Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Philippe Barrau

Dragons Catalans saison 2014

99 posts in this topic

USAP-Dragons, deux matches pour le prix d'un : comment ça marche ?

Le 10 avril à 6h00 par Martial Mehr lindependant.fr

  • pour-les-presidents-des-clubs-de-l-usap-

    Pour les présidents des clubs de l'USAP et des Dragons, il y a un même public pour les deux rugbys qui partagent également des valeurs communes.(Photo par Harry Jordan et Tonton Jo Photo Michel Clementz)
  • un-moment-historique-xv-xiii-la-reconcil

    (Photo par © D.R)
  • un-moment-historique-xv-xiii-la-reconcil

    (Photo par © D.R)
  •  

    Une poignée de main inédite et historique.(Photo par © D.R)
  •  

    (Photo par © D.R)
  • pour-les-presidents-des-clubs-de-l-usap-

    Pour les présidents des clubs de l'USAP et des Dragons, il y a un même public pour les deux rugbys qui partagent également des valeurs communes.(Photo par Harry Jordan et Tonton Jo Photo Michel Clementz)
2 / 5

En organisant conjointement l'opération 'Samedi, deux fois plus de rugby', l'Usap et les Dragons inaugurent une nouvelle ère. Un rapprochement inédit qui séduit avant tout les supporters.

Serge Batlle, président des Penyes des Dragons : "Les supporters jouent le jeu et cela prouve que les nouvelles générations veulent passer à autre chose, même si on sait d'où on vient. Toutes les penyes seront présentes à Giral et nous allons vivre un beau moment." Claude Sanguignol, président des penyes de l'USAP : "On vit un moment historique. Il y a un véritable consensus XV, XIII chez les supporters usapistes. Et la penya des Farfadets a déjà inclus dans ses abonnements de la prochaine saison un match à Brutus". François Rivière, président de l'USAP : "Je suis ravi qu'on ait monté ce partenariat entre nos deux clubs. J'avoue aussi que certains partenaires ou amis ont fait des reproches sur cette opération commune. Mais le but est bien de proposer deux beaux spectacles au public. Ça a du sens et j'assisterai aux deux matches. Mais au-delà de cette première, on n'avait pas prévu que ce match soit capital. On doit le gagner et je compte sur tous les spectateurs pour nous encourager".

 

Bernard Guasch, Pdt des Dragons : "Avec François Rivière, on a laissé carte blanche à nos directeurs pour qu'ils mettent en place cet après-midi de plus de rugby. Et oui, j'entends aussi des remarques sur ce rapprochement. Mais des intégristes, il y en a partout. Et le temps où l'on vivait dans la haine de l'autre, c'est terminé. Le rugby s'en sort grandi et les amoureux du ballon ovale apprécieront. On me verra aussi dans les deux stades".

Rodolphe Pires, journaliste Bein Sport : "Je suis ravi que les deux clubs s'entendent. Suite à la demande de Christophe Jouffret, j'ai discuté avec la programmation de la chaîne pour qu'on puisse décaler le match et cela n'a pas posé de problèmes. C'est toujours une gymnastique mais il faut savoir bouger les choses quand il le faut et la chaîne l'a bien compris. Nous avons eu presque un mois pour réorganiser le programme mais c'est une décision frappée au coin du bon sens". Ils ne se connaissaient pas jusqu'à mardi. Mais voilà qu'aujourd'hui les deux présidents des clubs de supporters des Dragons Catalans et de l'USAP se tiennent bras dessus, bras dessous, sur la pelouse d'Aimé-Giral. "C'est historique !", comme le répète l'Usapiste Claude Sanguignol, serrant la main de son homologue Serge Batlle.

Historique parce que samedi, la présentation d'un ticket ou d'un titre d'abonnement à l'entrée d'un des stades permettra d'assister à l'un des deux matches Dragons-Widnes ou USAP-Oyonnax (voir encadré). "Qui l'eût cru ?", peut en sourire le malicieux président des Dragons, Bernard Guasch.

  • . "Combat d'Astérix"

Sans même se retourner vers l'avant Super League et rouvrir les plaies d'un "combat d'Astérix", comme le dit François Rivière, entre l'USAP et le rugby à XIII, il est de notoriété publique que les deux clubs phares du rugby catalan s'ignoraient jusqu'ici "poliment" depuis leurs stades voisins. Une posture arc-boutée, pour ne pas dire crispée, sur des rivalités ancestrales et que le professionnalisme parvient cette saison à desserrer. Le business, surtout. Car on le sait, ici, il y a des spectateurs pour les deux rugbys. Et les 'doublons', vécus par exemple le 28 février dernier avec des matches simultanés à Brutus et Giral, a fait finalement bouger les mentalités.

"L'idée a germé dans la tête de tout le monde" indique Sylvain Deroeux, le manager de l'USAP. "En discutant avec Christophe Jouffret (NDLR : directeur des Dragons), on s'est demandé si on pouvait faire quelque chose pour éviter que ce doublon se reproduise en avril. Et en faisant une journée commune, pour l'occasion. Très vite, Christophe Jouffret a réussi à faire décaler le match diffusé sur la chaîne Bein Sport. Et c'était acté. On a eu l'occasion de le faire et on l'a fait en bonne intelligence. C'est juste une question d'opportunité et de volonté. On peut considérer que c'est historique. Pour moi, c'est logique et normal", se réjouit Sylvain Deroeux. .

  • Jamais aussi proche de l'armistice

     

Le pragmatisme économique et sportif est-il sur le point de terrasser une rivalité vieille de plus de 80 ans ? Les deux présidents de clubs sont en tout cas sur la même longueur d'ondes. "L'heure est venue de tirer un trait sur ces vieilles querelles et de passer en mode business", martèle Bernard Guasch. Tandis que François Rivière rappelle qu'il "existe des valeurs communes dans ces deux rugbys qui tendent vers ce genre de collaboration".

La guerre froide du rugby Catalan n'a jamais été aussi proche de l'Armistice. Une situation ô ombien inédite à laquelle les supporters ont d'ores et déjà adhéré. Les 13 penyes des Dragons accueilleront samedi midi à Brutus les 15 penyes Usapistes pour un apéro qui s'annonce bel et bien historique. Cette fois c'est vrai, les P.-O. sont véritablement "la terre des deux rugbys", comme le dit le slogan. Et même si personne ne souhaite totalement s'engager sur d'autres événements conjoints dans l'avenir, les premiers pas sont faits. Et c'est tant mieux. Ce samedi 12 avril, l'USAP et les Dragons Catalans offrent la possibilité d'assister à leurs rencontres, Dragons vs Widnes (15 h 30) au stade Gilbert Brutus et USAP vs Oyonnax (18 h 30) au stade Aimé Giral.

Les abonnés ou détenteurs d'une place pour l'une de ces deux rencontres pourront ainsi venir assister gratuitement à l'autre match sous modalités d'échanges. Voici la marche à suivre : Si vous avez une place pour l'USAP Présentez votre carte d'abonné "USAP" ou votre place payante de la rencontre du 12 avril à la boutique des Dragons, la semaine du match ou le jour de la rencontre au guichet numéro 1 du stade Gilbert Brutus pour obtenir 1 place en tribune Ouest offerte pour assister à la rencontre à Brutus (*dans la limite des places disponibles).

