Jump to content

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Philippe Barrau

Dragons Catalans saison 2015

Recommended Posts

Dragons Catalans : la Fédération anglaise autorise le transfert de Todd Carney

Le 04 octobre à 14h03 par Matthieu Terrats lindependant.fr

dragons-la-federation-anglaise-valide-laThe 2012 NRL Dally M Awards, held at Town Hall, Sydney PHOTO/Liam Mendes Liam Mendes

Todd Carney aux Dragons, c'est fait ! Après avoir ratifié un contrat de 3 ans avec le club catalan, l'arrivée de la star australienne était suspendue aux lèvres de la RFL. La Fédération anglaise de rugby à XIII a finalement autorisé le transfert de l'ancien joueur des Cronulla Sharks... mais sous certaines conditions.

A commencer par une caution de 50 000 £ (pas tout à fait 64 000 euros) payable en cas d'infraction au code de conduite de la RFL, selon le site internet du club. S'il est reconnu coupable d'une infraction pénale ou d'une violation du règlement antidopage de la Fédération internationale, la Fédération anglaise se réserve également le droit de casser le contrat liant le joueur au club. Un deal que les Dragons Catalans ont accepté. 

Bref, Carney aux Dragons, c'est fait. Mais la star australienne a été placée sous étroite surveillance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rugby à XIII - SL «Les Dragons forcent le respect»

logo-lequipe-gif_114409.gif
21 octobre 2014 17:05
 
500d9.jpg
.

Afficher la photo

Laurent Frayssinous se félicite de la nouvelle image positive des Dragons catalans

Laurent Frayssinous, l'entraîneur des Dragons catalans, estime que le regard posé sur son club est en train de changer. Positivement.« Laurent Frayssinous, à la découverte du nouveau calendrier des Dragons Catalans pour la saison 2015, quel est votre sentiment ?

Avec cette nouvelle version de la Super League, réduite à douze clubs, la compétition s’annonce plus disputée que jamais. Débuter chez le champion en titre, Saint Helens (6 février) avant de recevoir Castleford (14 février) puis Warrington (28 février), ça reste copieux ! On va essayer de ne pas répéter deux erreurs : prendre le même départ que celui de 2014 (6 défaites en 7 matches) et éviter de laisser trop de points en route. Heureusement, cette année, il n’y a pas de Coupe du monde au programme, les internationaux seront moins sollicités et on va pouvoir bosser comme il faut avant la reprise du championnat. Notre premier objectif sera de terminer dans les 8 (ndlr, les huit premiers de la phase régulière participeront aux play-offs dans le groupe « Super League », d’où sortiront les demi-finalistes).

Vous avez fixé la reprise de l’entraînement ?

Oui, au lundi 17 novembre, sauf pour les internationaux français participant au Championnat européen et pour Elliott Whitehead, en tournée avec l’équipe d’Angleterre en Australie. Les joueurs ont besoin de se ressourcer.

Après le déplacement à Saint Helens, vous recevrez trois fois en suivant. Ça ne vous dérange pas ?

On a constaté que chaque saison, les Dragons deviennent performants avec les beaux jours. Il faut que les choses changent. Nous jouerons au mois de février à la maison, cela nous permettra d’éviter le mauvais temps qui sévit à cette époque en Angleterre, la pluie, le froid et les terrains gras. On peut imaginer que la température sera plus clémente à Perpignan et que les terrains seront plus secs, la météo meilleure pour s’entraîner. Ça peut modifier le comportement des Dragons.Le club fêtera en 2015 le dixième anniversaire de son arrivée en Super League. Cela rajoute-t-il une pression supplémentaire ?

Les dirigeants ont fait l’effort de recruter des joueurs de très haut niveau : l’ouvreur Todd Carney (Cronulla Sharks, sacré meilleur joueur au monde en 2010), l’arrière Willie Tonga (North Queensland Cowboys) et Rémi Casty (le pilier catalan, de retour aux Dragons après une saison aux Sydney Roosters). Je ne vais pas jouer les Guy Roux, nous aurons le potentiel pour faire quelque chose de grand. Mais les matches se jouent sur les terrains… De plus, l’an prochain, nous aurons la chance d’avoir une équipe des moins de 19 ans évoluant avec l’élite anglaise. Cela permettra d’élargir le réservoir.

Que va apporter au staff des Dragons l’arrivée d’un adjoint australien, l’ancien talonneur de Warrington Michael Monaghan ?

Après le départ de David Waite, j’avais souhaité l’arrivée d’un adjoint, jeune, australien pour des raisons de proximité avec la communauté australienne, importante dans notre effectif. En termes de culture, je pense que ce choix s’imposait. Michael vient d’arrêter de jouer, il apportera un regard en phase avec le jeu actuel. Moi j’ai arrêté il y a neuf ans, Jérôme (Jérôme Guisset, l’autre adjoint de Laurent Frayssinous) voilà cinq ans. Le rugby a évolué depuis.Le statut des Dragons a-t-il changé, avec votre qualification pour les demi-finales ?

Oui. On a gagné le respect des autres équipes, plus qu’on ne peut le penser. J’ai déjeuné récemment avec Rémi (Rémi Casty) et il m’a expliqué que dans son club des Roosters, les joueurs posaient plein de questions sur les Dragons, Perpignan. Ils savent que la mer n’est pas loin, qu’il y a du soleil, qu’on trouve à Perpignan une facilité de vie que l’on ne retrouve pas partout. Si Todd Carney a choisi les Dragons, c’est pour cette raison. Les Dragons ont également fait rebondir la carrière de certains joueurs australiens, comme Greg Bird (Gold Coast), élu dans l’équipe type de NRL cette saison. Les Dragons commencent à forcer le respect, en Super League comme en NRL ».

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII
SL Casty : «J'ai vécu mon rêve!»
Les Dragons Catalans reprennent l'entraînement lundi matin, à Perpignan. A leur tête, Rémi Casty, le pilier international, qui revient en France après une saison formidable en NRL, au sein des Sydney Roosters. Mercredi, il a livré ses premières impressions sur ce retour chez les Dragons.
 
«Rémi Casty, si on vous avait dit il y a un an, que votre aventure australienne se terminerait après une saison (il avait trois ans de contrat avec les Sydney Roosters) et que vous reporteriez le maillot des Dragons Catalans, qu’auriez vous pensé?
Je ne l’aurais pas cru. Mais la vie est faite de surprises. Il faut suivre les événements comme ils se présentent. Quand les Dragons et Laurent Frayssinous (l’entraîneur de la franchise catalane) m’ont appelé pour me proposer de revenir à Perpignan, je n’avais rien planifié de tout ça. C’était une bonne surprise. Le contrat de quatre ans proposé par les Dragons, alors que je fêterai mes 30 ans le 5 février prochain, était une aubaine. Se sentir désiré, et qui plus est par mon club de cœur, c’est vrai que ça flatte un peu. Aujourd’hui, je suis content de retrouver Perpignan.

Ca n’a pas dû être facile d’annoncer aux Roosters et leur entraîneur, Trent Robinson, que vous les quittiez aussi vite?
Non, ça n’a pas été facile. Surtout que Trent croyait en moi, il me faisait confiance. Il m’a dit que, bien sûr, il était content pour moi, mais déçu aussi parce qu’avec une préparation d’avant saison supplémentaire, j’aurais progressé encore davantage. C’était pareil pour mes coéquipiers et le staff du club.

