont rejailli sur la discipline, ce n'est pas l'idéal. Mais nous avons travaillé étroitement avec ces deux clubs au cours de leur lutte et nous avons vu des étapes positives énormes. Bradford va débuter sa nouvelle saison en toute confiance, sous la coupe de son nouveau propriétaire Omar Khan. Les Reds de Salford sont tout près d'accepter le transfert de propriété à de nouveaux investisseurs (Docteur Koukash). Leur intérêt démontre que le potentiel qui existe est attrayant pour les nouveaux investisseurs".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Guasch : morceaux choisis

Le 30 janvier à 6h00 par Recueilli par Matthieu Terrats lindependant.fr

demain-bernard-guasch-s-envolera-pour-le-senegal-et-sa_276013_516x343.jpg

Demain, Bernard Guasch s'envolera pour le Sénégal et sa partie de chasse annuelle. Retour dans dix jours. PHOTO/M. C.

Président, une nouvelle saison démarre...

Avec déjà plusieurs faits marquants. Le premier, c'est la nomination d'un entraîneur français (Laurent Frayssinous, ndlr). Avec le conseil d'administration, on s'était donné dix ans. Et finalement, on n'a pas attendu jusque-là. Si on l'a fait, c'est que le bonhomme le mérite. L'autre fait marquant, c'est la candidature spontanée de David Waite. C'est lui qui m'avait demandé de mettre un terme à la carrière de Laurent en tant que joueur (en 2006), et c'est lui qui m'a sollicité pour devenir son assistant. C'est un honneur que nous fait l'un des meilleurs entraîneurs du monde.

Avez-vous mis une pression particulière sur Laurent Frayssinous ?

Ce qu'on veut, c'est que nos choix soient confortés par une belle saison. Ainsi, on se doit de l'accompagner dans sa tâche. On en connaît les difficultés. On sait que de nombreux facteurs entrent en ligne de compte. Au mois de novembre, je me disais qu'on avait le meilleur groupe à disposition depuis sept ans. Et puis, le malheur a frappé Scott Dureau (opéré d'une tumeur à l'œil), et Lopini Paea dans la foulée (arthroscopie du genou, 'out' trois mois). Mais on ne tirera les conclusions qu'à la fin de la saison.

N'avez-vous pas envisagé le recrutement d'un joker pour remplacer Scott Dureau ?

Ce serait prématuré d'anticiper. On n'aura l'avis des médecins que dans deux mois.

Vous n'anticipez pas ?

On anticipe toujours ! Remplacer Scott fait partie de nos réflexions. Si son inaptitude est officialisée, on aura le droit à un joker. Mais pour le moment, on va faire avec Barthau, Bosc et Pryce. Et si ce trio fait un bon début de saison, s'il est complémentaire, la question d'une recrue ne se posera pas. Sachant qu'il est très difficile de trouver un joueur actuellement. Il faut attendre les deux premiers mois de NRL, et on y verra plus clair, entre ceux qui ne jouent pas, les jeunes qui prennent le pas sur les plus chevronnés.

Confirmez-vous que Brett Finch est une option possible (le demi d'ouverture de Melbourne Storm, ex-Wigan) ?

Il pourrait être une opportunité comme tant d'autres. Maintenant, on a un groupe qui reste compétitif. Et je crois qu'on ne mesure pas assez l'apport de Brent Webb. Compte tenu de l'absence de Dureau, il peut être une 'solution de rechange', dans un tout autre registre bien sûr.

"Objectif finale"

Les Anglais, eux, sont plus sceptiques à son sujet...