Si vous avez une place pour les Dragons Catalans. Présentez votre carte d'abonné "Dragons Catalans" ou de la place payante de la rencontre aux boutiques de l'USAP ou le jour du match aux guichets du stade Aimé Giral pour récupérer 1 place en tribune Desclaux offerte* pour être présent au Stade Aimé-Giral à 18h30 (*offre dans la limite des places disponibles, dans les catégories latérales et virages).

  • Déjà une réussite

Hier, 1000 supporters des Dragons et de l'USAP s'étaient déjà rendus dans les boutiques respectives des deux clubs pour échanger leur ticket. Preuve que l'événement est plébiscité par les supporters.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dragons Catalans : Le groupe des 19

Laurent Frayssinous a dévoilé le groupe des 19 joueurs qui prépareront la réception de Widnes ce samedi 12 avril à 15h30 au stade Gilbert Brutus dans le cadre de la 8ème journée de Super League.

Les Dragons, qui n’ont jamais connu la défaite face à Widnes, tenteront de préserver leur invincibilité face à cette équipe et confirmer ainsi leurs dernières bonnes performances.

Le staff catalan, toujours privé de Scott Dureau, Ian Henderson et Brent Webb, devra également se passer des services de Louis Anderson, légèrement touché face à Londres et forfait pour cette rencontre.

Elliott Whitehead et Greg Mounis, ménagés lors du match de Cup, réintègrent le groupe catalan.

-

Le groupe des 19

2 Morgan Escaré

3 Leon Pryce

4 Ben Pomeroy

5 Michael Oldfield

6 Thomas Bosc

8 Olivier Elima

10 Jeff Lima

11 Zeb Taia

13 Greg Mounis

16 Eloi Pelissier

17 Elliott Whitehead

18 Daryl Millard

20 Mickael Simon

21 Julian Bousquet

23 Lopini Paea

24 Jason Baitieri

25 Vincent Duport

26 Damien Cardace

29 Benjamin Garcia

Share this post


Link to post
Share on other sites

Londres vs Dragons : le groupe des 19

 

datPhoto1_534d2a319f7e3_.jpg
Londres vs Dragons : le groupe des 19

Laurent Frayssinous a dévoilé le groupe des 19 joueurs qui effectueront le déplacement à Londres ce jeudi 17 Avril à 21h dans le cadre de la 9ème journée de Super League.

Les Dragons, qui viennent d’enchaîner deux succès consécutifs, retrouveront les Broncos deux semaines après les avoir rencontrés et battus 40 à 24 en Challenge Cup à domicile.

Le staff catalan, toujours privé de Scott Dureau, Ian Henderson et Brent Webb, devra gérer une période compliquée avec un enchaînement de quatre matchs en deux semaines.

Louis Anderson, pas encore rétabli ainsi que Daryl Millard et Damien Cardace, touchés durant la victoire face à Widnes, ne seront pas du déplacement.

Mathias Pala et Antoni Maria intègrent donc le groupe catalan et postulent pour une place sur la feuille de match.

 

Le groupe des 19

2 Morgan Escaré
3 Leon Pryce
4 Ben Pomeroy
5 Michael Oldfield
6 Thomas Bosc
8 Olivier Elima
10 Jeff Lima
11 Zeb Taia
13 Greg Mounis
15 Antoni Maria
16 Eloi Pelissier
17 Elliott Whitehead
19 Mathias Pala
21 Julian Bousquet
23 Lopini Paea
24 Jason Baitieri
25 Vincent Duport
29 Benjamin Garcia
32 Joan Guasch

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons Catalans : Millard et Cardace forfaits face aux Broncos

Le 16 avril à 6h00 par B. O. lindependant.fr

daryl-millard-ne-fera-pas-le-deplacementDaryl Millard ne fera pas le déplacement à Londres. PHOTO/M. C.

Les deux joueurs ne seront pas du déplacement prévu jeudi à Londres. Seul Mounis est incertain.

Sans surprise, Louis Anderson ne prendra pas part à la rencontre de la neuvième journée de Super League jeudi avec les Dragons à Londres. Même si la douleur sur son gros orteil est moins vive, le deuxième ligne est ménagé. Par contre, Cardace et Millard, tous deux touchés à la cheville, sont forfaits. Ils rejoignent Dureau et Henderson au rayon des blessés. Enfin, Mounis passera un dernier test ce mercredi midi. L'encadrement a donc convoqué Maria et Pala pour remplacer dans le groupe Cardace et Millard. Il est donc possible que Simon ou Baile intègrent ce groupe si Mounis déclare forfait.

 

Laurent Frayssinous attend le dernier moment : "Pendant cette période de Pâques avec cette série de trois matches en neuf jours, les entraîneurs rajoutent et enlèvent des joueurs de leur liste régulièrement avec des certificats médicaux. Le timing entre chaque rencontre est trop serré".

Les 19 Dragons : Escaré, Pryce, Pomeroy, Oldfield, Bosc, Elima, Lima, Taia, Mounis, Maria, Pélissier, Whitehead, Pala, Bousquet, Paea, Baitieri, Duport, Garcia, J. Guasch.

. O'Callaghan blessé à Londres

L'ailier O'Callaghan blessé lors de la défaite des Broncos à Wigan (36-14) quitte l'équipe. C'est le seul changement opéré par Tony Rea à l'heure de préparer la venue des Dragons. Nick Slyney est cette semaine opérationnel pour ce deuxième match entre les Broncos et les Dracs en treize jours. En effet, les Catalans se sont imposés à Gilbert-Brutus en Cup (40-24) le 4 avril dernier. Et ces deux formations se retrouveront à nouveau, le 17 mai dans le cadre du Magic week-end.

Les 19 Broncos : Caton-Brown, Cook, Cunningham, Drinkwater, Duckworth, Farrar, Foster, Greenwood, Krasniqi, Macani, Mataitonga, McMeeken, Minns, Moore, Slyney, Solomona, Vea, Wallace, Woodburn-Hall.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Super League : les London Broncos, le fil rouge des Dragons Catalans

Le 17 avril à 6h00 par A Londres, Matthieu Terrats lindependant.fr

deux-semaines-apres-la-cup-michael-oldfiDeux semaines après la Cup, Michael Oldfield va retrouver les Broncos de Foster sur sa route. PHOTO/M. Clementz

Après les avoir écartés au premier tour de la Cup, les Dragons retrouvent les Broncos ce soir (21 h à Barnet). Des Londoniens que les Dracs joueront deux fois encore cette saison.

Super League épisode 9. Pâques, deuxième bouchée. Widnes à peine englouti samedi dernier à Brutus (victoire 42-20), les Dragons se sont envolés mercredi, direction Londres… et la quatrième dimension. Une frontière du réel franchie allègrement avec un deuxième match programmé en l'espace de cinq jours, avant de ferrailler encore lundi (face à Hull KR) et dimanche prochain (à Bradford en Cup).

 

Le tout dans une capitale qui ne porte pas vraiment bien son nom en matière de Rugby League. Loin, trop loin de l'axe principal Manchester - Liverpool, et qui n'a d'yeux que pour la Rugby Union (le XV). Au final, Londoniens et Catalans n'ont rien en commun ou presque. Et quand les Broncos semblent toujours coincés dans leur boîte de départ, les Dragons sont repartis comme en 40.

Car au même titre que cette affiche est qualifiée de derby par les 'penseurs' de Super League, on se demande encore comment ces Anglais-là peuvent-ils faire peur aux Dracs. Certainement pas grâce à leur bilan défensif surréaliste (371 points encaissés en 8 matches, soit 47 de moyenne environ). Ni leur compteur vierge de toute victoire cette année. Et encore moins vu leur avant-dernière place due uniquement à la sanction administrative (6 points de retrait) infligée aux Bulls de Bradford.

