Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Philippe Barrau

Dragons Catalans saison 2014

99 posts in this topic

Hull FC - Dragons Catalans: une autre histoire

Le 14 février à 6h00 par A Hull, Matthieu Terrats lindependant.fr

les-anglais-sont-tous-fous-d-escare-tituLes Anglais sont tous fous d'Escaré, titulaire à l'arrière. PHOTO/H. Jordan

A Hull FC, les Dragons reprennent les affaires là où ils les ont laissées, face à leur bourreau du premier tour des play-off 2013.

Comme dans un rêve, la Coupe du monde fut couronnée de succès. Le treiziste redescend peu à peu de son nuage. Et pendant que la NRL s'échauffe à coups de Nine's et de matches de préparation, la Super League, elle, reprend purement et simplement ses droits. Simplement ? Pas tout à fait. Car le Mondial est une bonne vague à surfer. Et la 'SL' veut dépoussiérer les meubles. Conséquence, la refonte du championnat est prévue pour 2015. D'ici là, il faut réduire l'élite à douze clubs. Le spectre de la relégation a ainsi fait son apparition au-dessus des têtes de tous les futurs ex-franchisés. Dragons Catalans compris. Paradoxalement, c'est exactement le moment qu'ont choisi Dracs et dirigeants pour revoir leurs ambitions à la hausse. Le Big Four est annoncé tambour battant, une finale, elle, ferait office de consécration, alors que le murmure d'un titre trouve écho dans les travées de Brutus, comme du côté de Laurent Frayssinous : "Sincèrement, je crois qu'on peut se mêler à la lutte finale".

. "Le play-off en travers"

Mais d'ici là, le coach et ses 'boys' devront affronter tout un tas de forces obscures. Frappés par une épidémie de dépression aigüe (Louis Anderson rentré en Nouvelle-Zélande, Brent Webb non retenu dans les 19), les Catalans se frottent d'entrée de jeu aux fantômes du KC Stadium. Ceux qui hantent régulièrement les 'sang et or' depuis 2008. 'Ecrabhullés' pour la dernière fois au mois de septembre (14-4), lors d'un premier tour de play-off encore dans tous les esprits. La défaite de trop. "Ça nous reste en travers, peste le demi Thomas Bosc. On restait sur de bonnes performances et sur ce match, le plus important de l'année, on passe à côté. C'est une bonne chose de rejouer de suite contre eux et si on peut remettre les pendules à l'heure, on ne va pas s'en priver". En préférant Bosc (à Dureau) à la mêlée, en laissant le champ libre à Escaré à l'arrière et en donnant sa chance à Cardace au centre, Laurent Frayssinous a montré le chemin. Aux Dragons de prendre leurs responsabilités sur le terrain. Hasard du destin, 2014 démarre là où 2013 s'est arrêtée pour des Dracs qui affirmaient alors, têtes basses, "savoir quoi faire, désormais, pour remporter les gros matches". L'heure est venue de refaire l'histoire. Et d'en changer la fin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Super League fait sa révolution

La Super League dispute en 2014 sa dernière édition sous sa forme actuelle. Dès la saison prochaine, la ligue professionnelle britannique, fermée jusqu'alors, deviendra ouverte avec accession et relégation.
 

Jason Baitieri, de retour à la compétition après une saison blanche avec les Dragons en raison d'une rupture des ligaments d'un genou. (Crédit : Dragons Catalans). (D.R)

38379.jpg
Dès 2015, la Super League sera réduite de deux clubs pour resserrer l’élite à douze équipes. Autant dire que le championnat qui démarre véritablement ce week-end (en match avancé Huddersfield est allé s’imposer sur le terrain du champion en titre, Wigan (24-8) le 7 février dernier) s’annonce aussi serré que disputé. Au terme de la phase de qualification, les deux derniers du classement se retrouveront en effet relégués en Championship, la deuxième division professionnelle.
Les Dragons à Hull
Pour leur première rencontre de la saison, les Dragons Catalans jouent vendredi soir à Hull, leur bête noire l’an passé. Les Airlie Birds, surnom des joueurs de Hull, qui n’ont plus perdu chez eux face aux Catalans depuis six matches et 2008, ont éliminé les Perpignanais en quart de finale de la Cup la saison passée avant de les sortir du championnat au premier tour des Play-offs (14-4), sous une pluie battante au KC stadium. Une défaite qui mettait un terme à la saison des Dragons. Laurent Frayssinous se méfie de ce premier déplacement en forme de retrouvailles, mais aux allures de piège. D’autant que son équipe jouera quatre fois à l’extérieur lors des cinq premières journées !

Pour pallier le départ de son pilier emblématique et capitaine Rémi Casty, parti tenter l’expérience de la NRL en Australie, aux Sydney Roosters, les Dragons ont recruté le pilier samoan Jeff Lima, qui jouait aux South Sydney Rabbitohs. Ils ont également fait signer deux attaquants de la NRL, le trois quart centre Ben Pomeroy (Cronulla) et l’ailier Michaël Oldfield (Sydney Roosters), pour donner un peu plus de vitesse à une ligne de trois quarts qui en a parfois manqué la saison dernière.

Le groupe des 19
 
Pour leur premier match de la saison, vendredi soir (21 heures, en direct sur BeInSport), les Dragons Catalans devront se passer de leur deuxième ligne australien Louis Anderson, rentré chez lui en Australie pour des raisons familiales. En revanche, ils pourront compter sur leurs trois recrues, Lima, Pomeroy et Oldfield. Laurent Frayssinous a également choisi de relancer Damien Cardace, préféré à Brent Webb pour le poste d’arrière.
Le groupe : Escaré, Pryce, Pomeroy, Oldfield, Bosc, Dureau, Elima (cap.), Henderson, Lima, Taia, Mounis, Pélissier, Whitehead, Millard, Simon, Fakir, Paea, Baitieri, Cardace.
G.N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/02/2014 à 23:25:00
Rugby à XIII Les Dragons chutent d'entrée
 
Les Dragons se sont inclinés de peu, vendredi soir à Hull, pour leur match d’ouverture de la saison 2014 (36-34). Les Catalans menaient pourtant 16-12 à la mi-temps grâce à un doublé de Damien Cardace et un essai de Zeb Taia, dont deux étaient transformés par Thomas Bosc. Mais les Perpignanais traversaient une période terrible de dix minutes avant l’heure de jeu, au cours de laquelle ils encaissaient quatre essais sans en rendre un seul. La vitesse de Cardace, auteur d’un triplé à Hull, et la puissance Taia, permettaient aux Dragons de croire en l’exploit, mais leurs deux dernières réalisations, inscrites dans les cinq dernières minutes, ne suffisaient pas, Bosc ratant les transformations. La défaite est amère mais l’équipe de Laurent Frayssinous a montré qu’elle avait des arguments pour jouer les premiers rôles. A confirmer.

G.N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII/Super League: Bosc et Simon incertains pour le déplacement des Dragons à Castleford

Le 19 février à 18h01 lindependant.fr

leon-pryce-ecarte-thomas-bosc-retrouve-uThomas Bosc souffre d'une côte. PHOTO/-

Si le pilier des Dragons Catalans Olivier Elima a bien pris quatre matches de suspension, la question de son remplacement au sein du pack sang-et-or se pose. Légitimement, Mika Simon auteur de deux très bons matches amicaux contre Londres et Widnes tient la corde.

L’échographie pratiquée ce mercredi matin a décelé une élongation de faible importance (6 millimètres). Sa participation est quand même compromise à l’instar de celle de Thomas Bosc (fissure sur une côte).

Fakir (dos) et Pomeroy (adducteurs) sont eux aussi incertains. Les quatre joueurs, aux soins ce mercredi se testeront sur le terrain jeudi.

