Jump to content

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

sylvainord

Elite 1 saison 2014-2015

Recommended Posts

Rugby à XIII : la nouvelle structure du FCL se met en place

Le 19 août à 6h00 par A. R. lindependant.fr

lors-de-la-presentation-des-equipes-le-vLors de la présentation des équipes le vendredi 5 septembre au Palais des fêtes, le recrutement devrait être terminé. PHOTO/© D.R

A l'approche du coup d'envoi de la saison, le vieux club des Corbières termine son recrutement et reconstruit les responsables de chaque catégorie.

Petit à petit, l'effectif des 'vert et blanc' s'est affiné. Après Jamal Fakir, le pilier international français, c'est au tour de Tuki Jackson de rejoindre le club des Corbières. Cet Australien de 27 ans a l'avantage d'être polyvalent puisqu'il peut évoluer aussi bien en 2e ligne qu'au centre. Sa rapidité et sa puissance lui permettent d'être un grand perforateur des défenses. Ce solide joueur devrait arriver sur le sol lézignanais en septembre. Farid Sid, qui était annoncé à l'USAP, restera au FCL. L'ailier catalan (champion de France avec Perpignan), continuera l'aventure avec les 'vert et blanc'. Une dernière recrue, issue de la Super League, devrait être annoncée sous peu.

 

Les départs

Quelques Lézignanais pourraient se retrouver à Palau, comme Mickaël Tribillac, qui semblait pourtant intéressé par le FCL, mais aussi Christophe Calégari et Nicolas Piquemal, qui n'ont pas été conservés par le club. Les seniors lézignanais peaufineront leur préparation en participant au tournoi Aillières à Toulouse (le 30 août), et lors d'un stage à Matemale (les 5 et 6 septembre).

Changement en juniors

Chez les jeunes, cela se décante en douceur. Tout en étant conservés dans l'encadrement, Fabrice Abadie et David Marty n'occuperont plus de fonctions sportives. "Il faut s'ouvrir sur l'extérieur : leur rôle sera de superviser d'autres équipes, qu'elles soient à XIII ou à XV, pour tenter de repérer de jeunes joueurs", explique Alain Fabre, l'un des coprésidents. Jérôme Sarda devient l'entraîneur principal de cette catégorie. Il sera secondé par Tony Duggan, "pour la préparation physique mais aussi technique, et par Frédéric Torrécillas", précise Alain Fabre. Sébastien Deleigne pourrait même s'ajouter à ce staff. "Notre volonté est de ne plus voir cette catégorie abandonnée. C'est pour cela qu'on a forcé sur l'encadrement. On veut aussi arriver à faire revenir des jeunes qui sont partis. Pour réussir, il nous fallait montrer que l'on considère cette catégorie comme importante", ajoute le coprésident.

Section des jeunes

En cadets et minimes, le trio de présidents a réussi à convaincre le manager, Olivier Estébanez, de poursuivre la tâche qui lui avait été confiée les saisons précédentes. Celui-ci doit en priorité reconstruire des staffs dans les deux catégories. Olivier Estébanez multiplie les contacts pour tenter de trouver des entraîneurs. En minimes Cédric Lacan pourrait continuer l'aventure. Sébastien Guilhaumou serait prêt à lui prêter main-forte. En cadet, rien n'est encore défini, mais le manager se démène pour que d'ici peu ces problèmes soient résolus. Lors de la présentation des équipes le vendredi 5 septembre au Palais des fêtes, tout devrait être définitivement en place.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le XIII limouxin tourne une page

Le 20 août à 6h00 par Rapha Bueno lindependant.fr

les-deux-freres-mathieu-et-bastien-almarLes deux frères, Mathieu et Bastien Almarcha. PHOTO/© D.R

Les "trois mousquetaires" tirent leur révérence. Le club blanquetier repart sur de nouvelles bases y compris au niveau des dirigeants. Et un cadre technique national arrive.

Quand on croit que c'est fini, ça recommence ! C'est donc reparti pour une nouvelle saison au XIII Limouxin avec son lot de changements. Mais avant de dérouler le tapis rouge pour de nouveaux arrivants, dont on espère que la qualité sera au rendez-vous, il est plus juste de revenir sur ceux qui vont quitter le club. Et c'est une équipe complète qui va tourner la page. McGuire et Filippo sont repartis en Australie, Jewitt, Temata et Peacock de retour en Angleterre où les a rejoint le brillant pilier Maxime Hérold, Navarette est retourné chez les Catalans, Wagon devrait encore piger avec la Réserve, quant à Pramil, Guillaume Reffle et les frères Almarcha, ils ont fait valoir leur droit à la retraite.

 

Pomponette

On va s'attarder plus particulièrement sur les trois derniers mousquetaires qui depuis leur plus tendre enfance ont servi le XIII Limouxin, qu'ils ont chevillé au corps. Certes, ce long chemin d'environ trente ans a connu quelques petites infidélités. Guillaume Reffle a fait un crochet avec les juniors de Lézignan, Bastien à Carcassonne et Mathieu vers Toulouse. Mais s'éloigner de la place de la République était insoutenable et les trois compères sont rapidement revenus au bercail, comme Pomponette dans le film de Pagnol, guidés par l'amour d'un club qu'ils avaient toujours envie de servir ensemble et avec lequel ils ont marqué de belles pages de son histoire.

Equipe rajeunie

Comme souvent dans l'histoire du club, il va falloir rebâtir sur les jeunes du cru et quelques recrues : Viala (Jules-Julien), Magella un ailier d'Aurillac XV, et le retour au club de Mickaël Rouch (Perpignan). Les anciens, Mickaël Murcia, David Ferriol et Philippe Laurent vont en remettre une couche, tout autant que le physique répondra présent. Pour les étrangers, les dirigeants sont allés faire leur pêche aux gros au grand large avec deux Australiens et deux Néo-Zélandais. La meilleure carte de visite revient incontestablement à Ben Jones, 24 ans, 1m78 et 93 kg, demi ou talonneur, réserve de Paramatta, avec au compteur 35 matchs en NRL avec Sydney Roosters et le North Queensland. Il sera accompagné de trois beaux poulets : Isaac Maliota, pilier, 24 ans, 1m88 et 108 kg, réserve de Paramatta, Harlan Alaatola, pilier ou troisième ligne, 26 ans, 1m76 et 105 kg, (Canterburry), et l'immense centre ou deuxième ligne, Paul Ivan, 27 ans, 1m98 et 112 kg, (Redcliffe).