. "Six points à prendre"

Mais paradoxalement, la saison des Dragons passe inévitablement par cet adversaire promis à la relégation au mois de septembre. Eux dont les Dracs ont hérité au premier tour de la Cup (victoire 40-24, le 4 avril dernier), en ouverture du Magic week-end (le 17 Mai à Manchester), et en plein milieu de cette terrible quinzaine de Pâques. Avant de les retrouver une quatrième et dernière fois à trois semaines des play-off (le 30 août). Londres ou un véritable fil rouge.

Et donc un match à ne pas galvauder dans l'optique de gratter un peu du retard accumulé sur le Top 8. "On a six points à prendre face à eux, et ça commence demain soir (ce soir, ndlr), affirmait hier le coach Laurent Frayssinous. La difficulté dans ce genre de rencontre, c'est justement de les avoir joués il y a deux semaines, et de leur avoir mis quarante points. C'est humain de se relâcher. Voilà pourquoi, nous avons tous beaucoup échangé avec les garçons. Et je peux assurer que l'équipe alignée ne sera focalisée que sur la victoire et pas sur ce qui s'est passé il y a dix jours".

L'ascension des Dragons passe par là. S'ils veulent éviter de traîner comme un boulet un début d'exercice raté, et les incidences comptables qui vont avec, les 'sang et or' ne peuvent se permettre de lâcher encore du terrain là où tous les candidats à la qualification iront gagner. Allez, encore un effort et une deuxième bouchée avant de s'attaquer à Hull KR. Pour le coup un vrai gros morceau.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Warrington-Dragons Catalans / Chris Hill - Mika Simon : Le duel

Le 09 mai à 6h00 par B. O. lindependant.fr

mika-simon-a-hate-de-commencer-ce-match-Mika Simon a "hâte de commencer ce match et ce défi". PHOTO/M. C.

Simon va se jauger en affrontant l'un des piliers stars de Super League.

Dans l'antre des loups de Warrington, un mâle dominant peut en cacher un autre. Chris Hill a pris la succession d'Adrian Morley. Rien que ça. Mais oui, Hill c'est le pilier casqué, tout droit venu des joutes de la Championship (Leigh) et qui est très vite devenu titulaire en club mais aussi en sélection nationale. Face à lui aujourd'hui Mika Simon voudra se jauger. Les deux joueurs de la même génération (1987) connaissent des carrières différentes. Si Hill fait partie des tout meilleurs piliers de la compétition, Simon ne connaît la même renommée. L'ancien pilier limouxin portera aujourd'hui une attention toute particulière son son vis à vis : "C'est un très gros travailleur mais c'est aussi un joueur aussi fort physiquement que techniquement. Il court toujours dans l'espace et ne cherche pas le défi dans le un-contre-un. Il ne s'échappe jamais et il faut faire un gros travail sur lui en terme de technique de plaquage. Il aime aussi libérer les ballons, c'est vraiment un joueur sur lequel il faut rester focalisé".

 

. Simon joue gros

Hill est la poutre du six de devant local. Qui plus est lorsque Westwood est forfait. Raison de plus pour que Simon sorte son match référence, celui qui peut faire de lui un titulaire à part entière de la franchise 'sang et or' : "C'est le pilier incontestable de Warrington et de l'équipe d'Angleterre, il est régulier. C'est toujours bon de se mesurer contre des types comme ça et j'ai hâte de commencer ce match et ce défi". L'absence d'Olivier Elima offre une nouvelle opportunité à Mika Simon de se forger du caractère.

Dur au mal, le joueur sait qu'il joue gros ce soir. Après Guisset, Ferriol, Casty puis Fakir, les piliers français ne sont pas nombreux à concurrencer les étrangers chez les Dragons. Garcia, Bousquet et Maria poussent, mais ce soir c'est Simon qui sera le premier au front. S'il parvient avec ses coéquipiers à freiner Chris Hill dans ses courses et ses prises de balle, c'est tout l'édifice des Wolves qui boitera.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Warrington-Dragons Catalans: Le 'bling bling' ne suffit pas

Le 10 mai à 6h00 par A Warrington, Matthieu Terrats lindependant.fr

A Warrington, les Dracs ont démissionné (42-10). Une déroute qui tranche avec les efforts du staff pour les mettre dans les meilleures conditions loin de Perpignan.

Confort, luxe, jet privé et staff aux petits oignons : visiblement, le 'bling bling' ne réussit pas aux Dragons. Comme si le cocon dans lequel les Catalans sont placés en déplacement depuis le début de l'année, rejaillit à coup sûr au moment de se produire sur les pelouses outre-Manche. Comme si l'opulence qui les entoure au royaume de Sa Majesté arrivait à les faire oublier qu'ici, c'est le Nord-Ouest industriel. Et qu'il y a un minimum syndical à assurer avant de devenir une star de la télé.


Pour une victoire des Dragons ailleurs qu'à Brutus et à Londres, il faudra donc encore attendre. La défaite concédée vendredi soir à Warrington (42-10) - la sixième en sept déplacements cette saison - en est la preuve.

Pas besoin d'avoir disputé trois Coupes du monde pour constater que quelque chose cloche chez les Dracs au Nord de Salses. Pas besoin non plus d'avoir 150 matches de Super League au compteur pour comprendre que c'était le bon moment pour prendre les Wolves. Car au Halliwell Jones Stadium, les Catalans n'ont pas baissé pavillon face au Warrington qu'on connaît. A celui qui enchaîne les finales, collectionne les honneurs, et qui bénéficie d'un certain capital sympathie partout en Angleterre. Non, vendredi soir, les Dragons ont démissionné dans un soi-disant "match à 6 points" selon coach Frayssinous. Face à des Wolves huitièmes du classement avant la rencontre. Déjà défaits à trois reprises sur leurs terres. Au bilan chiffré identique à celui des 'sang et or'. Le tout avec une charnière Bridge - Ratchford improbable et le moral au fond des chaussettes.

Le Top 8 attendra

Des Loups qui confirmaient rapidement le bien fondé des inquiétudes qu'ils suscitent avec un début de match catastrophique (quatre en-avants en l'espace de dix minutes). Mais c'était sans compter sur une prestation tout aussi insipide de la part des Dragons. Incapables qu'ils étaient de concrétiser les offrandes, eux qui avaient laissé leur 'modjo' à Perpignan.

L'essai refusé à Oldfield (15e) marquant un véritable tournant dans la rencontre : le réveil anglais. Avec un Michael Monaghan impérial au ras du tenu, les Wolves profitaient des largesses défensives pour retrouver talent, allant, et s'offrir un match référence à sens unique. Avec sept essais à la clé plantés à des Dragons sans réactions. Pour l'anecdote, Vincent Duport (65e) et Morgan Escaré (78e) ont sauvé l'honneur. Mais les Dragons étaient déjà menés 42-0. Le Top 8, on en reparlera plus tard.

Heureusement, les Dracs affronteront Londres samedi prochain lors du Magic week-end. Et auront une chance en or de rafler un succès ailleurs qu'à Perpignan ou Londres cette saison. Le tout au beau milieu du rutilant Etihad Stadium construit à coups de pétrodollars par les propriétaires de Manchester City. Un match qui devrait bien leur aller. Sans quoi il faudra vraiment s'inquiéter.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons Catalans : "On ne va pas sauter en l'air jusqu'à l'euphorie", lance Laurent Frayssinous

Le 26 mai à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

l-objectif-est-de-finir-dans-le-top-8-as"L'objectif est de finir dans le Top 8", assure Laurent Frayssinous. PHOTO/Michel Clementz

Les Dragons ont clos la phase aller par un carton contre Bradford (46-4). C'est l'heure d'un premier bilan pour Laurent Frayssinous avant le déplacement à Widnes vendredi.

