Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

claude cassagnol

Dragons Catalans saison 2013.

207 posts in this topic

Maria : "L'équipe a gagné en maturité"

Le 28 mars à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

maria-l-equipe-a-gagne-en-maturite_293066_516x343.jpg PHOTO/Archives M. Clementz

Avec Bousquet et Simon, Anthony Maria représente la relève chez les piliers des Dragons. Le Lot-et-Garonnais, passé par Toulouse le temps de se faire les dents, espère être au niveau de ses coéquipiers, ce soir à Londres.

Où en êtes-vous concernant vos ennuis de santé ?

J'ai eu une légère déchirure aux adducteurs contre Wakefield, il y a un mois. Ça va beaucoup mieux, fort heureusement.

Cette saison la concurrence est énorme chez les piliers. Comment l'appréhendez-vous ?

Ça booste plus qu'autre chose. Cette concurrence donne envie de s'arracher. On s'apprécie avec Mika (Simon) et Julian (Bousquet), c'est vraiment très sain. Et quand je vois dans quel état de forme sont ces deux joueurs, ça motive encore plus.

Que savez-vous des London Broncos ?

Ils possèdent un très gros pack et le terrain va faciliter l'affrontement. Les conditions de jeu seront rendues difficiles par l'état du terrain et l'ambiance qui régnera. Les victoires se jouent souvent devant, mais là, c'est encore particulier, c'est entre deux gros matches et il faudra rester sur celui-ci et ne pas se projeter sur la venue de Leeds lundi. Les deux équipes seront aussi fatiguées et il faudra faire attention à ne pas produire trop de fautes pour ne pas se mettre dans le rouge en défense.

Le groupe n'a-t-il pas déjà la tête à Leeds ?

Je ne pense pas, mais en ce qui me concerne, il faut déjà que je fasse mes preuves contre Londres avant de penser à jouer à nouveau. Et puis, une victoire à Londres bonifierait encore plus la venue de Leeds.

Quel regard portez-vous sur le nouvel élan apporté par l'encadrement ?

Il y a une sérénité qui transpire. Olivier (Élima) a apporté aussi sa sérénité au groupe. Mais l'équipe a gagné en maturité à l'image de Pélissier, Bousquet et Simon. C'est aussi très homogène autour de l'entraîneur. Il y a vraiment un groupe, c'est plus flagrant que l'an passé. Maria s'attend à des conditions difficiles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons en terrain miné

Le 28 mars à 6h00 par A Londres, Matthieu Terrats lindependant.fr

les-dragons-en-terrain-mine_293064_516x343.jpg PHOTO/Harry Jordan

C'est un drôle de match qui attend les Dragons, ce soir (21 h), face aux London Broncos, sous une température négative et dans un stade à l'ancienne. Les Catalans sont prévenus, ça sent le piège à plein nez. Poussés par un vent d'Easter (Pâques en Anglais, ndlr), la Super League et les Dragons abordent le deuxième des quatre chapitres au programme en l'espace de quinze jours. Et pas forcément le mieux écrit. Londres-Catalans : jouera, jouera pas ? Hé bien, jouera, finalement ! Mais pas au Stoop. Le directeur de l'annexe de Twickenham ayant fermé l'accès à son terrain de jeu, martyrisé durant les intempéries. Avant d'être labouré par les quinzistes. Ces mêmes Harlequins ayant mis un coup de pression sur les épaules de Tony Rea, et du staff des Broncos, afin qu'ils préservent le peu de pelouse restant en vue du quart de finale de H-Cup face au Munster la semaine prochaine (7 avril). Difficile de refuser.

La treizième dimension Une aubaine, en fait, pour des Broncos (11e) qui n'ont jamais gagné au Stoop cette saison (3 défaites et 1 nul) mais actuellement dans une bonne passe (1 victoire à Castleford, 1 nul face à Hull FC), et du coup peu enclins à reporter la rencontre. Dynamique oblige. Une pilule difficile à avaler pour les Dragons et leur entraîneur Laurent Frayssinous. Attrapé au vol, hier en milieu d'après-midi, alors qu'il venait à peine de visiter la solution de repli. Ou plutôt de voir un fantôme : le fameux Molesey Road des quinzistes d'Esher (3e division). Un stade de Fédérale, un vrai, d'une capacité de 3 000 places, comme l'avaient annoncé les Anglais. Mais avec une seule tribune qui ne pourrait accueillir plus de 500 spectateurs, une pelouse pelée, gelée, et trois couloirs transformés en vestiaires pour les 'Dracs' et leur coach, un brin désemparé à l'heure de dresser le rapport de son inspection : "Sincèrement, il faut que je laisse passer une heure ou deux avant d'en parler aux joueurs, que je me remette. Je dois trouver le bon angle et les bons mots". Bref, les Dragons, privés d'entraînement (lire par ailleurs), n'avaient même pas déballé leurs crampons, qu'ils étaient déjà KO debout. Ebranlés par la perspective d'évoluer sur un terrain miné et sous une température proche du 0°C. Et dire que le prochain London Broncos - Dragons Catalans aura lieu... à l'Etihad Stadium de Manchester City (le 25 mai).

La tête à Leeds "Il faut penser à autre chose", tentait de se persuader Laurent Frayssinous. Comme, par exemple, à une victoire, la sixième de la saison, aussi pénible à appréhender qu'elle est capitale sur le plan comptable. Car Leeds et Bradford vont laisser des plumes dans le derby, car Huddersfield (à Salford) et Warrington (à Widnes) sont promis à la victoire et parce que de Wigan ou Saint-Helens, il n'en restera qu'un, bien au chaud, pris dans l'embouteillage qui sévit au sommet du classement. Là où des 'sang et or' néanmoins sûrs de leurs forces et de leur profondeur d'effectif, comptent toujours se situer au retour de leur voyage dans la treizième dimension, en guise de 9e journée. Avant de recevoir les Rhinos pour le choc majuscule de ce début de saison, lundi à Brutus. Mais cette fois, dans un tout autre contexte. Et en terrain conquis. Rémi Casty et les Dragons espèrent ramener une 6e victoire, cette saison, de Londres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Leeds est prévenu

Le 29 mars à 6h00 par A Londres, Matthieu Terrats lindependant.fr

les-dragons-ont-echappe-au-traquenard-pour-signer-leur-6e_293292_516x343.jpg

Les Dragons ont échappé au traquenard pour signer leur 6e victoire de la saison et prendre la tête de la Super League. PHOTO/© D.R

En France, on est habitué à jouer sur des terrains comme ceux-là.

De toute façon, le contexte, on s'en fout. Dès le premier plaquage, tout le monde se rendra bien compte qu'on est en Super League". Peu avant le coup d'envoi, le talonneur Eloi Pélissier a rapidement planté le décor d'une neuvième journée surréaliste pour les Dragons. Dans un stade aux faux airs de Championship (2e division anglaise), avec pas moins de 11 Français sur la feuille de match, il y avait comme un parfum d'Elite, le froid en plus, qui planait, hier soir, sur Molesey Road. Et comme les Dracs aiment les choses bien faites, ce sont les jeunes pousses élevées au grain du championnat de France qui ont montré la marche à suivre dans la pénombre du Surrey : Simon, Pala, Vaccari, Maria, Pélissier, Larroyer, ont évité aux Dracs de tomber dans un piège annoncé.

Morgan d'Escaré

Et si Kieran Dixon justifiait son surnom d'ailier le plus rapide de la Super League (4e), c'est bien de Morgan Escaré que jaillissait la lumière. Auteur de débuts fracassants, la semaine dernière en Super League, l'arrière de poche venait main-main à hauteur de Leon Pryce pour mystifier la défense londonienne et Luke Dorn, en un-contre-un, d'un 'tchik-tchak' dont il a le secret (9e). Un premier coup d'éclat dont les Dragons s'inspiraient pour répondre à l'essai de Clubb (22e) en force, et envoyer Papy Menzies à l'essai après un ballon écarté sur un cinquième tenu (27e). Trop peu, cependant, pour prendre les commandes à mi-parcours (12-10). Et pour dresser des Broncos pleins de fougue sur un franchissement de Sarginson, qui envoyait Witt entre les perches (42e).

Le chassé-croisé continuait.

Haletant. Avec un bras de fer au milieu qui montait en intensité. Et un Escaré toujours aussi remuant, dont la relance accouchait d'un essai en coin de Vaccari, l'un des appelés de dernière minute (47e). Et des Broncos qui avaient toujours le dernier mot, avec la complicité du côté gauche de la défense catalane (essai de Randall, 54e). Jusqu'à ce que les briscards vêtus de sang et d'or ne fassent parler leur expérience. A commencer par Leon Pryce dont la passe au pied trouvait Zeb Taia pour l'essai de l'espoir (60e). Et Thomas Bosc qui remettait les pendules à l'heure (24-24) sur une pénalité (64e).

Tampons incendiaires

Le bucolique Molesey Road se transformait alors en chaudron bouillonnant. Que les Dragons alimentaient à grands coups de charges brûlantes et de tampons incendiaires. Qui faisaient dégueuler le ballon à l'arrière-garde londonienne et qui permettait à Taia de réaliser le doublé (68e). Et de catapulter les Catalans vers une sixième victoire (30-24) cette saison. Soit le meilleur résultat possible avant le retour 'à la normale'. Et l'événement tant attendu, lundi à Brutus, avec la venue des Leeds Rhinos, tenus en échec à domicile 18 à 18 par Bradford hier.

Share this post


Link to post
Share on other sites

1 Dragons 9 6 2 1 61 13

2 Giants 8 6 2 0 65 12

3 Warriors 8 5 2 1 158 11

4 Wolves 8 5 2 1 80 11

5 Saints 8 5 2 1 44 11

6 Bulls 9 4 3 2 45 10

7 Rhinos 7 4 2 1 44 9

8 Rovers 8 4 4 0 14 8

9 Hull FC 8 2 4 2 -10 6

10 Wildcats 7 2 4 1 -33 5

11 Broncos 9 2 6 1 -78 5

12 Vikings 7 2 4 1 -94 5

13 Tigers 8 1 6 1 -116 3

14 Reds 8 1 6 1 -180 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rugby à XIII - SL : Les Dragons au mental

lequipe.fr

Décidément, rien n'est simple cette saison avec les Dragons Catalans.