Nouveau staff

Au niveau du staff, c'est également le grand changement avec la venue du cadre technique national, Olivier Janzac, accompagné par le préparateur physique, Maxence Rivière. Le profil idéal pour rebâtir un nouveau groupe, même s'il va falloir en découdre avec la Fédération qui ne compte pas lui donner son aval pour entraîner. A défaut, il sera un consultant émérite. Quant aux juniors, l'expérimenté Jean-Luc Delarose vient prêter main-forte à José Delgado pour encadrer un groupe très prometteur. Tout ce beau monde a repris depuis un mois les entraînements en commun, en vue de préparer le premier match à Toulouse le 13 septembre prochain.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le XIII lui porte bonheur
  •  
  • Clicanoo.re
  • publié le 9 septembre 2014
  • 05h37
89eab_bandeau-jir.jpg
5cd52597c0bf27aa8f1759b2eac86387.jpg
 

Jordan Sigismeau et l’USAP, c’est désormais de l’histoire ancienne.

 
 
 
 

Après cinq années de XV à l'USAP, Jordan Sigismeau découvre cette saison le rugby à XIII et son championnat de France Élite sous les couleurs de Saint-Estève. Un nouveau départ pour le Saint-Pierrois.

jordan sigismeau passe du XV au XIII

Cette saison, Wenceslas Lauret ne sera pas le seul Réunionnais à évoluer en première division française. Jordan Sigismeau le rejoint en effet sur les bancs de l’Élite nationale. Pourtant, les deux hommes ne se croiseront jamais sur le terrain. Et pour cause. À 21 ans, le Saint-Pierrois, premier joueur issu du Centre de formation de Saint-Denis à avoir quitté son île en 2009 pour tenter sa chance en métropole (avec le Saint-Paulois Romain Mazzocchin, aujourd'hui en Fédérale 2), ne jouera pas en Top 14 mais en Élite 1. Autrement dit le plus haut niveau du rugby... à XIII.

Après avoir gravi un à un les échelons à l’USAP, jusqu’à faire parti de l’équipe Espoirs, l’ailier a été prié d’aller voir ailleurs à la fin de la saison dernière. Victime de la réforme fédérale des catégories d’âges instaurée dans le but de s’aligner sur les standards de l’IRB. "Ils ont sacrifié une génération ; la mienne (92) en l’occurrence", regrette-t-il. Trop "vieux" pour continuer à évoluer dans l’antichambre des pros, "je n’ai pas été gardé pour jouer en Pro D2." Un coup dur. Une claque. "J’étais forcément dégoûté, même si je m’y attendais un peu."

"Deux sports totalement différents"

Usapiste depuis ses débuts en métropole, la pilule a alors du mal à passer. Il ne lui faudra pourtant pas beaucoup de temps pour rebondir. Toujours à Perpignan. Inspiré par la famille de sa copine - "une famille de treizistes" - il s’en va passer des tests à Saint-Estève - XIII Catalan, anciennement Union Treiziste Catalane. Soit la réserve des Dragons, unique formation tricolore à évoluer en Super League anglaise. "Dès le lendemain, ils m’ont rappelé", se souvient-il. La reconversion est toute trouvée. "J’ai signé en juillet un contrat amateur de deux ans."

L’ailier qui rêvait de Top 14 s’apprête donc à découvrir l’Élite 1 ce week-end, à travers la première journée de championnat (voir ci-dessous). Un nouveau départ pour un jeune homme passé en peu de temps de la déception à l’excitation. "Je m’éclate dans cette nouvelle discipline, s’enthousiasme-t-il. Nouvelle ? Le XV et le XIII sont totalement différents, justifie-t-il. On a le même maillot mais on ne pratique pas le même sport. Le XIII est plus physique ; il n’y a pas de temps mort." L’existence d’une Fédération française spécifique en est la preuve la plus éclatante.

Séduit et ambitieux

Parfois frustré sous le maillot de l’USAP, il revit aujourd’hui. "Je touche beaucoup plus de ballons qu’avant. C’est un rugby qui correspond davantage à mes qualités de vitesse et d’explosivité." Séduit, l’ancien pensionnaire du RC Saint-Pierre dit avoir fait le deuil du XV, même s’il ne faut jamais jurer de rien. "Je regrette même de ne pas avoir connu le XIII plus tôt."

Ambitieux, il voit déjà plus loin que la première division française. "Je joue pour la réserve des Dragons, rappelle-t-il fièrement. J’espère donc réaliser une bonne saison afin de me faire repérer." Et de grimper dans la hiérarchie catalane. Pleinement relancé, il ne s’interdit rien. "L’équipe de France ? J’y pense. Mais j’en suis loin. Je ne fais que débuter et j’ai beaucoup de travail devant moi."

Morgan Chari clicanoo.re

Share this post


Link to post
Share on other sites

Où vont les Léopards d'Aquitaine ?

