Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Philippe Barrau

Dragons Catalans saison 2014

99 posts in this topic

Dragons Catalans - William Barthau : "Je n'étais plus dans les plans"

Le 20 août à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

william-bathau-a-dispute-16-matches-en-sWilliam Bathau a disputé 16 matches en Super League depuis 2009 avec les Dragons. PHOTO/Archives Michel Clementz

William Barthau, le demi de mêlée des Dragons, vient de s'engager pour les deux prochaines saisons avec les Broncos de Londres.

Quelles sont les raisons de votre départ ? Il y a déjà l'enthousiasme de l'entraîneur des Broncos (Joey Grima) à mon égard et le peu temps de jeu dont je dispose chez les Dragons (5 matches cette saison).

Vous étiez pourtant lié avec les Dragons jusqu'à la fin de la saison 2015... C'est vrai. J'ai donc rencontré les dirigeants des Catalans pour leur demander de me libérer de ma dernière année de contrat. J'ai bien conscience que je ne suis pas un joueur de Super League à part entière et il m'était impossible de trouver un club capable de racheter ma dernière année de contrat. Les Dragons ont accepté et ça m'a permis d'avoir des contacts.

Lesquels ? Des clubs français m'ont contacté mais, par l'intermédiaire de mon agent Maxence Karoutchi, Londres s'est montré intéressé. Quand ils ont su que j'étais libre ils m'ont très vite fait une proposition intéressante.

Pourquoi ne pas avoir voulu honorer votre dernière année de contrat ? Je suis arrivé au club en 2009 et je n'ai disputé que 16 matches. Quand des joueurs qui évoluent à mon poste sont bons, il n'y a rien à dire. Mais j'estime que sur ces dernières saisons l'entraîneur pouvait faire tourner. Ça fait cinq ans que je joue essentiellement en Elite, c'est difficile de se motiver tous les dimanches. Cette année, Villeneuve qui a de gros problèmes d'effectif est arrivé en demi-finale. Heureusement qu'il y a eu la Poule des As. Je me suis régalé mais je n'ai pas envie d'avoir des regrets plus tard et je n'ai que 24 ans.

On vous sent très déçu... Après la Coupe du monde, je pensais pouvoir enchaîner et à la sortie, rien. Il y a eu l'arrivée de Sam Williams alors qu'il y avait déjà de la concurrence. A ce moment, j'ai compris que je n'étais plus dans les plans de l'équipe.

Pourquoi n'êtes-vous plus présent pendant les entraînements des Dragons ? J'ai quatre semaines de vacances. Je reprendrai les séances avec l'équipe à partir du 1er septembre. Je débuterais donc le championnat avec eux avant de rejoindre Londres le 1er novembre en fonction de l'équipe de France aussi.

Pensiez-vous légitimement avoir davantage de temps de jeu ? Oui bien entendu. Laurent Frayssinous, lors de sa première année comme entraîneur (en 2013), m'a dit après la coupe d'Europe que j'avais été très bon individuellement et qu'il fallait que je m'améliore collectivement. Il a estimé que j'avais élevé mon niveau. Mais il a ensuite préféré l'expérience de Thomas Bosc. Je comprends mais si tu ne donnes jamais la chance aux jeunes, c'est difficile d'avoir de l'expérience sans jouer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il prolonge avec les Dragons : Thomas Bosc, 100 % sang et or

Le 21 août à 6h00 par Bruno Onteniente lindependant.fr

 

les-dragons-comptent-toujours-sur-l-expeLes Dragons comptent toujours sur l'expérience de Thomas Bosc : 155 matchs de Super League. PHOTO/© D.R

Thomas Bosc et les Dracs ont trouvé un accord mercredi. Le demi de mêlée vient de prolonger son contrat. À 31 ans, le joueur se veut plus ambitieux que jamais.

Le N.6 des Dragons Thomas Bosc a prolongé, mercredi matin pour une saison supplémentaire (avec une seconde en option), l'aventure débutée en 2006 avec la franchise catalane. Approché par d'autres clubs anglais, le joueur âgé de 31 ans vivra sa dixième saison en sang et or en Super League à partir de février 2015. "Je suis très content de continuer l'aventure, dit-il. Je suis là depuis le début et ça fait toujours plaisir de prolonger l'histoire. Je me sens très bien, je suis content que l'entraîneur et le club me fassent confiance et je vais bien me préparer pour les saisons à venir".

 

Il faut dire que ce pur produit catalan, cultivé sous les travées de Saint-Estève, est sur la brèche depuis neuf ans (155 matches de Super League et 31 sélections avec le XIII de France). A trop tirer sur la corde, le corps donne des signes que le joueur appréhende dans la mesure du possible. "Après la Coupe du monde, nous avons eu quatre semaines de repos. Mais pour enchaîner derrière avec une saison de Super League, c'est difficile. Ça fait neuf saisons que je fais ça, je connais le niveau et je sais ce que ça demande physiquement et mentalement. J'espère que le repos me fera du bien pour débuter 2015 sur de bonnes bases", explique-t-il.

Guasch : "Il reviendra encore plus fort"

'Bosco' est toujours gêné par un genou qu'il ne ménage guère. Une intersaison sans compétition internationale à l'instar de Mounis et Elima devrait lui être bénéfique. "C'est un joueur du cru qui a écrit l'histoire des Dragons, précise Bernard Guasch. Il sort d'une saison difficile après une Coupe du monde éprouvante et trop de saisons enchaînées sans véritable repos. Je suis persuadé qu'il reviendra encore plus fort la saison prochaine".

Un avis partagé par son entraîneur Laurent Frayssinous. "C'est un joueur très important pour le club, souligne le technicien. Quand tu as un tel élément dans tes 25, tu ne peux être que satisfait. Avec son expérience, c'est un joueur qui va amener aux jeunes ses qualités, son envie et son professionnalisme". Laissé au repos pendant cinq longues journées, Bosc a toujours gardé le moral. Un choix assumé par Frayssinous : "L'idéal pour tout entraîneur est de posséder trois demis de qualités. Bosc, c'est neuf ans de haut niveau avec des intersaisons tronquées à chaque fois. Quand on peut se permettre de lui accorder du repos, c'est l'idéal pour qu'il finisse encore plus fort".

A l'image de la rugueuse séance collective effectuée mercredi matin à Brutus. Comme un air de mobilisation générale en vue de la dernière ligne droite. Il suffisait d'écouter Thomas Bosc : "On vient de faire la plus grosse séance de la saison en terme d'intensité et de défense. Quand on y est, on se régale. Il faut continuer comme ça avec cet esprit. Je crois sincèrement que l'on va vers de beaux jours".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dragons Catalans : Pryce mis à l'écart

Le 23 août à 19h16 par B.O. lindependant.fr

leon-pryce-s-est-vu-signifier-sa-mise-a-Leon Pryce s'est vu signifier sa mise à l'écart par Laurent Frayssinous. PHOTO/Archives Jean-Luc Bobin

Les Dragons termineront leur saison sans Leon Pryce. Le demi d’ouverture vient d’être exclu du groupe qui prépare la fin de saison.

L'Anglais s'est vu signifier vendredi soir sa mise à l'écart par Laurent Frayssinous. « J’ai envie d’avoir des garçons qui bossent les uns pour les autres », a indiqué le technicien des Dragons. 

 

Le joueur, arrivé de Saint-Helens à l'automne 2011, terminera la saison en tribune avant de rejoindre Hull FC pour deux ans. 

Ce samedi matin, le reste de l'effectif a vécu son premier entraînement sans Leon Pryce dont l'aventure en "sang et or" s'achève en queue de poisson.

C’est la paire Sam Williams - Thomas Bosc qui est amenée à finir l'exercice 2014 des Catalans qui accueilleront les London Broncos samedi prochain à Brutus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons se rassurent

Huit essais, dont un triplé réalisé par l'arrière Morgan Escaré, un seul encaissé, les Dragons ont retrouvé leur efficacité face aux London Broncos, battus 46-4. La qualification est en vue.