Roosters: Casty dans les 20

Rémi Casty fait partie du groupe des 20 joueurs qui préparent la finale de la coupe du monde des clubs qui aaura lieu samedi (9h30) entre les Roosters de Sydney et les Wigan. À noter la présence de 15 des 17 finalistes de la dernière finale de la NRL chez les Roosters, seuls Tuivasa-Sheck et O’Donnell sont absents.

Si le 13 de départ a déjà été donné par Trent Robinson, sept joueurs sont à la lutte pour occuper les quatre places sur le banc des remplaçants entre Rémi Casty Daniel Mortimer, Aidan Guerra, Dylan Napa, Kane Evans, Taane Milne et Kurt Kara.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super League at

Date: 20/02/2014 KO: 20:00 Att: 4,049

Wakefield

TriesFox (23) Lauitiiti (55)ConversionsSammut (55)

10

23

Bradford

TriesPurtell (11) Kearney (33) George (45) O'Brien (65)ConversionsFoster (33, 45, 65)Drop GoalsGale (78)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Castleford-Dragons : Thomas Bosc forfait - le groupe des 19

Le 21 février à 15h03 lindependant.fr

thomas-bosc-ca-promet-284343-516x343_393

Le manager des Dragons Catalans, Laurent Frayssinous, a dévoilé ce vendredi matin le groupe des 19 joueurs qui prépareront le déplacement à Castleford (dimanche à 16h30) pour le compte de la deuxième journée de Super League.

Battus la semaine dernière à Hull FC (34-36), les Dragons enchaîneront un second déplacement successif chez des Tigers idéalement lancés après leur victoire à Bradford (36-18).

Privés de Vincent Duport, Mickael Simon et Louis Anderson, les Catalans devront également se passer de Thomas Bosc, touché lors de la défaite des Dragons au KC Stadium et d’Olivier Elima, suspendu. Brent Webb , Julian Bousquet et Antoni Maria ont donc été appelé dans le groupe sang et or.

Le groupe des 19 Dragons pour le match à Castleford:  1 Brent Webb, 2 Morgan Escaré, 3 Leon Pryce, 4 Ben Pomeroy, 5 Michael Oldfield, 7 Scott Dureau, 9 Ian Henderson, 10 Jeff Lima, 11 Zeb Taia, 13 Greg Mounis, 15 Antoni Maria, 16 Eloi Pelissier, 17 Elliott Whitehead, 18 Daryl Millard, 21 Julian Bousquet, 22 Jamal Fakir, 23 Lopini Paea, 24 Jason Baitieri, 26 Damien Cardace.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons catalans : "Notre budget a triplé en huit ans"

Le 28 février à 6h00 par Recueilli par B. O.  lindependant.fr

  • bernard-guash-compte-bien-avoir-5000-abo

    Bernard Guash compte bien avoir 5000 abonnés d'ici peu.(Photo par Harry Jordan et Michel Clementz)
  • dragons-catalans-notre-budget-a-triple-e

1 / 2

À l'occasion du coup d'envoi, ce vendredi à 20 h à Gilbert-Brutus, de la saison des Dragons catalans en Super League face à Leeds, le président Bernard Guasch nous en dit plus sur les ambitions du club.

 

Président Guasch quel sera le budget du club en 2014 ? Nous avons clôturé fin octobre celui de la saison 2013 qui était de 9,3 millions d'euros. Nous tablons sur 9,5 millions pour 2014. Pour la troisième année consécutive, nous avons un résultat excédentaire. Après la très mauvaise passe que nous avons traversée il y a cinq ans, on s'était promis de remettre ce club à flot. C'est une de nos grandes satisfactions au comité directeur d'avoir réussi ce pari en ces temps difficiles.

Que de chemin parcouru... Exactement. En 2006, lors de notre première saison nous étions à 3 millions de budget. Huit années plus tard, nous avons triplé. Mais on se penche déjà sur la saison prochaine qui marquera les dix ans du club. Nous avons une idée, mais ce sera évoqué après les élections municipales, avec les décideurs locaux afin que derrière ces dix ans, ce soit aussi l'image de Perpignan et du département qui soient associés à cet événement avec nos amis anglais.

L'aménagement du stade est-il terminé pour ce match contre Leeds ? Oui, nous avons équipé l'espace premium d'une belle manière. Grâce à une très belle prouesse de toute l'équipe commerciale de Christophe Lévy, les trois packs des espaces réceptifs sont réservés pour la saison, avec 330 personnes en loge panoramique, 350 en premium Paul-Dejean et 180 pour la bodega Pierro-Zamora. Nous avons réaménagé ces trois espaces pour améliorer encore la convivialité qui règne.

Concernant le nombre d'abonnés, avez-vous atteint votre objectif ? On devrait maintenir ce chiffre à 5000 abonnés d'ici deux mois. Nous n'en sommes pas loin et nous sommes exactement dans les chiffres de 2013 à pareille époque. Il reste encore deux mois durant lesquels chaque saison nous enregistrons des abonnements.

Une date pour le début des travaux de Gilbert-Brutus est-elle arrêtée ? Non, il faut effectivement finir d'aménager le stade Gilbert-Brutus, c'est une dernière étape. Les Anglais ne voient pas d'un très bon œil des gradins dans un stade même s'ils reconnaissent les efforts faits. Il y aura l'an prochain 12 grands stades sans gradins en Super League. Il y a un accord avec les élus et on va se réunir au mois d'avril avec les décideurs locaux pour mettre en place un échéancier.

Quelle sera la capacité du stade ? Autour de 13 000 places. Aujourd'hui nous n'avons que 7 000 places couvertes, après les travaux nous passerons à 10 000 places couvertes avec 3 000 en pesage.

Avez-vous chiffré le coût supplémentaire lié à la mise en place des douze déplacements en avion privé cette saison ? Il est de 300 000 euros. La RFL joue le jeu avec nous et a augmenté son enveloppe concernant les dotations sur les transports, on limite la casse. Mais le club doit mettre 150 000 euros de sa poche. C'était important pour les joueurs, les déplacements devenaient trop compliqués. La possibilité est maintenant offerte aux partenaires et à d'autres de vivre de l'intérieur la vie de l'équipe avec cette atmosphère particulière qui baigne les moments d'avant-match. Ce sont encore de gros efforts que le club fait, mais c'est la suite logique de la politique de club qui est de ne pas se précipiter.

Share this post


Link to post
Share on other sites
XIII/Super League : les Dragons Catalans à Wakefield pour l'envol

Le 09 mars à 6h00 par À Wakefield, Bruno Onteniente lindependant.fr

replace-au-centre-aux-cotes-de-mike-oldfReplacé au centre aux côtés de Mike Oldfield, Zeb Taia laisse le champ libre à Louis Anderson. PHOTO/M. C

Les Dragons affrontent Wakefield ce dimanche après-midi (16 h) avec déjà l'obligation de décrocher leur première victoire de la saison. Cette fois, l'implication devra être totale.

L'ancien Belle Vue rebaptisé Rapid Solicitors Stadium n'est pas un stade comme les autres. Si l'atmosphère est comparable à celle de Castleford, avec un kop chaud bouillant, la vétusté des installations n'a pas son pareil dans toute la flotte de Super League. Construite en 1895, la tanière des Chats sauvages vaut le déplacement avec ses bancs de remplaçants qui jouxtent une main courante ras la gueule, pendant que la ligne de touche est à moins de trois mètres des fans. La capacité du stade (12 000) a d'ailleurs été réduite à 5 333 spectateurs cette saison après le passage (enfin) de la commission de sécurité...

 

Et cette ambiance si particulière ne réussit pas aux Dragons. Depuis la nomination de Richard Agar comme chef d'escadrille des Wildcats, les Catalans ont perdu pied les deux fois (30-12 en 2013 et 32-22 en 2012). Pas rassurant avant ce quatrième vol de la saison pour un affrontement entre deux formations qui n'ont pas encore gagné. D'où la motivation bien particulière pour des locaux prédits à la descente mais à l'effectif revu à la hausse ces dernières semaines avec les signatures de Sammut, Scruton et le prêt de quatre mois de l'ailier Riley.