 

Publié le 17/09/2014 à 03:52 , Mis à jour le 17/09/2014 à 08:23 Villeneuve-sur-Lot (47) - Rugby à XIII201409171993-full.jpg
Malgré les mauvaises nouvelles en interne, les joueurs villeneuvois ont joué le jeu samedi dernier devant Avignon. / Photo DDM, G.Gouyou.
zoom.png

Alors que les dirigeants de Villeneuve XIII étaient murés dans le silence tout cet été, que le staff technique du club se voulait rassurant à l'aube d'une nouvelle saison sportive, le tribunal de grande instance d'Agen a prononcé la liquidation judiciaire vendredi dernier. Une procédure qui va permettre de geler un passif de 70 000 € dû en partie à de fortes charges sociales. Il y a 10 ans, Villeneuve XIII avait été obligé de déposer également le bilan avec une ardoise beaucoup plus importante que le précédent exercice. Et il y a 2 ans, le dévoué président Michel Thiolat avait lancé un cri d'alarme à tous les fidèles et amis du club pour venir en aide aux Léopards d'Aquitaine. Quel avenir désormais pour ce club treiziste qui s'apprête à célébrer son 80e anniversaire ? Les responsables du club Michel Thiolat et Jean-Pierre Sagnette mais aussi le rapporteur aux comptes Patrick Maury, l'expliqueront cet après-midi lors d'une conférence de presse. Selon toute vraisemblance, le club va changer d'appellation et de statuts avec très certainement l'organisation d'une assemblée générale extraordinaire. Mais cela ne devrait pas remettre en cause l'engagement des Léopards dans leur championnat élite. D'ailleurs, ces derniers qui ont appris la mauvaise nouvelle juste avant leur premier rendez-vous de la saison devant Avignon ont joué le jeu, en s'imposant assez facilement face aux Vauclusiens (24-12).

La Dépêche du Midi

Share this post


Link to post
Share on other sites
Villeneuve XIII en redressement judiciaire

 

Publié le 18/09/2014 à 03:54 , Mis à jour le 18/09/2014 à 07:57 Villeneuve-sur-Lot (47) - Justice201409182245-full.jpg
Sportivement, Villeneuve XIII se porte bien. Financièrement en revanche.../Photo DDM, G.G.
zoom.png

Le club du président Thiolat, qui traîne un lourd passif depuis plusieurs années, a demandé à être placé en redressement judiciaire. Rigueur budgétaire et restructuration en vue.

Les institutions vacillent en cette fin 2014 dans le nord du département. Après l'usine de Fumel menacée de fermeture, les parquets Marty qui ont annoncé la leur pour la fin de l'année, c'est au tour du club de rugby à XIII de Villeneuve-sur-Lot d'être placé en redressement judiciaire. «À la demande des dirigeants de Villeneuve XIII», précisait hier l'avocat du club, Me Catherine Joffroy.

«La procédure de redressement judiciaire est un outil à la disposition des entreprises», ajoutait Patrick Maury, expert-comptable de la structure. «Ce dispositif va nous conduire à revoir l'organisation du club et à réduire le budget.»

Étalement sur 10 ans

Le président Thiolat, lui, expliquait en préambule qu'en dépit de la bonne saison sportive des Léopards d'Aquitaine, demi-finaliste du championnat de France et champion de France à VII, la situation financière, elle, s'était aggravée. Une situation héritée d'un passif creusé depuis 2007 et mis en lumière par l'arrêt des subventions exceptionnelles tirées de la réserve parlementaire de Jérôme Cahuzac, qui en 2010, 2011 et 2012 avait obtenu respectivement 40 000, 40 000 et 50 000 € chaque année. Une manne tarie avec la chute de l'ancien ministre du Budget.

Dans un premier temps, en juillet 2013, le club a tenté de négocier avec ses créanciers de gré à gré. Et notamment avec l'Urssaff : «Mais il fallait régler nos dettes sur deux ans, ce qui nous est impossible», expliquait Me Joffroy. «La décision a donc été prise fin août de demande à être placé en redressement judiciaire.»

Sous la houlette du tribunal de commerce, les dettes, dont le montant précis n'a pas été révélé mais qui tournerait aux alentours de 100 000 €, pourraient être étalées sur 10 ans. Le jugement sera rendu le 26 septembre et devrait ouvrir une période d'observation d'un an au cours de laquelle le club sera sous haute surveillance, avec interdiction de créer de nouvelles dettes.

Masse salariale réduite de 25 %

Conséquence immédiate et déjà anticipée par les dirigeants, la réduction du budget de la saison en cours. Avec une baisse de la masse salariale de 25 % et un budget ramené à 426 000 € pour la saison 2014-2015, dont 153 000 € espérés de dotations publiques en provenance de la ville de Villeneuve, du conseil général de Lot-et-Garonne et de la région Aquitaine.

Avant l'assemblée générale qui pourrait avoir lieu en décembre, un appel aux bénévoles, aux sponsors est lancé : «Le rugby à XIII fait partie de l'identité de notre ville», plaidait hier Me Joffroy. «Il est important que tout le monde se mobilise.»

Développer la formation

«Il faut changer notre politique», résume Jean-Pierre Sagnette, membre du comité directeur. «On nous pille régulièrement de nos meilleurs jeunes et même de nos anciens. Nous n'avons plus les moyens de payer des joueurs étrangers qui nous coûtent très cher. Il faut nous concentrer sur les jeunes et la formation. Depuis le début de la saison un joueur de Villeneuve XIII, Damien Gauthier, a entrepris de former les formateurs du SAV XIII, le club des sections jeunes. C'est comme ça que notre club et notre sport s'en sortira.»

Jérôme Schrepf DDM

Share this post


Link to post
Share on other sites
Carcassonne : les supporters de l'ASC XIII prêts pour le derby FC Lézignan-ASC XIII

Le 03 octobre à 08h59 lindependant.fr

les-supporters-de-l-asc-xiii-attendus-ceLes supporters de l'ASC XIII attendus ce dimanche à 15h 15 pour le coup d'envoi du derby à Lézignan, stade du Moulin. PHOTO/Claude Boyer

Les joueurs de l'ASC XIII se préparent pour le choc de la prochaine journée du championnat Elite de rugby à XIII face à Lézignan dimanche au stade du Moulin. Les dirigeants comptent sur la présence de nombreux supporters.

Et pour renouer avec la tradition, les joeurus et les dirigeants donnent rendez-vous dimanche après le match au "QG" du club à la brasserie des Jacobins pour "refaire le match" et partager cette même passion du rugby à XIII.

Share this post


Link to post
Share on other sites
45 à 0 : L'ASC impitoyable pour son dauphin

Le 19 octobre à 6h00 par Pierre Artozoul lindependant.fr

les-canaris-qui-evoluaient-en-rose-n-ontLes Canaris, qui évoluaient en rose, n'ont fait qu'une bouchée de Villeneuve. PHOTO/Photo Claude Boyer

Carcassonne a atomisé Villeneuve (45-0) confortant son rang de leader dans son fief de Domec.