C'est l'un des meilleurs joueurs de Super League et l'un des plus spectaculaires qu'il m'a été donné de voir, doté d'une grande intelligence de jeu. Ça fait longtemps que je veux le signer. Si physiquement, il est à 100 %., le public va se régaler. C'est un pari. Mais les joueurs de son calibre ont toujours une fierté. Il faudra aussi surveiller Leon Pryce. C'est un joueur particulier, au rugby atypique, son rôle de demi d'ouverture est ingrat. L'an dernier, il nous a fait gagner quatre ou cinq matches à lui tout seul. Il n'est pas jugé à sa vraie valeur, comme Jason Ryles à l'époque. Alors qu'avec lui, on peut espérer gagner quelque chose.

Vu les incertitudes, les absences, les attentes de confirmation, avez-vous revu vos ambitions à la baisse ?

On ne peut pas, on ne doit pas, d'autant qu'on a prouvé qu'on était capable de se mélanger avec les équipes de tête. Il faut rester sur la dynamique de ces deux dernières saisons avec le même objectif : faire une finale.

Qui va gagner la Super League cette année ?

L'an dernier, je n'aurais jamais parié sur Leeds. Mais ils seront encore là, comme Wigan, comme Warrington. Et plus particulièrement un énorme Saint-Helens, qui a bien recruté, qui pratique un bon rugby, avec un bon coach.

Finances : "Aujourd'hui, on est à zéro"

Une étude (publiée par la BBC) montre que 11 clubs sur 14 cumulent une dette de 80 M d'euros. Bradford et Salford ont manqué de mettre la clé sous la porte, qu'est-ce que ces problèmes de gros sous vous inspirent ?

Ça ne me semble pas crédible. Maintenant, la crise a frappé fort en Angleterre, certains l'ont payé très cher et peut-être que quelques clubs ont souffert. Mais je connais Nigel Wood (directeur de la RFL), et la fédération par elle-même ne connaît pas ce genre de soucis. C'est du solide, du costaud. Nigel a été capable de remettre de l'ordre dans la maison. Et quand on voit les stades pleins à Wigan, à Saint-Helens, à Warrington, à Hull, ça prouve quand même une bonne vitalité.

Quid des Dragons ?

Un budget de 8.3 millions d'euros, un trou (de 400 000 euros) qui date de quelques années et désormais comblé : aujourd'hui, on est à zéro. Nos sponsors, partenaires et abonnés (entre +10 et +15 %) sont en hausse. On en gagne plus qu'on en perd. Et enfin, d'autres partenaires nationaux nous regardent d'un petit plus près, grâce notamment à beIN Sport. C'est un gage de garantie pour les années à venir. A condition de continuer sur cette voie de rugby à XIII physique, dynamique, athlétique. En tendant vers cette politique de sport-spectacle qui nous permet d'attirer et de fidéliser un autre public.

Qu'en est-il de la dernière tranche des travaux de rénovation de Gilbert-Brutus (tribune Guasch-Laborde) ?

Nous disposons d'un outil formidable avec la nouvelle tribune. Une nouvelle bodega, une brasserie qui fera d'abord office de buvette fermée avant de s'ouvrir sur le stade : c'est devenu un lieu de rendez-vous, de convivialité, de détente. Pour la dernière tranche de travaux, en revanche, il faudra attendre les élections municipales de 2014. La mairie de Perpignan m'a promis d'en parler en cas de nouveau mandat. Quand on aura un stade de 15 000 places, on touchera au but de notre projet. Il sera alors peut-être temps de passer la main.

Et rendre votre cravate de président ?

Je continuerai à transmettre ma passion et je traînerai dans les parages tant que je le pourrai, mais personne n'est irremplaçable. J'espère que le XIII existera toujours. Mais il y a une nouvelle génération qui a d'autres idées et qui a un talent à exprimer. Il faudra savoir lui passer le relais au bon moment.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dracs express