Alors, les Dragons, après trois revers contre Hull FC, Castleford et Leeds, ont intérêt à sortir les ailes. Le mode diesel n'a plus sa place. Ce n'est pas non plus le temps des pleurs à l'instar de Laurent Frayssinous qui ne cherche aucune excuse : "Si on veut faire avancer l'équipe et le club, c'est trop facile de chercher des excuses. À un moment donné, c'est ceux qui sont sur le terrain qui ont des opportunités et qui doivent faire leur boulot. C'est un problème individuel. Je ne pense pas que contre Leeds nous ayons pris 40 points à cause de problèmes collectifs, ce n'est pas vrai. Si chacun se met au niveau, on peut rebondir".

A aucun moment, le coach ne sort le parachute en évoquant les onze absences (Bousquet, Bosc, Dureau, Cardace, Duport, Elima, Henderson, Maria, Millard, Pomeroy et Simon). Il préfère mettre sous pression ses joueurs qui ont l'occasion d'enregistrer leur carte d'embarquement à l'heure où en coulisse, on s'agite afin de faire signer un voire deux jokers médicaux.

Le technicien catalan a bien sensibilisé ses garçons cette semaine entre les séances vidéo et les entretiens. Ses attentes en disent long : "Certains, individuellement, arrivent à se mettre au niveau. D'autres, pas encore. Si on espère rivaliser avec n'importe quelle équipe il faut que les 17 soient au niveau le jour J". Avec, surtout, à l'esprit l'obligation de verrouiller l'une des plus faibles défenses de la classe avec 21 essais encaissés (23 pour Londres et Hull KR).

Une brèche ouverte que le coach espère voir moins béante : "Oui la défense c'est un gros problème, sachant que 50 % pour moi de la défense c'est sur l'aspect mental. Après, il y a des combinaisons à travailler, il y a le fait que l'équipe change, mais les 50 autres pour cent nous n'y sommes pas encore". Un message sans ambiguïté sur une implication trop inégale de ses joueurs en défense.

Enfin, Si Webb est de retour tout comme Louis Anderson, l'entraîneur tente aussi un coup au centre de son attaque : "J'ai envie de voir Oldfield toucher davantage de ballons, alors il va évoluer au centre et j'ai confiance sur ses capacités d'adaptation et ses qualités". Verdict ce dimanche soir, au terme d'une quatrième journée qui verra l'une des deux équipes décoller. Et l'autre s'enfoncer un peu plus en zone de turbulence.

Super League/Richard Agar : "Dragons et Wildcats se ressemblent"

Le 08 mars à 6h00 par Recueilli par Bruno Onteniente

richard-agar-fait-profil-bas-avant-la-reRichard Agar fait profil bas avant la réception des Dragons. PHOTO/Archive Philippe Rouah

Le coach de Wakefield, Richard Agar, qui est aussi celui du XIII de France, entend bien débloquer le compteur victoire des siens dimanche (16 h), face aux Dragons Catalans.

Quel premier bilan tirez-vous après les trois premiers matches (3 défaites face à Salford, Bradford et Wigan) ? Nous vivons un début de saison très difficile. D'abord parce que plusieurs recrues sont arrivées très tard. Certaines une semaine avant le début de la compétition à cause de problèmes de visas. Sammut et Scruton n'ont signé qu'avant les deuxième et troisième journées. Et ce matin (hier), on a enregistré l'ailier Riley, prêté pour quatre mois par Warrington. Mais en plus, les suspensions et les blessures ne nous ont pas aidés. Désormais, nous avons besoin de jouer ensemble pour apprivoiser nos systèmes de jeu.

Vos performances sont inégales. Pourquoi ? J'avais dit que nous devions gagner à Salford, mais nous avons baissé les bras ensuite contre Bradford chez nous. La cohésion viendra, mais c'est naturel que tous les nouveaux joueurs ne soient pas familiarisés avec notre style, du moins autant que nous le voudrions en ce moment. C'est pour cette raison que l'intersaison est vitale pour bien débuter.

Votre demi d'ouverture Harry Sjeika vient d'arriver. Comment comptez-vous l'utiliser ? Nous utiliserons Harry Sjeika à la charnière, mais pas dimanche (demain). C'est encore trop tôt. Il est très technique, c'est un joueur qui a besoin d'une opportunité et de quelques matches avec nous pour être au top. Nous avons perdu nos demis et nous ne pouvions pas recruter plus tôt. Nous sommes heureux de les avoir désormais. Comme tous les meneurs que nous avons - Sammut et Godinet ou Sjeika et Sykes - ils ont besoin de se comprendre et d'évoluer les uns avec les autres. Il y aura, je l'espère une grosse concurrence pour ces postes. Tous ces joueurs doivent démontrer l'impact qu'ils peuvent avoir pour notre équipe.

Qu'attendez-vous de ce match contre les Dragons ? La rencontre contre les Catalans met aux prises deux équipes désespérées. Je vois de nombreuses similitudes. A cause de la Coupe du monde, les Dragons n'ont pas eu la présaison qu'ils souhaitaient. Avec en plus, des suspensions et des blessés, qui leur font la vie dure. Il y a de nombreux changements à chaque rencontre, en particulier chez les demis, le talonneur et l'arrière. Ce sont des problèmes qui sont hors de leur contrôle. Ça n'aide pas la fluidité et les automatismes de leur attaque. Aucune des deux équipes n'est là où elle voudrait être en ce moment. Nous, non plus, nous ne sommes pas à notre place, et il y aura donc une grosse partie dimanche, c'est certain.

Depuis votre nomination à la tête des Wildcats vous avez toujours battu les Dragons. Cette équipe semble vous réussir... Depuis deux ans, il y a toujours eu un gros match de notre part contre les Dragons, chez eux comme chez nous. Nous avons toujours gagné à Wakefield et on leur a contesté la victoire chez eux à chaque fois. J'espère que ce sera un avantage, une fois encore, de jouer à domicile dimanche, dans ce match entre deux équipes qui ont besoin de points.

Pensez-vous que ce soit un avantage pour vous de parfaitement connaître les Dragons ? C'est sûr, j'ai passé beaucoup de temps avec les Catalans, leur patron, le staff, et bien entendu avec les joueurs de l'équipe de France. Mais je sais aussi ce qu'ils sont capables de faire dans de pareilles circonstances et qu'ils peuvent produire autre chose. J'espère simplement qu'ils lanceront leur saison la semaine prochaine et pas ce week-end.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Wakefield écrase les Dragons

 
Quatrième défaite en quatre matches cette saison pour des Dragons Catalans en grande difficulté depuis le début de la saison de Super League. Cette fois-ci, les joueurs de Laurent Frayssinous ont subi la loi de Wakefield (56-14), qui a fêté dimanche son premier succès du championnat, encaissant neuf essais, dont six en première mi-temps. Privés de onze joueurs, blessés ou suspendus, les joueurs perpignanais ont encore montré de grosses lacunes défensives. En quatre rencontres, ils viennent de concéder trente essais !

Un gros casse-tête à résoudre pour Laurent Frayssinous avant le prochain match à Saint Helens, vendredi soir. Pour son quatrième déplacement en cinq rencontres, la franchise catalane est restée en Angleterre, pour s’éviter les fatigues d’un voyage. Espérons que l’air de l’Angleterre redonne des vertus à une équipe mal en point. Il sera difficile pour Jason Baitieri et tous les joueurs des Dragons d’effacer ce début de saison catastrophique.

G.N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les Dragons Catalans rentrent en urgence à Perpignan

Le 09 mars à 20h47 par Matthieu Terrats (avec B.O.) lindependant.fr

morgan-escare_397576_516x343.jpgMorgan Escaré PHOTO/ANDREW VARLEY

La défaite de trop ! La déconvenue enregistrée à Wakefield ce dimanche par les Dragons Catalans (56-14) - le quatrième revers en quatre journées de Super League -  fit sortir de ses gonds le président Bernard Guasch. 