Les jeunes villeneuvois n'ont pas pesé bien lourd face au leader invaincu. En effet, mis à part lors des toutes premières minutes de jeu, durant lesquelles ils firent quelque peu illusion, ils furent ensuite totalement dépassés par la puissance et le rythme imposés par les locaux. Dans un premier temps, les Audois se faisaient pourtant remarquer par un nombre incalculable de fautes. Toutefois, les choses allaient vite rentrer dans l'ordre puisqu'il appartenait à Pelo d'ouvrir la marque après un bon travail préparatoire conjoint de Sabri et Grésèque. Dans la foulée, Rouanet jouait les filles de l'air dans une défense qui commençait à donner des signes de faiblesse pour, avec l'aide de la botte de Grésèque, donner douze points d'avance à son équipe au quart d'heure de jeu.

 

Le ton était donné, il n'allait pas baisser d'un pouce. Bien au contraire. Alexis Escamilla, en bout de ligne, Towers, sur un exploit personnel, à nouveau A. Escamilla, au terme d'une attaque générale promptement déployée, creusaient encore l'écart (28-0). Pour se mettre hors de portée d'un opposant certes valeureux mais qui ne tirait pas hier soir dans la même catégorie que son hôte. Plus rien ne devait toutefois être marqué jusqu'à la pause. A la reprise, les Carcassonnais tardaient un peu à retrouver leurs marques. Ce dont tentaient de profiter les Lot-et-Garonnais. Malheureusement pour eux, Zava tombait le ballon au moment d'aplatir.

Bien qu'ils soient gavés de ballons, ils se heurtaient toujours à l'intransigeance de la défense ascéiste. Comme lors du premier acte, les 'jaune et noir' (qui pour l'occasion évoluaient en rose) retrouvaient leurs esprits en même temps que leur rugby. Pour le plus grand bonheur de Guiraud qui s'illustrait victorieusement à trois reprises. Tout d'abord au terme d'une échappée dans le fermé. Puis à la réception d'un ballon joué au pied à la limite de l'en-but. Et enfin après un long débordement. La cité n'a pas vacillé. Domec reste citadelle imprenable.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aude Cathare XIII : la tournée des nouveaux dirigeants

 

Publié le 22/10/2014 à 03:47 , Mis à jour le 22/10/2014 à 07:49 Rugby à XIII201410220871-full.jpg
Tous les dirigeants des trois équipes audoises ont porté sur les fonts baptismaux l'équipe audoise Aude Cathare XIII. Photo DDM D.D.
zoom.png

Les principaux dirigeants des trois clubs de rugby à XIII audois ont officialisé la naissance d'Aude Cathare XIII. Cette nouvelle formation sera composée de joueurs des trois clubs audois. Il y a longtemps dans l'Aude que l'on nourrit le secret espoir de faire comme les Dragons catalans, mais l'esprit de clocher faisait avorter à chaque fois le projet. Là, il semblerait, que l'on ait passé la vitesse supérieure. Beaucoup ont compris que pour exister le rugby à XIII avait besoin d'élever le niveau.Reste à savoir quels seront les résultats de cette nouvelle équipe ? Et surtout si elle ne va pas handicaper les effectifs des clubs de l'Élite. Il ne faudrait pas déshabiller ces clubs pour habiller cette formation départementale Aude Cathare XIII.Les instances du XIII audois sont en train de promouvoir dans le cadre d'un périple de présentation, après Lézignan, Limoux et Carcassonne, la naissance de cette équipe départementale avec la bénédiction de tous les clubs treizistes audois et de leurs dirigeants.

F.P. ladepeche.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,I hope to be over in Perpignan for a Catalan game in March and would be keen to take in an Elite I or 2 game as well.The fixtures are available until January but I'm not sure what would be scheduled for March.The plan is to be based in Perpignan and to travel to a Sunday game if possible?Can anyone help?

Merci Beaucoup,

Pierre

Share this post


Link to post
Share on other sites
L'arbitre a vécu 3 coupes du monde

 

 

Publié le 10/12/2014 à 03:50 , Mis à jour le 10/12/2014 à 08:27 Rugby XIII - Amateurs - Tarn - Portrait. Thierry Alibert, ancien arbitre international.201412101485-full.jpg
Thierry Alibert en Super League.
zoom.png

Comme on dit aujourd'hui : il n'est pas de ceux qui se la jouent. Humble, modeste, très accessible, Thierry Alibert, 43 ans, n'est pas de ceux qui veulent attirer sur eux les feux de la rampe.

Pourtant, ce Lescurien pur sucre, qui a traversé le Tarn pour s'établir à Saint-Juéry, à peine à trois kilomètres du lieu de son enfance, a connu un destin assez extraordinaire dans son sport de prédilection, le rugby à XIII.Il est en effet devenu arbitre international, avec 3 Coupes du Monde à son actif.

Thierry, comment êtes vous venu au rugby à XIII?

J'allais à l'école à Lescure. Jeannot Carayon (qui a fondé le club en 1964), n'était pas mon instituteur, mais dans la cour de l'école, il était un redoutable sergent-recruteur! J'avais 7 ans. On s'entrainait sur l'ancien terrain Jean Vidal, où se trouvent aujourd'hui les courts de tennis.

Jusqu'à quel âge avez vous joué?

Jusqu'en juniors, où je me suis cassé le bras gauche à l'entrainement. Un an de rééducation, çà marque, quand on n'a pas encore 20 ans. Comme physiquement, je n'avais pas la morphologie pour faire un joueur de haut niveau, et que j'avais déjà touché à l'arbitrage, j'ai continué dans cette voie. Le lendemain de mon accident, je devais débuter comme arbitre de touche pour le match Saint-Estève- XIII Catalan, quelle déception!

Quand avez vous pu reprendre?

La saison suivante, en 1990. J'ai arbitré de la fédérale : Saint Pierre de Trivisy-Puygouzon, un sacré derby! Après 1 an de fédérale, j'ai fait une saison en Elite 2, puis j'ai attaqué l'Elite 1 par XIII Catalan-Villeneuve.