 

Après trois défaites consécutives, qui les ont plongés dans le doute, les Dragons Catalans ont bien réagi, samedi après-midi à Perpignan, en dominant les London Broncos (46-4). Ce succès permet à la franchise catalane de reprendre la septième place du classement provisoire, quatre points devant la première équipe non qualifiée pour les play-offs, Hull KR. C’est d’ailleurs à Hull, dimanche prochain, que l’équipe de Laurent Frayssinous tentera d’assurer sa qualification. En inscrivant huit essais face aux Londoniens, dont six avant la mi-temps (34-0 à la pause), les coéquipiers d’Olivier Elima ont retrouvé de l’efficacité en attaque. De bon augure avant la fin de saison. Trois de ces essais ont été inscrits par l’arrière catalan Morgan Escaré, qui rejoint ainsi en tête du classement des meilleurs marqueurs le centre de Warrington, Joël Monaghan, et celui des Saints de Saint Helens, Thomas Makinson, en tête jusqu’alors avec 24 essais inscrits.

 

G. N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Super League - Kevin Larroyer (ex Dragons Catalans): "Offrir autre chose aux fans" de Hull KR

Le 03 septembre à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

Après avoir été humilié lors de son derby à Hull FC, le Hull KR de Kevin Larroyer sera attendu au tournant par son entraîneur et son public dimanche (16 h) lors de la venue des Dragons Catalans.

Votre entraîneur n'a pas été tendre avec ses joueurs après le derby. Qu'a-t-il dit depuis ? Il est très embarrassé, en colère et déçu de la performance de certains joueurs. Beaucoup de fans avaient écourté leurs vacances pour assister au derby. Il est très gêné de cette défaite pour eux et en colère par rapport à des joueurs qui sont considérés comme cadres et qui n'ont pas joué leur rôle.

 

De quels joueurs parlaient-ils ? Il n'a pas nommé les joueurs mais il en a reçu en entretien individuel lundi. Il reconnaît qu'on peut perdre un match mais qu'il fallait d'abord essayer de le gagner. Ce qui n'a pas été notre cas. On a tout de même commis dix-huit fautes de main sur ce match.

Du coup, la qualification pour les play-off tient désormais du miracle... Il a précisé que mathématiquement c'était encore possible mais il a aussi souligné le fait que, dimanche face aux Dragons, c'est le dernier match à domicile. Il a mis l'accent là-dessus et demandé à ce que les sourires reviennent sur les visages pour offrir autre chose à nos fans. C'est le plus important et on verra ce qui se passe ensuite. La qualification s'est envolée bien avant à mon avis. Déjà face à Widnes, début août, on prend 28 points. Contre Wigan, on mène toute la partie et ils égalisent en toute fin de match. On s'est mangé le pain tout seul, on a trop joué avec le feu. Nous avons mis 40 points à Saint-Helens et la semaine suivante on en prend 30 à Leeds. Nous n'avons jamais été constants tout au long de la saison et aujourd'hui on le paye.

N'avez-vous pas payé cher le fait de jouer sous pression chaque week-end ? Bien sûr. Nous avons souvent joué la veille des Dragons et de Widnes. Nous avions alors l'occasion de leur mettre une grosse pression en gagnant nos matches, afin que de leur côté, ils connaissent cette pression à leur tour. Mais ça n'a jamais été le cas, à chaque fois que l'occasion s'est présentée, nous avons perdu.

Comment vous sentez-vous actuellement ? Mieux. Après mon retour de blessure j'ai eu un passage à vide, je n'étais pas satisfait de mes performances. J'avais même perdu ma place. Mais depuis deux matches le coach est content de moi. Je me sens beaucoup mieux et j'ai surtout hâte de bien finir la saison.

Pourquoi ne pas avoir décidé de terminer votre contrat chez les Dragons après cette année de prêt à Hull KR ? J'ai beaucoup discuté avec les deux entraîneurs, mais au final je suis convaincu qu'il fallait que je reste une année de plus. C'était une décision difficile à prendre, mais je n'ai que 25 ans et je veux jouer le plus possible. C'est ce qui a pesé dans la balance, cette assurance de jouer tous les dimanches. Si je me régale ici, ce n'est pas qu'une aventure sportive, c'est aussi une expérience humaine qui m'apporte tous les jours. 

 

super-league-kevin-larroyer-ex-dragons-c

Share this post


Link to post
Share on other sites


Les Dragons en play-offs
Vainqueurs à Hull face aux Robins des Kingston Rovers (32-14), les Dragons ont gagné de haut vol leur billet pour les play-offs.




Morgan Escaré a inscrit un essai pour les Dragons. (Thomas) (L'Equipe)



6cfc5.jpg



Ils l’ont fait ! Il suffisait d’une victoire à Hull pour composter leur billet pour les play-offs. Les Dragons Catalans, en s’imposant aux Robins (32-14), surnom des joueurs du Hull KR, ont rempli le contrat. Mal rentrés dans le match, encaissant un premier essai très vite de l’ailier local Liam Salter (6-0, 8e), les coéquipiers d’Olivier Elima ont eu le mérite de réagir très vite, et d’égaliser par Michaël Oldfield (14e). L’ailier australien de la franchise catalane allait être le grand bonhomme du match, inscrivant un deuxième essai qui permettait à son équipe de mener 12-10 à la pause


Un final époustouflant
La réplique des Robins ne tardait pas au retour des vestiaires, Jason Chan redonnant l’avantage aux siens (14-12, 48e). Sam Williams, le demi de mêlée « joker » australien, faisait preuve d’un grand métier pour inscrire un doublé qui soulageait des Dragons enfin virevoltants. Le final était totalement à l’avantage des attaquants catalans, qui inscrivaient trois essais en sept minutes (Oldfield, auteur d’un triplé, Williams et Morgan Escaré). La victoire et la qualification étaient au bout de l’effort. Les Dragons peuvent désormais préparer sereinement les phases finales. Ils en termineront d’abord avec la phase de poule, en recevant Castleford, samedi à Gilbert-Brutus, avant de se concentrer sur leur voyage du premier tour des play-offs, qui les emmènera en Angleterre. L’objectif de la saison rempli, l’équipe de Laurent Frayssinous est prête à démarrer une nouvelle compétition dans la peau d’un outsider qui n’a rien à perdre. Et qui sait ?

G.N.lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII -Super League : Un joker devenu Dragon

Le 11 septembre à 6h00 par Bruno Onteniente lindependant.fr

sam-williams-a-inscrit-deux-essais-a-hulSam Williams a inscrit deux essais à Hull KR. PHOTO/Michel Clementz

Arrivé à la surprise générale début juin chez les Dragons, Sam Williams s'est très vite fait sa place. L'Australien devrait disputer son dernier match à Brutus samedi face à Castleford.

Sam qui ? Ne remplace pas Scott Dureau qui veut. Arrivé incognito chez les Dragons, début juin, Sam Williams n'a mis que trois mois pour endosser le rôle de meneur de jeu. A 23 ans, le demi de mêlée australien en provenance des 'Dragons' de Saint-George Illawarra incarne aujourd'hui une alternative sérieuse à Dureau, parti depuis aux Antipodes. "Au fur et à mesure des semaines, je pense qu'il a trouvé sa place au sein du collectif. Collectivement il est très bien maintenant", juge Laurent Frayssinous qui compte sur son joueur pour dynamiser le jeu de l'équipe. "Il faut qu'il reste ce danger individuel. C'est quelque chose qu'il a commencé à montrer à Hull", poursuit le coach roussillonnais. Alors, Sam Williams est-il le nouveau Scott Dureau ? Pas forcément avance le technicien des Dracs : "Ce n'est pas le nouveau Scott mais c'est un joueur très intelligent. En défense, c'est quelqu'un qui ne fait pas d'erreur et qui met son corps devant".

  •  "Fier d'avoir fait ce choix"

Plutôt rassurant tout ça à deux jours de la réception des Tigers de Castleford. L'intéressé, sourire aux lèvres, ne se met aucune pression pour sa 'der' à Brutus. En trois mois, Williams a eu le temps de découvrir la Super League mais aussi un club qui ne fait pas d'états d'âme.

La suite de sa carrière n'est pas encore tracée. "Mon agent Paul Sutton fait le travail et j'ai de bons contacts en NRL", souligne-t-il. Mais Sam Williams sait aussi très bien qu'il peut faire monter sa cote en flèche au travers de ses performances en 'sang et or'. Une seule chose obsède désormais le joueur : l'arrivée des play-off. "Je suis très excité, on travaille toute une année pour en arriver là. Pour rien au monde je ne reviendrai en arrière, je suis fier d'avoir fait ce choix de venir en France au milieu de la saison".