Jeudi soir, une nouvelle fois, les joueurs de Laurent Frayssinous ont fait la course derrière les London Broncos qu'ils sont parvenus à déborder sur la fin (30-24). C'est finalement sur la pelouse de Moseley road, le Stoop de Twickenham ayant mal résisté aux intempéries qui ont sévi ces derniers jours sur Londres, que Rémi Casty et le siens sont allés s'imposer à l'arraché. Il faut dire que les choses avaient mal démarré pour la franchise perpignanaise, qui enregistrait les forfaits de Julian Bousquet et Damien Blanch, remplacés au tout dernier moment par Frédéric Vaccari et Kevin Larroyer.

Les locaux n'étaient pas très longs à trouver la faille dans la défense catalane par Dixon (6e), mais le jeune Morgan Escaré, très véloce, répliquait aussitôt (6-6, 8e). Le chassé croisé se poursuivait, Menzies répondant du tac au tac à Clubb. A la mi-temps, Bosc ayant manqué la deuxième transformation, les Broncos menaient 12-10 puis creusaient l'écart dès le retour des vestiaires par Witt (18-10, 42e). Fred Vaccari plongeait en coin pour le troisième essai catalan qui ramenait son équipe au contact avec la transformation difficile réussie par Thomas Bosc (18-16, 47e), mais décidément incorrigibles, les défenseurs des Dragons laissaient filer Randall pour le quatrième essai londonien (24-16, 57e).

C'est à l'heure de jeu que Leon Pryce et ses coéquipiers ont passé la surmultipliée. Taia reprenait un coup de pied astucieux de Pryce pour pointer dans l'en but des Broncos. Bosc transformait puis égalisait sur une pénalité (24-24, 65e). Deux minutes plus tard, Taia, le deuxième Néo-Zélandais, récupérait un ballon tombé par l'attaque londonienne pour inscrire en contre l'essai qui scellerait la victoire (68e). plus rien ne sera marqué. Ce succès permet aux Dragons d'aborder la venue de Leeds, le lundi de Pâques à Perpignan, avec optimisme. Les champions de Surper League constitueront un premier test de taille pour Rémi Casty et sa troupe. Ils devront éviter de jouer à se faire peur face à un rival qui ne pardonne pas la moindre erreur. G.N.

La 9e journée

Jeudi :

Leeds-Bradford, 18-18

London Broncos-Dragons Catalans, 24-30.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rugby à XIII : Les Dragons reçoivent les champions

L’heure de vérité est proche. Les Dragons Catalans, coleaders de la Super League avec Wigan, reçoivent en ce lundi de Pâques les champions en titre, Leeds. Vainqueurs sur la fin des London Broncos, jeudi soir à Londres (30-24), les joueurs de Laurent Frayssinous ont bien poursuivi leur quinzaine infernale (quatre matchs en deux semaines), pour laquelle ils sont toujours invaincus. Grande nouvelle également pour la franchise catalane, le retour dans le groupe de son puissant pilier Paea, rentré d’Australie après une longue indisponibilité pour raisons familiales. Il ne sera pas de trop pour défier une équipe des Rhinos qui a débuté péniblement son championnat mais reste difficile à manoeuvrer. Devant leur public de Gilbert-Brutus, les Dragons passeront un véritable test contre la meilleure formation de Super League de ces deux dernières saisons.

Le groupe des 19 : Blanch, Pryce, Taia, Bosc, Elima, Henderson, Casty, Menzies, Anderson, Mounis, Pelissier, Millard, Pala, Simon, Fakir, Paea, Baitieri, Vaccari, Escaré ;

SUPER LEAGUE (10e journée).- Lundi : Bradford-Salford ; Warrington-London Broncos ; Dragons Catalans-Leeds ; Saint Helens-Castleford ; Wakefield-Hull FC ; Hull KR-Wigan ; Huddersfield-Widnes.

G.N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Round 9

Vendredi 29.03

CASTLEFORD (0) 16

Tries: Thompson 2, Owen

Goals: Ellis

WAKEFIELD (25) 37

Tries: Fox 2, T Smith, Kirmond, Mathers, L Smith

Goals: Sykes 4, L Smith 2

Drop Goal: Sykes

Attendance: 7,705

Referee: Ben Thaler

-----------------------------------------------

HULL FC (0) 10

Tries: Crooks, Tickle

Goal: Tickle

HULL KR (12) 23

Tries: D Hodgson 2, J Hodgson, Welham

Goals: Hall 3

Drop Goal: Hall

Attendance: 19,064

Referee: Steve Ganson

-------------------------------------------------

SALFORD (14) 21

Tries: Gaskell, Broughton, Gibson, James

Goals: Sneyd 2

Drop Goal: Sneyd

HUDDERSFIELD (10) 20

Tries: Lunt, McGillvary, Kopczak, Brough

Goals: Brough 2

Attendance: 2,788

Referee: Rob Hicks

----------------------------------------------------

WIDNES VIKINGS (12) 38

Tries: Ah Van, Hanbury 2, Flynn 2, White

Goals: Ah Van 7

WARRINGTON WOLVES (6) 22

Tries: Riley 2, Evans, Myler

Goals: O'Brien 3

Attendance: 9,271

Referee: James Child

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Corbières crachent le feu

Le 31 mars à 6h00 par Christophe Parra lindependant.fr

valentin-ferret-sous-les-couleurs-catalanes-est-revenu-au_293852_516x343.jpg Valentin Ferret sous les couleurs catalanes est revenu au Moulin. Il a gagné et marqué un essai. PHOTO/© D.R

Ils sont tombés dans la marmite du rugby à XIII dès leur plus tendre enfance. Quand on fait ses premiers pas à Lézignan, pour Charles Bouzinac, ou dans sa proche 'banlieue', à Ornaisons, pour Valentin Ferret, difficile d'échapper à l'attrait du 'Moulin', le stade mythique du FC Lézignan. "Mon père a joué au FC Lézignan et je me souviens avoir toujours eu un ballon de rugby dans les bras", se souvient Valentin Ferret. "Mon père a joué à Lézignan chez les jeunes puis, plus tard, il a fait des photos pour le club. Je le suivais partout", confie de son côté Charles Bouzinac. L'influence paternelle et le 'climat' treiziste des Corbières ont déterminé les deux jeunes joueurs. Le Moulin va devenir leur terrain de jeu. Un terrain qui prolonge une amitié née sur les bancs de l'école primaire. Valentin Ferret et Charles Bouzinac ne vont, dès lors, plus se quitter. De la cour de récréation au rectangle vert, il n'y a qu'un pas que les deux enfants ont franchi pratiquement en même temps. "J'ai débuté dès l'école de rugby", confie Valentin Ferret. "Je suis arrivé à l'âge de 8 ans", enchaîne Charles Bouzinac. Les premiers émois sportifs en commun arrivent dès les minimes, avec un titre de champion de France qui en appellera un autre, celui de la saison dernière en juniors. "À partir de minimes, nous avons toujours joué la finale du championnat de France", indique Valentin. Les jambes de feu de ce dernier et ses appuis électriques font des merveilles à son poste d'arrière tandis que Charles Bouzinac, au centre, démontre une rugosité précoce, dur au placage, avec une force de percussion dévastatrice. En pôle espoirs à Carcassonne puis au Creps de Toulouse, les deux jeunes garçons répètent leurs gammes, tout en faisant le bonheur du Feuceuleu. Les années juniors vont les voir exploser au grand jour. Souvent décisifs pour leur équipe, ils tapent dans l'œil des recruteurs des Dragons Catalans. C'est Steve Deakin, l'entraîneur anglais de Saint-Estève-XIII Catalan, l'équipe réserve des Dragons, qui les a appelés en personne pour leur proposer de le rejoindre et d'intégrer le centre de formation des Dragons. "C'était la suite logique", reprennent en chœur Valentin et Charles. Se consacrer au rugby à 100 % et avoir l'opportunité de jouer en Élite, avec la Super League en point de mire : un défi sportif que ne pouvaient pas refuser ces deux jeunes talents. Tant pis pour Lézignan. Ils sont une dizaine de jeunes joueurs à faire partie de cette 'pouponnière' treiziste. Les deux Lézignanais y ont retrouvé Michaël Rouch de Limoux, avec qui ils forment la petite colonie audoise. Le reste de la promotion est estampillé catalan. "Mais on n'est pas en terrain inconnu. On connaissait la plupart des pensionnaires du centre de formation", note Charles Bouzinac. À Perpignan, les journées sont bien chargées. Valentin Ferret raconte : "Le lundi, c'est récupération avec de la balnéo. Mardi matin, muscu puis vidéo ; le soir on passe sur le terrain. Mercredi, c'est repos. Jeudi matin, on a une séance de lutte enchaînée avec de la muscu ; le soir, on retrouve le terrain. Vendredi, mise en place en fin d'après-midi." Résultat, Valentin Ferret s'est épaissi de 10 kg de muscle et Charles Bouzinac de 5 kg. "On demande plus de qualité et d'intensité dans les entraînements. Le degré d'exigence est supérieur", commente l'arrière, qui a joué sept rencontres en Elite avec Saint-Estève-XIII Catalan, dont celle contre Lézignan au Moulin, en janvier dernier. "J'ai pris ce match comme si c'était un match comme un autre. Je voulais réaliser une bonne prestation car il y avait mes proches qui étaient venus me voir." Ce jour-là, Valentin Ferret a marqué un essai et les Catalans ont gagné sur la pelouse audoise. De son côté, Charles Bouzinac, qui est encore junior, a déjà joué huit rencontres en Elite. C'est dire le potentiel du garçon. Avec Saint-Estève-XIII Catalan, Valentin Ferret et Charles Bouzinac, les deux plus jeunes de l'équipe, peuvent parler du pays avec "deux amis". Car ils se retrouvent parfois aux côtés de deux autres purs produits lézignanais. Quand ils ne sont pas dans le squad des Dragons, le Ferralais Damien Cardace, 21 ans, et le Fabrezanais Julian Bousquet, 22 ans, viennent en renfort. L'occasion de chaperonner les deux 'petits' et de leur prodiguer quelques conseils même s'ils ne sont guère plus âgés. Puis il y a la 'star', Rémi Casty, 28 ans, encore un homme des Corbières, d'Ornaisons plus exactement comme Valentin Ferret. Le terroir du piémont de l'Alaric, et ses alentours, abrite des pépites. Le capitaine des Dragons, élu meilleur pilier de la Super League la saison dernière, est l'exemple à suivre. "On le croise quelque fois. Il nous a dit de ne pas laisser tomber", confesse Valentin Ferret. À ce niveau, la concurrence est rude. "Auparavant, je ne me posais pas de questions quand on annonçait l'équipe. Désormais on apprend à vivre avec la concurrence", constate Charles Bouzinac. On peut faire confiance aux deux jeunes hommes pour ne rien lâcher.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La leçon du champion