Et quand est venue la consécration internationale?

En 94, des matches universitaires, en 97 des matches amicaux, et en 2000, ma première Coupe du Monde en Angleterre. A partir de là, j'étais le N°1 français, j'avais 29 ans. J'ai fait 3 Coupes du Monde : Australie en 2008, et donc Angleterre en 2000 et 2013.

Il arrive que le métier d'arbitre soit dangereux?

- J'ai connu une très grave blessure à Lézignan où, aveuglé par le soleil, je me suis télescopé avec un joueur. C'était en 2007, j'ai eu une dent cassée, une arrachée, la lèvre fendue.J'en termine seulement aujourd'hui avec la pose d'un dernier implant .

MF. ladepeche.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII / Elite : L'AS Carcassonne doit se relancer

Le 11 décembre à 6h00 par Jean-François Albert ladepeche.fr

apres-la-1re-defaite-contre-les-baby-draAprès la 1re défaite contre les Baby Dracs, une réaction ? PHOTO/Ch. B.

Après le premier revers, les canaris vont à Villeneuve.

  • Une première défaite !

Il fallait bien que cela arrive, les canaris ont chuté. Cela étant dit, ils n'ont pas forcément été battus par plus forts qu'eux mais ils ont redécouvert que dès qu'une équipe ne met pas l'investissement nécessaire, elle est sanctionnée. Le déplacement à Villeneuve, qui devait être dans la lignée de tous les voyages dans le Lot, extrêmement compliqué, va leur donner une belle occasion de se racheter. Les Léopards, qui ont la fâcheuse habitude de contrarier la marche de l'ASC, sortent d'une performance très probante du côté de Palau. Il y a fort à parier que leurs griffes et leurs crocs seront affûtés !

  • Juniors au repos forcé

Prévus en ouverture, les juniors auront fait les frais de la météo ! Afin de préserver le terrain, ils ont vu leur rencontre reportée à une date ultérieure. Dimanche, ils effectueront le voyage avec l'équipe 1 du côté de Villeneuve où ils devraient être attendus de pied ferme. En cas de victoire, les protégés du duo Gagliazzo/Banquet seraient idéalement placés en vue de la poule des as.

  • En bleu, blanc, rouge !

Anthony Delgado et Vincent Albert auront l'honneur de porter la tunique tricolore des U18 pour affronter les Schoolboys australiens le jeudi 18 décembre à Toulouse ! Ces deux espoirs ont gagné leur place lors du dernier stage de Perpignan.

  • Deux cadets déjà champion de France

Ludovic Artiga et Georgy Gambaro faisaient partie de l'équipe de la Ligue Languedoc-Roussillon (cadet) qui a remporté le titre de champion de France Ligue 2014-2015. Ludovic au talonnage et Georgy au centre ont été une fois encore performants. Ils seront candidats pour l'équipe de France U16 d'ici quelques mois.

  • Du côté des blessés

Florent Rouanet et Amar Sabri devraient être selon toute vraisemblance du voyage sur les bords du Lot. Christophe Moly a repris les entraînements mais la douleur est toujours persistante. Il devrait par conséquent patienter afin d'être à nouveau à 100 % de ses capacités. Alexis Escamilla, victime d'une fracture du nez samedi, est largement incertain. Teddy Sadaoui et Lilian Albert poursuivent de leur côté les soins en faisant preuve de patience

Share this post


Link to post
Share on other sites

XIII - Elite 1 : Limoux s'offre le leader Carcassonne

Le 22 décembre à 6h00 par Rapha Bueno lindependant.fr

limoux-s-offre-le-leader_496256_516x343. PHOTO/Studio Guillaume

Limoux a infligé à l'ASC sa deuxième défaite de la saison. Les Blanquetiers ont fait la différence en seconde période au prix d'une fantastique remontée.

L'ASC était venue confirmer à Limoux son statut de leader et l'a démontré dès l'entame. C'est Soubeyras qui est chargé de débloquer le compteur sur un décalage parfait de Taurin, puis c'est au tour de Grésèque de décocher un coup de pied rasant et parfait pour Anderson (0-10). Les locaux vont rapidement réagir à l'image de Murcia qui place Ivan dans un intervalle gagnant avant que Albérola n'embarque toute la défense au raz du tenu (12-10). Les deux équipes font feu de tout bois et le spectacle est au rendez-vous à l'image de Towers qui enclenche le turbo pour déposer toute la défense. Du tac au tac, Alexandre Bourrel n'est pas mal non plus dans un numéro qui affole les derniers défenseurs adverses (18-16). A ce jeu, les Blanquetiers vont craquer les premiers. Grésèque reprend les cartes en main à cinq minutes de la pause et s'offre un exploit personnel avant que, au terme d'une belle attaque classique, Taurin ne plonge en coin avant cloche (18-26).

Limoux avec le cœur

De retour des citrons, les Canaris continuent à accélérer et Canet termine une magnifique attaque d'une chistera pour Anderson (18-30). On pense que les jeux sont faits mais les Blanquetiers ont décidé de marquer ! Avec quatre juniors dans leur moteur, les hommes de Murcia vont s'atteler à une remontée fantastique. C'est d'ailleurs le capitaine Murcia, comme toujours, qui va donner le la avec précision d'un coup de pied bien repris par Bourrel qui trouve Garrouste au soutien pour casser la ligne avec autorité (22-30). Limoux insiste toujours et Jones plonge le premier dans l'en-but suite à son propre coup de pied. Les Limouxins déplacent bien le jeu, allument quelques mèches et quand Ivan, d'une longue passe, trouve Magella bien seul dans son couloir, tout le monde commence à y croire (32-30). L'ASC n'a plus rien marqué depuis la reprise. Piquée au vif, elle se doit de réagir mais va confondre vitesse et précipitation devant une défense limouxine héroïque. Murcia, avec sérénité, sonnera la fin des débats d'un drop au cordeau mettant fin à un derby haut en couleurs (33-30). Limoux s'offre une victoire de prestige aux dépens du voisin carcassonnais.