Avez-vous atteint les objectifs fixés à mi-parcours ?

 

Si on prend ceux qui étaient fixés au mois de novembre, ils ne sont pas atteints. Nous sommes en-dessous de ce que nous aurions dû faire. Si on prend le contexte par rapport aux blessures des joueurs qui occupent les postes clés et après les cinq défaites d'entrée, c'est très bien d'avoir réagi et d'être aujourd'hui à 14 points.

Quelles sont vos principales satisfactions ?

Eloi Pélissier a fait du très bon boulot, c'est une des satisfactions de cette première partie de saison. Morgan Escaré aussi s'affirme comme l'un des tout meilleurs joueurs de Super League. Leon Pryce a répondu à mes attentes en prenant davantage le jeu de l'équipe à son compte. Et puis les deuxièmes lignes, Anderson, Taia et Whitehead ont été performants.

Des regrets ?

C'est frustrant de ne pas arriver à avoir tous les joueurs en forme au même moment. Quand il y en a un qui est bon et performant, c'est l'autre qui baisse de niveau.

Quelle est votre plus grande déception ?

Le match de Warrington (défaite 42-10). C'est proche et encore frais. J'oublie volontairement les cinq premiers matches. On voulait faire un gros match chez les Wolves et à l'arrivée on prend 40 points.

Quels sont vos objectifs sur les matches retours ?

L'objectif est de finir dans le Top 8, c'est réaliste mais ce sera compliqué. Nous n'avons en effet plus le droit à l'erreur. Beaucoup nous ont promis la relégation au soir de la défaite de Wigan avec cinq revers pour un seul succès. Les journalistes sont venus me voir en nombre nous envoyant déjà au fond. Nous avons réagi, on ne va pas sauter en l'air jusqu'à l'euphorie, mais il faut aussi être juste par rapport au contexte.

Jugez-vous que vous travaillez dans la sérénité ?

Tout se passe bien avec les joueurs. La sérénité est très difficile à obtenir quand tu n'as jamais la même équipe d'une semaine sur l'autre. On change des joueurs par rapport à leur performance, puis d'autres se blessent. Je me répète mais nous avons aussi payé le fait que 20 de nos joueurs ont fait la Coupe du monde. Mais je sens que la sérénité commence à revenir.

Les trois blessés sont-ils prêts à renouer avec la compétition ?

Oui, j'espère pouvoir compter sur eux le 14 juin pour la réception de Saint-Helens. Mounis est un leader, Henderson est un compétiteur et Dureau, par sa vision, est un joueur de classe.

Scott Dureau peut-il retrouver son meilleur niveau ?

Il ne va pas retrouver celui qui était le sien dès son premier match. Ce que je peux vous assurer, c'est qu'il bosse très dur et que le staff travaille très dur avec lui. La vérité sera celle du terrain mais il met tous les moyens de son côté pour retrouver son niveau.

Comment appréhendez-vous le prochain déplacement à Widnes ?

C'est un match qui arrive à point nommé par rapport à la performance intéressante réalisée samedi et sur le fait que nous sommes décriés et critiqués à l'extérieur. Nous voudrons répondre et je suis pressé de voir comment les joueurs vont répondre.

Comment supportez-vous la pression actuelle ?

En ce qui me concerne, je travaille dans l'intérêt de l'équipe et du club. Il faut être professionnel et voir l'intérêt de l'équipe en premier avant de voir le sien. Après, les décideurs feront ce qu'ils ont à faire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons : en piste pour la phase retour

 

Publié le 30/05/2014 à 07:55201405301271-full.jpg

Dragons : en piste pour la phase retour

zoom.png

Les Dragons débutent la phase retour de la Super League avec un déplacement prévu ce soir (21 heures) à Widnes. Les Catalans, toujours neuvième sont l'occasion de rejoindre leurs adversaires du jour au classement en cas de victoire. Victorieux de Bradford (46-4) samedi dernier, les Dracs sont toujours confrontés au même problème. Sont-ils capables de soigner la performance et de ramener les deux points d'Angleterre. Il faut dire que cette saison ce n'est que contre la lanterne rouge, les Broncos de Londres que les Dragons ont réussi à s'imposer outre-Manche. Si chacun avance ses théories, le problème est le même, Laurent Frayssinous, le coach des Catalans avance ses pions : «Nous sommes souvent décriés en Angleterre, il faut dire que l'on ne revient pas souvent avec de belles performances. Nous avons échangé avec les joueurs toute la semaine et je pense qu'ils veulent répondre sur le terrain aux critiques. À eux de faire le nécessaire, même si contre Widnes ça ne va pas être aisé, tant cette équipe anglaise se montre solide et très difficile à manœuvrer chez elle, sur sa pelouse synthétique.»

Pour ce déplacement, l'encadrement récupère son vice-capitaine, Jason Baitieri, puni la semaine passée. Seuls Henderson, Mounis et Dureau occupent à ce jour l'infirmerie, trois joueurs prévus pour le prochain rendez-vous, le 14 juin à Perpignan face à Saint-Helens. En effet, les Dragons seront au repos la semaine prochaine, quart de finale de Cup oblige.

En attendant une pause méritée, les entraîneurs espèrent avoir suffisamment sensibilisé leurs protégés sur l'importance de cette rencontre contre Widnes et cette possibilité d'intégrer enfin le Top 8 de la compétition.

Marlyne Marmod ladepeche.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 10/06/2014 à 11:22:00lequipe.fr  
Rugby à XIII Les Dragons Catalans fêtent le Tour
 
Le Tour de France 2014 s’élancera le 5 juillet depuis Leeds, en Angleterre. Une semaine avant le départ, le 29 juin, les Dragons Catalans, franchise française évoluant en Super League britannique, joueront justement à Leeds, au Headingley Carnegie stadium. Pour commémorer le premier départ de la Grande boucle depuis le Yorkshire, les deux clubs ont eu l’idée, avec le soutien de leur équipementier commun, ISC, de disputer la rencontre avec des maillots "collector" rendant hommage au Tour.

Les Dragons joueront ainsi avec un magnifique maillot à pois rouges, tandis que Leeds, vainqueur de la Super League en 2012 et actuellement deuxième du classement, arborera la tunique jaune du leader de l’épreuve. Cette opération baptisée "Tour de Force", permettra non seulement de faire un clin d’œil original à la plus célèbre des courses cyclistes, mais d’aider également la recherche contre le cancer, grâce aux fonds recueillis par la vente des maillots originaux. Ce match de la dix-huitième journée de Super League lancera une semaine de festivités, organisée à Leeds avant le départ du Tour de France.
 

G.N.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très belle initiative des deux clubs, et je trouve les deux maillots du plus bel effet . :biggrin: 

 

 

 

 

 

 

 

A+Eric71. :good:  :good: 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dragons Catalans : Thomas Bosc a tapé dans le 1000 !