Si Sam Williams, auteur de deux essais personnels dimanche à Hull, a fait le jeu, il a aussi toute l'humilité et la lucidité nécessaire pour savoir que le chemin qui mène à Old Trafford est encore loin. "Il faut construire encore et gonfler la confiance avant les play-off. Ce match face à Castleford est une bonne opportunité". Le joueur n'oublie pas d'associer à sa progression son binôme Thomas Bosc avec qui "iI y a une bonne communication. J'espère que l'on va progresser encore ensemble, il le faut pour aller loin". "Forcément, on ressort du positif de nos deux seuls matches joués ensemble, on a gagné les deux", situe Thomas Bosc non sans humour. Avant de vanter sa facilité d'intégration. "Chacun se partage le jeu avec Escaré. Nous évoluons dans un jeu libre et il nous a fallu très peu de temps pour nous comprendre et nous trouver", révèle 'Bosco'.

Avec un Sam Williams qui "a prouvé qu'individuellement il pouvait faire la différence", les Dracs ont toutes les cartes en main pour avancer dans la compétition. L'examen prévu samedi (18 h) face à Castleford servira de dernier révélateur avec peut-être la 'der' de Sam Williams à Gilbert-Brutus.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Super League - plays-off : Parce que Leeds

Le 18 septembre à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

leeds-est-le-seul-endroit-de-super-leaguLeeds est le seul endroit de Super League qui a toujours résisté aux Dragons Catalans. PHOTO/Photo Michel Clementz

Leeds recevra les Dragons samedi (18 h 15) en play-off. Kevin Larroyer, Théo Fages et Jamal Fakir, qui évoluent en Angleterre, évoquent la formidable machine des Rhinos.

Si le stade d'Headingley est une citadelle imprenable pour les Dragons depuis leur entrée en Super League, la forteresse des Rhinos est beaucoup plus friable lorsque ce sont leurs rivaux anglais qui s'en approchent. Jamal Fakir par exemple a réussi à y gagner cet été avec Bradford (20-14). A l'inverse, Kevin Larroyer (Hull KR) et Théo Fages (Salford) s'y sont cassé les dents. Les trois joueurs français évoquent les Rhinos avant ce premier tour des play-off contre les Dragons.

 

Larroyer : "A la fin, c'est Leeds qui gagne"

"On perd 30 à 6 chez eux mais à l'heure de jeu il y avait encore 0-0. A ce moment du match, je vois que l'on panique. Par contre, eux n'ont jamais paniqué. Ils sont restés dans leur plan de jeu, ils ont un tel sang-froid, comme s'ils savaient que ça allait payer. Face aux Dragons, j'étais en tribune et je pensais que les Catalans allaient gagner. Mais Leeds, sans s'affoler, a avancé avant de prendre la pénalité de la gagne. C'est une équipe qui a de la bouteille. En 2012 lors des play-off, tout le monde avait enterré Leeds qui avait terminé cinquième. Mais à la fin c'est Leeds qui gagne, ils sont venus à Brutus, ils ont gagné et ils ont remporté en suivant la Super League".

Fages : "Ils sont imprévisibles"

"C'est une équipe qui est imprévisible, ça va de gauche à droite et vice versa. Ce n'est pas comme Wigan qui évolue dans un système propre, Leeds est une formation qui pratique un jeu libre. McGuire et Burrow ont l'expérience, mais ils ont aussi et surtout la vitesse. On a beau avoir de l'expérience, si on n'a pas les jambes pour avancer, ça ne sert à rien. Leeds a tout ça. Après ce n'est pas une équipe plus agressive que les autres en défense. Mais elle sait comment faire pour éviter la faute de trop et créer celles de ses adversaires".

Fakir : "Il faut les agresser"

"J'ai enfin gagné à Leeds. On avait abordé ce derby en se disant qu'il n'y avait aucune peur ni respect à avoir par rapport à eux. Ce sont des joueurs comme tout le monde et on a réussi à les surprendre par notre agressivité, celle des 17 joueurs. Leeds n'aime pas ça, ils ne sont pas habitués à se faire bousculer, surtout chez eux. Après on a joué et on a tenté avec une vision de jeu ambitieuse autour de schémas ouverts. Ça a marché".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 18/09/2014 à 15:53:00| Mis à jour le 18/09/2014 à 16:30:38
Rugby à XIII Avec Mounis à Leeds
 
Les Dragons Catalans sont prêts. Pour aller défier les Rhinos de Leeds, chez eux à Headingley, (samedi à 18h 15), et tenter de créer l’exploit du premier tour des Play-offs, les joueurs de Laurent Frayssinous devront renouveler leur performance de samedi dernier, lorsqu’ils sont venus à bout de Castleford (28-6). Efficaces en attaque, bien organisés en défense, les joueurs catalans ont réussi le match (presque) parfait. Il faudra le répéter, samedi, sur la pelouse d’une équipe qui a déjà réussi sa saison puisqu’elle a gagné la Cup en juillet dernier, et terminé la phase qualificative avec la meilleure défense de Super League (72 essais encaissés, 2,66 essais par match). Les Dragons sont loin derrière les Rhinos sur le plan défensif (120 essais encaissés, 4,44 par match, 9e défense).

Mais les chiffres ne tiennent pas compte de la forme du moment. Les Dragons restent sur trois victoires consécutives, tandis que Leeds n’a plus gagné depuis six matches et un succès à Salford (22-18) le 25 juillet dernier. Les coéquipiers de Kevin Sinfield ont enchaîné cinq défaites de rang, mais leur expérience des phases finales et des matches couperet annule le palmarès défavorable des dernières semaines. Si on y ajoute le fait que les Dragons Catalans ne sont jamais parvenus à s’imposer sur la pelouse d’Headingley depuis leur arrivée en Super League en 2006, concédant neuf défaites en autant de matches. La dixième occasion sera-t-elle la bonne ?

Pour jouer à fond leur petite chance de créer l’exploit chez une équipe qui a remporté cinq des sept derniers titres, les Dragons Catalans n’ont procédé qu’à un seul changement dans le groupe. Greg Mounis, ménagé le week-end dernier face à Castleford, prend la place de Damien Cardace.
Le groupe des 19 :
Escaré, Pomeroy, Oldfield, Bosc, Elima (cap.), Henderson, Lima, Taia, Anderson, Mounis, Maria, Pélissier, Whitehead, Millard, Bousquet, Baitieri, Duport, Garcia, Williams.
Le 1e tour des Play-offs :
Saint Helens (1er)-Castleford (4e); Wigan (2e)-Huddersfield (3e); Warrington (5e)-Widnes (8e); Leeds (6e)-Dragons Catalans (7e)

G.N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 20/09/2014 à 21:14:00| Mis à jour le 21/09/2014 à 02:00:30
Rugby à XIII
SL L'exploit des Dragons
En allant s'imposer à Leeds, à une minute de la fin (24-20), les Dragons Catalans se sont qualifiés pour le deuxième tour des play-offs de la Super League, où ils iront défier Huddersfield. Une performance incroyable.
 
 
Les Dragons Catalans l’ont fait. En allant s’imposer samedi sur la pelouse d’Headingley, à Leeds, où ils n’avaient encore jamais gagné (24-20), les joueurs catalans se sont qualifiés pour le deuxième tour des play-offs de la Super League. Tout s’est joué dans la dernière minute de la rencontre. Les Anglais, qui avaient repris l’avantage au score après un essai de leur puissant pilier Jones Buchanan (20-18, 70e), se sortaient d’une situation difficile. Ils jouaient le tenu sur leur ligne et le ballon glissait des mains du jeune Tom Briscoe. Le demi australien des Dragons Sam Williams, déjà auteur du premier essai de son équipe (27e), se saisissait du ballon pour inscrire l’essai de la victoire. Thomas Bosc transformait et les joueurs catalans pouvaient laisser exploser leur joie. Une première victoire à Leeds, un jour de play-offs, face au tenant de la Cup, le moment était historique.