------------------------

Fiche technique

A Limoux (Stade de l'Aiguille). Mi-temps: 18-26. Arbitre: M. Ségura Spectateurs: 2 500.

Pour Limoux : 6 essais Ivan (12) Albérola (16), A. Bourrel (26) Garrouste (51), Jones (60) Magella (68), 4 transformations Murcia (12, 16, 26, 60), 1 drop Murcia (77).

Pour Carcassonne : 6 essais Soubeyras (6) Anderson (9, 44) Towers (23) Grésèque (36) Taurin (39), 3 transformations Grésèque (9, 23, 36).

LIMOUX : A. Bourrel, Magella, Mayans, Garrouste, Beteille, (o) Jones, (m) Murcia, Alaatola, M. Alberola, Martins, Ivan, Rouch, Teixido. Sont entrés: Torreilles, Barbaza, Dominguez, Grandjean.

CARCASSONNE : Towers, A. Escamillas, Taurin, Anderson, Soubeyras, (o) Grésèque, (m) P.L. Bourrel, Pelo, Nicol, Bemba, Rouanet, B. Escamilla, Sabri. Sont entrés: Pau, M. Péault, Canet, Percheron.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Villeneuve-sur-Lot : un budget à la baisse pour sauver les Léopards
Publié le 31/12/2014 à 06h00 , modifié le 31/12/2014 à 09h29 par
La situation financière du club nécessite de faire des économies substantielles.1782917_8001562_800x400.jpg?v=1Une assemblée pour « prendre les bonnes résolutions de 2015 avec un peu d’avance ! » © Photo
photo B.T.
U

ne assemblée générale entre les fêtes… Une date inhabituelle pour le Villeneuve Rugby League réuni lundi soir, dans la salle des mariages de la mairie. C'est Patrick Maury, l'expert-comptable du club qui en endossait la responsabilité. C'est son rapport financier qui constituait l'intérêt de cette assemblée. En redressement judiciaire depuis le 26 septembre dernier, le club s'est donné un peu d'air. Il est en période d'observation jusqu'au 27 février prochain. « C'est en 2007, que le club aurait dû prendre cette décision, précisait Patrick Maury, les interventions de Jérome Cahuzac pour aider le club à trouver des sponsors ou par l'aide de sa réserve parlementaire avaient permis une nette réduction du déficit de l'époque. »

Publicité

Procédure contentieuse

Et de poursuivre : « Malheureusement, ce n'est plus le cas. Et une masse salariale trop importante a fait repartir ce déficit. Le club vit dans un environnement assez particulier, c'est sa dette sociale (100 000 euros) qui est la plus importante et bien sûr difficile à négocier. En conformité sur le plan fiscal, le club a vu son budget exploser il y a quelques années, les ressources n'ont pas suivi. Il y a une procédure contentieuse en cours avec l'Urssaf, rien d'anormal, quand vous déclarez, vous êtes contrôlés, ce qui est loin d'être le cas dans beaucoup d'associations de la taille de Villeneuve XIII qui restent sur un modèle économique plus discret ».

Avec un passif net de 130 000 euros, Villeneuve Rugby League a revu son budget à la baisse, avec une réduction de sa masse salariale de 25 % afin de sortir un compte d'exploitation positif. « Nous ne nous réjouissons pas de cette situation, avouait Marie-Christine Albinet, l'adjointe aux sports, nous continuerons à soutenir le club (la subvention de 66 000 euros pour 2015 sera maintenue). La politique présentée, avec de jeunes joueurs va dans le bon sens ». Alain Soubiran, vice-président du Conseil général, mettait l'accent sur la valeur éducative et sociale qui pourrait bien être un des saluts du club. Pour l'expert judiciaire Benoît Berger, qui accompagne Michel Thiolat pour traverser cette période de turbulences, « il est trop tôt pour se prononcer, attendons l'audience de février où nous présenterons les premiers résultats après le redressement judiciaire ».

Sortir de l'ornière

Avec un budget passant de 426 000 à 350 000 euros, plus en rapport avec l'environnement économique de la ville, un public qui retrouve le chemin de Max Rousié, le club pionnier se donne toutes les chances de sortir de l'ornière. Le coût de l'apurement du passif représenterait une charge annuelle inférieure à 15 000 euros, rien d'insurmontable d'autant que la célébration des 80 ans en juin prochain pourrait servir de nouveau tremplin.

Un groupe de travail constitué d'inconditionnels de la cause treiziste devrait voir le jour en tout début d'année afin de donner au club les moyens de ses ambitions. En début de séance, Josy Lombard rappelait lors de la lecture du rapport moral « le bon parcours des Léopards en championnat, ne s'inclinant qu'en demi-finale, avec les honneurs, face à Toulouse et remportant le titre de champion de France de Rugby à VII quelques jours plus tard ». La flamme vacille mais ne s'éteint pas.

 

sudouest.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rugby à XIII : Paul Marcon, défaitiste philosophe
  • Mise à jour le 15 janvier 2015 à 18:00 | Par Claire Gaveau voxstadium.fr
Paul-Marcon.jpg
Avec les juniors du TO, Paul Marcon a remporté le championnat de France et la Coupe de France au terme de la saison 2013/2014 (© Eva Deroualle) Comme Valentin Yesa, Paul Marcon a disputé sa dernière rencontre en équipe de France U19 face à l’Australie, le 15 décembre dernier. Il incarne la nouvelle génération du rugby à XIII français, discipline bien méconnue dans l’Hexagone. Portrait de ce pensionnaire du Toulouse Olympique.

 

Paul Marcon fait du rugby à XIII depuis seulement six ans. Après s’être essayé au judo et au foot, il a opté pour la passion familiale. « Une révélation » avoue t-il. Le choix du rugby à XIII s’est imposé, étant la seule possibilité à Tonneins (Lot-et-Garonne), ville où il a grandit. Eu dehors du rugby, le jeune joueur fait un IUT de gestion des entreprises et administrations, avec des horaires aménagés. Une formation qu’il obtiendra en trois ans au lieu de deux. Mais pour lui, pas de fossé par rapport à ses camarades de classe. «  Je me sens comme les autres, mais avec des contraintes sportives. Je me sens tout de même plus proches de camarades également en formation sportive au TFC (Toulouse Football Club) ou au TOEC (Club de natation de Toulouse), car on a le même rythme ».