Le 30 janvier à 6h00 par B. O. lindependant.fr

Pas de suspension Placé sur le rapport de l'arbitre Tim Roby lors de Dragons - Broncos mercredi dernier, le 2e ligne Louis Anderson n'a pas écopé de suspension. Tout comme le pilier Rémi Casty et le 3e ligne Greg Mounis, qui ont récolté un carton jaune. A l'instar de Blanch, Pélissier et Millard - mais pas de Fakir (zygomatique) en attente du feu vert médical - ils postulent à une place dans les 17 pour le déplacement à Hull. Un groupe qui ne sera dévoilé que vendredi à l'issue de la séance collective. Un lundi à Manchester Lundi, Laurent Frayssinous et Rémi Casty ont participé à la conférence de presse de rentrée dans les jardins de l'Etihad Stadium à Manchester. Casty a ensuite posé comme les treize autres capitaines pour la traditionnelle photo officielle.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rugby à XIII : ces Dragons catalans pètent le feu

BRUNO ONTENIENTE midilibre.fr

30/01/2013, 08 h 15 | Mis à jour le 30/01/2013, 09 h 38

ces-dragons-petent-le-feu_515541_510x255.jpg

Toute une équipe prête pour reprendre la compétition britannique. (L’INDÉPENDANT)

Budget à la hausse, abonnés plus nombreux, stade bientôt sauvé, les Catalans sont fin prêts pour la Super League qui débute dimanche.

Les Dragons débutent dimanche (à 16 h) leur huitième campagne en Super League. C’est du côté de Hull KR que seront tirés les premiers coups de cette compétition. Depuis trois longs mois, les Dragons se préparent, avec deux nouveaux visages. L’arrière Brent Webb et le deuxième ligne Zeb Taia, mais aussi avec un revenant, le pilier Olivier Elima, de retour après deux années passées à Bradford.

Les clés du camion à un Français

Mais le changement le plus important reste celui de l’entraîneur. En effet, pour la première fois le président Bernard Guasch a confié les clés du camion à un Français. Un gars du club, Laurent Frayssinous. Ce dernier, après six années comme assistant, fera ses premiers pas dès dimanche sans émotion particulière : "J’essaie de ne pas me mettre trop de pression, il y en aura assez de toute façon avec ce premier match. Je suis préparé et conscient aussi du travail encore à fournir." Mais pour cette première sortie, il faudra faire sans le génial Scott Dureau. Le demi de mêlée catalan, opéré d’une tumeur derrière l’œil, est indisponible pour de longs mois. Une tuile pour le club, tout comme l’absence du pilier Lopini Paea (genou) pour trois mois.

Objectif : une finale

Mais l’objectif sur la saison reste inchangé. Le président Guasch a encore en tête la finale de la Cup disputée à Wembley en 2007 : "Bien entendu que l’on rêve et ambitionne de faire une finale. On passe près, et j’espère que cette saison, nous aurons la chance de franchir ce cap. Mais vous savez, les saisons sont tellement longues et indécises compte tenu des blessures qu’il est difficile de prédire. Mais je suis persuadé que cette équipe, avant la grosse blessure de Dureau, est la plus costaude que l’on n’a jamais eue chez les Dragons." Cette saison marque aussi celle de l’augmentation du budget du club. Les Dragons Catalans tournent à 7,3 M€ de budget. Le nombre d’abonnés dépassera pour la première fois les 5 000.

Un écran géant au printemps

En attendant la troisième tranche des travaux sur Gilbert-Brutus, pas avant 2014, les Dragons auront leur écran géant au printemps (170 000 €), un outil indispensable désormais pour ce sport-spectacle. Enfin, les Catalans, cette saison encore, seront couverts par la chaîne BeIn Sport avec la retransmission en direct (samedi à 18 h) de tous les matches disputés à domicile.