Quel souvenir gardez-vous de votre passage en NRL?
Tellement de choses! Certainement l’intensité mise par tous dans les entraînements, les matches, mais aussi en dehors du terrain. Tout le monde poussait tout le monde pour que le club soit toujours au top. Et puis, le rugby à 13, en Australie, est aussi médiatisé que le football en France. Surtout quand vous avez un Sonny Bill Williams dans votre effectif. C’est un autre monde!
«Je reviens avec plus d'ambition encore»Votre expérience va forcément servir aux Dragons?
Je reviens avec plus d’ambition encore. Je n’ai pas fait une saison pour rien. J’ai joué dans l’un des meilleurs clubs au monde, je suis au palmarès du World Club Challenge (les Roosters avaient battu Wigan 36-14 en février dernier), ça marque une carrière. J’espère qu’avec les Dragons, on va surfer sur la vague de la fin de saison dernière. Je sais que l’on attend beaucoup de moi, mais ça me va. A Sydney, je suis arrivé dans une équipe où les leaders étaient déjà en place et comme l’anglais n’était pas ma langue maternelle, j’étais en retrait. Je vais retrouver ce rôle à Perpignan. J’ai vécu mon rêve et je veux faire comprendre aux jeunes joueurs français que le rêve est possible si on s’en donne les moyens.

Les Dragons fêteront leurs dix ans en Super League la saison prochaine. Ils ont l’ambition de gagner quelque chose, vous croyez que c’est possible?
Bien sûr. Avec les arrivées de Todd Carney, Willie Tonga, deux joueurs de très grande qualité, mon retour et celui de Scott Dureau, viser un titre n’est pas trop ambitieux. Todd Carney meilleur joueur de la NRL en 2010, les clubs anglais rêveraient de l’avoir. Ils lui ont refusé deux fois l’entrée en Grande-Bretagne pour des bêtises commises en Australie (les tabloïds australiens ont fait leurs choux gras de photos le montrant dans une soirée arrosée où il urinait partout), mais ce n’est pas Pablo Escobar non plus. Certains sportifs ont fait pire que lui dans d’autres disciplines...

Ca a été quoi votre première envie en retrouvant la France?
Manger un bon magret de canard avec un peu de foie gras, le tout arrosé d’un bon vin de chez moi, des Corbières. Ca m’a trop manqué en Australie!»

 

Gilles NAVARRO lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Abonnements : les Dragons ne connaissent pas la crise

Le 18 novembre à 6h00 par B. O. lindependant.fr

  • la-boutique-des-dragons-a-ete-prise-d-as

    La boutique des Dragons a été prise d'assaut hier matin.(Photo par Photos Michel Clementz)
  • abonnements-les-dragons-ne-connaissent-p

    (Photo par © D.R)
  • abonnements-les-dragons-ne-connaissent-p

    (Photo par © D.R)
  • abonnements-les-dragons-ne-connaissent-p

    (Photo par © D.R)
  • la-boutique-des-dragons-a-ete-prise-d-as

    La boutique des Dragons a été prise d'assaut hier matin.(Photo par Photos Michel Clementz)
1 / 4

Les Dragons Catalans ont lancé hier matin leur campagne d'abonnement pour la saison 2015. Les fans étaient nombreux pour récupérer leur précieuse carte. On n'a jamais vu ça, c'est de la folie", a déclaré hier matin Yannick Rey le responsable de la communication chez les Dragons Catalans. Dès l'ouverture des portes, la boutique affichait complet. Les trois personnes préposées au guichet n'ont pas arrêté jusqu'à midi. Il faut dire que comme le veut la tradition, les fans des Dracs avaient la possibilité de partager le petit-déjeuner avec les joueurs et les membres du staff.

Et comme la vedette Todd Carney était là, les supporteurs, appareil photo dans une main, viennoiserie dans l'autre, n'ont pas hésité à multiplier les poses auprès de leurs idoles. Après un échange de trente minutes, les joueurs se sont dirigés vers la toujours verte pelouse de Gilbert-Brutus pour la première séance de la saison. Un entraînement suivi par les fans, tout heureux de découvrir les nouvelles tenues anniversaire des dix ans. Si cette première journée a battu tous les records en terme d'affluence, Yannick Rey reste prudent et mesuré : "Oui, c'est notre record sur les dix ans d'abonnement, mais on fera les comptes en fin de semaine et à la fin du mois".

 

Les Dragons sont repassés la saison dernière sous la barre des 5 000 abonnés (4 970), ils espèrent cette année connaître une hausse, d'autant que l'abonnement (entrée générale) a baissé de 30 euros (120) cette saison avec la certitude d'avoir au moins un match supplémentaire, voir deux (14 ou 15 matches à Brutus).

Infos pratiques : Jusqu'au vendredi 22 novembre : campagne de réabonnement de 9 h à 18h à la boutique des Dragons à Gilbert-Brutus. A partir du 24 novembre : ouverture des abonnements de 9 h à 18h.

Paroles d'abonnés :

Lluis Collet (Perpignan) : "C'est très important d'être de ce premier rendez-vous et de montrer aux joueurs que nous sommes toujours derrière eux. Que l'an dix des Dragons Catalans puisse nous apporter un premier trophée. C'est le vœu de tous les supporteurs catalans qui se retrouvent derrière cette équipe et ce nouveau maillot avec le chevron 'sang et or' du légendaire XIII Catalan pour les matches à domicile et les couleurs du Barca à l'extérieur. Nous chantons "Els Segadors" et nous portons les couleurs catalanes, c'est une grande fierté pour nous".

Francis Bosch (Rivesaltes) : "Depuis le début de l'aventure en 2006, je viens prendre ma carte d'abonnement. Et puis cette année, nous avons une équipe de rêve et je voulais être là pour voir les joueurs, les nouveaux comme les anciens. Avec cette équipe, le club s'est donné les moyens de ses ambitions, il faut y croire, cette année plus que jamais. Mais que les joueurs se rassurent nous serons encore là dès le mois de février pour pousser derrière eux. Rien qu'à voir l'engouement qu'il y a aujourd'hui (hier), on ne peut qu'être optimiste pour les jours de fête qui vont faire vibrer Brutus".

Lise Marot (Perpignan) : "Nous avons des fourmis dans les jambes, c'est égoïste, mais on voudrait que les joueurs n'aient pas de vacances pour être tous les samedis sur le terrain. L'inter saison est très longue en Super League, alors dès que ça reprend, nous sommes pressés d'y être. Le fait de venir prendre sa carte en famille dès le premier jour est un processus normal pour mon mari et moi. Et puis ça fait du bien de revenir à Gilbert-Brutus, de revoir cette grande famille et les joueurs. C'est très convivial comme ambiance, comme à chaque fois. Maintenant que j'ai ma carte, il me tarde que ça redémarre".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vers un record d’abonnés ?

 

catalansdragons.com

datPhoto1_547c9268d740a_.jpg
Vers un record d’abonnés ?

La permanence pour la campagne d’abonnement 2015, qui a débuté le 17 Novembre dernier, est terminée. Après deux semaines chargées, le bilan est plus que satisfaisant pour les Dragons, qui enregistrent une hausse de 20% du nombre d’abonnés chez les particuliers.

« Le bilan des deux semaines de permanence est très positif, et nous n’avons traités que les demandes des abonnés particuliers durant cette permanence. Nous traitons à part les entreprises et nos Penyas, qui représentent plus de 2/3 de nos abonnés. Mais cette hausse chez les abonnés particuliers nous donne une première tendance et c’est très encourageant pour la suite. » nous confiait Lise Richet, Responsable billetterie du club avant de rajouter : « Nous retrouvons beaucoup de supporters qui sont venus voir quelques matchs l’an passé, qui ont apprécié le spectacle proposé et qui ont décidé de franchir le pas cette saison ainsi que certains anciens abonnés, qui ne l’étaient plus, et qui reviennent pour faire partie de l’aventure lors de cette saison 2015. Le recrutement, la fin de saison 2014, le jeu proposé, l’ambiance à Brutus… plusieurs raisons ressortent quand on parle avec les abonnés mais on ressent chez tous l’impatience de se retrouver au stade en Février prochain. »

Pour sa dixième saison en Super League, le club pourrait donc se diriger vers un nombre d’abonnés record (5109 abonnés lors de la saison 2013).