Le 02 avril à 6h00 par Matthieu Terrats lindependant.com la-lecon-du-champion_294258_516x343.jpg A l'image de Jamal Fakir, les Dragons sont tombés dans le piège tendu par les Rhinos, hier à Brutus. PHOTO/Thierry Grillet

Pourtant en tête à l'heure de jeu et en supériorité numérique, les Dragons ont concédé leur première défaite hier à Brutus face à Leeds (27-12), champion en titre, auteur d'une véritable démonstration.

Pâques a dicté sa loi, le champion aussi. L'overdose de rugby au menu de la période d''Easter' (quatre matches en quinze jours) a eu raison de l'appé###### des Dragons. Bien aidés par l'expérience, la sérénité et le réalisme des Rhinos qui ont montré, une fois de plus, leur incroyable capacité à digérer les coups les plus durs et à retourner les situations les plus compromises.

Pourtant bien engagés dans une quinzaine à forte teneur en chocolat (2 victoires), les Dragons ont frisé l'indigestion, hier, à Brutus. Laissant le Temple tomber dans l'assiette de l'ennemi pour la première fois cette saison. Et ce malgré une domination qui n'a souffert d'aucune contestation, une avance au score qui laissait espérer un 4e succès consécutif (12-10, 53e), le tout couronné d'une supériorité numérique tombée du ciel, suite à l'expulsion de Bailey (48e, plaquage dangereux sur Bosc).

Mais selon le pilier et capitaine Rémi Casty, les Dragons sont sortis de leur schéma de jeu : "A 12-10, on a commis une grave erreur. Alors qu'on devait continuer sur notre système, qu'on avançait autour du tenu, on a voulu écarter les ballons trop vite. Face à une équipe comme Leeds, qui se nourrit des fautes de l'adversaire, ça ne pardonne pas". Une défaite au goût amer, qui est aussi et surtout la victoire d'un champion sûr de son fait. Un modèle dont les Dragons feraient bien de s'inspirer. Eux qui réalisaient une première période à sens unique, mais qui ne parvenaient jamais à scorer le moindre point.

Quand les Rhinos concrétisaient chacune de leurs incursions dans le camp catalan (0-10 à la pause). Que ce soit sur l'essai de Moon en coin (7e), ou sur les pénalités de Maître Sinfield (22e, 36e). "Ils ont été patients, lucides, hyper solidaires, et ont marqué à chaque fois qu'ils sont venus chez nous, salue le demi de mêlée Thomas Bosc. On a pris une leçon de rugby". Ou comment gagner un match d'une "intensité digne d'un play-off", de l'avis du technicien anglais Brian McDermott. Un qualificatif qui prenait tout son sens à l'heure de jeu, lorsque le champion, menacé par des flammes de sang et d'or (essais de Pryce, 48e et de Bosc 53e), coupait les vannes et la chique aux Dragons.

"Ce n'est pas une question de baisse de régime physique ou mentale. C'est juste qu'à partir de là, on n'a plus revu le ballon", déplorait le coach Laurent Frayssinous. Les essais de McShane (68e), derrière le tenu, et Jones-Buchanan (71e) tout en puissance, faisant office de coup de poignard. Les coups de pied de Sinfield (2 pénalités, 2 transformations, 1 drop) achevant la bête roussillonnaise (27-12). "Ça fait trois défaites contre les trois grosses équipes (Warrington, Wigan et donc Leeds)", pestait Captain Casty. "Ça commence à bien faire". "On voulait faire de Brutus une forteresse, un objectif qu'on n'a pas tenu, regrettait Bosc. Mais ce n'est pas la fin. Il va falloir rebondir et, ce week-end sera le mieux". A Hull FC (dimanche, 16 h), pour un dessert qui ne manquera pas de sel.

Parce que Leeds

Le 02 avril à 6h00 par Bruno Onteniente parce-que-leeds_294259_516x343.jpg PHOTO/Photo Michel Clementz

Les Rhinos, sans être brillants, ont donné une leçon de réalisme aux Dragons hier. À la chasse aux œufs, Leeds a préféré la pêche aux points. La recette ? Une gestion des temps forts limpide, une assurance dans les 20 mètres adverses et un mental à toute épreuve. Bref, un Leeds qui a défendu sa couronne autour de Kevin Sinfield auteur d'un 100 % au pied (3 transformations, 4 pénalités et 1 drop) ! Une leçon de réalisme. En première période, Moon a conclu la seule occasion franche et Sinfield a pris tous les points possibles au pied, passant deux pénalités dès que les siens mettaient un pied dans les vingt mètres adverses. Autre signe fort, la gestion du terrain. Dès que Sinfield sentait les Dracs en bourre, il balançait un long coup de pied.

McDermott : "On a juste fait le job en prenant les points"

Après la pause, la domination s'inverse, mais pas le réalisme. Même à douze, Leeds ne tremble pas. Laurent Frayssinous tentait en conférence de presse d'avaler la pilule : "On a pris une leçon de réalisme. Au lieu de continuer dans le bras de fer une fois à douze, on est sorti du plan". Le coach catalan ne s'est pas dérobé lorsqu'il a fallu évoquer les points non pris sur pénalité en première période : "On n'en est pas encore là. On analysera ça lorsque l'on jouera une place en demi-finale ou en finale. Aujourd'hui, le plus important est de se poser les bonnes questions en attaque. On a été incapable de le faire en première période. On a juste proposé du 'un par un' pendant cinq chaînes". Et Leeds a répondu présent à chaque fois qu'il a fallu réagir. Le coach des Rhinos, Brian McDermott, ne tenait pas pour autant à s'enflammer : "Je ne vais pas vous dire que je suis fier de mes garçons. On a juste fait le job en prenant les points. Mais, à chaque fois que l'on vient ici, c'est la même chanson : on prend deux fois plus de pénalités que les Catalans. Depuis deux ans, ce sont eux les moins pénalisés. Je ne cherche pas des histoires, mais, je le dis". Face au champion en titre, les Dragons ont donc manqué de réalisme à l'heure de la dernière passe, du dernier choix. La preuve, après Wiagan (défaite 38-0), que l'équipe est encore loin du compte en terme de maturité. Plus petit joueur de Super League (1,65m), Rob Burrow a encore parfaitement drivé ses Rhinos hier.

Casty : "Faudrait retenir les leçons"

Le 01 avril à 22h06 par St.S. remi-casty-a-droite-et-les-dragons-n-ont-pu-stopper-le_294205_516x343.jpg Rémi Casty (à droite) et les Dragons n'ont pu stopper le champion en titre, Leeds. PHOTO/THIERRY GRILLET

"C'est une leçon", n'a pas manqué de souligner, en conférence de presse Laurent Frayssinous, le head coach des Dragons Catalans, à propos de la défaite des siens 27-12 dans leur antre de Brutus face à des Rhinos de Leeds pourtant réduits à 12 pendant 35 minutes.

"Et les leçons, il va bien falloir finir par les retenirs" sur-enchérissait le pilier et vice-capitaine, Rémi Casty. "Quand, à l'école, tu as pris un zéro, au devoir suivant, tu te dois d'avoir au moins la moyenne", indiquait-il même s'il soulignait le gros "travail défensif" des siens, largement porteur d'espoir.

Reste que cette nouvelle défaite face à un gros bras du championnat (et Leeds a prouvé qu'il n'était pas champion par hasard) fait mal à des Dragons qui devront remettre le bleu de chauffe alors que se profilent deux déplacements délicats à Hull FC et Saint-Helens.

Infirmerie

Le 02 avril à 6h00

Touché face à Leeds, Thomas Bosc souffre d'une luxation acromio-claviculaire de grade 2. Le médecin refusait hier soir de se prononcer sur son absence. Mais, elle devrait être au mieux de deux semaines. Un nouveau coup dur pour les Dragons déjà privés de Scott Dureau à la mêlée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rugby à XIII - SL : Les Dragons chutent à la maison

Les Dragons Catalans se sont inclinés (12-27) contre Leeds, champion en titre de la Super League, lundi.

Les Dragons attendront. Lundi, sur leur pelouse de Gilbert-Brutus, les coéquipiers de Rémi Casty ont subi la loi des champions en titre de la Super League, Leeds (12-27). Les Rhinos ont trouvé dans l’expulsion méritée de leur pilier, Bailey, auteur d’un véritable attentat sur Thomas Bosc (48e), le motif de révolte nécessaire pour renverser le cours d’un match qui leur échappait.