Le calendrier

Journées 1 et 19

3 février : Hull KR - Dragons Catalans (match retour le 22 juin) ;

Journées 2 et 22

9 février : Dragons Catalans - Salford City Reds (retour le 19 juillet) ;

Journées 3 et 27

15 février : Warrington Wolves - Dragons Catalans (retour 7 septembre) ;

Journées 4 et 15

24 février : Castleford Tigers - Dragons Catalans (retour le 18 mai) ;

Journées 5 et 14

2 mars : Dragons Catalans - Wakefield Wildcats (retour le 4 mai) ;

Journées 6 et 25

8 mars : Wigan Warriors - Dragons Catalans (retour le 17 août) ;

Journées 7 et 17

16 mars : Dragons Catalans - Widnes Vikings (retour le 2 juin) ;

Journées 8 et 24

23 mars : Dragons Catalans - Bradford Bulls (retour le 11 août) ;

Journées 9 et 21

28 mars : London Broncos - Dragons Catalans (retour le 6 juillet) ;

Journées 10 et 26

1er avril : Dragons Catalans - Leeds Rhinos (retour le 30 août) ;

Journées 11 et 18

7 avril : Hull FC - Dragons Catalans Dragons (retour le 8 juin) ;

Journées 12 et 23

12 avril : St. Helens - Dragons Catalans (retour le 3 août) ;

Journées 13 et 20

27 avril : Dragons Catalans - Huddersfield Giants (retour le 30 juin).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si puede limitar su disipline enfermo que pienso usted tendrá un gran juego de temporada.el contra Warrington hoy fue el para el tomar.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons voient rouge

Le 16 février à 6h00 par A Warrington, Fabrice Voné lindependant.fr

les-dragons-voient-rouge_281132_516x343.jpg PHOTO/Photo Varley Agency

En quête de repères face aux grosses armadas de Super League, les Dragons Catalans sont repartis de Warrington avec leur première défaite (24-16) de l'exercice 2013. Et moins d'une semaine après le carton rouge reçu par Julian Bousquet, face à Salford, ils ont une nouvelle fois terminé la rencontre à 12 lorsque l'arbitre expulsa Brent Webb au terme d'un match qui commençait à sentir la poudre. Pourtant, les joueurs de Laurent Frayssinous pouvaient nourrir quelques raisons d'espérer dans le Lancashire : leur début de saison à 100 % de victoires ainsi que les malheurs de l'adversaire. En effet, les Wolves étaient privés de Lee Briers, leur pièce maîtresse, au coup d'envoi. Une absence de dernière minute qui avait fait naître une certaine inquiétude dans les travées du Halliwell Jones Stadium. L'angoisse redoublait lorsque le capitaine des Wolves, Adrian Morley, regagnait les vestiaires en boitant dès la 9e minute. Mais ces doutes s'évaporaient la minute suivant lorsque Joel Monaghan s'échappait sur son aile, justifiant son rang de finisseur (6-0, 10e). Menés, les Catalans redoublaient d'efforts en défense. L'atmosphère devenait électrique par moments entre Westwood et Webb. A la 20e minute, les Dragons commençaient à sortir de leur camp. Blanch et Pryce se faisaient menaçants à tour de rôle. Mais c'est à nouveau par l'intermédiaire de Joel Monaghan que les Wolves creusaient l'écart (10-0, 30e). Les Loups s'installaient dans la bergerie catalane avec un 3e essai, signé Myler (16-0, 33e). Un sauvetage in extremis de Pryce sur Atkins mettait fin à l'hémorragie alors que les Dragons perdaient momentanément Webb, coupable d'antijeu aux yeux de M. Silverwood.

Damien Blanch redonne de l'espoir Un sursaut de Blanch, sur son aile droite, permettait aux Catalans de regagner les vestiaires avec un motif d'espoir (16-6, 28e). D'autant que l'Irlandais des 'Dracs', auteur d'un doublé, ramenait les siens à quatre points de Warrington au début du second acte (16-12, 51e). Le coup semblait alors jouable mais deux fautes d'inattention allaient coûter très cher aux hommes de Laurent Frayssinous. Un ballon échappé en touche par Millard était converti, quelques mètres plus loin, par un Evans bien plus vif que Duport (22-12, 56e). Dans la foulée, un essai était refusé à Millard alors que les esprits s'échauffaient sur la pelouse. L'arbitre calmait les belligérants en distribuant un carton rouge à Brent Webb. Heureusement, un dernier essai de Taia permettait aux Catalans de sortir du terrain sur une meilleure note. Malgré le doublé de Damien Blanch, les Dragons n'ont pu rééditer la performance de 2011.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le réalisme anglais freine les Dragons Catalans