Avec des prix allant de 20 € pour les enfants, 50 € pour les étudiants et 120 € pour les adultes avec un minimum de 14 matchs à domicile, la campagne d’abonnement est donc un succès.

Les supporters qui souhaitent s’abonner peuvent encore le faire en se rendant au service Billetterie du stade Gilbert Brutus (2ème étage de la Tribune Puig-Aubert) ou sur la billetterie en ligne en cliquant ici.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII : Le pays Cathare en ordre de marche pour affronter les Dragons catalans

Le 16 décembre à 6h00 par Bruno Onteniente lindependant.fr

sadaoui-devrait-etre-un-des-fers-de-lancSadaoui devrait être un des fers de lance de la sélection audoise. PHOTO/Archives Michel Clementz

La liste des 20 sélectionnés audois appelés à défier les Dragons Catalans, en amical fin janvier, sera dévoilée ce mercredi à Carcassonne.

La sélection XIII Cathare sera connue demain. Mais les trois clubs de l'Aude (Carcassonne, Lézignan et Limoux) n'ont pas attendu cette date symbolique pour préparer l'événement. "Le stade Albert-Domec de Carcassonne est prêt à accueillir 8 000 spectateurs", souhaite le coprésident de l'ASC, Matthieu Monnier et dirigeant actif de cette opération. Car l'affiche propose un affrontement des plus intéressants. Laurent Frayssinous qui s'est entretenu avec Olivier Janzac (Limoux), Laurent Garnier (Carcassonne) et Aurélien Cologni (Lézignan) souhaite avoir "l'équipe la plus forte possible" face à ses joueurs.

Il s'agira en effet du deuxième et dernier match amical des Dracs à deux semaines de l'ouverture de la Super League. Alors, les trois entraîneurs audois ont d'abord sondé leurs joueurs avant de définitivement trancher. Dans les trois camps, les candidats ne se sont pas fait prier.

  • Cologni : "Proposer une équipe compétitive"

Aurélien Cologni, l'entraîneur du FCL en dit davantage : "Ce n'est pas le match des origines comme cela se fait en Australie. Cette sélection est ouverte aux joueurs qui évoluent dans un des trois clubs. La priorité était de faire jouer des Français, puis le second critère était qu'ils soient natifs de l'Aude. Mais le but est aussi de proposer une équipe compétitive et nous avons donc ouvert la sélection aux étrangers".

Cette sélection du XIII Cathare reposera sur une identité forte selon la volonté des dirigeants et partenaires des trois clubs d'Elite. Certains y voient déjà l'embryon d'une équipe qui pourrait, à terme, évoluer en Championship, l'antichambre de la Super League. D'ici là, le XIII Cathare veut marquer les esprits en montrant sa capacité à remplir Albert-Domec tout en s'appuyant sur une solidité sportive.

Une fois établie, la sélection devrait s'entraîner quatre fois avant le rendez-vous face aux Dragons Catalans.

Qui dans la sélection cathare ?

Carcassonne : les expérimentés Sadaoui et Grésèque, gardiens de la Cité, devraient être les meneurs de cette sélection. A leurs côtés, les jeunes Escamilla et Canet peuvent se faire une place tout comme la paire de centre Guiraud et Canet. Le Néo-calédonien Tely Pelo qui s'était proposé aux Dragons avant de rejoindre l'ASC a de grandes chances de mener le six de devant, mais pas Samson, sérieusement blessé à la main dimanche à Villeneuve. Enfin, l'arrière Luke Towers mérite lui aussi sa chance.

Lézignan : Lignères, Tisseyre (s'il est rétabli), Stacul et Carrère prétendent à une place dans les 17. A l'instar du troisième ligne Farlow. L'ailier Valentin Ferret mérite lui aussi de se frotter aux Dracs tout comme Liauzun ou Bouzinac. Un des deux talonneurs devrait être retenu. Par ailleurs les deux anciens Dragons, Fakir et Griffi ont préféré décliner l'invitation.

Limoux : les deux étrangers Maliota et Jones sont les meneurs de l'édifice des Blanquetiers. Maxime Herold et Sébastien Martins ont eux aussi l'étoffe pour jouer un rôle dans cette sélection.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII : Les Dracs prennent de la hauteur pour affûter leurs vues

Le 19 décembre à 6h00 par Bruno Onteniente lindependant.fr

les-joueurs-de-laurent-frayssinous-ont-eLes joueurs de Laurent Frayssinous ont eu droit à une séance musclée, hier après-midi, à 1 800 mètres d'altitude, avant quelques jours de vacances. PHOTO/Photos Michel Clementz

Depuis jeudi, les Dragons Catalans ont investi la station de Saillagouse dans le cadre d'un stage de trois jours. Une opération destinée à fixer en commun les objectifs de la saison 2015 de Super League.

Si les Dragons sont bien réunis depuis jeudi matin et ce jusqu'à samedi midi à 1 300 mètres d'altitude, la période n'a rien d'un stage d'oxygénation. "Le but est de fixer les objectifs sportifs et extra-sportifs entre quatre yeux" a lancé jeudi Laurent Frayssinous avant d'accueillir ses 21 joueurs sur le terrain boueux de Saillagouse.

Après cinq semaines d'entraînement, le coach souhaitait "sortir de la routine de Brutus sans pour autant perdre de temps en terme de terrain avant la coupure de huit jours". Si le boss du sportif s'est déjà entretenu individuellement avec tous ses joueurs depuis la reprise, depuis jeudi matin, "c'est l'heure de passer aux réunions collectives. On fixera des objectifs par groupe mais aussi collectifs".

Les quarante-huit heures prévues à Saillagouse ont été préalablement minutées par l'encadrement. Entre les réunions, les joueurs ont droit à une séance de musculation, deux séances sur le terrain ce vendredi matin et demain, mais aussi une randonnée en raquettes avant la pause détente dans les bains des eaux sulfureuses de Llo.

  • Séance musclée

L'entraînement réalisé jeudi après-midi a aussi donné le ton de ces trois jours. Les joueurs ont répété des prises de balle, plus musclées les unes que les autres. Si Pomeroy (ischio-jambiers) et Tonga (cheville) ont été exempts de contacts, les dix-neuf autres joueurs se sont "rentrés dedans", a même reconnu le manager Sébastien Raguin, pendant trente bonnes minutes. Le tout sans aucune retenue mais avec un élégant fair-play que l'encadrement a apprécié. Tout comme la sortie bowling, programmée dans la soirée de jeudi et destinée à sortir du train-train. "C'est toujours très intéressant de voir évoluer le groupe dans un contexte différent. Ça permet aussi de voir les affinités des uns avec les autres", a conclu le technicien 'sang et or' plus pointilleux que jamais avec un groupe qui lui a donné "une entière satisfaction sur le plan physique après les cinq premières semaines".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII / Super League : "La meilleure équipe possible" pour les Dracs

Le 14 janvier à 6h00 par Recueilli par B. O. lindependant.fr

laurent-frayssinous-au-milieu-de-ses-jouLaurent Frayssinous au milieu de ses joueurs. Il compte donner du temps de jeu à chacun. PHOTO/M. C.

L'entraîneur des Dragons Catalans Laurent Frayssinous évoque ses attentes à trois jours de retrouver les Broncos de Londres samedi (17 h) à Gilbert-Brutus en match de préparation.

Quels sont les objectifs pour samedi ? "Le premier objectif est d'avoir du temps de jeu tout simplement. En rugby à XIII on sait aussi qu'il n'y a pas de matches amicaux. Contrairement aux saisons passées, je mettrai la meilleure équipe possible pour les matches de préparation. On a envie de revoir les combinaisons travaillées pendant sept semaines et la façon dont les joueurs appliqueront les nouveaux objectifs fixés dans certains domaines". 