« Les heures d’entraînement valent le coup, parce que nous vivons des moments uniques »

Paul Marcon

Ses 20 heures d’entrainement par semaine, « elles valent le coup, parce que nous vivons des moments uniques comme le match d’hier. Représenter son pays et porter le maillot de l’équipe de France, ça n’est pas donné à tout le monde ».

Omettant la défaite du 15 décembre face à l’Australie, Paul Marcon relativise : « On a fait une bonne performance, et on peut être fiers. C’était un match de haut niveau ». Il avoue également avoir versé une petite larme : « c’était un petit moment de nostalgie, le contexte était particulier car c’est une génération que l’on a suivi pendant quatre ou cinq ans ». Maintenant en équipe senior au Toulouse Olympique XIII, Paul rêve de la prochaine fois où il arborera le maillot bleu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le rugby à XIII "manque de médiatisation" pour Yohan Barthau

Par Jérémy Jeantet
Publié le 22/01/2015  à 17:59 sudradio.fr

L'ancien joueur du Toulouse Olympique, qui évolue aujourd'hui à Villeneuve-sur-Lot, estime que le manque de suivi médiatique du rugby à XIII est un frein à la progression du championnat de France.

Yohan-Barthau_image-carre130-0.jpg
©villeneuve13.com
Yohan Barthau

Invité de l'émission Rugby & Cie sur Sud Radio, Yohan Barthau a évoqué le niveau du championnat de France de rugby à XIII. 

"En France, le rugby à XIII est très local, a-t-il expliqué. On n’a pas la chance d’avoir des clubs un peu partout comme l’autre rugby et il manque de la médiatisation. Du coup, le niveau s’en ressent parce que la réserve de joueurs est forcément moins importante."

Un déficit de développement qui peut expliquer, selon lui, la différence de niveau avec la Grande-Bretagne, où les clubs sont professionnels : "Les Anglais ont un championnat professionnel alors que le notre est amateur. Du coup, on essaie de pallier cette différence avec l’équipe des Dragons Catalans, qui a intégré leur championnat depuis plusieurs années. Mais il faudrait 2 ou 3 autres équipes comme ça."

Aujourd'hui joueur de Villeneuve-sur-Lot, Yohan Barthau était du doublé coupe-championnat décroché l'an passé par le Toulouse Olympique. "La coupe n’avait jamais été gagnée dans ce club. Faire le doublé l’an dernier était donc forcément historique", a-t-il indiqué.

Possédant un statut amateur, il doit jongler entre les entraînements de rugby et sa carrière professionnelle : "Moi je travaille aussi à côté mais j’ai eu la chance de pouvoir intégrer une entreprise qui m’a donné la possibilité de pouvoir continuer mon sport en parallèle."

Share this post


Link to post
Share on other sites
L'ASC XIII en roue libre

 

 

Publié le 09/03/2015 à 03:52 , Mis à jour le 09/03/2015 à 07:45 Elite 1 - Carcassonne (11) - Poule des As201503092085-full.jpg
Un match qui a apporté une certaine délivrance aux Carcassonnais, même si la manière n'y était pas toujours./ Photos DDM, DD.
zoom.png

Petit derby, avec une victoire logique de l'équipe carcassonnaise, plus motivée. En aucun moment l'on n'a ressenti de l'intensité dans cette partie. Il faut dire qu'il n'y avait pas d'enjeu. Le FCL devra passer par les barrages pour se qualifier et l'ASC est suspendue, désormais, au résultat qu'elle ira chercher en terre catalane dans quinze jours.

En fait, les deux formations en présence, hier, pensaient plus à la demi-finale de la Coupe de France qui va les opposer, dimanche prochain, à Limoux, qu'au match auquel elles ont participé hier.

Il y avait des absents de part et d'autre et notamment à Carcassonne (Gresèque, Samson, Pau). Dans cette position, les deux équipes ont «gentiment» offert du rugby à XIII.

C'est Rouanet, dès la 5e minute, qui a mis un rayon de lumière. Bien lancé par Bourrel, il est allé sous les poteaux. Alexis Escamilla l'a imité (13e), puis Anderson, sur attaque classique (18e), si bien que le quart de jeu à peine passé, les locaux menaient déjà 16 à 0, grâce à deux transformations de Guiraud.

Réaction des adversaires (20e) par Deggan, puis par Poggi (27e) sur une percée de Stacul. La différence au score se resserrait, d'autant plus que le buteur lézignanais (Bouzinac) avait réussi les transformations.

La partie reprenait un peu d'intérêt, mais à la 32e minute, sur une belle action collective, Alexis Escamilla pour les locaux recreusait le trou par un essai transformé. À la pause (22-12), la partie semblait être jouée.

La seconde période l'a confirmé, avec un essai en force d'Anderson (48e) et un éclair de Towers (61e) qui transperça la défense adverse pour offrir un essai à Soubeyras. Barrau ajoutait une transformation. La cause était entendue et ce ne sont pas les deux essais de Grandjean qui firent trembler les Carcassonnais, assurés de tenir la victoire.

Il en sera tout autrement, la semaine prochaine, puisque les deux équipes vont se retrouver à Limoux pour la demi-finale de la coupe. L'ASC se présentera avec l'avantage de la domination d'hier, mais en coupe, sait-on jamais ?

CARCASSONNE 38 - 22 LEZIGNAN

Carcassonne (stade Albert-Domec). Temps doux. Pelouse sèche. Un millier de spectateurs. Arbitrage de M. Segura (Midi-Pyrénées).

MT : 22-12.

Pour Carcassonne : 7 essais de Rouanet (5e), Alexis Escamilla (13e, 32e), Anderson (18e, 48e), Soubeyras (61e), Towers (75e). 5 transformations de Guiraud (13e, 18e, 32e) et Barrau (61e, 75e).

Pour Lézignan : 4 essais de Deggan (20e), Poggi (27e), Grandjean (71e, 78e). 3 transformations de Bouzinac (20e, 27e, 71e).