Le 17 février à 6h00 par Bruno Onteniente lindependant.fr

le-combat-a-gronde-a-warrington-a-l-image-de-pelissier-et_281339_516x343.jpg Le combat a grondé à Warrington, à l'image de Pelissier et Henderson au sol. PHOTO/© D.R

Huit petits points. C'est l'écart au coup de sifflet final entre Warrington et les Catalans. Alors forcément, le temps était hier à la frustration et aux regrets sur le chemin du retour vers Perpignan. Fidèle à son habitude, le capitaine Rémi Casty ne se dérobait pas : "On a ce sentiment de frustration, car on était dans le bras de fer. On sentait que cette équipe n'était pas sereine, mais, encore une fois, on tombe dans le panneau. On échoue encore sur des petits détails, des fautes inutiles". Et Warrington en a profité pour planter deux essais coup sur coup. "On pense à un mauvais choix arbitral et au lieu de nous concentrer sur le jeu, on s'excite, on s'énerve après l'arbitre et on prend ces deux essais". Des égarements que Laurent Frayssinous n'a appréciés que très moyennement : "En aucun cas, c'est aux joueurs de régler les problèmes d'arbitrage sur le terrain. Avec l'encadrement, c'est à nous de le faire et on y mettra l'énergie et le temps nécessaires pour être traité ou respecté comme les autres". L'entraîneur des Dracs n'a pas eu besoin de la courte nuit de sommeil pour rapidement analyser cette première défaite. C'est bien l'indiscipline des siens qui est montrée du doigt : "Ça nous coûte le match dans les moments importants. On revient à 16 à 12 et on se fait pénaliser sur un cinquième tenu dans leurs quarante mètres et ils marquent au bout. On ne rattrape pas une touche aussi. Dans ces gros matches il faut être plus discipliné que ça et on prend 12 pénalités contre 7". Oui, les Dragons ont été pénalisés, mais les Dragons sont aussi tombés dans le panneau. Comme quand Élima s'accroche avec Evans, ou que Westwood, le justicier de la soirée, s'en prend à Webb... "Un match d'homme, la guerre" assène Rémi Casty.

Pour Laurent Frayssinous qui sent la pression monter contre les siens outre-Manche assure que ses garçons ne débordent pas plus d'adrénaline que les années précédentes . "Autant jouer au badminton" "Olivier Élima appuie un plaquage sur Evans. Mais, si on n'a plus le droit à ça maintenant, autant jouer au badminton. Webb en prend une et, est-ce qu'il doit tendre l'autre joue parce qu'il joue aux Dragons ?". Autour d'une deuxième ligne Anderson - Taia monstrueuse et qui a contenu la paire Westwood - Waterhouse, les Dragons ont toujours fait bloc. Mais, ils ont aussi loupé le coche : "On ne concrétise qu'une seule des quatre franches occasions. Si on gomme ces erreurs d'indiscipline et d'exécution, on ne sera pas loin". Le coach a bien senti que sa formation devait encore franchir le palier recherché depuis trois saisons : "L'envie, l'agressivité et l'enthousiasme c'est bien, mais, il faut rajouter quelque chose en plus. Ce quelque chose que les grandes équipes ont". L'entraîneur des Dracs a mis au repos ses joueurs hier et aujourd'hui avant de préparer le prochain déplacement, le troisième en quatre journées, dimanche prochain à Castelford.