Lesquels ? "Offensivement, nous avons un jeu basé sur la vision, il faut être capable d'allier les opportunités que l'on va avoir tout en sachant construire la pression avec le ballon sur la défense. On va essayer samedi de se remettre à niveau après sept semaines d'intersaison." 

Défensivement où en êtes-vous ? "On a mis l'accent sur ce secteur depuis la reprise que ce soit en terme de technique de plaquage ou de décision sur les extérieurs. On a aussi insisté sur la défense sur notre ligne d'essai. On s'est rendu compte lors des années précédentes qu'à chaque fois que nous étions acculés sur notre ligne, nous avions craqué. Il faut être capable d'absorber cette pression et de pouvoir ressortir quand on se retrouve sur notre ligne d'essai". 

Comment sont vos joueurs ? "Ils sont pressés, ils commencent à en avoir assez. Ils veulent tout lâcher et se retrouver dans ces circonstances de compétition". 

Combien de joueurs allez-vous utiliser samedi ? "A la base, je voulais utiliser les 23. Mais Antony Maria est forfait (luxation du pouce). C'est la seule absence confirmée. J'ai ensuite deux incertitudes concernant Todd Carney (ischio-jambiers) et Olivier Elima (genou). Nous ne sommes que mardi (hier) et j'attends la fin de la semaine pour savoir. Par contre, Jeff Lima est remis et jouera samedi."

Qui est le capitaine des Dragons en 2015 ? "Pour moi ça coule de source. Si je m'attarde à la fin de saison dernière et à l'intersaison, il y a deux joueurs qui se dégagent du groupe. C'est ce que j'attendais et ça a été confirmé."

 Greg Mounis et Rémi Casty ? "Oui, ils seront tous les deux les capitaines de l'équipe."

Avec qui allez-vous débuter au centre samedi ? "Je veux voir tout le monde. Duport a retrouvé ses sensations à l'aile, il a confirmé au centre, mais il a aussi fait un excellent travail comme seconde ligne. Il faut que je prenne en compte le fait que je dispose d'un effectif réduit mais avec la qualité des garçons, j'ai de nombreuses options. Bosc peut jouer comme demi ou arrière, voir ailier. Pomeroy a très bien travaillé comme seconde ligne. Tonga a davantage bossé au centre mais il a également évolué à l'aile. J'ai Cardace et Pala qui travaillent très bien et Oldfield qui confirme. Sincèrement j'attends de voir comment vont évoluer les deux blessures pour composer une équipe, mais tout le monde aura du temps de jeu."

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Droits TV : Le rugby à XIII reste sur beIN SPORTS

Dragons-Catalans.jpg

Le groupe qatarien conserve les droits des 2 grandes compétitions de rugby à XIII.

beIN SPORTS a renouvelé ses droits pour la diffusion des matchs des Dragons catalans, seule équipe française qui évolue en Super League (compétition européenne) pour trois saisons, selon nos informations. Tous les matchs des Dragons Catalans devraient être retransmis par la chaîne jusqu’aux phases finales, ainsi que d’autres matchs de Super League.

Le groupe qatarien avait obtenu les droits suite à l’arrêt d’Orange Sport en 2012, le précédent diffuseur. Depuis, beIN SPORTS est devenu le principal diffuseur français du rugby à XIII.

BeIN Sports devrait également continuer à diffuser la National Rugby League (championnat australien) sur ses antennes, si l’on en croit le site de la NRL qui annonce toujours beIN SPORTS comme diffuseur français. Jusqu’à deux matchs par journée ainsi que les phases finales seraient proposés aux abonnés.

Le programme de reprise de la Superleague (à confirmer):

Jeudi 05 février 2015

20h55 Widnes Vikings vs Wigan Warriors bein-sports-3-hd-e1409835375813.png

Vendredi 6 février 2015

20h55 St Helens vs Dragons Catalans beIN_SPORTS_MAX4HD_Couleur-e139250116064

mediasportif.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons dans le rythme

Pour leur premier match amical de la saison, les Dragons Catalans ont dominé les London Broncos, samedi à Perpignan (32-16).

 

Les Dragons Catalans ont bien démarré leur campagne 2015 en dominant, samedi à Perpignan, les London Broncos (32-15). Ce premier match amical, joué à Perpignan, les joueurs de Laurent Frayssinous l’ont maîtrisé de bout en bout, menant 16-6 à la pause, et inscrivant six essais (Tonga, Escaré (2), Pélissier, Pala, Pomeroy), quatre transformés par Thomas Bosc. Les Dragons joueront leur deuxième match de préparation le samedi 24 à Carcassonne, face à une sélection de joueurs de l’Aude, baptisée « les chevaliers Cathares ».

G.N. lequipe.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les élus soutiennent «le grand défi»

 

 

Publié le 20/01/2015 à 03:50 , Mis à jour le 20/01/2015 à 07:44 Rugby XIII - Amateurs - Carcassonne (11)201501201673-full.jpg
Une sélection audoise d'élus, à l'entraînement Chez Félix, hier./ Photo DDM
zoom.png

Nous ne sommes plus qu'à quelquesjours de cet événement. Les Dragons Catalans viennent au stade Domec, et c'est la première fois. Ils viennent donner la réplique à une sélection audoise, mise sur pied par les entraîneurs de Limoux, Carcassonne et Lézignan. Des tentatives avaient eu lieu par le passé, qui avaient plus ou moins échoué. Mais là, sous la force de la volonté de sortir la rugby à XIII de sa torpeur, les dirigeants des trois clubs sont sur le point de réussir.

Soutenus par des élus de tous bords, ils se sont retrouvés dans la bastide carcassonnaise au bar-restaurant chez Félix, autour de Jean François Saïsset, le maire de Trausse-Minervois. Des hommes et des femmes décidés à ce que l'initiative réussisse : le député Jean-Claude Perez, Henry Garino pour la Région, Paul Escourrou et Magali Bardou pour la ville de Carcassonne, Didier Sié d'Aragon, Marty de Villegly, Giniés de Villeneuve-Minervois, Albert, Jean-Louis Aribaud, etc. Tous là pour soutenir l'événement.

Pour eux, le rugby est une façon de motiver les jeunes.

«Un match comme ça, c'est une chance»

«Ce match pour affronter un club de Super League est énorme», se réjouit Jean-Francois Saïsset . Grand connaisseur de cette discipline, il explique que selon lui «le rugby à XIII est oublié par les médias nationaux. Si l'on veut sortir de l'ornière dans laquelle nous nous trouvons, de la léthargie, il nous faut des rencontres comme celle là ,à l'intiative des clubs. Il faut que l'on montre qu'il n'y a pas un rugby de village et un autre. Le rugby à XIII est une merveilleuse discipline et nous avons de grands joueurs. Le samedi 24 janvier, tous au stade, pour montrer notre vrai visage. Pour nous treizistes, un match comme ça c'est une chance! Je sais que la salle du Dôme sera pleine à craquer pour la soirée de gala, et j'espère qu'à Domec, on fera le plein».

Il reste encore des places pour le stade, à 10 euros. Pour les acheter, il faut se rendre au siège de l'ASC XIII, rue Buffon, à Carcassonne.

«Chevalier Cathares vs Dragons Catalans, le grand défi», samedi 24 janvier au stade Domec, à Carcassonne, à 16h30. La rencontre sera précédée d' un match de juniors et, le matin, de ASC XIII/ Stade Toulousain en rugby fauteuil.

Michel Sawas ladepeche.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le «défi» était de taille..