Tout avait bien commencé pour les visiteurs, qui sur leur première attaque trouvaient l’ouverture par leur ailier Moon (8e). Etait-il passé en touche avant d’aplatir, la vidéo décréta que non. Avec la transformation de Sinfield, le maître à jouer de Leeds, les Dragons étaient obligés d’entamer une course poursuite où ils laissèrent beaucoup d’énergie. Surtout qu’à chaque incursion dans le camp catalan, Sinfield punissait les hommes de Laurent Frayssinous. Deux pénalités permettaient à Leeds de rentrer aux vestiaires avec un avantage substantiel (10-0).

Sinfield le bourreau

La seconde mi-temps démarrait avec la même rudesse que la première jusqu’à ce coup d’épaule à retardement de Bailey sur Bosc. Réduits à douze, les Rhinos n’avaient pas le temps de s’organiser que Leon Pryce, l’ouvreur des Dragons, feintait la passe et marquait avec trois défenseurs anglais sur le dos. Bosc transformait et l’espoir reprenait dans le camp perpignanais (6-12, 49e). Quatre minutes plus tard, Bosc, qui avait repris ses esprits, d’une magistrale feinte de passe, embarquait toute la défense de Leeds pour finir entre les poteaux. Il transformait et les Dragons prenaient l’avantage (12-10). Groggys, les champions en titre faisaient alors preuve d’une grande solidarité, serraient leur défense et revenaient tout doucement dans le match. Ils égalisaient par un but de l’inévitable Sinfield (12-12, 60e). Etait-ce la fatigue ? Ou la décontraction ? Toujours est-il que les joueurs de Laurent Frayssinous perdaient le contrôle du ballon.

Casty contrait un drop de McGuire (67e) mais une erreur de défense offrait à McShane le chemin de l’essai derrière un tenu. Sinfield transformait, puis passait le drop qui reléguait les Catalans hors de portée (19-12, 72e). Un dernier essai de Jones-Buchanan et la cinquième pénalité de "Maître" Sinfield (15 points) ruinaient les derniers espoirs des Dragons qui s’inclinent pour la première fois de la saison à domicile. Pour clore leur quinzaine infernale (quatre matchs en quinze jours), les coéquipiers de Casty joueront dimanche à Hull FC. Un voyage difficile. Surtout après l’éprouvante défaite contre Leeds.

SUPER LEAGUE (10e journée).- Bradford-Salford, 36-24 ; Warrington-London Broncos, 54-20 ; Dragons Catalans-Leeds, 12-27 ; Saint Helens-Castleford, 48-18 ; Wakefield-Hull FC, 22-34 ; Hull KR-Wigan, 6-84 ; Huddersfield-Widnes, 62-6.

Gilles NAVARRO lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bosc fixé demain

Le 03 avril à 6h00 par B. O. lindependant.fr

Le demi de mêlée des Dracs, Thomas Bosc, touché à l'épaule (luxation acromio), passera un scan de contrôle demain afin de déterminer la durée de son indisponibilité. Bousquet est quant à lui déjà forfait pour le déplacement à Hull FC, tandis que Laurent Frayssinous espère pouvoir compter sur Barthau (cuisse). Si Barthau doit lui aussi déclarer forfait, les Dragons auront alors leurs trois demis de mêlée à l'infirmerie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons entrent dans le dur

Le 03 avril à 6h00 par Matthieu Terrats lindependant.fr

les-dragons-entrent-dans-le-dur_294532_516x343.jpg PHOTO/T. G.

A 13 contre 12 et 12-10 en leur faveur à l'heure de jeu, les Dragons ont laissé Leeds s'offrir un exploit retentissant, lundi, à Brutus (27-12).

Le podium s'est éloigné. Place à Hull FC avec une pléiade de blessés.Face au champion, jouer une heure ne suffit pas. Les Dragons l'ont appris à leurs dépens, lundi soir, en concédant leur première défaite de la saison à Brutus face aux Leeds Rhinos (12-27).

Décryptage.

1 Des questions sans réponses

"On s'est un peu perdu sur le plan collectif. On a l'habitude d'aller à des points précis, pour ensuite choisir les options de jeu. Mais quand tu ne poses pas de questions à une défense, tu ne peux pas avoir de réponses". L'analyse du coach Laurent Frayssinous est sans concession. En cause, ce "plan de jeu non respecté" une fois que sonnait l'heure de jeu, avec des Dragons en tête au tableau d'affichage (12-10). "On n'a fait que du rentre-dedans, du 'un par un', facile à défendre pour une équipe comme Leeds". Qui mettait alors la main sur le ballon pour vingt dernières minutes à sens unique (17-0) et le dénouement qu'on connaît (27-12).

2 Très loin au final

Un choc qui avait valeur de test majuscule pour les Dragons, au final, très loin du compte. Tant en terme de maîtrise, de réalisme, le tout en supériorité numérique suite à l'expulsion de Bailey (48e). Un coup sur la tête, source de frustration et de regrets dans la maison 'sang et or' pour des Catalans désireux d'évaluer leur potentiel actuel. Résultat : une troisième défaite en autant de confrontations face au 'Big Four' (Warrington, Wigan et donc Leeds).

Le constat est amer. Derrière Leeds lundi soir, et pas encore au niveau de ce qui se fait de mieux en Super League, les Dracs, deuxièmes avant le coup d'envoi, sont éjectés illico du podium et relégués à une 5e place logique au vu de leurs résultats. Passés à côté de ce qui aurait constitué le meilleur début de saison de leur histoire, en cas de succès à Saint-Helens dans quinze jours et bien sûr à Hull FC ce dimanche.

3 Ne pas perdre le Nord

Un KC Stadium qui ne réussit pas aux Dragons depuis quatre ans. Avec un bilan de 4 défaites, et une moyenne de 27 points encaissés pour seulement 10 inscrits sur les bords de la mer du Nord. Tout spécialement ces deux dernières années, "on y prend 40 points, et on s'y fait agresser, dans le bon sens du terme", rappelait Laurent Frayssinous, lundi soir. Un voyage qui s'annonce tout aussi difficile vue la longue liste des absents (lire par ailleurs). Mais un match où les Dragons se doivent de rebondir, sous peine de dégringoler dans la hiérarchie. Avec en suivant un déplacement chez les Saints, et la réception d'Huddersfield pour boucler la phase aller. C'est ce qui s'appelle rentrer dans le dur. Elima et les Dracs ont buté sur une défense impériale.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pénurie de demi de mêlée chez les Dragons Catalans

Le 04 avril à 6h00 par B. O. lindependant.fr

Après Dureau forfait, c'est Bosc et Barthau qui sont incertains pour le déplacement prévu dimanche à Hull FC. Et Millard s'est blessé hier. Avec quelle charnière, les Dragons vont affronter les Airlie Birds de Hull FC ce dimanche ? Thomas Bosc passe aujourd'hui un scanner concernant son acromio-claviculaire contractée lundi face aux Rhinos. D'ailleurs, Ryan Bailey, le rugueux pilier de Leeds auteur d'une agression caractérisée sur Thomas Bosc, qui lui a valu un carton rouge, a écopé de quatre matches de suspension. Bosc s'est donc abstenu d'entraînement hier matin à la Plaine des Jeux de Perpignan (la pelouse de Gilbert-Brutus est en réfection). À ses côtés, William Barthau souffre des ischios. Ce dernier ne s'est pas entraîné. Mais aujourd'hui, il va se tester sur des courses, des appuis et des changements de direction à pleine vitesse. En attendant, Laurent Frayssinous était bien embarrassé hier midi : "Je ne sais pas avec qui, ni à combien on va monter. C'est très compliqué et j'espère pouvoir compter su un des deux joueurs dimanche".

Dureau bientôt de retour Pour enfoncer le clou, Daryl Millard s'est blessé (ischio-jamiers). Le trois-quarts centre est donc très incertain pour ce déplacement. Il rejoint Duport, Webb, Bousquet et Dureau au rayon des blessés. Concernant Scott Dureau ce dernier a bon espoir de reprendre : "Sur ma vision je ne vois plus trouble sur le côté comme au début, ça va nettement mieux". Le joueur espère reprendre d'ici une paire de semaines. Reste le problème de la médecine du travail et du docteur référant qui devront donner leur accord avant la reprise tant espérée du meilleur demi de mêlée de la compétition des deux dernières saisons. Les Catalans sont au repos aujourd'hui, sauf Barthau qui va se tester. Ce n'est que demain que Laurent Frayssinous saura s'il peut ou pas compter sur l'un de ses deux numéros 7. Si les deux internationaux français devaient déclarer forfait, le rôle de demi de mêlée serait très certainement dévolu à Ian Henderson.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Démolir pour reconstruire