Vendredi 20 juin 2014 à 19h33
Le joueur des Dragons Catalans a réalisé l'exploit samedi dernier de passer la barre des mille points inscrits en Super League. L'occasion de faire le point sur une magnifique carrière et une vraie histoire d'amour entre un joueur et son club avant le match des Dragons contre Hull FC (ce samedi 18 heures)

Thomas Bosc, joueur des Dragons Catalans  © Radio France - Cyrille Manière

Et si les Dragons avaient un visage ? Les traits de Thomas Bosc pourraient largement être repris pour le dessiner. Un immense fidéle à l'humilité démesurée. Rien que l'évocation de l'immense performance de la barre des mille points franchis en Super league lui déclencherait un sourire presque gêné. Cet essai a fait lever Brutus contre Saint-Helens tant la portée était grande. Plus que la grandeur du record, "l'anecdote" permet de mettre sur le devant de la scène ce fidèle de la première heure des Dragons.

spacer.png

Thomas Bosc : "cet essai résume ma carrière"  

 

Le football a été sa première passion. Bien sûr, très vite le rugby est arrivé que ce soit au collège à Saint-Estève ou en sport-études au lycée à Carcassonne. Le rugby ne l'a plus lâché. "J'ai ensuite eu la chance de pouvoir intégrer l'UTC. J'ai un peu suivi tout ce qui pouvait l'être dans le rugby à XIII puis les Dragons sont arrivés, ce qui a été une chance. Mais, à la base, c'est clair, je ne pensais vraiment pas faire une carrière de professionnel dans le rugby à XIII".

"Quand j'étais petit, je voulais faire du foot"

 

Thomas Bosc, joueur des Dragons catalans  © Radio France - Cyrille Manière

spacer.png

Thomas Bosc : "je suis content de ma carrière"  

 

Si Thomas Bosc ne rêvait pas de carrière professionnelle à XIII c'est tout simplement que l'exemple de proximité n'était pas là. Tout l'inverse d'aujourd'hui. Il sait que les Dragons font rêver les petits treizistes, ce qui leur donnent le devoir d'être exemplaires !

spacer.png

Thomas Bosc : "on doit servir d'exemple"  

 

 

 

Qu'est ce qui fait avancer Thomas Bosc ? La gloire ? sûrement pas ! S'il se souviendra toute sa vie de cet essai qui lui a fait passer la barre des mille points, il a du mal à se rappeler des grands moments personnels en Super league. Il reste surtout fier d'avoir franchi cette barre par le biais d'un essai et non d'un coup de pied. "Les supporters pourraient même croire que j'ai fait exprès de manquer mes coups de pied avant d'inscrire l'essai des mille points" sourit-il.

Ses premiers points ? Ses plus beaux points ? Thomas Bosc fouille dans sa mémoire..

spacer.png

Les souvenirs de Thomas Bosc

 

Une nouvelle fois Thomas Bosc va revêtir le maillot des Dragons ce samedi contre Hull FC. Ce maillot collé au corps et au coeur qui lui sert de moteur. Des pénalités, des essais, il en marquera d'autres car l'aventure est loin d'être terminée !

Thomas Bosc avant Dragons - Hull FC

Une semaine après l'éclatante victoire des dracs contre Saint-Helens, il va falloir confirmer contre Hull FC. Les Catalans ont l'occasion de distancer quelques concurrents à la qualification et de rester au contact des six premiers du classement. Pour cela, il faudra bien sûr rééditer la performance de samedi dernier. Les dracs espèrent aussi enfin vaincre cette équipe de Hull FC qui a pris le visage de la bête noire des catalans depuis un an.

spacer.png

Thomas Bosc : "A nous de les contrer rapidement"  

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est bien parti, même si Hull FC vient de marquer deux essais ! ....

 

 

 

 

 

 

A+Eric71.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons Catalans : Dureau finira la saison aux Sydney Roosters

Le 25 juin à 13h13 par Bruno Onteniente lindependant.fr

dureau_429546_516x343.jpg?v=1

Scott Dureau refoulera bien un terrain de rugby en 2014. Mais ce ne sera pas en Super League. En effet, le demi de mêlée des Dragons Catalans a été prêté aux Sydney Roosters jusqu'à la fin de la saison. 

Victime d'une rupture du tendon du biceps en février dernier, le meneur de jeu a été "mis au repos" par le staff perpignanais, qui s'est d'ailleurs attaché les services d'un joker (Sam Williams) pour le remplacer. L'objectif : que Dureau soit opérationnel pour sa dernière année de contrat (2015). 

 

Mais l'Australien avait envie de rejouer au plus vite. Et son agent (David Riolo) a activé les pistes. Et si quelques sources l'annonçait du côté de Hull FC, Trent Robinson, son ancien coach aux Dragons et désormais à la tête des Roosters, s'est jeté sur l'occasion. Une opportunité en or pour Dureau qui retrouve donc la NRL, son mentor, mais aussi son ancien capitaine Rémi Casty.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le bon coup des Dragons Catalans

 

Publié le 23/06/2014 à 07:50201406231246-full.jpg

Le bon coup des Dragons Catalans

zoom.png

Les Dragons ont réussi leur coup en prenant le dessus sur un adversaire direct pour la qualification.

Mais les Catalans se sont compliqués la tâche, ne parvenant pas après la pause à asseoir leur domination.

En effet, sous la chaleur, les Dragons prennent très vite la tête des opérations et du tableau d'affichage avec deux essais signés Escaré et Oldfield. Juste avant la pause, Garcia en force permet aux Dragons de mener 16 à 4.

Mais les Dracs commencent ensuite à se montrer maladroits. Il faut dire que l'équipe a été rajeunie au dernier moment avec les forfaits de Paea, Elima et Anderson blessé pendant l'échauffement.

Ce match a aussi été l'occasion de voir à l'œuvre Sam Williams, la dernière recrue de l'équipe. L'Australien n'a joué que quinze petites minutes et au talonnage, un poste inhabituel.

Les Dragons ont donc joué à se faire peur. Mais Laurent Frayssinous a donc fait part de son sentiment partagé à l'issue des débats : «L'objectif était les deux points, c'est fait. Maintenant je ne vais pas faire la fine bouche non plus on a pris 19 points sur les 24 possibles lors des douze dernières journées. Mais c'est vrai que nous avons déjoué pendant les vingt-cinq dernières minutes. Je viens de dire aux joueurs que c'était dommage, car on s'est mis le feu tout seul».

L'encadrement devrait récupérer Elima et Paea dimanche prochain à Leeds avec un point d'interrogation pour Louis Anderson. Par contre Pélissier reviendra dans le groupe après avoir purgé son match de suspension. Pour coach Frayssinous il y aura un gros coup à faire : «Nous n'avons jamais gagné à Leeds mais cette équipe peut entrer dans l'histoire, je crois qu'ils sont capables de le faire, nous partirons en tout cas avec cet état d'esprit».

Les Dragons, toujours septièmes, possèdent désormais cinq points d'avance sur Hull FC à dix journées de la fin de la phase régulière.

Dragons 20- Hull FC 16

9884 spectateurs; arbitre : Phil Bentham.

MT : 16-4.

Pour les Dragons : 5 essais Escaré (12) Oldfield (17) Garcia (37) Millard (46, 59), 2 T Bosc (13, 38).

Pour Hull FC : 3 essais Ellis (35), Yeaman (61), Shaul (64), 2 transformations Rankin (62, 65).

DRAGONS. Escaré - Oldfield, Pomeroy, Duport, Millard - (o) Pryce, (m) Bosc - Simon, Henderson, Lima - Taia, Whitehead - Baitieri. Sont entrés : Mounis, Bousquet, Garcia, Williams.