 

 

Publié le 25/01/2015 à 08:58 Rugby XIII - Carcassonne (11)201501251158-full.jpg
5 000 spectateurs sont venus assister au match, malgré un froid glacial./Photo DDM, D.D.
zoom.png

Le projet d'association des trois clubs audois a officialisé sa naissance, hier après midi, devant plus de 5 000 personnes et dans un froid glacial, par un match de gala. La sélection audoise, baptisée «Chevaliers Cathares» avec la bénédiction du Conseil Général de l'Aude (le président André Viola était, d'ailleurs, dans les tribunes et même dans les vestiaires après la rencontre) a affronté les Dragons Catalans, le club de Perpignan qui évolue en Super League anglaise.

empty.gif

Par delà l'innovation de cette «association», qui se veut porteuse d'avenir, l'on a vite constaté le fossé entre le rugby à XIII pratiqué dans le championnat français et celui de la Super League. S'il y a une petite frustation, elle est bien là, car point de suspense. En un quart d'heure de jeu, l'on peut dire que la cause était entendue. Il y a bel et bien une différence entre le rugby à XIII britannique et celui des clubs d'Elite 1!Certes, l'on s'est régalé, mais on aurait aimé attendre un plus de temps pour constater la supériorité des «Dragons». En dix minutes, trois essais transformés. La défense audoise n'était qu'une passoire. Les Catalans, tout heureux d'être là, car cela leur permettait de préparer leur match officiel à St Helens, s'amusaient, au point que l'on pouvait craindre le pire, c'est à dire un score encore plus lourd que celui enregistré (58-24).

Heureusement pour les Audois que Gresèque était là. C'est lui qui, après la furia catalane, secoua ses troupes et sur un coup de pied à suivre, envoya le Limouxin Paul Ivan à l'essai, débloquant ainsi le compteur. Mais très vite les Catalans remirent la pression, sous l'impulsion de Carney (l'homme du match), auteur de deux essais coup sur coup. Les «Cathares», bousculés, ne savaient plus à quel saint se vouer pour ne pas boire la coupe jusqu'à la lie.

Et une fois encore, sur un nouveau coup de pied à suivre de Gresèque, peu avant la pause, le Lézignanais Stacul inscrivait le second essai audois, réduisant l'écart : 34-12.

La seconde période fut, hélas pour les preux «Chevaliers», à l'image de la première, mais convenons quand même qu'ils luttèrent jusqu'au bout, avec un courage qui mérite d'être souligné.

Si Carney, chez les visiteurs, est sorti du lot, mentionnons les noms de Gresèque, Pau et Stacul chez les locaux. En tous cas, bravo aux organisateurs de cet évènement qui fera date. Les bases sont jetées pour sortir le rugby à XIII audois de sa léthargie. Il y a un consensus nouveau entre les trois clubs et surtout l'appui du département et des élus.

chevaliers cathares 24 – 58 dragons catalans

à Carcassonne. Stade Albert Domec. En match de gala, hier, les Dragons catalans (équipe de Super League anglaise) ont battu les Chevaliers Cathares, formation audoise regroupant des joueurs de Limoux, Carcassonne et Lézignan. M.T : 34-12. Temps glacial. Pelouse grasse. Fort vent. Arbitrage de M. Ken Robin ( Grande-Bretagne). 5.000 spectateurs environ.

Pour les Dragons Catalans. 10 essais : Pomeroy (2e), Oldfield (6e), Withead (11e), Escarré (13e, 70e), Carney (21e, 25e), Garcia (44e), Cardace (48e), Casty (66e). 9 T. de Bosc (2, 6, 11, 13, 21, 44, 48, 66, 70).

Pour les Chevaliers Cathares. 4 essais : Ivan (17e), Stacul (35e), Farlow (60e), Jones (79e). 4 T. Gresèque.

Dragons Catalans : Escarré, Oldfield, Pomeroy, Tonga, Duport; (o) Carney; (m) Bosc; Mounis, Garcia, Whithead, Anderson, Pelissier, Casty. Sont entrés en cours de partie : Cardace, Pala, Baïterri, Lima, Bousquet, Henderson.

Chevaliers Cathares : Towers, Mathieu Mayans, Stacul, Guiraud, Soubeyras; (o) Gresèque; (m) Carrère; Farlow; Bastien Escamilla, Ivan; Herold, Jones, Alaalatoa. Sont entrés en cours de partie : Pau, Theresin, Pelo Canet, Tisseyre, Lignères, Bouzinac.

Maxime Hérold, capitaine de l'équipe des Chevaliers Cathares Maxime hérold : «ils vont très vite»

Malgré la défaite, il y avait de l'ambiance dans les vestiaires des Audois. Après les discours des présidents des trois clubs, tous frappés du sceau de la satisfaction, et celui d'André Viola, le président du Conseil Général de l'Aude, Maxime Hérold, le capitaine des «Chevaliers Cathares», y est allé de son commentaire : «On a débuté la partie lentement. Les 25 premières minutes ont été difficiles. Ensuite on s'est ressaisis et on a musclé un peu plus notre défense. On a réussi à s'adapter au jeu des catalans et à le contrer avec plus de force. Ce genre de rencontre nous permet de progresser. La différence de niveau est dans la rapidité des actions. Les Catalans vont très vite. On a , aussi, manqué d'un peu de contrôles sur les tenus. On les a laissés jouer. Ils ont le ballon plus souvent que nous, et sans ballon, on ne peut pas faire grand chose! Le score est un peu lourd. Je suis satisfait, cependant, d'avoir pu donner la réplique à une équipe de Super League».

 

Michel Sawas ladepeche.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Super League : Todd Carney, le “bad boy” au pays des dragons "The time has come", le 5 février la Super League reprend ses droits et l'attraction de cette saison se situe en France, avec l'arrivée de l'international australien Todd Carney au sein des Dragons Catalans.

60 minutes, 2 essais

Une petite heure, c’est le temps exact qu’il aura fallu au virtuose australien pour mettre les supporters catalans à ses pieds. Ce samedi, les dracs affrontaient le XIII Cathares (formation regroupant les meilleurs joueurs de l’AS Carcassonne, du FC Lézignan et du XIII Limouxin). Ce match était l’occasion d’enfin voir Todd Carney sous ses nouvelles couleurs. Numéro un sur le dos, aligné d’entrée de jeu, le demi d’ouverture n’aura pas eu besoin de beaucoup temps pour se remettre en jambes. Un jeu solide, une bonne vision, des combinaisons décisives, mais surtout deux essais avant qu’il ne se fasse remplacer à la 60ème minute sous les applaudissements du stade Albert Domec de Carcassonne.

Todd Carney, du prodige au terrible

827 points depuis ses débuts en pro. C’est avec cet affolant total qu’en septembre dernier le joueur de 28 ans signait son contrat de 3 ans avec les Dragons Catalans. En recrutant ce polyvalent rugbyman (pouvant jouer demi d’ouverture, demi de mêlée, voir arrière), le club français faisait alors un gros coup, un très gros coup même. Car Todd Carney n’est autre qu’une des pointures mondiales à son poste, sacré meilleur joueur de la National Rugby League et du monde en 2010. Étincelant, hors du commun, génie, depuis son arrivée dans le rugby pro à seulement 17 ans et une ascension plus que fulgurante, ce joueur n’a cessé de susciter l’admiration de tous. Mais un génie, dans toute l’extravagance que peut représenter ce terme, à ses parts plus ou moins grandes d’excentricité, de déraisonnable, d’insolite. Malheureusement chez Todd Carney, ce sont ces dernières qui ont construit le personnage, le menant du sommet aux déboires.

2004, à un an de la majorité, l’australien fait son arrivée dans le monde de la NRL sous le maillot des Raiders de Camberra. Moins de deux ans plus tard, en 2006, et quelques 19 essais inscrits, premier dérapage. Todd Carney est arrêté pour conduite en état d’ivresse et son permis lui est retiré pour cinq ans. L’année d’après, entre une dizaine de nouveaux essais, le rocambolesque Todd se retrouve mêlé à un accident de la route et sera arrêté pour délit de fuite.