Le 06 avril à 6h00 par Matthieu Terrats lindependant.fr

PHOTO/Photo Thierry Grillet

Hull FC, Saint-Helens, Huddersfield : le calendrier a réservé une fin de phase aller des plus coriaces aux Dragons Catalans. Trois matches pour rebondir. Trois affiches pour ne pas être réduit au second rôle. Soit un triptyque de tous les dangers face à trois des paquets d'avants les plus redoutés de Super League. Paradoxalement, le timing est... parfait pour des Dragons qui ont perdu le fil conducteur face à Leeds. Celui qui, à l'heure de jeu (12-10), destinait les 'gros' à enfoncer le clou. Celui qui devait mener les avants au châtiment ultime dans la bataille du milieu. Une erreur à ne pas reproduire, demain, au KC Stadium. Là où les Dracs ont pris "40 points ces deux dernières années, rappelle le coach Laurent Frayssinous. En plus de ça, on s'est fait agresser. C'est sur l'aspect mental que ça va se jouer. Si on a de meilleurs joueurs qu'eux pour réaliser les bonnes actions, il faudra d'abord répondre présent dans cette agressivité." "Un challenge avant tout mental" proposé à une première ligne auréolée du titre honorifique de grande satisfaction en cette première partie de saison. Mêlant qualité et quantité. A part pour un ermite qui s'est terré dans sa grotte ces cinq dernières années, le rendement de Rémi Casty n'a rien d'inattendu. Bien qu'il soit surveillé de près, le Lézignanais cumule le plus grand nombre de plaquages cassés (21) du squad 'sang et or'. Même constat pour le retour en grâce programmé d'Olivier Elima. Le capitaine de l'équipe de France se faisant un malin plaisir à affoler les statistiques (leader de la première ligne en mètres parcourus, plaquages effectués, et offloads). Un cocktail que l'on savait explosif, agrémenté de la reprise convaincante de Lopini Paea face aux Rhinos et des rentrées en jeu traditionnellement musclées de Jamal Fakir. L'épanouissement de Mickaël Simon, en revanche, n'était pas prévu au menu. Auteur d'un début d'exercice (7 matches) "monstrueux", le Limouxin est devenu "un vrai joueur de Super League, comme Antoni Maria, Kevin Larroyer ou Mathias Pala", lance Frayssinous. "Ce n'est pas une surprise. C'est plutôt une confirmation. On commence à récolter le travail des différents staffs, Potter, Walters, Robinson. Peut-être que j'ai tiré la bonne ficelle. Mais Steve Deakin et les autres avaient fait tout le travail bien avant". Ajoutez à cela les montées en puissance d'Antoni Maria et de Julian Bousquet, dont l'ascension est freinée entre suspension et blessure (retour prévu pour le 1er tour de la Cup, le 20 avril), et les fans de David Ferriol peuvent dormir tranquilles. Eux qui nourrissaient bon nombre d'inquiétudes lors de son départ à la retraite à l'automne dernier. "C'est un luxe d'avoir autant de monde, savoure Frayssinous. Il n'y a pas de hiérarchie, il n'y a que des performances, les choix découlent seulement d'un certain contexte (voyages, accumulation des matches). Sachant qu'on navigue toujours entre deux eaux. Si on ne veut pas penser aux phases finales, c'est déjà parce qu'il faut qu'on y arrive. Mais le but, c'est justement d'y arriver avec le groupe le plus frais possible." Une route qui passe par une victoire à Hull FC. Démolir pour reconstruire, parole à la première ligne. Casty et les Dragons ont retenu les leçons de la défaite face aux Rhinos.

Share this post


Link to post
Share on other sites

DRACS EXPRESSOIR

Le 06 avril à 6h00 par B. O. lindependant.fr

Dragons : Barthau remplace Bosc

Comme il fallait s'y attendre, Thomas Bosc (épaule) passe son tour à Hull FC. Il ne rejoindra ses coéquipiers que demain soir à leur hôtel situé à Manchester, afin de préparer le rendez-vous suivant à Saint-Helens (vendredi 12 avril). Blanch (muscles fessiers), Bousquet (cuisse), Millard (ischio-jambiers), Duport (grand pectoral), Webb (hernie discale) et Dureau (opération d'une tumeur située derrière l'œil) ne sont pas de ce déplacement. Larroyer et Maria font partie de la liste des 19, mais ils ne devraient pas participer à cette rencontre de la onzième journée de Super League. Au niveau des changements, Taia remplace Millard au centre de l'attaque, offrant à Vaccari un billet pour sa seconde sortie de la saison. À l'instar de Barthau, remis de sa déchirure, qui épaulera Pryce aux commandes de l'équipe. Les Dragons s'entraînent aujourd'hui, vers midi, sur le terrain de Sale, avant de rejoindre Hull après déjeuner.

DRAGONS (les 19) : Pryce, Taia, Élima, Henderson, Casty, Menzies, Anderson, Mounis, Barthau, Maria, Pelissier, Larroyer, Pala, Simon, Fakir, Paea, Baitieri, Vaccari, Escaré.

Hull FC : McDonnell de retour

Peter Gentle, le coach de Hull FC, peut compter sur le retour de son arrière McDonnell. Mais Galea et Johnson rejoignent Yeaman, Holdsworth, Seymour et Ellis à l'infirmerie.

HULL FC (les 19) : Arundel, Bowden, Briscoe, Crookes, Crooks, Hadley, Heremaia, Horne, Houghton, Lineham, Lynch, McDonnell, O'Meley, Pitts, Shaul, Tickle, Watts, Westerman, Whiting.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Scott Dureau bientôt de retour

Le 06 avril à 6h00 par B. O. lindependant.fr

Le demi de mêlée des Dragons, Scott Dureau, opéré d'une tumeur située derrière l'œil le 4 janvier dernier, a retrouvé l'ensemble de ses capacités sur le terrain. Il n'est plus gêné par des troubles de la vision et le joueur a bon espoir de retrouver très vite la compétition d'ici un mois. La balle est désormais dans le camp du médecin et du neurologue, qui sont les seuls à pouvoir valider la reprise du prodige.

Share this post


Link to post
Share on other sites

érôme Guisset : "Bien commencer"

Le 07 avril à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

L'un des deux assistants de Laurent Frayssinous, Jérôme Guisset, a étudié le jeu de Hull FC. Il pointe du doigt les entames souvent dévastatrices des Airlie Birds.

Jérôme, qu'attendez-vous de ce déplacement à Hull ? Après la défaite contre Leeds, on s'est posé à la question à savoir comment finir un match. Malgré tout, contre Hull, je pense que le plus important est de savoir comment bien le commencer. Ils ont fait un gros match lundi à Wakefield, ils se sont remis sur les rails. Ça va être très important pour eux, surtout chez eux, et après leur défaite dans le derby le jeudi de Pâques. À nous, donc, de commencer le match à 100 à l'heure et aussi de parvenir à poser notre jeu après ça.

Hull FC, c'est toujours aussi dur devant ? C'est clair oui, c'est très physique, ils essaient de s'imposer d'entrée. Maintenant, il manque quelques grands noms, mais ils ont des gars qui, pendant quatre-vingts minutes, vont courir très dur, plaquer très dur. En terme de test mental et de test physique, je pense que ce sera assez corsé.

Collectivement, quelles sont vos attentes ? Essayer de prendre cette prestation du match de Leeds et la tourner en quelque chose de positif pour faire une très bonne entame et un bon match après ça. Je le répète mais cette année on doit être capable de les tenir d'entrée. On se souvient des deux dernières sanctions. À partir de là, on aura les clés pour poser notre jeu en fonction du plan que nous avons mis en place.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le coup de la panne

Le 08 avril à 6h00 par À Hull, Bruno Onteniente lindependant.fr

Deuxième défaite de file pour les Dragons qui ont aussi perdu Olivier Elima. Deuxième défaite de file pour les Dragons qui ont aussi perdu Olivier Elima. PHOTO/Andrew Varley

Les Dragons ont signé leur deuxième défaite consécutive en s'inclinant dimanche à Hull FC (28 à 8).

Pas assez dangereux et coupables de quinze minutes fatales, les Dracs ont perdu pied. Les années se suivent et se ressemblent pour les Dracs à chaque fois qu'ils investissent le KC Stadium. Cette fois encore, les 'sang et or' concèdent près de 30 points et sauvent l'honneur en toute fin de partie par Escaré, qui a inscrit hier le troisième essai de sa toute jeune carrière.

Pourtant, les Dracs, à la pause, partagent les points 4 partout. Intelligente, solide et agressive autour de Casty et Mounis, l'équipe répond à l'essai très litigieux de Crooks par deux pénalités signées Barthau. Quatre points pris sur les six tentés. Alors, l'optimisme est de sortie à la pause avec ce score de parité. Les voyants sont au vert, seule la blessure d'Elima (rupture du biceps) perturbe quelque peu les options.

Plié en quinze minutes

Mais, la reprise est catastrophique. Les Catalans enchaînent les fautes de main, les pénalités et, sans quitter le combat, ils reculent face à Tickle, Lynch et les leurs. Hull FC s'engouffre avec délectation dans les failles laissées béantes. Hull joue vite, trop vite, le tout dans le dos des Catalans. La sanction est immédiate. Les ailiers Briscoe et Lineham passent à trois reprises. Trois réalisations en quinze petites minutes qui plombent le moral et scellent le succès des locaux.

Laurent Frayssinous ne décolérait pas dans les vestiaires : "Pendant cinquante minutes, on leur donne du fil à retordre en étant patient et méthodique, puis... plus rien ! On manque ensuite de discipline, on a un jeu au pied défaillant et au final on récolte trois essais".

Un jeu au pied médiocre

À l'heure de jeu, Hull mène 24 à 4. Les Dragons ne sortent pas de la partie. Fakir use le tour des tenus, Vaccari apporte son explosivité pour soulager ses avants. Mais la défense des Airlie Birds veille. Elle anticipe à merveille les prises de balle d'Escaré que ce soit en sortie de mêlée ou sur les intérieurs de Barthau et Pryce. Rien ne passe.

Le coach Frayssinous a son explication : "On a essayé ensuite de revenir, de jouer, mais encore une fois sans être patient. On fait des fautes sur des détails qui ont leur importance". Son adversaire, Peter Gentle, avait bien préparé son coup : "On savait qu'en contrant leurs avants et en imposant un gros défi on mettrait les Catalans en difficulté. Ils n'ont pas été dangereux parce que l'on a bien fait les choses".

Stériles après la pause face à Leeds, incapables de porter le danger durant les quarante dernières minutes livrées hier, les Dragons sont en panne. Offensivement, l'équipe se montre que trop peu dangereuse. Et que dire d'un jeu au pied désespérant de médiocrité ?

Alors, à quatre jours du prochain match à Sain-Helens, l'équipe reste en camp sur Manchester pour préparer ce choc. Le pilier Jamal Fakir, comme l'ensemble de ses coéquipiers, a promis à son entraîneur une réaction : "On doit se dire les choses, les vraies, pour passer cette semaine au mieux avant d'affronter Saint-Helens".