Seule équipe à s’être imposée à l’extérieur, la franchise catalane va désormais se frotter à Huddersfield, vendredi prochain, pour un deuxième tour des play-offs encore très difficile. Mais avec le courage et l’abnégation dont ils ont fait preuve samedi à Leeds, les Dragons Catalans peuvent rêver poursuivre l’aventure. Sur un match, tout est permis, la preuve en a été apportée par les coéquipiers d’Olivier Elima sur la pelouse d’Headingley.

G. N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 21/09/2014 à 18:37:00| Mis à jour le 21/09/2014 à 18:38:36
Rugby à XIII
Super League Et maintenant Huddersfield !
Leur exploit de Leeds à peine digéré, les Dragons Catalans ont déjà la tête à Huddersfield, où ils joueront vendredi soir pour une place en demi-finale.

 
 
Après Headingley, le John Smith’s stadium. Les flonflons de l’exploit à Leeds tout juste dissipés des têtes catalanes, Laurent Frayssinous et son groupe regardent déjà vers le deuxième tour des play-offs, qui les emmènera à Huddersfield, vendredi soir. Encore un défi géant à relever chez les Giants, qui n’ont pas existé à Wigan, jeudi soir (57-4, 10 essais à 1 !). On imagine aisément les coéquipiers de Brent Ferres revanchards pour accueillir une équipe catalane, qui a été la seule à bousculer la hiérarchie lors du premier tour des play-offs.
 
Pour Greg Mounis, l’un des vétérans catalans, « les Dragons ont montré leur valeur à Leeds. Nous sommes prêts à aller encore plus loin, prévient-il. Nous n’avons aucune pression. Tout ce que l’on vit aujourd’hui n’est que du bonus. On se régale dans ce groupe qui n’a pas envie que l’histoire s’arrête là. »

Le président Bernard Guasch, sur le site du club, a exprimé sa satisfaction « pour le club, les joueurs et l’entraîneur, Laurent Frayssinous. Il a parfois été décrié, on a souvent dit qu’un entraîneur français, pour entraîner un club de Super League, n’était pas la bonne solution. Il a prouvé le contraire, en remotivant ses troupes après un début de saison cauchemardesque. Et prendre des décisions qui se sont avérées par la suite judicieuses. L’équipe a montré à Leeds qu’elle était solidaire, qu’elle savait se battre. Qui sait ? Les portes d’une demi-finale peuvent s’ouvrir. Et on peut rêver d’Old Trafford (la finale se jouera le 11 octobre prochain à Manchester). Tout est possible. » Les Dragons ont déjà rencontré Huddersfield en play-offs. En 2009. Olivier Elima et ses coéquipiers s’étaient imposés sur la pelouse du John Smith’s stadium (16-6). Bis repetita vendredi soir ?
A l'issue des rencontres, Saint Helens, numéro 1 de la phase qualificative, fera jouer le ? club call ? et aura la possibilité de choisir son adversaire des demi-finales parmi l'un des deux vainqueurs du deuxième tour des play-offs. Wigan, autre qualifié direct pour les demies, affrontera le vainqueur non choisi par Saint Helens.
 
Gilles NAVARRO lequipe.fr
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
L'exploit des Dragons Catalans (vidéo)

Le 21 septembre à 6h00 par A Leeds, Matthieu Terrats lindependant.fr

le-premier-succes-des-dragons-sur-la-pelLe premier succès des Dragons sur la pelouse de Leeds leur ouvre les portes d'un quart de finale de Super League. PHOTO/© D.R

Personne n'osait en rêver, les Dragons l'ont fait ! Ce samedi soir, les Catalans se sont imposés à Leeds (24-20) pour la première fois de leur histoire. Place à Huddersfield vendredi en quart de finale. 

Et Headingley s'est vidé. Comme éventré par le coup de poignard signé Sam Williams qu'il venait d'encaisser. Une estocade qui aurait eu raison de tous les taureaux du monde, même des 1 800 kilos du Diabolo record de Bernard Guasch. Tirant ainsi un trait sur la saison des Rhinos comme les Anglais ont la cynique habitude de le faire. Tournant le dos à leurs gladiateurs déchus. L'affront suprême. Une fin de cycle. A Leeds, la victoire en Cup est déjà loin. L'histoire ne retiendra que le premier succès des Dragons dans la cité du Yorkshire. Enorme !

 

Williams, ce héros

Une mise à mort orchestrée de main de maître par le demi de mêlée australien... à la 79e minute de jeu. Les Dragons achèvent alors ce qui ressemble à leur dernière chaîne de tenus. Zak Hardaker, l'arrière anglais, parvient à sortir de son en-but. Cruelle, injuste, comme d'habitude en somme, la victoire des Rhinos se dessine (20-18). Mais sous la pression, Briscoe commet un en-avant sur le tenu suivant. Williams passe par là, saisit l'opportunité et offre la qualification aux Dragons (24-20). Un final à couper le souffle... Et la chique aux supporters de Leeds, dont la sortie surréaliste fut accompagnée par des 'Catalans ! Catalans !' jouissifs qui descendaient des tribunes. Une issue inespérée au terme d'une saison où les Dragons ont flirté avec la crise, viré des joueurs, et jamais réellement convaincu. Un destin auquel encadrement, staff et joueurs ont pourtant tenté de se convaincre toute la semaine. Affichant une confiance presque déplacée au vu des trois victoires qui ont ponctué leur saison régulière (Londres, Hull KR, Castleford), et la hauteur de la montagne à laquelle ils s'attaquaient : Leeds ou le club de ces dix dernières années.

Défense héroïque

Ce samedi soir encore, les Dragons sont passés par tous leurs états : costauds dans le premier quart d'heure. Et littéralement héroïques sur le plan défensif, sous l'impulsion d'un Greg Mounis monstrueux d'abnégation. Des Catalans sereins également sur le plan mental. Refusant de s'effondrer quand Ablett déchirait le rideau tout en puissance (16e) ou quand Morgan Escaré semblait avoir commis l'irréparable avant la mi-temps. Offrant à Watkins l'occasion d'asséner un terrible coup de bambou avant-même de passer aux vestiaires (40e, 6-14). Mais les Dragons puisaient à chaque fois dans des ressources insoupçonnées pour revenir dans la rencontre. En occultant dans un premier temps les occasions ratées de la première période (percées de Taia et Williams). En revenant au score grâce au timing de Zeb Taia (46e) et à la puissance de Louis Anderson (57e), après une intense séquence de pilonnage en règle. Ne restait plus alors qu'à trouver en Sam Williams un véritable guide. Lui dont le mano a mano avec Captain Mounis était gagnant (25e). Et dont la clairvoyance à quelques secondes de la sirène permettait aux Dragons de signer cet incroyable succès à Headingley. La plus belle de leurs victoires. Celle qui fait naître les espérances les plus folles alors qu'un choc, a priori abordable, se profile à Huddersfield vendredi prochain en quart de finale. Une fin de saison qui s'annonce dans tous les cas, simplement historique.

L'arrivée des joueurs dans la nuit de samedi à dimanche au son des Segadors 

 

Les coulisses de l'exploit

Après l'euphorie déclenchée au coup de sifflet final, l'émotion est très vite redescendue chez les Dragons. A Leeds, la joie des joueurs a été contenue et mesurée.

Ils l'ont fait. Hier, les Dragons ont écrit une des plus belles pages de leur jeune histoire en faisant tomber les Rhinos chez eux. Le président Bernard Guasch n'a pas tardé à féliciter ses joueurs avec un profond soulagement : "Cette équipe est magnifiquement entrée dans l'histoire. Elle a battu une grande équipe de Leeds aujourd'hui, mais elle a aussi battu Monsieur Bentham, l'arbitre de ce match et le public". Sourire aux lèvres, le boss a savouré et, entre les vibrations incessantes de son téléphone qui a explosé sous les messages de félicitations, il a eu toute la lucidité pour analyser cette qualification. "Il a fallu être très courageux, très solidaire et il a fallu garder la tête froide pendant 80 minutes" car précise-t-il : "Leeds c'est la Mecque du rugby à XIII et je suis très heureux pour le coach Laurent Frayssinous qui a su imprimer sa personnalité, il a su frapper quand il le fallait, écarter des joueurs quand c'était nécessaire pour arriver à faire un groupe extraordinaire".