2008-2009, première exclusion de la NRL, première descente aux enfers

2008, Todd Carney se retrouve de nouveau sur le devant de la scène pour avoir uriné sur une personne en boite de nuit. Face aux déboires de son joueur, Camberra décide tout de même de le garder. Le club lui impose un contrat comprenant de multiples conditions et obligations (notamment au niveau du comportement) qu’il refuse. Carney est alors banni de la NRL pour deux ans. C’est à cette époque qu’il tente une première fois de rejoindre la Super League à Huddersfield. Cependant, ses démêlés avec la justice l’empêchent d’obtenir un visa.

Sans club, l’australien continue de dériver et se fait de nouveau arrêter, cette fois-ci pour vandalisme. Néanmoins, il obtient une chance de retoucher au ballon avec l’autorisation de jouer dans le district du Cairn (Queensland) avec les Atherton Roosters. Le début d’une nouvelle vie ? Malheureusement non. Rien n’est jamais simple avec Carney et alors qu’il retrouve les terrains dans le nord de l’Australie, ce dernier se fera agresser par quatre hommes dont Nick Sliney (actuel joueur des London Broncos). Quelques mois plus tard, nouvelle interpellation, le demi d’ouverture aurait blessé un homme en mettant le feu à son pantalon. Mais aucune plainte n’est finalement déposée contre lui.

2010, l’apogée 

Malgré tout, un génie reste un génie et dans la catégorie des rugbymen de talent, Todd Carney côtoie les sommets. C’est ainsi qu’en 2010, alors que sa suspension de deux ans touche à sa fin, les Roosters de Sydney le signent pour trois ans. L’association Roosters-Carney est parfaite. Le plus grand club d’Australie et son talentueux maître à jouer étaient fait pour se rencontrer. Entouré de joueurs comme Mitchell Pearce ou Shaun Kenny-Dowall, l’australien renaît de ses cendres et inscrit plus de 200 points. Le bad boy de l’hémisphère sud est alors au top de son rugby, il sera sacré meilleur joueur de la NRL et du monde.

Au pays des kangourous, Todd Carney était le roi du ballon du ballon ovale. Alors que rien ne semblait l’arrêter, il entame la saison suivante sur les chapeaux de roues avant de se faire rattraper par ses vieux démons…

2012, direction les Sharks de Crunella-Sutherland

Accidents, alcool, trois fautes graves en à peine deux mois,… les Roosters de Sydney décident en 2011 de se séparer du joueur. Il rebondit alors aux Sharks avec à la clé un contrat de deux ans. Sous les ordres de Shane Flanagan, coach de l’équipe depuis 2010, tout se passe pour le mieux. Todd Carney mène son groupe en phase finale et s’incline face aux Raiders, club de ses débuts. Le demi d’ouverture continue de briller et est sélectionné au sein des New South Wales Blues dans le traditionnel State of Origin. Convoité par plusieurs équipes à la trêve, les Sharks le prolongent alors pour cinq nouvelles saisons en 2013.

2014, deuxième descente en enfer, la fin du joueur en NRL

Mais cette idylle envisagée sur le long terme n’est qu’une utopie. Le 29 juin 2014 le joueur est licencié de son club. La raison ? L’apparition sur les réseaux sociaux de la désormais célèbre mais néanmoins dramatique photo montrant le joueur s’urinant dans la bouche. Cet ultime revers est celui de trop. Jim Doyle, alors président de la NRL déclare qu’il serait “surpris si n’importe quel club montrait de l’intérêt en le signant compte tenu de son histoire mouvementée. Et que même si un club le faisait, ce serait improbable que la NRL soit d’accord pour l’inscrire.”

2015, l’aventure catalane

Sans club, sans ligue, sportivement parlant Todd Carney est au fond du gouffre. Il ne parvient d’ailleurs pas à rebondir dans la ligue japonaise. Les rigoureux clubs nippons, appartenant à des marques, refusent de le recruter compte tenu de son casier judiciaire mais également du trop grand nombre de tatouages sur sa peau. Cependant, il va tout de même susciter l’intérêt de nombreuses équipes de Super League mais également… de Top 14 selon Fox Sports et les dires de Bernard Guasch, président des Dragons Catalans. Mais c’est finalement dans le sud de la France, à Perpignan, que le tumultueux australien pose ses valises.

Son arrivée n’est pas sans rappeler celle de Greg Bird, autre kangaroo venu se racheter une conduite dans les terres catalanes. Christophe Jouffret, directeur général du club catalan, l’avait d’ailleurs souligné lors de l’annonce de la signature du joueur : “Nous avons avec succès accueilli Greg Bird par le passé qui, en proie à des problèmes extra-sportifs avant sa venue à Perpignan, est devenu après son passage chez nous le joueur exemplaire et brillant qu’il est aujourd’hui en NRL et avec l’équipe d’Australie. Avec un Todd à la manœuvre, notre équipe assurera le spectacle à Brutus et ailleurs pour le plus grand bonheur de nos supporters et partenaires.”

A 28 ans, cet exil sonne comme une des dernières lueurs d’espoir dans la carrière de Todd Carney qui a lui même déclaré que Perpignan serait sa dernière destination : “Dès que je m’installe, je vais apprendre le français (…) J’ai signé un contrat de trois ans et j’aimerais terminer ma carrière ici, aller au-delà de ces trois ans (…) Je vais vraiment entrer dans la culture de ce club et en faire ma maison pour le reste de ma carrière.”

Dans cet immense jeu qu’est le sport de haut niveau, les Dracs ont décidé de jouer à quitte ou double. Recruté un tel génie c’est avoir l’assurance du plus grand des spectacles. Mais sera-t-il en dehors ou sur le terrain ? L’avenir nous le dira.

1m84, 90 kg, 11 ans en pro, 827 points. Sur le papier, et avec l’autre recrutement de Willie Tonga ou le retour de Remy Casty, les Dragons seront plus que jamais une équipe à prendre au sérieux cette saison.

Après une demi-finale perdue la saison passée, les catalans pourront-ils rêver du titre de Super League cette saison ?

 

 

THOMASE beinsport.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Infirmerie des Dragons Catalans : Casty très incertain pour Castleford, aucun risque avec Carney

Le 09 février à 16h46 par Bruno Onteniente lindependant,fr

ici-au-plaquage-sur-mose-masoe-remi-castIci au plaquage sur Mose Masoe, Rémi Casty est revenu avec une fracture à la main de Saint-Helens. PHOTO/Varley

Les Dragons ont payé cher leur première sortie de la saison. Le pilier Rémi Casty a passé des radios de contrôle ce lundi matin. Les résultats des examens médicaux ont décelé une petite fracture sur le métatarse de la main. Il n’y a pas de fracture ouverte nécessitant une opération, mais Casty rencontrera ce mardi le spécialiste, le docteur Lautman, qui décidera de la durée de son indisponibilité. La participation de Rémi Casty à la réception de Castleford samedi (15 h) est fortement compromise.

Le demi d’ouverture des Dragons, Todd Carney, a passé quant à lui ce lundi matin une échographie de contrôle suite à sa lésion sur le mollet. La blessure est en cours de cicatrisation, mais le joueur a repris les courses avec Benoît Albert (préparateur physique) cet après-midi. L’encadrement jugera au jour le jour, mais ne devrait prendre aucun risque, sachant que le week-end prochain, la Super League fait relâche avec la réception de Warrington le samedi 28 février.