Présent au Rapid Sollicitors Stadium, le boss perpignanais n'a pas tardé à prendre le taureau par les cornes. Dans le bus chargé de ramener les joueurs à leur hôtel en banlieue de Manchester, il a d'abord convoqué une réunion de crise avec son staff. 

En premier lieu, il a renouvelé sa confiance à son trio d'entraîneurs, Laurent Frayssinous, Jérôme Guisset et David Waite. Avant d'assurer que des "sanctions seront prises" à l'encontre de certains joueurs "qui se croient en vacances ou au club Med", selon ses dires. 

Dans un deuxième temps, toujours à l'abri des regards, Guasch et son encadrement ont annoncé aux joueurs l'annulation du programme cette semaine. A savoir un séjour en Angleterre, comme les Dracs en ont l'habitude depuis trois ans maintenant, qui devait aboutir sur le déplacement à Saint-Helens vendredi soir. 

Résultat, après avoir réservé leurs billets d'avion en urgence, les Dragons rentreront à Perpignan ce lundi. La traditionnelle réunion du comité directeur prévue tous les mardis après-midi, s'annonce ainsi mouvementée. Un rendez-vous au terme duquel les fameuses sanctions devraient tomber. 

Sachant que les Dragons n'iront à Saint-Helens "qu'avec ceux qui ont envie de mouiller le maillot', lance Bernard Guasch, qui préfère "prendre 40 points avec des jeunes plutôt qu'avec des voyous".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bernard Guasch : "Beaucoup de joueurs trichent"

Le 10 mars à 6h00 lindependant.fr

je-prefere-prendre-40-points-a-saint-hel"Je préfère prendre 40 points à Saint-Helens avec des jeunes que d'en prendre 40 avec des voyous"

Le président Bernard Guasch était très remonté hier. L'heure est aux sanctions.

Cinq minutes après le coup de sifflet final, une réunion de crise s'est tenue dans le bus des Dragons Catalans en présence du président Bernard Guasch, de son directeur Christophe Jouffret et des trois membres de l'encadrement (Frayssinous, Guisset, Waite). Ces derniers ont toute la confiance du boss des Dracs. Mais plus certains joueurs que le président devrait très vite punir.

Quelle est votre réaction après cette défaite ? 

Ce n'est pas une défaite, c'est une incroyable déconvenue. C'est boire le calice jusqu'à la lie. Nous sommes au fond du trou, ça fait partie des histoires du rugby, mais aussi des histoires d'une équipe. Et quand une équipe est morte, elle est morte. 

Quelle est la solution ?

Aujourd'hui il faut un grand, un très grand désordre pour remettre de l'ordre comme il faut dans la maison Dragons. Donc, on va s'y employer. On a cru en certains joueurs qui malheureusement sont finis aujourd'hui. Beaucoup trichent, alors on va faire le tri dans tout ça et on va repartir, je vous le garantis. On ne pouvait pas toucher plus bas, on ne pouvait pas être au fond du seau et même en dessous du fond du seau. Il restera à réagir, à faire le tri de ceux qui ont le mental, qui ont envie de mouiller le maillot et ceux qui pensent qu'ils sont à Perpignan en semi-retraite ou au club Med.

L'encadrement a-t-il toute votre confiance ?

Ce n'est pas l'encadrement qui joue, ce sont les joueurs. Et aujourd'hui (hier), il y avait une équipe capable de rivaliser avec Wakefield malgré les onze absences. Entre ceux qui trichent et ceux qui sont en dessous de leur niveau, on va trier et faire le point. Il y a eu des satisfactions sur ce match avec des jeunes joueurs qui ont montré de belles capacités. Alors peut-être que l'on va jouer avec les jeunes. Vous savez, moi je préfère prendre 40 points à Saint-Helens avec les jeunes que d'en prendre 40 avec des voyous.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Frayssinous : "Des mises au point s'imposent"

Le 11 mars à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

moment-de-reflexion-intense-pour-le-coacMoment de réflexion intense pour le coach des Dracs, qui annonce des changements pour le voyage à Saint Helens. PHOTO/© D.R

L'entraîneur des Dragons, Laurent Frayssinous a reçu certains de ses joueurs hier soir. Des changements sont attendus pour préparer le déplacement à Saint-Helens.

Comment analysez-vous cette défaite avec 24 heures de recul ?

Je pense qu'il y a encore des erreurs sur ce match qui sont impardonnables. Ce n'est pas la première fois de la saison. Si on prend cette rencontre, il n'y a rien qui nous réussit avec des raccourcis de pris. À la sortie ça donne 50 points, alors que Wakefield n'est pas forcément au-dessus. Maintenant, ils sont bons dans les bases et nous à l'heure actuelle, nous sommes trop 'coquins' dans les bases. C'est une évidence et ça ne peut plus durer. Cette défaite peut-elle être un tournant de la saison après les déclarations du président Guasch (voir notre édition d'hier) ? Certainement, j'espère que ce sera un mal pour un bien, il va y avoir des décisions de prises. Il faut aller au bout des choses maintenant si nous voulons effectivement que cette défaite marque un tournant important de la saison. Tout n'est pas terminé, il n'y a eu que quatre matches, mais il est temps de prendre les décisions qui s'imposent.

Ces 54 points concédés marquent un moment difficile de votre carrière d'entraîneur…

Disons que c'est dur à gérer et à digérer comme défaite. C'est difficile de dire le contraire, mais le plus dur c'est la performance de l'ensemble. Mon rôle est de soutenir mes joueurs et j'aimerais que ce soit fait en retour. Aujourd'hui ce n'est pas le cas et c'est ce qui est le plus difficile à avaler.

En relation avec le président vous avez souhaité rejoindre Perpignan dès hier. Pourquoi ?

Il fallait revenir à Perpignan dans l'intérêt de l'équipe pour la préparation du prochain match prévu vendredi soir à Saint-Helens. Je ne m'imaginais pas me retrouver à l'hôtel pendant une semaine avec le même groupe qui a failli à Wakefield. C'était inconcevable. On va retrouver des jambes fraîches et il va y avoir certaines mises au point à faire, mais il fallait le faire dans le cadre qu'il faut, c'est-à-dire chez nous à Brutus. C'est pour cette raison que nous recevrons plusieurs joueurs ce soir (hier).

Des changements sont-ils à prévoir d'ici vendredi ?

Oui il y en aura, c'est une certitude.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fakir et Webb premiers punis

Le 12 mars à 6h00 par Bruno Onteniente lindependant.fr

fakir-et-webb-premiers-punis_398266_516x PHOTO/Michel Clementz

Les Dragons ont décidé de sortir du groupe le pilier Jamal Fakir, laissé à disposition de l'équipe réserve. Brent Webb est lui aussi mis sur la touche.

"Paea et Pryce ont été avertis.Il faut un grand désordre pour remettre de l'ordre". Dimanche soir, le président des Dragons Bernard Guasch avait déjà planté le décor après la cuisante défaite à Wakefield (56-14). Chose promise, chose due. Les premières sanctions n'ont pas traîné. D'abord avec le retour précipité des Dracs à Perpignan avec 12 heures de transfert entre Manchester et le '66' via Barcelone. Avant de convoquer, lundi soir, plusieurs joueurs dans le secret de Gilbert-Brutus*. Et que le couperet ne tombe, hier, dans un communiqué diffusé sur internet : "Jamal Fakir a été mis à l'écart du groupe professionnel et mis à disposition de l'équipe réserve dès ce matin. Le pilier international évoluera donc avec Saint-Estève/XIII Catalan jusqu'à la fin de la saison d'Elite 1".