  • Garcia : "On veut aller au bout"

Le pilier Olivier Elima était sur un nuage : "On mesure à moitié ce que l'on vient de faire dans des conditions de match à l'anglaise. On n'a jamais craqué, on a poussé jusqu'au bout et ça a payé. On est content que ça nous arrive à nous, car ça arrive trop souvent aux autres". Cette fois, ce sont les Catalans qui ont exulté autour d'un capitaine Greg Mounis, élément fédérateur qui a très vite réuni ses joueurs au milieu du terrain à la fin de match. A ses côtés, le minot Ben Garcia 21 ans : "Je ne pouvais pas attendre mieux, je sais qu'il y a des joueurs qui ont attendu presque 10 ans pour voir ça et gagner à Leeds, moi j'ai cette chance de vivre ça dès ma première minute". Mais le garçon sait aussi que "ce n'est pas fini. On a gagné Leeds, mais on veut aller au bout. Ce n'est qu'un match et d'autres tours nous attendent". Hier, même sous pression le groupe a fait bloc. A l'image d'Eloi Pélissier, pas peu fier d'avoir participé à l'événement : "C'est un sentiment énorme. A la fin on n'y croyait presque plus mais on l'a fait. On était vraiment prêt pour ce défi avec 17 guerriers. Avec des Mounis et des Anderson qui sont passés devant, on a réussi l'exploit".

A Leeds, Bruno Onteniente

Share this post


Link to post
Share on other sites
Play-off : pas de sanction contre les Dragons

Le 22 septembre à 17h37 par M. T. lindependant.fr

play-off-pas-de-sanction-contre-les-drag

Avec les noms du trois-quarts centre Vincent Duport et de l'avant Louis Anderson, couchés sur le rapport arbitral du match face à Leeds (24-20), les Dragons redoutaient un retour de bâton en termes de sanctions. D'autant que les faits de jeu pointés du doigt ont été vivement critiqués par l'entraîneur des Rhinos, Brian McDermott. Et que la "victime" des perpignanais n'était autre que Kevin Sinfield "himself" : la star du rugby à XIII anglais, anobli par la reine et tout ce qui va avec.

Mais le verdict est tombé. Et comme tout semble sourire aux Dracs en ce moment, les deux joueurs ont été épargnés d'une quelconque suspension. Résultat : Duport et Anderson postulent pour le quart de finale à Huddersfield, vendredi soir (21 h). 

 

Tout comme l'ensemble des joueurs des quatre équipes concernées, puisqu'aucun d'entre eux ne sera auditionné par la commission de discipline ce mardi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII : Sergent Garcia, coeur de Dragon

Le 24 septembre à 6h00 par Matthieu Terrats lindependant.fr

sergent-garcia_457908_516x343.jpg?v=1A Leeds, Benjamin Garcia a plaqué à 29 reprises pour un seul plaquage manqué. PHOTO/Archives L'Indépendant / Michel Clementz

L'Australie, le XIII de France, la Super League et un quart de finale vendredi à Huddersfield : à 21 ans, le 3e ligne Benjamin Garcia a déjà presque tout connu. Lui, la révélation de l'année du côté des Dragons.

Mardi, 11 h 30, stade Gilbert-Brutus. Les Dragons ont fini leur séance collective. Sous la houlette du préparateur physique Fred Marcerou, Eloi Pélissier et Antoni Maria font durer le plaisir. Et avec eux Benjamin Garcia. Casquette vissée sur la tête, sourire aux lèvres, 'Ben' enchaîne les deux contre un. Et prend le temps d'échanger avec les supporters avant de gagner le vestiaire pour le repos du guerrier. Comme d'habitude. Et surtout rien à voir avec ce qu'il est sur un terrain : dur, puissant, intransigeant en défense, soit un soldat fondu dans le moule des Greg Mounis et autres Baitieri.

 

  • D'Apt à Brisbane

Garcia ou un sergent dont la rigueur militaire a bouleversé la hiérarchie à ce poste de pilier déguisé en troisième ligne, dévolu jusque-là au co-capitaine franco-australien. Alors qu'il ne faisait même pas partie de l'escadron Super League en début d'année. Un joueur de devoir qui a emprunté les tranchées les plus difficiles : l'exil en Australie ou la légion étrangère du treiziste. A 18 ans à peine. Boosté au manque de considération qui frappe les jeunes pousses forgées à Apt, dans l'ombre du Grand Avignon. Le début d'une drôle aventure, son paquetage sur le dos, avec pour seul contact à l'autre bout du monde un certain Laurent Garnier : "Je voulais donner à des jeunes la chance de vivre l'expérience à laquelle je n'ai jamais eu droit, mais en même temps, je ne voulais pas passer pour un rigolo, raconte l'actuel entraîneur de l'AS Carcassonne à l'époque pierre angulaire des Wynnum Seagulls (réserve des Brisbane Broncos). Il y a donc eu une quinzaine de candidats au total, mais seulement quatre prétendants sérieux. Je voulais quelqu'un de techniquement OK et de très fort mentalement. Quelqu'un prêt à se sacrifier, et à bosser comme un fou". Voilà pourquoi coach Garnier choisit... le Toulousain Gonzalez-Trique. Qui se casse la jambe avant de s'envoler Down Under. Au final, et après un deuxième tour de sélection, Garcia rafle la mise. Le genre "d'opportunités qu'il faut saisir quand on veut évoluer au plus haut niveau", lui disait Chris Beattie, rencontré plus tard dans le Queensland.

  • Docker et rugbyman

Le moment est venu de construire son rêve. Petit à petit. A la force du poignet. "En allant parfois à gauche quand on lui disait d'aller à droite", sourit Garnier, qui l'a vu naviguer entre les Wynnum Seagulls et les moins de 20 ans des Broncos. Taper aussi dans l'œil des techniciens australiens (et notamment Paul Green, head coach des North Queensland Cowboys). Et susciter l'admiration de tous en déchargeant aux aurores les containers du port de Brisbane. Jusqu'à l'appel du Dragon l'année dernière. Mais là encore, la League à l'anglaise n'a rien de Super pour le Vauclusien. Et il prend son mal en patience, une fois de plus. En réserve. Avec Saint-Estève/XIII Catalan. "C'est vrai qu'il n'a fait que cinq matches avec nous l'année dernière. Mais on a de suite vu que c'était un bon jeune, avec l'aptitude, la technique et le mental pour se faire une place au plus haut niveau", atteste le coach adjoint des Dracs Jérôme Guisset.

  • "Je ne suis pas un bon joueur"

Une force tranquille. Qui trouve même les moyens de relativiser lorsque Richard Agar lui refuse ce France - Nouvelle-Zélande de Coupe du monde (automne 2013). Chez lui, en Avignon. Devant famille et amis. Avant d'être rappelé et de jouer ce premier match de sa vie. Une opportunité de plus. Et un véritable tournant dans sa carrière. Car depuis, et même s'il n'a rien changé à sa ligne de conduite, sur un terrain, Garcia n'est plus tout à fait le même. Jusqu'à cumuler les capes en "sang et or" (17 matches) et se hisser au rang de révélation de l'année avenue de l'Aérodrome. "Je ne pensais pas jouer autant en début de saison, lance-t-il. Mais je travaille pour et je ne rechigne jamais à faire des extras, pour être dans l'équipe de week-end en week-end et faire de bons matches. Je ne pense pas que je sois un bon joueur. C'est juste que je travaille et que j'ai envie de gagner. Je déteste perdre, c'est tout !" Que ce soit en Australie, en Elite, en Super League, à Leeds ou partout ailleurs. Et en particulier à Huddersfield, vendredi, en quart de finale. La prochaine mission de Sergent Garcia.

Quart de finale express : Bosc n'a pas fini l'entraînement

 

thomas-bosc-touche-a-l-epaule_457910_490Thomas Bosc touché à l'épaule. (MICHEL CLEMENTZ)

Touché à l'épaule droite face à Leeds, le demi d'ouverture des Dragons, Thomas Bosc, n'a pas terminé la séance collective programmée mardi matin, sur la pelouse de Gilbert-Brutus. Une blessure contractée suite à l'énorme activité défensive dont l'ouvreur a fait preuve face aux Rhinos avec la bagatelle de 36 plaquages.