Marlyne Marmod  ladepeche.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Leeds vs Dragons : le groupe des 19

datPhoto1_53ad663316023_.jpg
Leeds vs Dragons : le groupe des 19

Laurent Frayssinous a dévoilé le groupe des 19 joueurs qui prépareront le déplacement à Leeds ce dimanche 29 Juin à 16h au Headingley Carnegie Stadium, match pour le compte de la 18ème journée de Super League.

Les Dragons, qui restent sur une série de 5 matchs sans défaite comptent bien mettre fin à 9 saisons sans victoire à Leeds. En effet, Headingley reste le seul stade de Super League sur lequel les Dragons ne se sont jamais imposés depuis leur entrée en compétition en 2006.

Le staff catalan peut compter sur les retours d'Olivier Elima et Louis Anderson après leurs blessures et sur Eloi Pelissier ayant purgé son match de suspension. Thomas Bosc pour sa part étant laissé au repos.

Le match sera à suivre en direct sur France Bleu Roussillon.

 

Le groupe des 19

2 Morgan Escaré
3 Leon Pryce
4 Ben Pomeroy
5 Michael Oldfield
8 Olivier Elima
9 Ian Henderson
10 Jeff Lima
11 Zeb Taia
12 Louis Anderson
13 Greg Mounis
16 Eloi Pelissier
17 Elliott Whitehead
18 Daryl Millard
21 Julian Bousquet
24 Jason Baitieri
25 Vincent Duport
26 Damien Cardace
29 Benjamin Garcia
34 Sam Williams

 

catalansdragons.com

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut éspérer une première victoire, contre les Rhinos de Leeds pour les Dragons Catalans .

 

 

 

 

 

 

 

 

A+Eric71. :biggrin: :biggrin:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Défaite cruelle pour les Dragons

 

datPhoto1_53b035fdb0bb4_.jpg
Défaite cruelle pour les Dragons

Leeds Rhinos (14) 32
T : Ryan Hall, Ben Jones-Bishop, Josh Walters, Joel Moon 2, Carl Ablett
G : Liam Sutcliffe 4
DG :

Dragons Catalans (20) 31
T : Morgan Escaré, Zeb Taia 2, Eloi Pelissier, Daryl Millard
G : Sam Williams 5
DG : Morgan Escaré

 

Les Dragons peuvent avoir des regrets suite à leur défaite 32 à 31 sur la pelouse de Leeds. Les hommes de Laurent Frayssinous ne sont jamais passés aussi près d’une victoire au Headingley Stadium et devront encore patienter avant de décrocher leur premier succès de leur histoire sur la pelouse des Rhinos. La victoire semblait acquise suite au drop de Morgan Escaré dans les dernières minutes du match mais une ultime pénalité de Sutcliffe après la corne privait les Catalans de l’exploit.

 

Les Dragons rentraient rapidement dans le vif du sujet et trouvaient la solution sur leur première action, Morgan Escaré ouvrant la marque après deux minutes de jeu suite à un bon travail de Leon Pryce.

Mais les Rhinos concrétisaient un temps fort par l’intermédiaire de Ryan Hall après 9 minutes de jeu.

Sam Williams donnait un peu d’air aux Catalans peu après le quart d’heure de jeu en réussissant sa tentative de pénalité mais un contre assassin de 90 mètres de Ben Jones-Bishop permettaient aux Rhinos de revenir à égalité.

Sam Williams était à nouveau décisif en envoyant Zeb Taia à l’essai après 23 minutes puis Eloi Pelissier à la demi-heure de jeu. Mais les Dragons, irréprochables jusqu’à présent, laissaient Leeds recoller au score peu avant la mi-temps en enchaînant fautes et erreurs. Une occasion que les Rhinos ne laissaient pas filer en rajoutant un essai à deux minutes de la pause signé Josh Walters.

Les Catalans attaquaient fort la deuxième période et étaient récompensés de leurs efforts grâce à un nouvel essai, en force, de Zeb Taia.

Mais Joel Moon puis Carl Ablett sanctionnaient l’indiscipline catalane en rajoutant deux essais, permettant aux Rhinos de revenir à égalité à l’heure de jeu.

Leeds prenait l’avantage pour la première fois du match à un quart d’heure de la fin suite à une interception de Joel Moon sur une passe sautée de Leon Pryce mais l’ouvreur catalan se rachetait à 10 minutes de la fin en envoyant Daryl Millard à l’essai.

Morgan Escaré réussissait sa tentative de drop à 3 minutes de la fin mais Sutcliffe, malheureux dans son jeu au pied aujourd’hui, offrait la victoire aux siens après la corne en réussissant sa pénalité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons : Leon Pryce en partance vers Hull FC

Le 01 juillet à 6h00 par B. O. lindependant.fr

leon-pryce-en-partance-vers-hull-fc_4318

En fin de contrat avec les Dragons Catalans, Leon Pryce devrait s'engager avec le club de Hull FC. Le demi d'ouverture évolue depuis novembre 2010 au sein de la franchise roussillonnaise.

Le club confirme le départ de Leon Pryce à Hull FC à la fin de la saison 2014. Le demi d’ouverture anglais, arrivé à Perpignan en 2012, a disputé 68 matchs de Super League et inscrit 15 essais sous le maillot catalan.

 

« J’ai réellement aimé mes trois années en France, ça a été une expérience fantastique. Je voudrais remercier les supporters catalans pour leur soutien. Je tiens maintenant à terminer cette saison en beauté avec l’équipe. » déclarait Leon Pryce.

Agé de 32 ans, il entamera l’an prochain sa 18ème saison de Super League. Auteur de 165 essais en 392 matchs de Super League avec Bradford, Saint-Helens puis les Dragons, il possède l’un des plus beau palmarès de la compétition, ayant remporté quatre fois la Super League, cinq fois la Challenge Cup et quatre World Club Challenge. L’ancien international britannique poursuivra donc sa carrière dans son pays natal.

« Leon a fait franchir à l’équipe un nouveau palier depuis son arrivée et durant les moments difficiles au cours des dernières saisons, il a toujours amené à l’équipe ses qualités, son esprit de compétition et son sens du travail. Il a su partager son expérience avec les nombreux jeunes joueurs dans le groupe. » déclarait Laurent Frayssinous, l’entraîneur catalan avant de conclure : « Il sera toujours le bienvenue dans le sud de la France et je souhaite à Leon, sa femme Carly et ses enfants William et Lily beaucoup de bonheur dans leur nouveau challenge. » « Leon a passé trois saisons aux Dragons et restera parmi les grands joueurs qui auront marqué l’histoire de notre club. Nous lui souhaitons le meilleur pour la suite de sa prestigieuse carrière. Merci Leon ! » ajoutait le Directeur Général du club Christophe Jouffret.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons Catalans: Pryce parti, les grandes manoeuvres commencent à la charnière pour 2015

Le 02 juillet à 01h06 par M. T. lindependant.fr

leon-pryce-partant-pour-hull-fc-qui-prenLeon Pryce partant pour Hull FC, qui prendra l'ouverture en 2015 aux Dragons Catalans?

Le départ de Leon Pryce a sonné le début des grandes manœuvres côté catalan en vue de la saison 2015. Et si le recrutement progresse naturellement au compte-gouttes (prolongation d’Eloi Pélissier, arrivée imminente de Willie Tonga), la perte de “King Leon” est synonyme de possible remaniement à la charnière.