C'est donc une semaine studieuse qui attend les Dragons, mais aussi une période que l'équipe devra mettre à profit pour retrouver sa cohésion et son mental. Avant que le doute ne s'installe et que les dégâts soient irréparables au classement. Car derrière, les sans-grade reviennent très fort.

Ian Henderson : "On s'est tiré une balle dans le pied"

Le 08 avril à 6h00 par Recueilli par B. O.

Comme prévu, le talonneur des Dragons Catalans, Ian Henderson, a livré un gros combat avec son vis à vis Houghton. Mais, ce qui était moins prévu, c'est cet énorme sentiment de frustration qui animait l'Ecossais des Dragons dans le trajet qui a mené les 'sang et or' à leur hôtel, près de Manchester. Les deux heures de bus au programme n'ont pas suffi à 'Hendo' pour digérer. Interview. Ian, à quoi attribuez-vous cette défaite ? Défaite ? On s'est tiré une balle dans le pied, oui ! Il y a des fois, tu perds contre plus fort, mais là, comme contre Leeds, on a donné à nos adversaires toutes les munitions pour nous battre. On fait de trop nombreuses erreurs, des fautes inutiles mais importantes et déterminantes dans notre défaite. Vous concédez trois essais en quinze minutes. Comment expliquez-vous ce relâchement ? Ce n'est pas un relâchement, personne ne souhaite prendre un essai, mais c'est à chaque fois une faute de placement, de choix. On choisit un côté et Hull attaque de l'autre et au bout, il y a le surnombre. Nous étions bien, mais on prend une option, un côté de leur attaque, et c'est l'autre qui a le ballon. Après ça va très vite et ils n'ont plus qu'à faire circuler le ballon pour finir. On vous sent agacé ? Oui, bien sûr, mais je suis aussi frustré. Pas juste de la défaite mais aussi de toutes ces imperfections qui sont les nôtres en ce moment. On donne à nos adversaires les clés de notre défaite. On facilite leur tâche. Je ne dis pas que Hull FC a mal joué, ils ont été bons, mais sans notre aide précieuse je ne sais pas si le score aurait été aussi lourd et important. Saint-Helens est le prochain rendez-vous. Êtes-vous inquiet ? Inquiet ? Je ne sais pas si c'est le mot qui convient. On va profiter de cette semaine entre nous pour bien se préparer. On sait pourquoi on vient de perdre ces deux matchs, et on ne doit pas chercher d'excuses par rapport aux forfaits des uns et des autres. Je le répète, on s'est encore tiré une balle dans le pied.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les mots sur les maux

Le 09 avril à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

Rémi Casty appelle à la mobilisation à l'extérieur. Rémi Casty appelle à la mobilisation à l'extérieur. PHOTO/© D.R

Dimanche soir, après la défaite à Hull FC, les Dragons se sont réunis. Le capitaine Rémi Casty lance la remobilisation. Plus gros plaqueur de sa formation dimanche à Hull FC, le pilier et capitaine des Dracs, Rémi Casty décortique la défaite des siens et analyse la situation à trois jours de défier Saint-Helens.

Encore un match a votre portée qui vous échappe...

Tout à fait, c'est une profonde déception, car on avait vraiment envie de faire un résultat à Hull après la défaite face à Leeds. Encore une fois, et je le répète, on a un sentiment de frustration, car on laisse le match filer. Hormis la défaite à Wigan, sur les autres matches, on tient à la pause avant de craquer ensuite sur de l'indiscipline. Pourtant le score de quatre partout à la pause poussait à l'optimisme.

Dans quel état d'esprit étiez-vous à la reprise ?

On était optimiste à la mi-temps, malgré notre manque de discipline et de patience. On avait de réelles ambitions de faire mal en deuxième période. Je pense que dès la reprise on était bien, mais, à la sortie de la deuxième chaîne défensive, on prend une pénalité, puis une autre et un essai au bout... Après, on n'a pas pu relever la tête. On a passé un quart d'heure à défendre et à tomber des ballons.

À quoi attribuez-vous ce passage à vide ?

Ça fait mal, car c'est nous qui offrons cette victoire. Comme a dit Ian (Henderson), on leur donne les munitions et c'est eux qui se servent de nos fautes pour marquer. En rugby à XIII, tu as le droit de faire une erreur et tu peux la rattraper. Mais, au bout de deux ou trois erreurs, c'est difficile de défendre. Il faut se focaliser sur cette question : comment ne plus rééditer ce genre d'erreurs.

Vous avez tenu une réunion entre joueurs dimanche soir. Dans quel but ?

On avait besoin de se poser les bonnes questions. Qu'est-ce qu'il faut faire individuellement et collectivement pour redresser la barre ? On n'est pas devenue une équipe nulle du jour au lendemain. On a partagé entre nous, chacun a donné ses idées. On n'était pas dans la sinistrose. Nous avons quand même bien conscience de nos qualités. Elles ne sont pas parties et c'est à nous de faire davantage d'efforts aux entraînements ou en match. Je pense que l'on a bien parlé et que ça va nous servir à Saint-Helens.

Justement le match de Saint-Helens approche. Pas la plus facile des solutions pour rebondir...

Dimanche soir, on s'est dit, même si on perd à Saint-Helens, il n'y aura rien de dramatique non plus. L'important est que l'on voit et que l'on sente une nette progression au niveau de la prestation individuelle et collective. Ce que je veux dire, c'est que c'est à long terme. Ce n'est pas un match éliminatoire qui attend l'équipe vendredi soir. À chaque fois que l'équipe a été bousculée elle a réagi.

Pourquoi attendre d'être bousculé ?

On a parlé de ça, de nos matchs à l'extérieur et de ce manque, ce n'est pas une absence d'envie, mais, il y a du laisser-aller. C'est quand nous sommes dos au mur que l'on se rebiffe un peu. Alors que cette flamme, on l'a à Brutus d'entrée. À l'extérieur, elle manque. Je pense que l'on en était tous un peu conscient de ça pendant cette réunion, de ces absences sur les matchs à l'extérieur. C'est à nous de nous montrer plus solidaire pour faire abstraction de l'ambiance locale et de l'adversaire poussé par ses fans.

Élima out au moins 4 mois

Le 09 avril à 6h00 par B. O.

La tuile. Une de plus cette saison. Le deuxième ligne des Dragons Catalans, Olivier Élima, souffre bien d'une rupture du biceps du bras gauche. Le joueur a passé hier en fin d'après-midi une IRM sur Manchester. Le verdict craint par le staff médical lors du match disputé dimanche à Hull a donc été confirmé par l'imagerie. Élima quittera ses coéquipiers restés en Angleterre et rejoindra donc Perpignan aujourd'hui ou demain. La durée de son indisponibilité est estimée au moins à quatre mois. Le trois-quarts centre Jean-Philippe Baile avait été victime de la même grave blessure le 28 juillet dernier contre Londres. C'est donc un nouveau coup dur pour les Dragons déjà privés de Brent Webb et de Scott Dureau. En revanche, Daryl Millard a bien couru hier midi. Il est donc disponible pour le match de vendredi soir (21h) à Saint-Helens. Thomas Bosc est encore incertain et se testera ce matin avec l'équipe lors de la première séance collective de la semaine.

CUP

Le 09 avril à 6h00 par B. O.

Hier après-midi, à Warrington, avait lieu le tirage au sort du 4e tour de la Cup. Il a été clément avec les Dragons qui se déplaceront le dimanche 21 avril à Hunslet. Un club classé dixième en Championship, la division en dessous de la Super League et qui vient d'éliminer Oldham (36-10). "Cela engendre un troisième match à l'extérieur consécutif. C'est peut-être un club de Championship, mais, c'est chez eux et, si mentalement nous ne sommes pas au niveau, nous vivrons une après-midi difficile", prévient Laurent Frayssinous. De son côté, Toulouse se déplacera à York, 8e de Championship. 4e tour de la Cup Leeds - Castleford Hull KR - Saint-Helens Wigan - Leigh Hemel - Wakefield Hunslet - Dragons Rochdale - Bradford Batley - Huddersfield Hull FC - North Wales Gloucester - Salford York - Toulouse Whitehaven - Workington Sheffield - Dewsbury Broncos - Featherstone Halifax - Barrow Widnes - Doncaster Keighley - Warrington

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'élève Dragon à l'étude

Le 10 avril à 6h00 par A Sale, Bruno Onteniente lindependant.fr

 

l-eleve-dragon-a-l-etude_296507_516x343. PHOTO/Photo Thierry Grillet

La course contre la montre a débuté pour les Catalans, avec un encadrement soucieux de corriger les défaillances avant le match à Saint-Helens vendredi soir. Si Olivier Élima a rejoint Perpignan hier sur les coups de midi (rupture du tendon du biceps), ses 21 coéquipiers, restés à Manchester depuis dimanche, sont entrés dans la préparation du rendez-vous, à Sant-Helens, vendredi soir. Après une séance en salle hier matin, les joueurs ont rejoint le terrain d'entraînement des Sharks de Sale XV. Ces derniers, justement, s'entraînaient au même moment, sous la direction de l'ancien demi-de-mêlée de Narbonne Bryan Redpath.

Powell à Wigan

Le club anglais, qui occupe la onzième place de la Premiership, a d'ailleurs annoncé hier la signature de son troisième ligne l'international gallois Andy Powell (22 sélections) à Wigan. Le joueur rejoindra Wigan après le dernier match de Sale, le 4 mai contre les Wasps. Il en a profité pour observer la session collective des Dragons. Dans le froid de la proche banlieue de Manchester, les Catalans ont travaillé pendant une heure et demie. Seul Daryl Millard n'a pas participé à la séance. Le trois-quarts centre a juste couru l'après-midi : "On m'a préconisé une séance individuelle. Mais, je me sens très bien, je ne ressens plus rien". Par contre, Thomas Bosc a effectué normalement le travail de groupe. Même si le demi-de-mêlée se ressent encore du coup pris derrière l'épaule contre Leeds.