L'encadrement espère qu'il pourra néanmoins officier, vendredi, pour le quart de finale face aux Giants d'Huddersfield. Hier matin, c'est le Fidjien Daryl Millard qui a terminé l'entraînement en position de numéro 6.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII - Super League : Le groupe des 19 Dragons pour le quart

Le 24 septembre à 16h52 lindependant.fr

rugby-a-xiii-super-league-le-groupe-des- PHOTO/Archives L'Indépendant (Michel Clementz)

Laurent Frayssinous a dévoilé le groupe des 19 joueurs qui prépareront le déplacement à Huddersfield ce vendredi 26 Septembre à 21h en Quart de Finale.

Les Dragons, qui ont enchaîné 4 victoires consécutives dont la dernière en date à Leeds lors du premier tour des Play-offs, ont déjà affronté Huddersfield à ce même stade de la compétition en 2009, s’imposant 16 à 6 et validant ainsi leur billet pour les demi-finales. Huddersfield, qui restait sur 7 matchs sans défaites avant le début des phases finales, s’est lourdement incliné à Wigan le week-end dernier. Le staff catalan n’a effectué aucun changement dans le groupe qui s’est imposé à Leeds.

 

Le groupe des 19

2 Morgan Escaré ;  4 Ben Pomeroy ; 5 Michael Oldfield ; 6 Thomas Bosc ; 8 Olivier Elima ; 9 Ian Henderson ; 10 Jeff Lima ; 11 Zeb Taia ;12 Louis Anderson ; 13 Greg Mounis ; 15 Antoni Maria ; 16 Eloi Pelissier ; 17 Elliott Whitehead ;18 Daryl Millard ; 21 Julian Bousquet ; 24 Jason Baitieri ; 25 Vincent Duport ; 29 Benjamin Garcia ; 34 Sam Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII - Super League : "Les Dragons ont du caractère" pour Crabtree (pilier d'Huddersfield)

Le 25 septembre à 6h00 par Recueilli par Bruno Onteniente lindependant.fr

morgan-escare-et-eloi-pelissier-seront-dMorgan Escaré et Eloi Pélissier seront dans le viseur d'Eorl Crabtree demain soir à Huddersfield. PHOTO/Photo Harry Ray Jordan

Eorl Crabtree, l'emblématique pilier d'Huddersfield espère que les Giants réagiront en équipe lors de la venue des Dracs. Selon lui, les Catalans ont le caractère nécessaire pour gagner les gros matches.

Que pensez-vous des critiques de la presse qui a trouvé qu'Huddersfield avait laissé filer le match en seconde période (défaite 57-4 Wigan) ? "Ça m'est complètement égal ce que la presse a pu écrire. Elle est payée pour écrire ce qu'elle pense avoir vu. C'est son avis. Nous sommes une équipe qui sait très bien ce que c'est passé et nous ferons tout pour que ça ne se reproduise plus. Qu'importe ce qui arrivera vendredi (demain) la presse aura sa vision de la chose."

 

Préférez-vous affronter les Catalans plutôt que Leeds ? "Peu importe qui nous allons jouer. Quand vous venez de faire un très mauvais match comme c'est le cas, vous êtes juste content de pouvoir rejouer. Les Catalans arrivent en forme au bon moment, ils méritent d'être là où ils sont arrivés." 

Quels sont les points faibles et les points forts des Catalans ? "C'est une équipe. Ils sont forts dans tous les secteurs. Ils sont physiques, habiles et ils sont très bien organisés. Si je dois évoquer une faiblesse, c'est leurs difficultés à réaliser les mêmes matches à l'extérieur que chez eux." 

Face à Leeds pensez-vous que la meilleure équipe a gagné ou qu'elle a eu de la chance ? "On dit souvent que vous provoquez votre propre chance et les Catalans ont montré qu'en travaillant dur ils savaient provoquer la chance. Ils se sont jetés sur tous les ballons et ils n'ont jamais cédé. Ils ont montré le caractère à avoir pour gagner les gros matches. Ils ont mérité leur qualification." 

Les Dragons n'ont plus gagné chez vous depuis 2009. Prenez-vous en considération cette difficulté ? "Non, c'est vrai que ça fait longtemps qu'ils n'ont pas gagné au 'John Smiths', mais à chaque fois qu'ils sont venus pour jouer des gros matches ils ont montré leur meilleur visage (une victoire en play-off en 2009 et une défaite en Cup pour les Dragons en 2011). Quand vous êtes un joueur, vous ne devez rien prendre pour acquis et je sais qu'ils arrivent en pleine confiance et qu'ils feront tout pour nous dominer."

De nombreux entraîneurs de Super League se plaignent du fait que les Catalans dépassent les limites. Quel est votre avis ? "La contestation nuit à cette discipline. J'ai toujours été ahuri de certaines décisions qui ont été prises après certains incidents. Beaucoup d'équipes poussent les limites et le fait de pointer du doigt les Catalans n'est pas juste. Si la RFL punit les récidivistes et les contestations nous aurons un sport qui ne s'en portera que mieux. Si les joueurs et les clubs continuent de se plaindre à haute voix, ça ne contribuera qu'à empirer les choses et à repousser continuellement les limites."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rugby - XIII - RSL «Pas de plan anti-Brough»

logo-lequipe-gif_114409.gif
il y a 10 heures

 

 

68e25.jpg
.

Afficher la photo

Laurent Frayssinous ne veut plus penser au match de Leeds. (L'Equipe)

A Huddersfield, où ils jouent vendredi soir le deuxième tour des Play-offs, qualificatif pour les demi-finales, les Dragons Catalans auront fort à faire face à une équipe qui récupère son leader et ouvreur, Danny Brough. Mais Laurent Frayssinous, l'entraîneur catalan, ne se focalise pas sur le maître à jouer des Giants.«Laurent Frayssinous, l’exploit à Leeds à peine digéré, comment aborder le match d’Huddersfield sans avoir en tête ce que vous avez réalisé à Headingley ?

C’est vrai qu’inconsciemment, le plus important pour nous était de battre Leeds. Gagner sur un terrain où les Dragons Catalans ne s’étaient jamais imposés, face à l’équipe la plus expérimentée de Super League était pour nous un défi auquel nous nous préparions depuis quatre ou cinq semaines. On nous a beaucoup critiqué cette saison sur le fait que nous n’étions pas capables de nous imposer en Angleterre. Cette victoire (20-18, grâce à un dernier essai de Sam Williams à la dernière minute) nous a libérés, en même temps qu’elle nous démontrait que nous pouvions nous imposer à l’extérieur, chez un gros qui plus est. Pour préparer Huddersfield, toute la semaine j’ai répété aux gars que Leeds appartenait au passé, et que le passé ne nous ferait ni avancer, ni gagner. A nous de surfer sur la vague.

La déroute d’Huddersfield à Wigan (57-4) au premier tour des Play-offs, risque d’être un élément de motivation accru pour les Giants ?

Nous sommes avertis. L’entraîneur d’Huddersfield (Paul Anderson) a eu des mots très durs à l’encontre de ses joueurs cette semaine. Les vingt premières minutes du match vont être terribles. À nous de relever le défi. En termes d’attitude d’abord. Si on traverse la tempête, comme nous avons su le faire à Leeds, on peut affronter les Giants sans crainte. Dans le groupe, je sens l’excitation, l’adrénaline monter au fil des heures.La clé du match sera votre capacité à contenir leur meneur de jeu, Danny Brough, de retour après trois semaines d’absence ?

C’est vrai qu’avec ‘‘Dan’’ Brough (96 buts réussis, deuxième buteur du championnat, neuf 40/20 trouvés, meilleure performance de la Super league), Huddersfield n’est plus la même équipe. Avec son sens du jeu, son pied gauche capable de te repousser dans ton camp, il est le leader des Giants. Nous n’avons mis en place aucun plan anti-Brough. On va juste essayer de lui mettre la pression lorsqu’il aura le ballon, pour l’empêcher de faire ce qu’il veut. C’est sûr que si Huddersfield doit gagner, ça passera par Brough. Mais l’équipe a d’autres qualités, notamment la force de son milieu de terrain, où les avants des Giants mettent une grosse agressivité. C’est là où nous sommes parvenus à contrer Leeds…»

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les Dragons Catalans qualifiés pour les demi-finales après leur succès à Huddersfield (18-16)

Le 26 septembre à 15h32 par St. S. lindependant.fr

super-league-le-match-huddersfield-drago

Les Dragons Catalans se sont qualifiés pour les demi-finales de la Super League ce vendredi soir après avoir écarté Huddersfield, sur le terrain des Giants (18-16). Ils affronteront Saint-Helens, jeudi 2 octobre à 21h.