Fakir, qui a joué seize minutes contre les Wildcats, a préféré ne pas répondre à nos sollicitations, préférant mûrir sa réflexion. Néanmoins, la décision d'exclure le joueur du groupe est un signe fort. Un geste largement commenté mais aussi vivement critiqué sur les réseaux sociaux tant 'Jaja' est apprécié des fans depuis ses débuts avec l'UTC en 2004. Mais le président Guasch était déjà bien décidé à "aller au bout des choses. J'espère que les décisions serviront de leçon pour les autres". Brent Webb non plus, n'a pas été épargné. Ses ennuis de santé (dos) et ses 34 ans poussent l'arrière néo-zélandais vers la sortie. Ce que l'encadrement ne sait que trop bien : "Loin d'avoir retrouvé son meilleur niveau après son opération du dos la saison dernière, Brent Webb a été convoqué par le staff médical et passera dans les prochains jours une série d'examens afin de déterminer la suite de sa saison". Une fin de carrière qui se dessine dont les contours se laissaient deviner il y a déjà deux saisons, lorsque Leeds souhaitait s'en séparer. Sauf que Trent Robinson a tout fait pour le recruter... deux ans !

  • Pryce et Paea avertis

Et l'héritage de Trent Robinson est encore bien présent. Le coach australien a aussi prolongé le contrat de Lopini Paea pour deux années supplémentaires, alors que son pilier souffrait déjà d'un genou (trop) abîmé. Paea, lui aussi, a été convoqué par le comité directeur lundi soir et le joueur reste la prochaine cible des dirigeants si ses prestations ne sont pas à la hauteur des espérances. Tout comme l'ouvreur Leon Pryce, également enrôlé par 'Robbo', malgré que St-Helens ait affirmé haut et fort ne plus compter sur lui. Mais après quatre défaites en autant de journées et une Super League qui voit les deux derniers relégués en Championship, Bernard Guasch ne veut "plus faire de sentiment". Outre Fakir et Webb écartés, Paea et Pryce en sursis, les dirigeants font toujours le nécessaire afin de casser le contrat de Ben Pomeroy (pubalgie). Soit un grand désordre, pour remettre de l'ordre.

*Bernard Guasch a reçu les étrangers, Fakir et les deux capitaines (Mounis et Baitieri) avant-hier. Hier, les autres Français du squad des 25 sont passés devant le président.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Super League: du sang neuf pour les Dragons à Saint-Helens

Le 12 mars à 16h20 lindependant.fr

entraineur-adjoint-pendant-sept-ans-laur

Laurent Frayssinous a dévoilé le groupe des 19 joueurs qui prépareront le déplacement à Saint-Helens vendredi à 21h, match pour le compte de la cinquième journée de Super League.

Les Dragons, qui ont gagné leur deux derniers matchs à Langtree Park ces deux dernières années, seraient bien inspirés de rééditer cet exploit pour lancer leur saison ce week-end. Avec 4 défaites au compteur en autant de matchs, les Catalans affronteront l’actuel leader du championnat vendredi soir, qui réalise un sans faute depuis le début de la saison avec 4 victoires consécutives.

Le staff catalan, qui dispose toujours d’un effectif réduit avec l’absence de12 joueurs, pourra compter sur les retours de Thomas Bosc et Mickael Simon, rétablis. Vincent Duport, Scott Dureau, Daryl Millard, Ben Pomeroy, Damien Cardace, Antoni Maria, Ian Henderson, blessés ainsi qu’Olivier Elima, Louis Anderson et Julian Bousquet, suspendus, ne seront pas du voyage, tout comme Jamal Fakir et Brent Webb.

Gadwin Springer, le pilier de Saint-Estève XIII Catalan, a été reconduit dans le groupe et postule toujours pour une première apparition en Super League, tout comme Maxime Scimone, appelé pour la première fois dans le groupe catalan. Le jeune pilier de l’équipe réserve pourrait lui aussi faire ses débuts en Super League ce week-end. "Nous nous attendons évidement à un match compliqué à Saint-Helens, face à l’équipe en forme de ce début de championnat. Nous avons beaucoup parlé depuis notre retour en France, des décisions ont été prises et nous devons avancer maintenant. J’attends une réaction des joueurs à Saint-Helens", déclarait Laurent Frayssinous.

Le groupe des 19 : 2 Morgan Escaré - 3 Leon Pryce - 5 Michael Oldfield - 6 Thomas Bosc - 10 Jeff Lima - 11 Zeb Taia - 13 Greg Mounis - 14 William Barthau - 16 Eloi Pelissier - 17 Elliott Whitehead - 19 Mathias Pala - 20 Mickael Simon - 23 Lopini Paea - 24 Jason Baitieri - 27 Jean-Philippe Baile - 28 Frédéric Vaccari - 29 Benjamin Garcia - 30 Gadwin Springer - 31 Maxime Scimone

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dragons : Fakir dit stop

 
Jamal Fakir (31 ans ; 27 sél.) ne portera plus le maillot des Dragons Catalans cette saison. Mis à la disposition de la réserve des Dragons, mercredi, par le staff de la franchise catalane, le pilier international français a demandé à être libéré de tout engagement. Il ne sera pas avec les Dragons, vendredi soir à Saint Helens, et ne jouera pas non plus avec Saint Estève-XIII Catalan en play-off du championnat Elite.

«Jamal a été une pièce maîtresse des Dragons Catalans depuis le début de l’aventure en Super League, a déclaré le directeur général du club, Christophe Jouffret. Garçon honnête et responsable, il a eu le courage d’avouer qu’il n’était plus à 100% de ses moyens et préfère renoncer momentanément à jouer plutôt que de tricher». Fakir a joué 143 matches de Super League sous le maillot perpignanais.

G. N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons : une première victoire ?

 

Publié le 22/03/2014 à 08:46201403221428-full.jpg

Les Dragons Catalans espèrent enfin lancer leur saison./Photo DDM archives, M.V.

zoom.png

Les Dragons reçoivent Huddersfield aujourd'hui (18h30). Les Catalans, battus lors des cinq premières journées, espèrent débloquer enfin leur compteur de victoire ce soir.

Battue à Saint-Helens vendredi dernier, l'équipe a montré malgré la défaite des valeurs autour de l'envie et de l'enthousiasme. Mais ça ne fait pas tout selon l'entraîneur de l'équipe, Laurent Frayssinous: «C'est une première étape, mais c'est aussi le minimum pour exister. C'est la base sur laquelle nous pouvons nous appuyer pour parvenir à nos fins».

Pour l'occasion, Olivier Elima et Louis Anderson reviennent dans l'équipe après avoir purgé leurs matches de suspension. Des retours de poids devant, à l'instar du trois-quarts centre Ben Pomeroy qui retrouve son poste au centre de l'attaque des Catalans.

Pour le coach, il n'y a pas le feu mais le temps presse: «Mentalement, c'est plus facile de construire autour d'une victoire. Alors c'est vrai que le temps presse, mais je le répète j'attache de l'importance aussi à la performance. Je suis attentif à ce que les joueurs produisent et appliquent en fonction de ce que j'ai demandé».

Pas de doute, il n'est plus question pour l'encadrement de revivre l'épisode douloureux de Wakefield, avec les 54 points récoltés.

Mais il y a aussi la pression du résultat et les joueurs en ont bien conscience, le demi de mêlée Thomas Bosc le premier: «Oui, cette saison c'est différent, les deux derniers descendront, alors ça rajoute une pression supplémentaire, on parle de maintien et de descente, c'est nouveau pour nous. Maintenant, il reste encore 22 journées à disputer, il va se passer encore de nombreuses choses dans toutes les équipes».

Avant de se rendre à Wigan puis de recevoir Londres en seizièmes de finale de la Cup, les Catalans ont le regard et les idées exclusivement tournées vers Huddersfield et rien d'autre, un adversaire aussi réputé que solide. Un monstre de la Super League qui sera l'adversaire idéal pour lancer une saison.

M. M ladepeche.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons comme des géants

Le 23 mars à 6h00 par Bruno Onteniente lindependant.fr

escare-et-les-dragons-ont-enfin-signe-leEscaré et les Dragons ont enfin signé leur premier succès de la saison face à Huddersfield. PHOTO/Harry Jordan

En sortant le grand jeu, les Dracs ont remporté hier leur première victoire de la saison en battant Huddersfield (30-14).