Seules certitudes : Scott Dureau, prêté aux Sydney Roosters jusqu’à la fin de la saison, bénéficie d’une dernière année de contrat. Sauf revirement de situation, le demi australien sera toujours Catalan en 2015. Reste à savoir s’il retrouvera son niveau de jeu et, de fait, une place de titulaire à la mêlée. Dans le cas contraire, et comme cette saison, il lui faudra trouver un remplaçant. Qui pourrait bien être Sam Williams.

 

Enrôlé jusqu’à la fin de l’exercice, l’ancien demi des Dragons de Saint-George/Illawarra dispose d’une option pour la saison prochaine. Et s’il réédite le même type de performance que face à Leeds (deux passes décisives, 5/6 dans les tirs au but), les Dragons pourraient bien être tentés de la lever.

Dernier larron, Thomas Bosc. En fin de contrat, le demi historique de la franchise catalane a toujours su tirer son épingle du jeu malgré une rude concurrence et des dirigeants pas toujours tendres avec lui. L’étiquette de “joueur français de Super League” plaide également en sa faveur. Un élément qui symbolise parfaitement le choix qui se présente aux Dragons : soit partir sur un nouveau cycle. Soit faire confiance aux hommes de la maison. Réponse ces prochaines semaines.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons Catalans : "un esprit conquérant" pour Thomas Bosc

Le 01 août à 6h00 par M. T. lindependant.fr

bosc-la-coupure-m-a-fait-du-bien_442167_Bosc : "La coupure m'a fait du bien". PHOTO/Photo Michel Clementz

Après cinq matches au placard, Thomas Bosc revient à la mêlée.

L'arrivée de Sam Williams a fait un malheureux : Thomas Bosc. Un peu cruel, en fait, de mettre 'Bosco' au placard, notamment après le succès-référence face à Saint-Helens (42-0), la victoire face à Hull FC (20-16), et cette barre mythique des 1 000 points inscrits enfin franchie qui font de lui le meilleur marqueur de l'histoire des Dragons Catalans.

D'où cet enchevêtrement de sentiments : "Il y a un peu de tout : de l'amertume parce que tu ne joues pas, confie-t-il. Je suis professionnel, c'est mon job et quand tu ne joues pas, tu es toujours en colère. Mais je sais aussi que ça m'a fait du bien, pour le corps, les jambes et la tête aussi. J'arrive vraiment avec un esprit conquérant".

Laurent Frayssinous avait annoncé vouloir se faire une idée bien précise du potentiel de Sam Williams (le joker de Scott Dureau) avant les play-off. Il est aussi resté fidèle à sa ligne de conduite en disant que 'Bosco' aurait de nouveau une chance. Thomas Bosc également.

Surtout que le moment semble propice à son retour : "A Huddersfield, j'ai senti un groupe vexé. Mais ce n'est pas à ce moment-là de la saison qu'il faut craquer. On a la chance de recevoir Warrington, ça fait partie des grosses équipes et de celles qu'on risque de rencontrer en play-off. On a la chance de pouvoir rebondir vite. Pour moi aussi, ça va être un bon test. A moi de prouver de quoi je suis capable".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons Catalans : un seul chemin mène à Brutus

Le 01 août à 6h00 par Matthieu Terrats lindependant.fr

a-l-aller-le-bondissant-michael-oldfieldA l'aller, le bondissant Michael Oldfield et les Dragons avaient baissé pavillon 42-10. PHOTO/Photo Varley Agency

Pour entretenir l'infime espoir de recevoir en play-off, les Dragons doivent l'emporter ce soir face à Warrington (21 h à Brutus), 5e et demi-finaliste de la Cup. Un match à quitte ou double.

Un pari osé que de prendre la route un week-end de chassé-croisé. Certes, quelques fois, ça passe. Crème. Limpide. Mais au moindre virage le rêve peut se transformer en cauchemar. Et tous les étés, c'est la même histoire. Ainsi roule également la Super League, compétition imprévisible par définition. Un shoot d'adrénaline pour les bookmakers outre-Manche. A vous en dissuader Bison Futé de se lancer dans une prédiction quelle qu'elle soit.

 

Tant le schmilblik constitue un casse-tête insoluble pour les techniciens de tout bord. Y compris ceux des Dragons. Ceux-là mêmes qui passent du rouge au vert depuis le début de la saison estivale entre la sortie ratée face à Wigan (16-37), le sandwich au Chat Sauvage englouti sur le bord de l'autoroute (40-6 face à Wakefield) et la surchauffe du côté d'Huddersfield (16-38). Sauf que le temps et le kilométrage ont fait leur œuvre.

Et à cinq journées du rétrécissement de la chaussée (les play-off), les Dracs (7e) ont pris du retard sur leur carnet de route, sensé les mener à une rencontre de phase finale à domicile. "Mais c'est encore possible", lâche le capitaine Greg Mounis, de retour après deux matches de suspension. "Il faut tout simplement qu'on gagne tous les matches. La semaine dernière, ça a été difficile, on a dérapé. Mais recevoir Warrington, c'est une chance pour nous. Il faut vite rectifier le tir".

  • Frayssinous : "Pas le droit à l'erreur"

Cinq jours seulement après s'être embourbés dans les bouchons du berceau treiziste, les Dragons se sont attachés à recharger les batteries. Ainsi, Lima, Pomeroy, Pryce et Millard ont été préservés lors de la séance mardi. Et Thomas Bosc, titulaire pour la première fois depuis cinq matches (lire par ailleurs), doit apporter un peu d'huile au moteur catalan. "On veut une réaction par rapport à la performance de dimanche dernier, très décevante et frustrante, justifie le coach Laurent Frayssinous. On a envie de rebondir. En même temps, on n'a pas le droit à l'erreur, comme c'était le cas à Huddersfield et comme ce sera le cas à Salford (le 15 août)".

Mis en place 'bidon' Et la traversée nocturne de l'avenue de l'Aérodrome s'annonce torride. Car s'ils s'inclinent, les Dragons verront la barrière du péage 'play-off à domicile' se refermer sous leur nez. S'ils perdent, de leur côté, les Wolves se lanceront sur la route de la demi-finale de Cup (face à Leeds, samedi prochain), avec trois défaites consécutives et de nombreux doutes dans le coffre.

Une équipe de Warrington qui navigue clairement à vue. "Connaissant Tony Smith (le coach adverse, ndlr), tout ça, c'est du bla-bla", assure Frayssinous. "Au-delà de Warrington, je veux qu'on construise quelque chose pour les play-off. Un, je veux qu'on les fasse. Et deux, je ne veux pas qu'on soit juste là pour faire le nombre. Car on a prouvé qu'on était capable d'exploits lorsqu'on était sur la même longueur d'ondes. Il y a des signes qui ne trompent pas".

Et qu'importe un mercure prêt à plafonner ou une pression maximale, le coach met tout en œuvre pour tenir le cap. Son cap. Comme en atteste cette mise en place 'bidon', hier matin à Brutus. Avec un XIII de départ aligné en début de séance pour tromper la presse - ses lecteurs donc - et des Wolves sevrés de succès. Car ce soir, tout est permis. Excès de vitesse et bouchons compris.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons se sont noyés

Battus à domicile par Warrington (24-26) dans des conditions difficiles, les Dragons Catalans ont mesuré l'écart qui les sépare des meilleurs.