C'est un authentique exploit que les Dragons Catalans de Laurent Frayssinous ont réalisé ce vendredi à Huddersfield en décrochant leur billet pour la demi-finale de Super League.

 

Comme en 2009, revoilà les Dragons Catalans à 80 minutes de la finale à Old Trafford. Sur leur lancée de la victoire à Leeds la semaine passée, les Dragons ont été déterminés, sérieux et lucides à défaut d'être géniaux. C'est en défense qu'ils ont patiemment construit leur succès qui leur permettra de jouer une demi-finale inespérée dans une saison lancée par une inquiétante série de défaites et des dissensions dans le groupe. Mais les choix du coach Laurent Frayssinous tranchés par le président Guasch auront été payants.

A l'image de cette équipe sereine, disciplinée, organisée qui n'a jamais tremblé dans ce quart de finale à Huddersfield. Un match pourtant mis en péril un temps par une coupure de courant à une heure du coup d'envoi. A défaut de jeu lumineux, ce sont bien les Dragons qui ont éteint les espoirs de Huddersfield de rejoindre Saint-Helens, Wigan et Warrington dans le dernier carré.

En demi-finale, les Dragons affronteront Saint-Helens qui a choisi d'affronter les Catalans selon la procédure de "Club call".

Mais animés par cet esprit de conquête qui leur a déjà permis de terrasser Leeds au tour précédent, les Dragons ne craignent personne pour tenter de se hisser en finale. Surtout pas Saint-Helens qu'ils ont battu deux fois lors de leurs trois derniers matches au Langtree Stadium des Saints. Un bon présage?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/09/2014 à 18:59:00
Rugby à XIII Casty de retour chez les Dragons
Après une saison en NRL, le pilier international français a accepté la proposition de la franchise catalane pour revenir porter le maillot des Dragons Catalans.
 
 
 

Rémi Casty retrouve les Dragons Catalans. (Mons) (L'Equipe)

d8008.jpg
Il a touché du doigt son rêve. Celui de jouer en NRL, le prestigieux championnat australien. Mais après une saison sous le maillot des Roosters (12 matches joués, 2 essais inscrits), Rémi Casty va retrouver la Super League et les Dragons Catalans, le club où il jouait avant de partir en Australie. Sous l’insistance de son ancien club, Rémi Casty ne jouera pas sa deuxième saison avec les Roosters, la franchise catalane lui ayant fait une proposition de contrat (4 ans) difficile à refuser. « Quitter les Roosters a été une décision très difficile à prendre, a déclaré lundi le pilier originaire d’Ornaisons (Aude) sur le site internet des Dragons. La proposition des dirigeants catalans et ce contrat de quatre ans, étaient trop difficiles à refuser. Le club a de grandes ambitions pour la saison prochaine (il fêtera ses dix ans en Super League), et je veux être là pour cette année si importante dans l’histoire des Dragons. J’ai réalisé un rêve en jouant en NRL et je veux maintenant en réaliser un autre en gagnant un titre avec les Dragons Catalans ».

Après les signatures du fantasque demi australien Todd Carney et du centre Willie Tonga, les Dragons viennent de frapper un grand coup en vue d’une saison 2015 où ils auront les moyens de leurs ambitions.

G.N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 30/09/2014 à 18:39:00| Mis à jour le 30/09/2014 à 19:31:03
Rugby à XIII
Super League On prend les mêmes
Les Dragons sont à 80' d'une finale historique de Super League à Old Trafford. Mais la dernière marche à franchir, jeudi soir à Saint Helens, est très haute.
 
 

Laurent Frayssinous et les Dragons sont à 80 minutes d'une finale historique. (Thomas) (L'Equipe)

50c78.jpg
Troisième déplacement consécutif en Angleterre pour les Dragons Catalans. Troisième énorme défi à relever ! Pour tenter de gagner son billet pour la finale d’Old Trafford -la finale se jouera sur le mythique stade de Manchester le 11 octobre prochain-, Laurent Frayssinous n’a pas dérogé à ses principes. Pour la troisième fois consécutive, il a reconduit le groupe qui s’est brillamment qualifié à Leeds (20-18), puis à Huddersfield (18-16). A l’issue du seul entraînement collectif de la semaine, l’entraîneur catalan n’a apporté aucune retouche à son équipe. Les inquiétudes liées aux coups reçus par Elliott Whitehead (cheville), Ben Pomeroy ou Thomas Bosc sont dissipées. Les trois joueurs ont été ménagés cette semaine et seront dans l’avion pour Saint Helens, qui décollera mercredi de Perpignan.
Les Saints revanchards
A Saint Helens, où l’athlétique pilier Alex Walmsley (1,96m ; 112 kg), qui a purgé un match de suspension, retrouve sa place dans le groupe en remplacement de Matty Dawson, les Saints sont sur leurs gardes. Ils savent qu’ils doivent d’avoir terminé numéros 1 de la phase régulière grâce aux Dragons, vainqueurs de Castleford lors de la dernière journée. Ils se souviennent également de la déroute subie à Perpignan, le 14 juin dernier, où ils ont encaissé leur plus grosse défaite de la saison (42-0). Autant dire que l’entraîneur, Nathan Brown, a mis en garde ses joueurs contre tout excès de supériorité après la large victoire sur les Tigres de Castleford (41-0) au premier tour des play-offs, qui leur a ouvert en grand les portes des demies et accordé un week-end de repos.
La franchise catalane reste sur cinq victoires d’affilée et surfe sur une dynamique positive. Les Saints, revanchards, savent que s’ils veulent gagner le paradis d’Old Trafford, ils doivent terrasser des Dragons à qui le rôle d’outsider sied à merveille.
Les groupes des 19 :
Saints Saint Helens : Makinson, Turner, Jones, Swift, Hohaia, Masoe, Roby, McCarthy-Scarsbrook, Soliola, Manu, Laffranchi, Flanagan, Amor, Wellens, Walmsley, Percival, Wheeler, Richards, Thompson.
Entraîneur : Nathan Brown.

Dragons Catalans: Escaré, Pomeroy, Oldfield, Bosc, Elima (cap.), Henderson, Lima, Taia, Anderson, Mounis, Maria, Pélissier, Whitehead, Millard, Bousquet, Baitieri, Duport, Garcia, Williams.
Entraîneur : Laurent Frayssinous.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Saint-Helens-Dragons Catalans - Bernard Guasch: "Peut-être le match de trop"

Le 02 octobre à 22h55 par Recueilli à Saint-Helens par Stéphane Sicard lindependant.fr

saint-helens-dragons-catalans-bernard-gu PHOTO/St.S.

Un peu d'amertume mais beaucoup de fierté, ainsi pouvait-on résumer le sentiment de Bernard Guasch, le président de Dragons Catalans battus à une marche d'Old Trafford ce jeudi soir à Saint-Helens (défaite 30-12). Interview quelques instants après la rencontre.

Président, quelle analyse faites-vous de cette défaite à Saint-Helens?

 

Défaite bien sûr, défaite au dernier match, peut-être le match de trop. Saint-Helens était plus frais que nous ce soir. On a réussi deux exploits à Leeds et à Huddersfield, croyez bien qu'aujourd'hui nous étions attendus comme il se doit par cette équipe de Saint-Helens. On n'était pas assez fort aujourd'hui pour battre Saint-Helens, M. Silverwood (ndlr: l'arbitre) et le public anglais. C'est comme ça.

Il a manqué quoi à ces Dragons ce jeudi soir? Essentiellement de la fraîcheur?

Un peu de fraîcheur, un peu de lucidité. On a manqué de ballons aussi. On a beaucoup défendu parce qu'on a été souvent sanctionné. Pas toujours normalement. On doit arriver à 6-6 à la mi-temps mais on tourne à 12-6. On fait des petites erreurs qu'on paie cash.

Que retiendrez-vous de cette saison? Ses soubressauts ou ces play-off qui mettent en appétit avant la prochaine?