Solides en défense, les Dragons ont muselé les Giants. Monstrueux de courage et de combativité, les Dragons ont régalé leurs fans hier dans un Gilbert-Brutus transformé en chaudron tant l'équipe s'est sublimée. Autour de Pélissier, Anderson et Whitehead, la formation s'est dépensée sans compter.

 

Trois mousquetaires d'un ensemble enthousiaste qui a répondu à ses engagements. Qui plus est face à des Giants agressifs quatre-vingts minutes durant mais qui sont tombés sur plus fort. Sans surprise, Huddersfield autour de Ferres, Kaufusi et Kopczak a joué des coudes avec l'espoir de passer en force. Les Giants savaient les Dragons en difficulté et ils avaient décidé de leur planter un coup fatal. Mais c'était sans compter sur la fierté de la bande à Frayssinous qui s'est retrouvée. Autour des bases posées à Saint-Helens en terme d'enthousiasme et d'envie, les sang et or ont sorti le grand jeu.

Le coach a apprécié : "Le plan a été appliqué avec un côté gauche qui a fait merveille". En effet, Taia, Anderson et Pala ont fait sensation en terme d'exécution et de vitesse. Ils ont affolé leurs vis-à-vis. Mais en défense, les Dragons ont aussi fait taire leurs détracteurs. "On ne passe pas comme ça de la plus mauvaise défense de la Super League à un tel match avec 65 minutes passées sans prendre un essai, a apprécié Frayssinous. C'est dans la tête et peut-être que le détonateur est venu à Saint-Helens".

Il faut dire que les Dracs ont imposé une grosse agressivité avec un premier acte, le premier de la saison, sans concéder le moindre point. Offensivement, en se montrant appliqués, les Catalans ont complété leurs chaînes de jeu. Proprement, les meneurs ont distribué les cartes. Mais c'est Pélissier qui a le plus déboussolé une défense qui n'a eu de cesse de tenter de la déstabiliser. Il en fallait davantage pour faire péter les plombs au talonneur des Dragons. C'est d'ailleurs son choix, petit côté, qui emmena le premier essai de la partie. Après le faux appel d'Anderson, c'est Escaré qui se saisit d'un ballon transmis à Taia. Le trois-quarts centre n'a plus qu'à finir le travail.

Quelques tenus plus loin, Pryce envoie Anderson à l'essai. Les Dracs enchaînent les grosses séquences défensives, Elima appuie les plaquages et les Giants sont obligés de multiplier les fautes. Bosc, sur pénalité, en profite pour permettre aux siens de mener (14-0) à la pause. . La flèche Escaré Dès le retour des vestiaires, une attaque côté gauche impériale voit Pala servir sur son intérieur Anderson qui conclut. Pala, encore lui, se sauve et met sur orbite la flèche Escaré (26-0). Les Giants parviennent enfin à trouver la faille à deux reprises à l'heure de jeu. Mais les Dragons ne se désunissent pas. Pélissier fait même étalage de son intelligence en adressant un judicieux petit coup de pied que Whitehead se charge d'aplatir. L'essai sur la corne de Broughton ne change rien.

Les Catalans se sont mis au chaud avec leurs deux premiers points de la saison. Une grosse performance qui en appelle d'autres.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons : les raisons d'y croire (+résumé vidéo du match face à Huddersfield)

Le 24 mars à 6h00 par Bruno Onteniente lindependant.fr

les-dragons-se-sont-rassures-contre-huddLes Dragons se sont rassurés contre Huddersfield. La saison est lancée. Il reste à confirmer contre les Wigan Warriors, le prochain adversaire. PHOTO/L'INDEPENDANT HARRY JORDAN

En s'imposant (30-14) contre Huddersfield, les Dragons ont lancé leur saison. L'équipe s'est rassurée. En particulier en défense.

 

 

Finalement, le printemps a accompagné le premier succès de la saison des Dragons Catalans. Un parfum enivrant a même baigné Gilbert-Brutus samedi soir avec des fans redevenus bruyants.

Sans triomphalisme, Laurent Frayssinous a eu la victoire mesurée : "Je le répète, c'est la performance qui m'intéresse le plus. Il y a eu la victoire en prime, tant mieux, mais quand j'entends le public se soulever après les actions qu'il y a eu ce soir (samedi), je ne peux être que comblé".

Pour en arriver là, des Dragons appliqués ont pris à la gorge des Giants étouffés et incapables de trouver la faille, faute à une défense aussi agressive qu'hermétique. Greg Mounis, besogneux et combatif autour des tenus, a toujours gardé le cap : "Nous avons les joueurs pour avancer, on vient de le prouver et il faut construire par rapport à ça. On sait ce qu'est le fond, maintenant on a sorti la tête et j'espère que nous serons plus forts que jamais après ce début de saison difficile. Nous avons montré ce que représentait l'esprit d'équipe autour d'une défense énorme".

C'est un fait. Cette fois, les herses ont été levées avec seulement 21 plaquages loupés, bien loin des 47 manqués contre Leeds (défaite 40-12).

  • Mounis : "Quand tu joues comme ça, tu prends un plaisir énorme"

Dans l'adversité, l'équipe s'est donc retrouvée, resserrée autour d'un coach conforté par ses dirigeants et enfin écouté par ses 'boys'. Du miel pour Captain Mounis : "Quand tu joues comme ça, tu te régales et tu prends un plaisir énorme".

Une joie non dissimulée aussi par Eliott Whitehead, le grand bonhomme de la soirée et de ce début de saison des Dracs. Le deuxième ligne anglais a encore été de tous les combats. Tantôt destructeur en défense, souvent récupérateur, parfois finisseur et même libérateur, 'cap blanc' a pris son pied : "Je savais qu'un jour nous récolterions le travail fourni. Notre défense a été impeccable, tous les joueurs se sont donnés à fond. Et le fait de travailler les uns pour les autres aura été la clé de la réussite. Je suis très fier de faire partie de cette équipe".

À en oublier presque les absences des Dureau, Henderson, Duport, Cardace, Millard, Bousquet et Lima. Mais Anderson, Whitehead et Pélissier, plus gros plaqueur (52) et franchisseur (148 mètres gagnés) de l'équipe, se sont démultipliés pour faire oublier les forfaits.

Alors oui, cette équipe-là pénalisée seulement à sept reprises et qui n'a tombé que sept ballons a répondu présente avec une victoire remportée sans contestation face au plus gros paquet de la Super League.

Une référence pour la suite avec un prochain rendez-vous fixé à Wigan, dans seulement quatre jours (vendredi). Le temps de récupérer et direction le DW Stadium avec Millard, Lima et Bousquet qui postuleront à nouveau.

Enfin une abondance de biens... A moins que la commission de discipline ne passe par là aujourd'hui.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les Dragons plaident leur cause devant la commission de discipline

Le 25 mars à 6h00 par Recueilli par Bruno Onteniente lindependant.fr

christophe-jouffret-la-voix-des-dragons-Christophe Jouffret, 'la voix des Dragons' outre-Manche. PHOTO/Photo Michel Clementz

Le directeur général des Dragons Catalans, Christophe Jouffret, a été reçu à sa demande jeudi dernier afin de clarifier la situation avec la commission de discipline.

Quel était le but de votre visite à Warrington jeudi dernier ? J'ai demandé à m'entretenir avec Steve Ganson et Ralph Rimer après les nombreuses suspensions à l'encontre de nos joueurs depuis le début de la saison. Le club a préparé une vidéo qui montre les fautes de nos joueurs suspendus et des faits de jeu similaires après lesquels il n'y a pas eu de suspension.