Rectifier le tir

 

Durant cette fin de matinée, l'encadrement a longtemps insisté sur le replacement défensif des ailiers et de l'arrière. Un axe de travail devenu cheval de bataille de l'entraîneur Laurent Frayssinous : "On a pointé du doigt notre déficit de placement sur le jeu au pied adverse. On doit aussi être capable de placer le bon nombre de joueurs sur les deux côtés en défense". Dimanche à Hull FC, les Dragons se sont fait prendre à deux reprises, sur deux essais en coin issus du surnombre. L'encadrement ne sait que trop bien que Saint-Helens ne manquera pas de relever cette faille. Une brèche qu'Escaré, Blanch, Vaccari et Pala tenteront de corriger d'ici vendredi. Pour ce choc de la douzième journée de Super League, Laurent Frayssinous espère donc pouvoir récupérer Millard. Un retour qui permettra à Taia de remonter en deuxième ligne en lieu et place d'Elima. Mais, l'encadrement préfère attendre la journée de demain et l'entraînement matinal pour définitivement prendre des décisions concernant les reprises de Millard et de Bosc. En attendant, les entraîneurs profitent du luxe d'avoir leurs joueurs sous la main pour multiplier les séances vidéo et les entretiens. La journée d'hier s'est d'ailleurs conclue par un long discours de l'entraîneur à ses joueurs. Thomas Bosc devrait retrouver les Dragons vendredi à Saint-Helens..

 

 

 

DRACS EXPRESS

Le 10 avril à 6h00 par B. O.

 

Élima opéré Demain

 Olivier Elima subira une intervention chirurgicale suite à sa rupture du tendon du biceps du bras gauche. Frayssinous éteint le feu Dans une interview accordée à League Express, Laurent Frayssinous répond aux attaques de l'entraîneur de Leeds, Brian McDermot, qui juge "les Dragons protégés et favorisés, car, moins pénalisés depuis deux ans". Le coach français a rétorqué : "Au début de l'année tout le monde voulait que Bousquet aille en prison. Maintenant, on dit qu'à Perpignan nous sommes moins pénalisés que les adversaires. Je ne rentre pas dans ce jeu".

 Coupe du monde

 40 000 billets ont déjà été vendus pour assister à la finale de la Coupe du monde qui se déroulera le 30 novembre à Old Trafford. Saint-Helens

 Les Saints seront encore privés de Roby et Perry vendredi soir. Le deuxième ligne Flanagan s'est blessé contre Hull KR et sera forfait pour la venue des Dracs. Lomax, Manu et Puletua pourraient revenir.

 Millward remercié

  Ian Millward, le coach de Castleford, a été licencié hier soir, ainsi que son assistant Stuart Donlan. C'est Danny Orr qui prendra en charge l'équipe. Après Salford, Castleford est le 2e club a changé d'entraîneur depuis le début de la saison.

 

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme on se ressemble

Le 11 avril à 6h00 par A Manchester, Bruno Onteniente lindependant.fr

 

comme-on-se-ressemble_296833_516x343.jpg PHOTO/Ph. R.

Une infirmerie garnie, des jeunes qui montent, et un jeu au pied médiocre : entre Saint-Helens et les Dragons Catalans, les similitudes sont nombreuses avant le choc prévu demain (21 h) à Langtree Park. Le nouvel entraîneur de Saint-Helens, l'Australien Nathan Brown, est arrivé à la tête de l'équipe cet automne. Mais l'ancien coach des Giants d'Huddersfield a pris dans ses valises son ancien joueur, le Néo-Zélandais Jamahl Lolesi. Ce dernier est donc devenu cette saison l'assistant de Brown en compagnie de l'ancien talonneur emblématique des Saints, Keiron Cunningham. Lolesi, présent lors du tirage au sort de la Cup lundi après-midi à Warrington, n'a pas manqué de faire de nombreux parallèles entre son équipe et celle des Dragons. Deux équipes à égalité de points (13) et qui comptent de nombreux blessés. Mais aussi deux formations qui, dimanche dernier, partageaient les points à la pause avant de sombrer ensuite : "On sort d'une période très difficile avec cette série de matches, et avec de nombreux blessés. On se retrouve avec un squad restreint qui n'a pas permis les rotations. On a donc manqué d'énergie à Hull KR (défaite 22-14) et les meilleurs ont gagné".

Un jeu au pied défaillant

En effet, les médecins des Saints ne chôment pas avec Roby, Gardner, Perry, Manu, Puletua, Lomax, Wheller et Flanagan. Nathan Brown, comme son homologue Laurent Frayssinous, a donc offert une carte chance à de très jeunes joueurs et ce avec succès, à l'instar du trois-quarts centre Percival. Sans oublier des réservistes comme Swift, Walmsey et Greenwood. Mais Lolesi reconnaît que, face aux Dragons, le match aura valeur de véritable test : "Encore une fois, face aux Catalans, si devant tu n'es pas prêt, tu ne peux pas prétendre à la victoire. Ce sera un grand test pour nous face à des avants solides et de nombreux joueurs de très grande qualité. On a des jeunes joueurs sur lesquels le club construit son avenir. C'est une marque de fabrique. Maintenant, il faut que l'exécution soit meilleure vendredi (demain), sinon ça ne passera pas".

 

Enfin, dernier comparatif, la qualité d'un jeu au pied qui laisse à désirer : "Il n'a pas permis à l'équipe de construire convenablement la pression. Il faudra être meilleur, c'est évident. À notre décharge, ce n'est pas facile pour Wellens et Wilkin qui ne sont pas des habitués à cette tâche". Et pourquoi pas pousser le mimétisme jusqu'à parier sur un match nul de la saison. Le huitième de Super League cette saison. Bonne nouvelle pour les Dracs, Paea n'aura pas Roby sur le dos demain soir.

DRACS EXPRESS

Le 11 avril à 6h00 par B. O.

Bosc, Blanch et Millard de retour

 Les trois joueurs ont de grandes chances d'effectuer leur retour demain à Langtree Park. Ils se testeront ce matin à Sale, après la journée de repos d'hier. Élima (biceps), Maria et Pala (sternum) quittent le groupe. Laurent Frayssinous n'a pas encore tranché et décidera ce midi quels sont les deux joueurs qui ne seront pas inscrits sur la feuille de match. L'encadrement attend des nouvelles d'Henderson, malade hier. Par contre, Fakir ne se ressent plus de sa béquille contractée à la cuisse. 'Jaja' est bon pour le service.

 

 Dragons : Blanch, Pryce, Taia, Bosc, Henderson, Casty, Menzies, Anderson, Mounis, Barthau, Pelissier, Larroyer, Millard, Simon, Fakir, Paea, Baitieri, Vaccari, Escaré.

 

 Cup : A Hunslet avec Duport et Bousquet ?

 Webb (dos) n'a pas encore repris les courses, par contre Duport et Bousquet sont espérés pour le 4e tour de Cup prévu dimanche prochain à Hunslet (14 h). Enfin, le retour de Dureau pourrait très bien intervenir d'ici un mois.

 

 Les Saints diminués

  Pour la réception des Dragons Catalans demain soir, Nathan Brown ne peut compter sur les rentrées espérées de Lomax, Manu et Puletua. Pire, Makinson rejoint l'infirmerie et la liste importante de blessés (lire par ailleurs).

 

 Saint-Helens : Wellens, Turner, Soliola, Meli, Hohaia, McCarthy-Scarsbrook, Wilkin, Laffranchi, Clough, Josh Jones, Makinson, Carl Forster, Ashe, Greenwood, Walmsley, Swift, Percival, Tilley, Howarth.

 

 Minute de silence

  Demain, une minute de silence précédera le coup d'envoi du match Saints-Dragons en la mémoire d'Arthur Thomas, ancien président de Wigan et de Leigh, également ancien directeur des Saints, décédé le 31 mars dernier.

 

 Le Mondial sur la 'Beeb'

 Hier matin (10 h 30), les organisateurs de la Coupe du monde ont annoncé dans les salons d'Old Trafford, la couverture de l'événement par la chaîne TV de la BBC concernant le match d'ouverture, tous ceux de l'Angleterre ainsi que les phases finales.

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le message fort des Dragons Catalans pour les enfants hospitalisés depuis St-Helens

Le 12 avril à 13h40 lindependant.fr

apres-la-moustache-les-dragons-innovent-Après la moustache, les Dragons innovent pour faire parler de l'association "Enfants et santé". PHOTO/HARRY JORDAN

Pour soutenir l'association Enfants et Santé, ces deux dernières années, les Dragons avaient joué le "coup visuel" en se laissant pousser la moustache. Au-delà d'un certain esprit de corps que pareille opération peut créer, il y avait surtout la volonté de faire parler de leur mobilisation envers cette association qui aide les enfants atteints de cancers.

Cette année, avril revient et avec lui la mobilisation des Dragons pour Enfants et Santé pour laquelle ils multiplieront les actions destinées à recueillir des fonds qui lui seront intégralement reversés. Mais les Dracs n'en oublient pas le "coup visuel" et cette année, s'ils ont abandonné l'idée de la moustache, ils ont décidé de frapper plus fort. Et ce d'autant plus que le match de ce soir, au Langtree Park face à Saint-Helens, sera retransmis sur Sky Sport et beIN Sport.

A leur entrée sur la pelouse, aucun amateur de Super League ne pourra ignorer que les Dragons ont un message à faire passer eux qui s'adresseront, par caméras interposées, aux enfants qu'ils soutiennent dans leur combat.  

"L'opération Moustache a marqué les esprits mais nous voulons cette année renforcer notre implication et ceci dès vendredi lors de notre match à Saint-Helens", déclarait Greg Mounis, l'un des parrains de l'association sur le site internet des Dragons Catalans. "Nous voulons aller encore plus loin cette année, avec une action plus percutante pour adresser un message fort de soutien à l'association Enfants et Santé et à tous les enfants pour qui elle œuvre au quotidien".