En revanche, Scott Dureau s’est entraîné normalement ce lundi matin. Le demi de mêlée postule à la réception des Tigers.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII / Super League : Carney entre chez les Dracs par la grande porte 

Le 01 mars à 6h00 par B. O. lindependant.fr

todd-carney-a-dispute-toute-la-rencontreTodd Carney a disputé toute la rencontre. PHOTO/M. Clementz

La recrue australienne a réussi ses débuts en Super League.Très professionnel, l'ouvreur australien a réalisé un match juste. Son premier en compétition officielle depuis huit mois.

Mais Carney a surtout affiché une grosse sérénité, une maîtrise sans éclat et une lucidité comme cette '40-20' trouvée au milieu de la première période ou cette passe sautée pour Oldfield. Hier, pour sa première, Carney a aussi géré ses efforts au milieu d'un ensemble qui a déjà bien travaillé autour de lui. Cette prestation est donc convaincante pour la suite de la compétition mais elle permet aussi au groupe d'acquérir une intéressante maturité et une grosse confiance.

 

 

Si Laurent Frayssinous parle de match "référence offensivement" il a aussi apprécié la première sortie de son meneur : "Le meilleur est à venir, je n'ai jamais eu de doute sur sa capacité à faire des exploits personnels. Mais ce soir(hier) le positif vient du fait que les combinaisons autour de lui ont été claires et sans précipitation. Des transmissions cadrées comme nous l'avions demandé".

L'ancien joueur de Cronulla en bon élève a donc récité la partition quatre-vingts minutes durant. Carney : "Heureux de jouer" "Je ne vais pas vous dire que je ne suis pas fatigué, mais je suis content des efforts de l'équipe et surtout d'avoir retrouvé la compétition , je suis avant tout heureux d'avoir joué" a très vite lancé Carney. "C'est très bien de débuter par une victoire, qui plus est face à Warrington. Les attitudes ont été très bonnes et le groupe a bien travaillé dans l'ensemble. Physiquement, je savais que ce serait difficile mais je suis content d'être entré dans la Super League de cette manière", a-t-il poursuivi.

La recrue phare des Dragons est enfin sortie du bois après avoir connu un souci à un mollet. Si défensivement Carney a sauvé un essai par son choix de couper l'extérieur en tout début de rencontre, il a aussi été pris pour cible par ses vis-à-vis. Tonga, Duport et surtout Taia ont aussi couvert ses arrières. Et puis, comme prévu, l'attention toute particulière qui lui a été portée a permis à Dureau d'évoluer plus librement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une semaine à Hull

Le 13/03/2015 à 19:21:00
 
Les Dragons Catalans s’envolent samedi pour Hull, sur les bords de la Mer du Nord, où ils passeront la semaine. La programmation du championnat a en effet prévu que la franchise perpignanaise jouerait en suivant ses matches à l’extérieur contre les deux formations de Hull. Dimanche après-midi, les Dragons seront d’abord opposés au Hull KR, club où évolue leur ancien joueur Kevin Larroyer, avant d’affronter Hull FC, le vendredi 20 en nocturne. Pour éviter les fatigues de deux voyages sur une même destination, les dirigeants catalans ont choisi de faire rester le groupe sur place.

Laurent Frayssinous, l’entraîneur des Dragons, n’a procédé qu’à un seul changement dans l’équipe qui a partagé les points avec Salford (40-40), samedi dernier. Todd Carney, côte cassée et qui devra observer trois semaines de repos, est remplacé par Eloi Pélissier, qui a purgé ses deux matches de suspension.

Le groupe des 19 : Escaré, Duport, Pomeroy, Tonga, Oldfield, Dureau, Elima, Henderson, Casty, Taia, Anderson, Mounis (cap.), Bosc, Lima, Pélissier, Whitehead, Garcia, Bousquet, Baitieri.

 
G.N. lequipe.fr

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hull FC-Dragons Catalans, ce vendredi: Elliott Whitehead l'antistar

Le 19 mars à 6h00 par A Manchester, Bruno Onteniente lindependant.fr

whitehead-est-le-meilleur-plaqueur-catalWhitehead est le meilleur plaqueur catalan cette saison (30/m). PHOTO/M. C.

L'Anglais, qui est davantage 'bing' que 'bling', est vite devenu un élément important du vestiaire des Dragons Catalans.

Cette saison, les Dragons n'ont qu'un seul Anglais dans leur effectif. Un solide gaillard de 25 ans né à Bradford, dans le berceau de la Rugby League. "Un bon gars, normal, c'est moi qui l'ai fait venir", raconte le pilier Olivier Elima, qui a côtoyé Elliott Whitehead lors de ses deux saisons chez les Bulls. Avant de le convaincre de "briser le cœur des fans" en pleine année 2013.

Whitehead ou un besogneux qui n'est pas du genre à faire les choses à moitié. A l'image de son comportement sur le terrain où il donne tout, mettant son corps en avant pendant quatre-vingts minutes. Un dur au mal, en somme, qui s'est très vite fondu dans le groupe. "C'est toujours le premier à vouloir payer", lance son binôme en chambre, Morgan Escaré, pendant que Ben Garcia, qui a rejoint les Dracs en même temps que lui, bade son côté "chanceux au casino".

Fan club

Un deuxième ligne qui préfère l'ombre à la lumière : "Je n'aime pas me mettre en avant, je suis comme ça dans la vie aussi, ça ne veut pas dire que je suis un calme non plus", précise celui aime faire la fête... et qui ne s'en cache pas. Jamais le dernier pour piéger ses équipiers, Elliott le Dragon n'a aucun problème avec le fait "d'être l'Anglais qui joue pour les Français, même si au début certains l'ont mal pris. Australiens, Français, et Anglais, c'est pareil : nous jouons pour les Catalans et nous devons former une famille".

Mais avec Whitehead, les Dragons possèdent un joueur qui a sa propre délégation de fans en Angleterre : "Ils n'ont pas pu venir dimanche mais vendredi (demain) ils seront à Hull FC pour nous encourager". Attention, les fans d'Elliott n'ont rien de conventionnel. Un groupe de 15 personnes capable de mettre le feu au sens propre et au figuré. Comme ils l'ont fait au Galpharm Stadium d'Huddersfield lors du deuxième tour des play-off au mois de septembre dernier.

En fin de contrat

Des Anglais devenus Catalans, qui donnent de la voix et qui attendent à chaque fois leur idole à sa sortie des vestiaires pour le porter en triomphe. Ses coéquipiers y ont droit aussi. "Ce sont des amis de Bradford et je suis très content quand ils peuvent venir, l'équipe aussi car on bénéficie du coup d'un réel soutien. Ils sont un peu allumés, mais c'est bon".

En clair, sur le terrain ou en dehors, Whitehead rallie tous les suffrages. Celui qui reconnaît être "un ami proche de Leon Pryce" ne fera pas de sentiment demain : "C'est important pour nous, nous devons nous rassurer après ce que nous venons de réaliser, il n'y a que ça qui compte". Et de conclure : "Je suis en fin de contrat, mais je préfère me concentrer sur ma saison. Dans les deux prochains mois, je serai fixé sur mon avenir, mais je n'ai encore rien décidé".

Le club s'active en effet depuis le mois de janvier pour négocier la prolongation du joueur. Un deuxième ligne qui ne manque pas de sollicitations. Mais le genre d'homme de parole et de convictions que Bernard Guasch, le patron des Dragons, aime affronter.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les Dragons sans Todd Carney à Hull FC

Le 18 mars à 15h44 lindependant.fr

 

les-dragons-sans-todd-carney-a-hull-fc_5

Même s'il a participé à la séance d'entraînement, ce mardi après-midi, le demi d'ouverture des Dragons Catalans, Todd Carney (côte cassée), n'a pas été retenu pour la rencontre qui attend les Dracs à Hull FC, ce vendredi 21h au KC Stadium. 

Le seul changement dans le groupe des 19 convoqués concerne Ben Pomeroy, suspendu, remplacé par Damien Cardace. 