Share this post


Link to post
Share on other sites

XIII EXPRESS

Le 18 février à 6h00 par B. O. lindependant.fr

Bousquet en Angleterre

Le pilier des Dragons, Julian Bousquet montera demain en Angleterre pour passer devant la commission d'appel de la RFL. Bousquet, suspendu quatre matchs suite à son plaquage sur Fages, sera défendu par l'avocat anglais de la franchise catalane et par l'entraîneur adjoint Jérôme Guisset également présent. Westwood L'entraîneur de Warrington, Tony Smith a rapidement éteint la polémique née vendredi entre son joueur Ben Westwood et l'arrière des Dragons Brent Webb expulsé : "Ben sait qu'il est allé trop loin, mais il n'y a pas à polémiquer, ce sont deux très grands joueurs, deux hommes aussi très bien. Il n'y a pas d'animosité".

Pryce convoqué

L'ouvreur des Dragons Leon Pryce passera devant la commission de discipline aujourd'hui. Pryce a été couché sur le rapport de l'arbitre Richard Silverwood pour son plaquage sur Myler. Élima réprimandé lui aussi et Webb (deux cartons jaunes) risquent, tout comme Pryce, une sanction.

Paea et Dureau

Le pilier Lopini Paea blessé au genou a repris les courses vendredi matin avec l'un des préparateurs physique, Fred Marcerou. Paea va peut-être revenir plus vite que prévu, lui qui n'était pas espéré avant début avril. Scott Dureau, qui rencontrera son chirurgien demain, espère fortement obtenir le feu vert médical pour rejoindre la France et poursuivre sa convalescence à Perpignan.

Équipe de France

C'est aujourd'hui en fin de matinée que la FFR13 dévoilera autour d'une conférence de presse prévue à Toulouse le nom du futur sélectionneur national. L'anglais et actuel entraîneur de Wakefield, Richard Agar devrait être nommé. Un nouveau manager devrait aussi être désigné. C'est l'entraîneur du TO et ancien coach de l'équipe de France, Gilles Dumas, un proche du président qui selon nos sources devrait à nouveau accompagner l'équipe de France lors de la prochaine coupe du monde.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Feu vert médical pour Scott Dureau

dragons-2528.jpg

Posté le 19/02/2013 16:57:54 catalansdragons.com

Scott Dureau a eu aujourd'hui les résultats du scanner de contrôle et a obtenu le feu vert médical du chirurgien qui l'a opéré pour rentrer en France.

Opéré d'une tumeur située derrière l'œil en janvier dernier, le demi-de-mêlée catalan a récupéré des suites de son opération et les nouvelles concernant son état de santé sont très positives.

Autorisé également à entamer la rééducation et à reprendre progressivement les entraînements, Scott Dureau devrait être de retour en France dès la semaine prochaine.

« Scott va retrouver ses coéquipiers et c'est une très bonne nouvelle pour lui et pour l'équipe. Il va rapidement reprendre le chemin des entraînements même si son retour à la compétition n'est pas encore programmé à ce jour. » déclarait Laurent Frayssinous.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dureau pourra rejouer

Bonne nouvelle pour les Dragons Catalans. Scott Dureau, leur demi de mêlée australien et stratège, a reçu le feu vert du chirurgien qui l’a opéré d’une tumeur derrière l’oeil, en janvier dernier, et pourra reprendre la pratique du rugby. Dureau a complètement récupéré de son opération, et reprendra l’entraînement dès son retour en France, peut-être dans le courant de la saison prochaine.

«Scott va retrouver ses coéquipiers et c’est une très bonne chose pour lui et pour l’équipe, a commenté Laurent Frayssinous, l’entraîneur, sur le site internet des Dragons Catalans. Il va rapidement reprendre le chemin des entraînements, même si son retour à la compétition n’est pas encore programmé à ce jour.»

Dimanche, les Dragons se déplacent à Castleford et attendent avec une petite appréhension de connaître les sanctions infligées à Leon Pryce, cité, et Brent Webb, expulsé, après le match de Warrington.G.N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.