 

Quelles ont été leurs réactions ? Il faut savoir que Steve Ganson, Ian Smith et John Sharp font partie de la première commission qui se réunit le lundi et qui signale des actions de jeu jugées dangereuses. Ils statuent et après, c'est la commission de discipline qui, le mardi, prend les sanctions. Il y a des choses que l'on ne comprend pas et par rapport à la vidéo ils sont restés sans réponse à certains moments.

Que faire ? Derrière, on continue le processus. Ils ont pris note de notre mécontentement. C'est une bonne réunion, j'ai de bonnes relations avec eux depuis de nombreuses saisons, j'ai une écoute attentive. C'est une bonne chose que les responsables m'aient reçu si vite. Il y a une place pour le dialogue.

Avez-vous eu l'occasion d'en discuter avec les autres franchises ? J'ai profité de ma visite pour assister au match entre Warrington et Wigan disputé jeudi soir. Les présidents que j'ai rencontrés comprennent notre état d'esprit. Ils ont tous un cas similaire. Mais d'habitude tout se passe par téléphone, c'est difficile. Le fait de voir nos interlocuteurs, de leur dire des choses de visu est à mon sens une étape nécessaire et importante.

Qu'avez-vous pensé de la victoire des Warriors ? C'est très sérieux et très rude en défense. On sent bien que c'est un club confiant et qui sera là cette année, malgré les départs qu'ils ont connus cet hiver. Il y a la politique de la gagne à Wigan mais aussi celle de la formation. Ils en récoltent chaque saison les fruits comme Warrington, Hull FC et Huddersfield. La victoire remportée samedi par les Dragons contre Huddersfield tombe à pic... Il y a eu une euphorie énorme, peut-être même disproportionnée, mais il y avait une telle tristesse et un immense ras-le-bol des partenaires, des sponsors et des fans. Ça fait du bien et il faut maintenant construire autour de ça. Le 12 avril vous recevez Widnes pour un nouveau doublon avec l'USAP. Avez-vous réussi à débloquer la situation ? Oui, nous jouerons à 15 h 30. Nous avons réussi à éviter le doublon en avançant l'horaire de notre rencontre. Ce matin (hier), je me suis à nouveau entretenu avec Sylvain Deroeux (directeur de l'USAP) pour étudier la possibilité de réaliser une opération commune ce jour-là. On veut montrer notre bonne entente et les bonnes relations qui existent entre les deux clubs phares du département.

Et pour la Cup ? Pour changer les habitudes nous avons décidé de jouer le vendredi soir (4 avril) à 20 h. Et puis ça nous laisse sept jours entre le match que nous allons jouer ce vendredi à Wigan et ce tour de Cup. Nous souhaitons aussi faire plaisir à nos supporters en délivrant des places gratuites à tous nos abonnés.

La piste du joker est-elle toujours d'actualité ? Elle n'est pas abandonnée du tout. Nous sommes toujours à la recherche d'un numéro 7, et c'est tout ! Il n'est pas question d'un pilier comme j'ai pu l'entendre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les Dracs entrent en campagne à Wigan

Le 28 mars à 6h00 par A Manchester, Matthieu Terrats lindependant.fr

pour-elima-les-dragons-doivent-avoir-autPour Elima, les Dragons doivent avoir autant d'agressivité que contre Huddersfield. PHOTO/Michel Clementz

"D'en-dessous du fond du seau" à la majorité des intentions de vote, il n'y a qu'une marche que les Dragons et leur président au goût prononcé pour les phrases-choc se sont délectés d'engloutir. La Super League aborde à peine le 7e tour de son scrutin, que les Dracs de Bernard Guasch sont déjà passés par tous les états. Et il n'a fallu qu'une brillante victoire face à Huddersfield (30-14), pour faire mentir les sondages.

La clé de cette inversion de tendance : "un enthousiasme retrouvé", clament les Catalans. Dont le succès contre les Giants est perçu comme le fruit de la politique maison. "Le déclic premier a été provoqué par les décisions prises au sein du club (Jamal Fakir et Brent Web écartés, ndlr), estime le pilier Olivier Elima. Il y a eu un renouveau à Saint-Helens. Contre les Giants, on n'a fait que continuer sur cette pente ascendante". "Un résultat référence sur lequel on veut s'appuyer pour la suite de la saison", souffle Eloi Pélissier, découlant d'une "envie débordante", selon le talonneur.

 

Véritable facteur X de la métamorphose des Dragons. "C'est notre priorité et c'est ce qui nous permet de monter en puissance en terme de qualité de jeu, acquiesce le coach Laurent Frayssinous. Ensuite, on commencera à parler de points à prendre et de position au classement. Pour l'instant, on est encore à la recherche de continuité dans la performance. Et il faut d'abord faire en sorte que tout ce qu'on a construit ne s'effondre pas". En ce sens, les Dragons se sont envolés pour Wigan et leur 5e campagne à l'extérieur en sept matches l'esprit léger. L

e spectre de la crise envolé, le rendez-vous du DW Stadium n'est pas coché d'une croix rouge sur leur programme. L'essentiel pour les 12e du classement est avant-tout de venir à bout de Widnes, Londres et Hull KR. Des concurrents directs pour le maintien ou la qualification au prochain tour. Surtout que les Catalans sont souvent restés muets au DW Stadium. Là où ils ont récolté 9 défaites dont 4 'bulles' (défaite avec 0 point inscrit) face à des Warriors qui règnent sur leur circonscription tels des dictateurs africains. Mais Huddersfield est passé par là. Et si la tête de liste Frayssinous se veut prudent avant de retrouver le sénateur wiganner (vainqueur de la Super League et Cup), les Dracs, eux, ont retrouvé de l'ambition : "L'attaque, on l'a, constate Pélissier. Si on réédite notre performance défensive, alors on peut espérer faire de belles choses". "On a une équipe qui peut jouer le Top 4, renchérit Elima. Ce n'est vraiment qu'une question d'état d'esprit, de mental. Quand on voit de quelle manière on peut bouger des équipes comme on l'a fait contre Huddersfield, alors on se dit qu'on peut aller chercher les deux points à Wigan". La plus belle des promesses électorales.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pala : "Il faut que je confirme"

Le 28 mars à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

pala-il-faut-que-je-confirme_403709_516x

En verve contre Huddersfield, l'ailier gauche des Dragons espère produire ce soir une autre rencontre de haut niveau.

Mathias vous avez frappé fort samedi dernier contre Huddersfield… Ça fait un moment que j'attendais un match référence, il y a eu davantage de positif que d'habitude, mais c'est le fruit de la performance collective de l'équipe.

 

Alors Pala au centre ou à l'aile des Dragons ? Peu importe. Le fait de jouer à côté d'un garçon comme Zeb Taia est énorme. Je n'ai pas eu de grosses décisions à prendre, il m'a mis à l'aise. Il m'a facilité la tâche.

Comment expliquez-vous la fluidité des actions menées samedi sur le côté gauche de votre attaque ? Nous avons produit le rugby que l'on aime jouer. Après, ça vient tout seul, il y a eu des remises intérieures parce qu'il y a eu des solutions.

Pensiez-vous faire partie du groupe contre Wigan avec les retours de deux trois-quarts ? Il y a une très grosse concurrence maintenant que ce soit au centre ou à l'aile avec Cardace, et Millard qui reviennent, Vaccari qui ne jouent pas ce week-end et Duport qui va rentrer. On sait que l'on n'a pas trop le droit à l'erreur. À moi de prouver que ce match contre Huddersfield n'était pas juste un coup d'éclat. Il faut que je confirme ma prestation en me montrant régulier dans mes performances.