Il faut se rappeler d'où on est parti cette saison. Et se souvenir aussi de l'état d'esprit qui nous anime depuis un mois et demi. C'est avec celui-là qu'il faut repartir la saison prochaine. 95% de l'équipe présente ce (jeudi) soir sera encore là la saison prochaine. Il y a quatre nouveaux joueurs qui viennent renforcer l'effectif (ndlr: Dureau, Tonga, Carney, Casty), ça laisse augurer une belle saison l'an prochain.

Quel sera l'objectif?

C'est les dix ans du club, c'est pour cela qu'on a recruté trois-quatre énormes joueurs. Mais ce groupe a une entité aujourd'hui et il fonctionne bien dans sa tête. Le coach a marqué de sa personnalité cette équipe. Il a pris en main ce groupe. Tout ça nous laisse espérer une belle saison l'an prochain.

Avec au moins une finale?

On n'était pas loin cette année, on va essayer d'y arriver l'année prochaine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dragons Catalans : Une belle aventure se termine, une autre se dessine !

Les débats entre Dragons et Saints s’étaient interrompus en juin dernier, sur une mémorable déroute des gars du Merseyside en Roussillon. Une discussion que les hommes de Nathan Brown trépignaient de voir reprendre, histoire de montrer à ces Français que leur rancune peut être tenace tout en oubliant que, bien grâce à ces intrigants catalans, ils avaient remporté le League Leader’s Shield au nez et à la barbe d’aussi valeureux Tigers.

Rien ne semblait annoncer une demi-finale dans la bonne ville de St.Helens, pas même aux abords d’un Langtree Park tiédi par le presque roussillonnais soleil de la journée et baigné dans une étrange sérénité qui ne traduisait pas le moins du monde l’importance de l’événement.

Du côté des perpignanais, l’enjeu semblait être différent. Même si la tension n’est pas franchement apparue sur les visages des créatures de sang et d’or, il semblait évident que ces hommes-là avaient les valises sous les paupières et des bagages collés aux semelles. La course folle entamée par les Dracs le 20 septembre dernier, les embarquements-débarquements à répétition, l’omniprésence des tables de massage avaient déjà laissé des traces visibles sur les organismes.

Mais une fois sur le pré, les Dragons Catalans ont d’abord laissé croire qu’ils avaient déposé leurs temporaires séquelles aux vestiaires avant d’enfiler ce maillot noir qui les a vu triompher de Leeds et d’Huddersfield les deux tours de play-offs précédents.

Après d’âpres échanges mais une défense une fois de plus incroyable de la part des garçons bouchers, ce sont les créatures du Président Guasch qui planteront le premier essai de la demi- finale et des mains d’un Morgan qui, une fois de plus la cible d’anglais inquiets de le voir galoper, devra quitter prématurément ses coéquipiers sur blessure.

Les Saints ne se laisseront pas équarrir aussi facilement et deviendront à leur tour les bourreaux de « Sang & Or » rapidement submergés, faute d’avoir pu bénéficier d’un temps de récupération décent. Swift, Manu, Masoe et Percival, à lui seul auteur de la moitié des points des siens, achèveront la bête épuisée et ses espoirs de prendre part à la première finale de son histoire.

Au sortir des vestiaires, on ne lut plus sur les visages des Dragons qu’une immense déception et une fatigue pour le moins inquiétante. Dans les yeux de leurs supporters en revanche brillait une flamme, celle de la fierté et du sentiment d’avoir vécu une inoubliable aventure.

À travers ces exploits catalans survenus au terme d’une saison aux airs de montagnes russes, c’est tout le Rugby à XIII français qui bénéficie d’une image de sérieux et de combativité exemplaires sur la planète Rugby League. Les efforts et l’état d’esprit continus de Laurent, Jérôme, Greg, Thomas, Olivier, Morgan, Jason, Vincent, Benja, Julian, Antoni, Damien sans oublier, bien sûr, Micka, Mathias, William, Jean-Philippe, Fred, Gadwin, Maxime, Joan, Thibaut… sont en passe d’offrir à la France treiziste un avenir des plus heureux.

Mais là n’est pas tout, les efforts des français de Perpignan et de leurs coéquipiers d’outre-frontières ne doit pas jeter le voile sur les magnifiques saisons qu’ont pour leur part produit nos expatriés.

Rémi avec les Roosters, Kévin avec les Rovers, Jaja avec les Bulls et Théo avec les Red Devils sont également pour beaucoup dans le rayonnement actuel du pays au sein de la discipline.

En 2015, de nouveaux mouvements devraient permettre à nos tricolores d’élever notre rugby un peu plus près encore des nations fortes du XIII. Avec le retour de Rémi Casty en Super League, la décision de Kévin Larroyer de rester à Hull après sa période de prêt et les départs de William Barthau pour Londres ou de Mickaël Simon à Wakefield, nombreuses seront les occasions de se montrer fiers de notre XIII bien français.

Fiche technique :

Arbitre : Mr Richard Silverwood / 8.888 spectateurs à Langtree Park

Saint-Helens 30 (12) : Essais (5) : J.Turner (26′) A.Swift (38′) W.Manu (49′) M.Masoe (60′) M.Percival (64′)

Goals : M.Percival (26′, 38′, 49′, 64′) 4/5 Pénalité : M.Percival (56′)

Dragons Catalans 12 (6) : Essais (2) : M.Escaré (22′) M.Oldfield (68′)

Goals : T.Bosc (22′, 68′) 2/2

 -

Saint-Helens : P.Wellens, T.Makinson, M.Percival, J.Jones, A.Swift, L.Hohaia, M.Flanagan, M.Masoe, J.Roby, K.Amor, L.McCarthy-Scarsbrook, L.Thompson, J.Turner Remplacements : S.Soliola, W.Manu, A.Walmsley, G.Richards

Dragons Catalans : M.Escaré, M.Oldfield, B.Pomeroy, V.Duport, D.Millard, T.Bosc, S.Williams, O.Elima, I.Henderson, L.Anderson, Z.Taia, E.Whitehead, G.Mounis Remplacements : J.Lima, É.Pelissier, J.Bousquet, B.Garcia

Téhora Dutenu ffr13.com

Share this post


Link to post
Share on other sites

Saint Helens champion

En s'imposant face à une vaillante équipe de Wigan, réduite tout le match à douze, les Saints ont gagné la finale de la Super League (14-6), samedi à Old Trafford devant 70120 spectateurs.
 
 
Les Saints de Saint Helens sont devenus champions de Super League, samedi soir à Old Trafford, au terme d’un match engagé et d’une très grande intensité. Le carton rouge infligé au pilier gallois de Wigan, Ben Flower, d’entrée de match (3e) pour un coup de poing sur joueur à terre, a lourdement pesé sur l’issue de la rencontre. Malgré leur infériorité numérique, les Warriors de Wigan ont tenu la dragée haute aux Saints, inscrivant même le premier essai de la rencontre juste avant la mi-temps, sur un déboulé de Joe Burgess (40e). Grâce à cette réalisation, Wigan menait à la pause (6-2).

Défendant à tour de bras, les Warriors repoussaient tous les assauts de Saint Helens, jusqu’à ce qu’ils craquent un peu avant l’heure de jeu, sur un essai en force de Soliola. Avec la transformation de Percival, Saint Helens prenait l’avantage au score pour la première fois du match (8-6, 54e) et ne le lâcherait plus. A dix minutes du dénouement, Tom Makinson, le meilleur marqueur des Saints s’élevait au-dessus de tout le monde pour récupérer une chandelle de son ouvreur sous les poteaux et inscrire le deuxième essai de son équipe, celui de la victoire (14-6, 69e).

Le capitaine James Ruby, élu homme de la finale, pouvait aller chercher le trophée, le sixième des Saints depuis la création de la Super League, en 1996. Une petite consolation pour les Dragons Catalans, battus par ces mêmes Saints la semaine dernière à Saint Helens.
G.N. lequipe .fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Flower prend 6 mois

14/10 19h22 - Rugby, XIII lefigaro.fr

 

Coupable d'un coup de poing assassin au sol en finale de la Super League (Rugby à XIII), le joueur de Wigan, Ben Flower a écopé de 6 mois de suspension. Pour son geste déplorable, le joueur manquera 13 matches au total pour ce qui reste la sanction la plus lourde dans l'histoire de la Super League.

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



Rugby League World - June 2017

League Express - Mon 17th July 2017