Share this post


Link to post
Share on other sites

La rédemption des Dragons Catalans

Le 13 avril à 6h00 par A Saint-Helens, Matthieu Terrats lindependant.fr

 

lens-les-voici-4e-du-classement-provisoilens. Les voici 4e du classement provisoire. PHOTO/Archives

A Saint-Helens, des Dragons ressuscités ont crucifié des Saints impuissants face à la maîtrise et l'efficacité retrouvée des Catalans (22-12). Même froid, même stade, mêmes adversaires : le parfum de l'exploit le plus retentissant made in Dragons (victoire 32-34, le 24 février 2012) planait encore, hier soir, dans les travées du Langtree Park. Où un rendez-vous en tous points similaire attendait les Catalans. L'odeur, oui, mais pas la saveur. Car si ce deuxième succès consécutif (22-12) en terre sainte donne naissance à l'une des séries les plus insensées de l'histoire du club (2 victoires consécutives à Saint-Helens), sa construction ne fut en rien semblable au succès originel. Car presque lisible. Même prévisible. Les deux défaites successives (Leeds, Hull FC) découlant sur une drôle de semaine outre-Manche étant passées par là. Officiellement pour limiter les voyages. Officieusement pour "se dire les choses", selon le troisième ligne Greg Mounis. Afin, surtout, d'éviter de s'enliser dans une spirale qui avait provoqué jusque-là une dégringolade inquiétante au classement (de 2e à 7e), avant une fin de phase aller (déplacement à Saint-Helens, réception d'Huddersfield) synonyme de tous les dangers.

 

 Rentrées gagnantes

Mais à petites causes, grands effets. Et si des individualités ne sont rien sans un collectif, l'inverse est parfois tout aussi vrai. Thomas Bosc et Damien Blanch l'ont prouvé, hier. Les retours conjugués du meneur de jeu et du trois-quarts aile ont rééquilibré le système de jeu des Dragons. Bosc, en animateur inspiré, a redonné de la variété et un équilibre certain à une attaque catalane pointée du doigt ces dernières semaines. Sans parler d'un jeu au pied efficace, propre, qui permettait aux Catalans de construire la pression. Et de creuser définitivement l'écart (2 pénalités, 55e, 61e). Le tout ponctué d'une superbe percée (57e, que Pryce ne put conclure), qui inscrit sa prestation dans la lignée d'un début de saison irréprochable. L'Irlandais, lui, a juste été énorme. A deux doigts d'aller en dame au quart d'heure de jeu (14e), impérial en défense, que ce soit sur le 'monstre' Méli (4e) ou sur la nouvelle coqueluche Percival (36e). Et décisif sur l'essai (validé) d'Escaré (37e). Offrant à la mobylette salséenne son quatrième essai en cinq matches de Super League. Un bolide inarrêtable pour une garde pontificale qui volait en éclats. Un brin trop illuminée pour espérer l'emporter vue sa configuration du moment. Avec des absents à la pelle (Perry, Lomax, Roby), Wellens en troisième ligne, Wilkin à la mêlée, et sans botteur digne de ce nom. Soit un ensemble bien trop léger pour rivaliser avec un paquet d'avants roussillonnais révolté. Emmené par un Casty des grands soirs. Pilier jusqu'à la sortie de Daryl Millard sur blessure (30e), deuxième ligne ensuite, jamais sorti du terrain en première mi-temps (un authentique exploit pour un première ligne) et à l'origine du premier essai signé Vaccari (27e). Un goût d'enfer proposé aux Saints. Qui se brûlaient leurs ailes d'ange sur les flammes soufflées par 12 Dragons dans le money-time de folie, après le carton jaune infligé à Simon (67e). Débutant par l'essai de Walmsley (77e). Finissant par celui d'Henderson, au ras du tenu (80e), l'une des clés du match pour les 'sang et or'. La Grâce avait choisi son camp. Les Saints étaient crucifiés. Les Dragons, eux, tenaient plus qu'un exploit (22-12), une rédemption. Les Dragons ont réalisé un joli coup, hier soir à Saint-Helens.

 

 

DRACS EXPRESS

Le 13 avril à 6h00 par B. O. et M. T.

Rasés pour la bonne cause

 Le mois d'avril est synonyme d'action pour la bonne cause du côté des Dragons. En soutien à l'association 'Enfants et santé' qui vient en aide aux enfants et adolescents atteints de cancers ou de leucémies, les Dracs, commando aux grands cœurs, ont attendu le match face à Saint-Helens, télévisé, pour se raser la tête. Frayssinous et ses pairs Jeudi après-midi, Laurent Frayssinous a retrouvé les autres entraîneurs de 'SL' à Salford, afin de rencontrer Steve Ganson. L'arbitre prend en effet la tête du corps arbitral de Super League ce lundi, associé à John Sharp, en lieu et place de Stuart Cummings, démissionnaire.

 

 Agar en visite

 Le sélectionneur de l'équipe de France et coach de Wakefield, Richard Agar, a rejoint son adjoint Jérôme Guisset dans les salons du Worsley Park de Manchester, hier matin. Le tout pour une deuxième réunion de travail depuis la nomination du technicien anglais à la tête du XIII de France. Et l'occasion aussi de s'entretenir tout particulièrement avec le pilier Jamal Fakir.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La belle réaction des Dragons

 
Restant sur deux défaites lors de leurs deux derniers matchs, les Dragons Catalans se devaient de réagir. Ils l’ont fait de fort belle manière, vendredi soir, sur la pelouse des Saints de Saint Helens. Pour une fois, les coéquipiers de Rémi Casty réussissaient leur entame de match et inscrivaient deux essais par Frédéric Vaccari et Morgan Escaré, qui les faisaient mener 12-0 à la pause.

Les joueurs catalans faiblissaient un peu dans le deuxième acte, Iosia Soliola en profitant pour trouver l’ouverture dans la défense jusque-là parfaite des Dragons. Thomas Bosc, de retour sur le terrain après une semaine de repos, réussissait deux buts de pénalité qui donnaient un peu d’air à son équipe (16-6, 60e) mais le carton jaune infligé à Mickaël Simon (65e) sonnait le réveil des Saints. Ils inscrivaient un deuxième essai par Walmsley (16-12) et faisaient le siège du camp catalan. Alors que les Dragons étaient au bord de la rupture, le talonneur catalan Ian Henderson, sur un ballon de récupération, libérait son équipe.

La Super League fera relâche le week-end prochain. Place à la Cup où les Dragons seront opposés dimanche (14h00) à Hunslet, une équipe qui occupe une modeste dixième place en Championship, la deuxième division de Super League. Hunslet, situé au sud de Leeds, club centenaire (1883) est l’un des fondateurs de la Northern Rugby Union, en 1895.

G. N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le bol d'air des Dragons

Le 14 avril à 6h00 par Matthieu Terrats lindependant.fr

 

le-bol-d-air-des-dragons_298009_516x343. PHOTO/Varley

La victoire des Dragons à Saint-Helens (22-12) vendredi soir a fait passer l'encadrement par toutes les émotions.

 

  Retour sur une soirée qui a relancé les Catalans dans la course au Top 4 de Super League.Invaincus depuis le 15 juillet 2011 à Saint-Helens. Depuis cette défaite 40-18, les Dragons affichent fièrement un tableau de chasse d'exception face à un club historique du mouvement treiziste. Mais paradoxalement, cette deuxième victoire (22-12) consécutive en terre sainte n'est pas du genre à enthousiasmer plus que de raison des 'sang et or' sûrs de leur force. Bien au contraire. Et à l'heure du débriefing, tous reprenaient en chœur le refrain scandé par Bernard Guasch : "On aurait dû tuer le match plutôt". Dans le collimateur du président catalan, cette période disputée en infériorité numérique à la sortie de Mickaël Simon (67e, carton jaune). Les Dragons mènent alors 16-6, et investissent les 30 mètres anglais, préférant forcer la porte de l'essai (qu'ils n'inscriront pas), plutôt que de tenter un drop qui aurait plié la rencontre. Et évité une grosse frayeur en toute fin de match. Des sueurs froides qui ont longtemps irrité le boss perpignanais. A en oublier que le gourmand Leon Pryce a 'mangé' un 4 contre 1 si imparable qu'il n'a jamais franchi la ligne (57e). Mais pas de quoi atténuer, au final, la performance XXL des Dragons. "Un exploit ? C'est un bien grand mot quand on connaît les qualités de notre équipe, tempère à son tour le coach Laurent Frayssinous. "Par contre, il y a eu une réaction. Les gars ont mis des actes sur les paroles". Un motif de satisfaction, enfin ! Si la lumière est venue des cadres (Casty, Henderson, Baitieri, Mounis et Blanch en tête de gondole), la révolte collective des Dracs trouve sa source dans cette semaine passée au vert du golf de Worsley. Une cure d'oxygène salvatrice. Découlant sur une victoire à 4 points récoltée au (x) bon(s) moment(s) : après deux défaites consécutives (Hull FC et Leeds), bien aidés par de nombreuses absences côté Saint-Helens (Lomax, Perry, Roby, Flanagan, Manu), et quinze jours avant de boucler la phase aller face à Huddersfield (2e). Un premier succès cette saison face à un club du 'Big Four', au terme d'une semaine fondatrice sur laquelle Frayssinous espère s'appuyer "encore longtemps", qui permet aux Dragons - 4e avant les matches d'aujourd'hui - d'aborder l'interlude Cup (déplacement à Hunslet dimanche prochain) l'esprit tranquille. Soit un bol d'air frais, un vrai, avant les premières chaleurs. L'image est trompeuse. Les Saints n'ont jamais pu museler Steve Menzies et les Dracs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



Rugby League World - April 2017

League Express - Mon 10th April 2017