  • DRAGONS (les19) : Escaré, Duport, Tonga, Oldfield, Dureau, Elima, Henderson, Casty, Taia, Anderson, Mounis, Bosc, Lima, Pélissier, Whitehead, Garcia, Cardace, Bousquet, Baitieri. 
  • HULL FC (les 19) : Bowden, Ellis, Green, Houghton, Howarth, Lancaster, Lineham, Michaels,Minichiello, Paea, Paleaaesina, Pryce, Rankin, Sneyd, Talanoa, Thompson, Watts, Westerman, Yeaman.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rugby à XIII: Les Dragons catalans perdent à Hull FC mais retrouvent leur "âme de guerriers"

Samedi 21 mars 2015 à 07h25 francebleu.fr
Les treizistes catalans ont perdu 33 à 22 ce vendredi soir contre Hull FC. Leur deuxième défaite d'affilée après Hull KR la semaine dernière. Les Dragons se sont toutefois rassurés sur leur attitude et leur combativité sur le terrain.
remi-casty.jpg

Rémi Casty, co-capitaine des Dragons Catalans  © Radio France - Cyrille Manière

Les Dragons catalans se sont inclinés 33 à 22 ce vendredi soir sur le terrain de Hull FC. les treizistes ont vécu leur deuxième défaite d'affilé en superleague et deux joueurs se sont blessés lors du match: Mickael Oldfiel et Todd Carney.

"On a retrouvé l'âme des Catalans"

"Une défaite, ça ne fait jamais plaisir", reconnait Rémi Casty, co-capitaine des Dragons, "mais je pense qu'on a retrouvé notre âme de guerriers. Si on avait eu ça la semaine dernière contre Hull KR, on aurait sûrement gagné. Là dans les premières 25 minutes ça a été d'une intensité énorme.  Y avait du bras de fer, y avait pas trop de balons tombés, et on sentait que on était dedans, puis après y a des petits cadeaux qui ont été faits et eux ils ont pris confiance. La fin de la première mi-temps nous a fait très mal. On gagne la deuxième mais c'était trop tard"

 

La réaction du rugbymen Rémi Casty après le match 

 

Malgré leur défaite, les dragons se disent rassurés "dans l'attitude, dans le combat, et il faut garder ça parce qu'il faut qu'on gagne contre Leeds à la maison".

Les Dragons affronteront Leeds, samedi 28 mars, au stade Gilbert Brutus à 18h.

Share this post


Link to post
Share on other sites
PERPIGNAN : Les supporters anglais de Leeds accueillis et « chouchoutés »…

par admin le mar 23, 201519 h 12 min

OUILLADE.EU

L’OFFICE DE TOURISME DE PERPIGNAN COMMUNIQUE

LES SUPPORTERS ANGLAIS DE LEEDS

 ACCUEILLIS et « CHOUCHOUTÉS »

PAR LA VILLE ET L’OFFICE DE TOURISME DE PERPIGNAN

 

Samedi 28 mars à 18h au stade Gilbert Brutus, les Dragons Catalans accueille pour le compte de la 7ème journée du championnat de Super League l’équipe de Leeds Rhinos, championne en titre et actuelle 2ème du championnat… Un gros match en perspective.

Conscients de la manne touristique que représente la venue de nombreux supporters anglais lors des matchs des Dragons catalans à Gilbert Brutus, la Ville et l’Office de Tourisme de Perpignan ont signé, en décembre 2014, une convention « les Dragons en ville – 2006/2015 : 10 ans » pour la mise en œuvre concertée d’un programme d’animations et d’accueil des supporters anglais.

A ce titre, samedi 28 mars 2015, en partenariat avec EVAZ-JO ROUSSILLON VOYAGES et les Dragons catalans, plus de 200 supporters de Leeds  seront « chouchoutés » et profiteront d’un programme d’animations « sur mesure ». Dès 12h, à partir de l’Office de Tourisme, place Arago, une guide conférencière leur fera découvrir les richesses patrimoniales de la Ville… dans la langue  de Shakespeare !

La visite guidée s’achèvera au pied du Castillet, place de Verdun par une dégustation de produits du terroir en présence de joueurs des Dragons Catalans.

Les supporters seront invités ensuite à se rendre auprès de plus de 40 restaurateurs partenaires qui à l’initiative de l’Office de Tourisme se sont engagés à proposer un repas à tarif préférentiel sur présentation du billet de match.

Plusieurs de ces accueils personnalisés seront programmés, avec l’ensemble des partenaires, tout au long de la saison.

Dans le cadre des objectifs stratégiques généraux de l’Office de Tourisme de Perpignan, cette action vise à ancrer la filière « tourisme sportif » dans son schéma de développement du tourisme local et ainsi augmenter la fréquentation et la consommation touristique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons terrassent Wakefield

Le 02/04/2015 à 23:28:00
 
Après trois défaites consécutives, les Dragons Catalans ont réagi. Et quelle réaction ! Vainqueurs jeudi soir à Wakefield 40-4 (26-0), les joueurs catalans ont pris le match à bras le corps et après le premier essai, signé Benjamin Garcia (16e), ils ont déroulé leur rugby, inscrivant trois nouveaux essais avant la mi-temps, grâce à Tonga, Pomeroy et Whitehead. La botte de Dureau meublait le tableau d’affichage (26-0 à la mi-temps).

En seconde période, les coéquipiers de Rémi casty ne relâchaient pas la pression, et l’ailier Damien Cardace s’offrait un joli triplé. A la dernière minute, Wakefield sauvait l’honneur par Riley. Ce résultat redonne des couleurs à l’équipe catalane, avant la réception de Widnes, le lundi de Pâques à Perpignan.

 
G.N. lequipe.fr

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Dragons pour confirmation

Le 11/04/2015 à 10:29:00| 3 Commentaires
 
20eff.jpg

Les Dragons Catalans doivent confirmer face à Wigan. (Franck Faugère/L'Equipe)

L'adversaire
Vainqueurs de leurs deux rencontres de la semaine pascale (à Wakefield (40-4), contre Widnes (32-16), les Dragons Catalans aimeraient bien réussir la passe de trois, dimanche après-midi (16 heures) à Wigan. Seul hic, les Warriors sont l’une des meilleurs équipes de la Super League, et même s’ils n’occupent que la cinquième place provisoire du classement, à égalité de points avec les Dragons (9), ils restent un adversaire redoutable. Wigan s’est accroché pour rester invaincu à domicile, ce qu’il est parvenu à faire difficilement (Saint Helens (12-4), Hull FC (13-12).
Les Dragons
Un seul changement dans le groupe vainqueur de Widnes le lundi de Pâques : le retour du pilier néo-zélandais d’origine samoane Jeff Lima. Il remplace Antoni Maria, qui jouera la finale de la Coupe de France avec la réserve, Saint Estève/XIII Catalan contre Lézignan, samedi après-midi. Les Dragons termineront la saison sans Vincent Duport, victime d’une rupture d’un tendon de l’épaule. Le groupe des 19 : Escaré, Pomeroy, Tonga, Dureau, Elima, Henderson, Casty, Taia, Anderson, Mounis, Bosc, Lima, Pélissier, Whitehead, Garcia, Pala, Cardace, Bousquet, Baitieri.
La phrase
«Je voudrais remercier le club et les supporters pour tout ce qu’ils ont fait pour moi et je vais tout donner avec les Dragons jusqu’à la fin de la saison», du deuxième ligne anglais des Dragons, Eliott Whitehead, après l’annonce de son départ pour la NRL, où il jouera à Canberra la saison prochaine.
2
C’est le nombre de victoires obtenues par les Dragons Catalans à Wigan depuis qu’ils fréquentent la Super League. En 2008 (26-24), puis en 2011 (47-28).
 
 
 
Gilles NAVARRO lequipe.fr

 

 
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...