 

L’orage qui s’est abattu sur Perpignan vendredi soir, juste avant le coup d’envoi a littéralement douché l’enthousiasme et l’entrain d’une équipe catalane qui voulait battre Warrington pour s’étalonner aux favoris de la Super League en vue des play-offs. Le ballon et la pelouse, glissants, ont tempéré les ardeurs des joueurs catalans, contraints à de trop nombreuses fautes, pour espérer bousculer des Wolves bien plus maîtres de leur jeu et plus posés que les locaux.

Il fallut une période aux coéquipiers de Jason Baitieri pour retrouver enfin un esprit d’initiative trop jugulé en première mi-temps. Menés à la pause (12-6), ils démontrèrent alors une envie prometteuse. Mais à chaque essai catalan répliquait une réalisation anglaise. Le triplé du centre australien des Dragons Michael Oldfield ne suffisait pas à empêcher Warrington de s’imposer au final. Le coup de poignard décisif était porté par Joël Monaghan (65e), qui remportait ainsi son face-à-face avec Morgan Escaré dans le duel à distance que les deux hommes se livrent pour le titre de meilleur réalisateur de la saison.

La semaine de repos imposée par les demi-finales de la Cup, pour lesquelles sont qualifiés les Loups de Warrington, va faire du bien aux organismes d’une équipe perpignanaise redescendue de son petit nuage samedi soir. Le sang-froid de Warrington, et le réalisme de ses attaquants, est une leçon que les Dragons devront méditer s’ils veulent avoir une quelconque ambition lors du sprint final.

 

Gilles NAVARRO lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Examen réussi pour les Dragons

Le 08 août à 6h00 par Bruno Onteniente lindependant.fr

andy-lindlay-et-stu-barrow-les-deux-reprAndy Lindlay et Stu Barrow, les deux représentants de la Super League, avec leurs douze "élèves". PHOTO/Photos Michel Clementz

Les Dragons n'étaient pas tous en vacances cette semaine. En effet douze joueurs ont passé un examen d'entraîneur sur quatre jours. Récit...

Pour la première fois en neuf années, la RFL a proposé aux Dragons Catalans de leur faire passer le 'UK Certificate Coach' (Level 2) sur une période de quatre jours. Douze joueurs ont très vite accepté et ont participé aux divers ateliers mêlant pratique et théorique. Barthau, Bosc, Duport, Elima, Garcia, Pala, Pélissier, Henderson, Lima, Millard, Pryce et Whitehead ont tous les douze obtenus hier leur Level 2. U

 

n diplôme qui leur permet d'entraîneur à n'importe quel niveau en France mais aussi d'encadrer les U16 ou les U19 en Angleterre et de devenir assistant-coach pour une équipe de Super League.

  • "Je vois des coaches prometteurs"

Depuis lundi et jusqu'à hier, Andy Lindlay et Stu Barrow ont évalué les joueurs après plusieurs cours théoriques. Pour Lindlay, le groupe n'a pas manqué de sérieux : "On fait ce travail dans tous les clubs de Super League chaque saison, mais c'est la première fois que l'on vient en France. Sur les joueurs présents nous avons été ravis de l'écoute et du sérieux et je vois parmi eux des coaches prometteurs. Je ne pense pas me tromper, certains sont vraiment doués".

Leon Pryce, Jeff Lima, Daryl Millard, Ian Henderson, Olivier Elima et Thomas Bosc sont plus prêts de la fin de leur carrière que du début. Une reconversion toute trouvée pour les trentenaires. Bosco a apprécié cette parenthèse à quatre journées de la fin du championnat : "C'est très intéressant, l'approche des exercices, la façon d'adapter un atelier en fonction des catégories d'âge et on apprend beaucoup aussi".

Le centre Matthias Pala, très intéressé par la préparation physique et la diététique ne regrette pas sa décision : "Ce diplôme a un coût pour nous, (250 euros), mais c'est très instructif. On apprend les bases de la discipline, des choses que l'on n'a pas forcément vue au niveau des écoles de rugby. C'est là que l'on pêche en France, en oubliant trop souvent les bases de ce sport chez les plus jeunes. J'ai vu des choses sur ces quatre jours auxquelles je n'avais jamais songé".

Même son de cloche pour Eloi Pélissier qui va prendre en charge cette saison une équipe de Fédérale (Fenouillèdes) : "Nous avons été évalués mardi et aujourd'hui (hier) par groupe de deux avec des ateliers à mettre en place pour les autres joueurs. L'opportunité était très belle de passer ce diplôme sur quatre jours".

La formation de 32 heures dispensée par les deux cadres techniques Anglais est une première marche pour les douze Dragons qui pour la grande majorité n'entendent pas en rester là. Prochaine étape, le 'Level 3', obligatoire pour s'installer dans le fauteuil du coach de Super League.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII: Tous à fond en Super League !

Le 18 août à 6h00 par B. O. lindependant.fr

tous-a-fond-en-super-league_446445_516x3

Hull KR est revenu à 2 points des Dragons et de Widnes dans la course aux play-off. Devant, six équipes luttent pour le Top 4.

La Super League est vraiment une compétition à part. Impitoyable et renversante. Les deux derniers de la classe, Londres et Bradford, assurés depuis deux bons mois de descendre en Championship l'année prochaine, jouent le jeu à fond. Dimanche, les Broncos se sont payé la peau de Leeds (40-36) pendant que Bradford (34-28) anéantissait les derniers espoirs de qualification de Hull FC. Dans le même temps, Widnes, qui avait l'occasion de doubler les Dracs, s'est incliné (28-14) à Huddersfield, faisant les affaires des Catalans.

. Hull KR à 2 points

Les Robins, revenus à deux points, joueront gros le 29 août lors du derby contre Hull FC au KC Stadium. Avec une seule victoire (Wakefield) lors des cinq dernières sorties (Wigan, Huddersfield, Warrington et Salford), les Dracs sont dans l'obligation de renouer très vite avec les succès. L'encadrement a donc décidé de ne pas lâcher la bride.

Pas de vacances pour les 'sang et or' cette semaine contrairement à leurs adversaires, mais quatre entraînements terrain d'ici samedi et ce à partir de 9 h pour tout l'effectif. Hull KR et Salford n'ont pas leur destin entre leurs mains, contrairement à des Dragons sous pression.

Lesquels ne peuvent plus nier la situation préoccupante, ni la réalité des faits qui démontre cette année encore que pendant l'été rien ne va plus avenue de l'Aérodrome.

Devant non plus, rien n'est acquis. Saint-Helens, avec trois points d'avance, doit encore assurer face à Leeds, Warrington et Huddersfield. Derrière les Saints, on retrouve Wigan à trois points, puis quatre formations à une petite longueur. Du jamais vu.

La dernière édition de la Super League avec quatorze franchises est la plus indécise des 19 éditions. Difficile de sortir deux favoris pour Old Trafford parmi les six cadors. Mais le principal enseignement de la saison est bien que les Dragons ont marqué le pas face aux Top 6.

Eux qui pointent déjà à neuf longueurs du 6e, et qui avaient pour ambition de s'asseoir à la table du quatuor de tête il n'y a pas si longtemps. Pour le troisième ligne 'sang et or', Greg Mounis : "A nous de prendre nos responsabilités, il faut savoir ce que l'on veut". Pour le pilier Olivier Elima : "Il reste des gros matches à venir. On sait ce que l'on doit faire pour atteindre nos objectifs. À nous de travailler dur en conséquence". En attendant, c'est contre des Broncos vainqueurs d'un Leeds remanié que les Dracs auront l'occasion de conforter leur place le 30 août prochain à Brutus. Où seule la victoire sera belle.

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



League Express - Mon 24th July 2017

Rugby League World - August 2017