Appréhendez-vous le duel face à votre vis à vis Josh Charnley ? Non, pas vraiment. J'aurai effectivement face à moi le meilleur ailier de la Super League, je sais que c'est un gros gabarit, mais je n'y pense pas trop en fait. Il faut avoir une bonne technique de plaquage sur lui, mais après, ça ne me fait pas peur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rugby à XIII : les Dragons catalans victimes d'un braquage à l’anglaise

Le 29 mars à 09h19 par A Wigan, Matthieu Terrats lindependant.fr

morgan-escare-a-la-conclusion-d-une-brilMorgan Escaré à la conclusion d’une brillante action collective des Dragons en début de match. Mais les Catalans ont fini par baisser de pied. Morgan Escare makes a break during the Super League clash between Wigan Warriors and Catalan Dragons. PHOTO/Ste Jones /Varley Pictures Agency

En tête pendant plus d’une heure de jeu, les Dragons ont finalement plié face aux Wigan Warriors (22-16), champions en titre. La faute à une deuxième mi-temps passée à défendre.

Le froid, la pluie, le vent et même la neige du côté de Bradford : la Super League a une notion très personnelle du printemps. Elle qui envoyait ses cheerleaders au feu du DW Stadium dans un vêtement tellement court qu’il est impossible d’appeler ça un short. Sans pitié… Comme les Wigan Warriors. Ceux qui ont tout gagné en 2013. Et qui ont attendu la 79e minute pour priver les Dragons d’un authentique exploit.

 

C’est un fait, on ne s’impose pas comme ça dans l’antre des champions en titre. Les Dragons en savent quelque chose, eux qui ont baissé pavillon à 9 reprises en 11 déplacements.

Même avec les ambitions les plus honorables, même avec un panache à vous réconcilier avec le “french flair”, et même en prenant, parfois, des Anglais et leur agressivité génétique à leur propre jeu. Le tout ponctué d’une réalisation qui postulera certainement pour le titre d’essai de l’année (3e).

Une relance amorcée par Escaré, un relais de Thomas Bosc, un rush d’Eloi Pélissier et une dernière passe signée Leon Pryce à destination d’Escaré, à l’origine et à la conclusion de l’action, 70 mètres plus loin. Sous les poteaux. Un coup de massue asséné d’entrée de jeu. Aux Warriors comme à leurs supporters. Qui comprenaient alors que les Catalans n’avaient pas traversé la Manche pour enfiler les pintes. Mais bien pour ramener les deux points. Surtout que Pomeroy baissait la tête, montait les genoux et emportait Thornley pour doubler la mise (10e).

10-0 au bout de dix minutes, une défense au poil, un Louis Anderson monstrueux, et des Wiganners en manque d’inspiration : l’espoir était de mise. Des Dragons courageux, sereins, qui ne bronchaient même pas quand Bowen parvenait à forcer le verrou suite à six chaînes d’attaque consécutives (30e). Même si le drop aurait été bienvenu juste avant la mi-temps (10-4 pour les Dracs).

  • Bowen, l’assassin

     

Mais un rideau de pluie s’abattait sur Wigan. Pryce sortait bien de sa boîte en claquant une chandelle intelligente qui poussait Bowen à la faute, accouchant du doublé d’Escaré (43e).

Mais les Dragons commettaient trop d’impairs. Des en-avants à la pelle. Des fautes de discipline. Qui les poussaient à défendre inlassablement. Et le match, le vrai, démarrait enfin. Charnley se chargeant de planter la première banderille (52e). Burgess se voyant refuser l’essai (57e), Charnley le doublé (64e), mais Farrell, sous les yeux de son oncle Andy, trouvait la faille (67e).

Les Warriors avaient attendu les abords du money-time pour revenir au score (16-16). Et frapper là où ça fait mal. Surtout que Matty Smith ratait la pénalité de la gagne (74e). Puis le drop, par deux fois (75e). Avant qu’Oldfield ne projette Burgess en touche.

Un match de fou. Qui s’achevait comme il avait commencé… ou presque. Une relance incroyable de Bowen qui pointait en dame 80 mètres plus loin. Un braquage à l’anglaise (22-16). Cruel. Comme la Super League.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Super League: écarté des Dragons Catalans, le pilier Jamal Fakir rebondit à Bradford

Le 03 avril à 15h33 par B. O. LINDEPENDANT.FR

fakir-a-rejoint-les-bradford-bulls-et-joFakir a rejoint les Bradford Bulls et jouera dès dimanche. PHOTO/http://www.bradfordbulls.co.uk/

L’ancien pilier des Dragons Catalans a signé ce jeudi matin pour la franchise anglaise des Bulls de Bradford jusqu’à la fin de la saison 2014. Fakir que le club des Dragons avait souhaité mettre à la disposition de l’équipe réserve avait depuis décidé de casser son contrat qui le liait avec les Dracs.

Après une période de réflexion et une grosse remise en question, Fakir a souhaité rechausser les crampons : "Je ne voulais pas finir ma carrière comme ça, ce n’était pas normal. J’avais des propositions dès le départ mais je voulais aussi faire le point. Mon agent est revenu vers moi avec une offre intéressante de Bradford. Après en avoir discuté avec ma femme j’ai décidé de tenter le challenge".

 

Jamal Fakir débutera avec son nouveau club dimanche en Cup face à Oldham.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vincent Duport, centre des Dragons : «Je voulais faire quelque chose de propre»

Le 06 avril à 6h00 par Recueilli par Bruno Onteniente lindependant.fr

je-vais-construire-semaine-apres-semaine"Je vais construire semaine après semaine mon retour", assure Vincent Duport. PHOTO/Michel Clementz

Le centre des Dracs, Vincent Duport a effectué vendredi sa première sortie de la saison. Il savoure la qualification face aux Broncos.

Vincent, revenons sur votre qualification en Cup (40-24). Comment analysez-vous ce succès ?

 

Le travail est fait, nous sommes qualifiés. La manière n'a pas toujours été au rendez-vous, surtout avec ces 24 points pris. Maintenant, je constate des améliorations depuis trois matches. Il faut rester positif et se dire que tout est bon pour travailler et progresser.

La cohésion a souvent été pointée du doigt depuis le début de la saison. Qu'avez-vous ressenti dans ce domaine ?

Je sentais déjà que ça allait bien mieux et, sur ce match, il est évident que les joueurs ont travaillé les uns pour les autres. J'étais d'ailleurs très content de retrouver cette solidarité, ça a facilité mon retour.

Personnellement comment avez-vous vécu votre retour ?

Je viens de jouer mes premières quatre-vingts minutes après quatre mois d'absence, et, même si je n'ai pas perdu mon temps et que je me suis entraîné dur, rien ne vaut un match. Ce n'était pas une rencontre d'une très haute intensité vendredi soir, mais je suis bien rentré dans ce groupe. J'ai retrouvé des automatismes avec les deux meneurs, notre arrière et les trois-quarts.

Avez-vous appréhendé ce rendez-vous ?

J'étais clair dans ma tête. Il fallait que je sois au soutien, fort en défense et que je prenne des ballons comme je sais le faire. Mais, le plus important était de faire quelque chose de propre et de ne pas tout faire pour briller. Je vais construire semaine après semaine mon retour. Mais, j'ai retrouvé de très bonnes sensations.

Le côté gauche a été très performant vendredi...

Je joue à côté de Louis Anderson qui tourne comme un avion, ça libère des espaces d'évoluer à ses côtés. Millard est très professionnel. Les gens ne voient pas ce qu'il fait, mais sur les détails, il est très fort. Il aide à se placer et il communique énormément. "Widnes ne prend plus 70 points"

On sent que vous aviez hâte de retrouver l'adrénaline des matches ?

Ça me manquait, me retrouver dans le dur, revivre toutes les émotions que l'on partage pendant un match. Il y a des regards qui ne trompent pas, des mots, des gestes. Tout ce qui fait des matches des instants privilégiés et intenses qu'ils soient bons ou mauvais.

Vous recevez Widnes samedi prochain (15 h 30). Ce sera une autre histoire...

Tout à fait. Widnes et Salford ne sont plus les équipes contre lesquelles nous mettions 70 points il y a deux saisons. Widnes s'est sérieusement renforcé. On a pris le positif de vendredi et dès lundi (demain) on va sérieusement se préparer à ce rendez-vous qui est déjà très important.

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



Rugby League World - April 2017

League Express - Mon 10th April 2017