Carcassonne : Towers ; Guiraud, Peacock, Alexis Escamilla ; (o) Soubeyras ; (m) Bourrel ; Sabri ; Rouanet, Anderson ; Pelo, Moly, Sadaoui. Sont entrés : Bemba, Bastien Escamilla, Canet, Percheron.

Lézignan : Deggan ; Ferret, Michau, Stacul, Poggi ; (o) Cooper ; (m) Grandjean ; Lignères ; Farlow, Négre ; Griffi, Liauzun, Ancely. Sont entrés en cours de partie : Bouzinac, Tisseyre, Tort et Bigat.

Towers, homme du match

À titre individuel, quelques-uns d'un côté comme de l'autre se sont mis en évidence. L'on peut citer Deggan Poggi ou Grandjean, à Lézignan, et Canet, Bemba et Toxers, chez les locaux.

L'homme du match dans cette grisaille de match restera quand même Luke Towers, l'arrière carcassonnais.

Puni par l'entraîneur la semaine dernière, après sa prestation d'il y a quinze jours à Toulouse, Towers a tout effacé, hier.

On lui doit de brillantes percées dans la défense adverse, mais surtout son coup d'éclat à la 61e minute. Il perce sur 30 mètres et sert royalement Soubeyras qui va sous les poteaux.

Luke Towers a montré là sa technique et sa vitesse. C'est un garçon qui court avec une telle puissance qu'il surprend tout plaquage.

Laurent Garnier, l'entraîneur, devait, d'ailleurs, reconnaître qu'il s'était bien racheté de sa contre-performance toulousaine. Il fera donc partie de l'ensemble ascéiste, dimanche, pour le déplacement à Limoux, afin d'y rencontrer à nouveau : Lézignan. Cette fois pour le compte de la demi-finale de la Coupe de France.

L'ASC, pour l'heure reste qualifiée sur les deux tableaux : championnat et coupe, avec un effectif presque au complet. Maxime Gresèque, qui a suivi la rencontre d'hier des tribunes, parce que blessé, effectuera son retour. Deux autres absents pourraient, aussi, revenir : Samson et Pau.

Ainsi, forte de tout son monde, l'ASC nourrit le secret espoir d'atteindre ses ambitions. Mathieu Monier et Jean Guilhem, les deux coprésidents ont placé la barre haut : le titre et la coupe. D'ici à la fin du mois de mars, l'on y verra plus clair !

Michel Sawas ladepeche.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Toulouse marque son territoire

 

 

Publié le 09/03/2015 à 07:14 Elite 1 - Rugby à XIII. Championnat. Le tenant du titre «remet les pendules à l'heure»201503092406-full.jpg
Les Toulousains ont été impitoyables avec les Catalans (ici Ambert pris dans la tenaille formée par Ader et White)./ Photo DDM, M. Viala
zoom.png
Poule des As Toulouse : La preuve par neuf

Samedi, ils étaient plus de trois mille spectateurs à assister au match au sommet de la poule entre le Toulouse-olympique et Saint-Estève/XIII catalan. Ils ont assisté à une véritable démonstration du champion en titre qui a signé son plus large succès de la saison (52-8 ; neuf essais !) face à un adversaire qui l'avait doublement battu précédemment en championnat et en Coupe.

856567.gif

Le TO a magnifiquement dominé son sujet avec à la baguette le duo Jonathon Ford (ouvreur)-Mark Kheirallah (arrière) auteur de vingt points (huit transformations ; un essai). Le capitaine et meneur d'hommes Sébastien Planas a également pesé d'un poids décisif sur la rencontre. Il a gaillardement mené sa formation vers le succès.

Le champion 2014 a désormais son billet pour les demi-finales en poche et sur ce qu'il a démontré samedi, il peut espérer conserver son bouclier.

Carcassonne le sursaut

Après la «gifle» toulousaine lors de la précédente journée à Albert-Domec, l'ASC a bien rebondi en venant à bout de son voisin des Corbières, Lézignan (38-22). Ce dernier avait peut-être l'esprit déjà tourné vers la demi-finale de Coupe de France de la semaine prochaine où ils retrouveront, à Limoux, la même ASC…

À la faveur de ce succès, les Carcassonnais ont repris la deuxième place à Saint-Estève/XIII catalan mais n'ont pas pour autant «poinçonné» leur billet pour les demies. Ils devront réussir une perf lors de l'ultime journée au cours de laquelle ils se rendront à Saint-Estève pour en découdre avec la réserve des Dragons.

Poule 2 : Limoux leader

Vaincu à l'aller, Limoux a pris sa revanche à l'Aiguille face à Palau (28-9). Ce succès permet aux Audois de prendre la tête de la poule. Une tête de gondole qu'ils devraient conserver grâce à un goal-average favorable. Dans l'autre opposition, Albi a signé son premier succès de la saison face au voisin villefranchois (38-6).

Poule 3 : Avignon toujours invaincu

Dans cette seconde phase, toutes poules confondues, Avignon est la seule équipe invaincue. Hier, les Vauclusiens n'ont pas gagné, mais ils ont partagé les points face à Villeneuve (24-24). Un nul qui leur assure la première place de la poule.

Dans l'autre opposition, Lescure s'est imposé à Baho (28-22). Une victoire qui fait des Tarnais les favoris pour le titre national du deuxième niveau.

D. N. ladepeche.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Carcassonne: Vent de fronde et réunion de crise à l'ASC XIII

Le 02 avril à 6h00 par Antoine Carrié lindependant.fr

l-garnier-reste-persuade-qu-il-n-y-a-pasL. Garnier reste persuadé qu'il n'y a pas de "fracture". PHOTO/N. A.-V.

Les joueurs de la 'Une' ont fait l'impasse sur l'entraînement de mardi. Un choix fait sur fond de tensions avec l'entraîneur L. Garnier.

L'incroyable série inaugurale de dix succès avait, à l'automne 2014, laissé croire à une historique saison pour l'ASC XIII. Le premier revers de la saison, subi à Domec en décembre dernier, a malheureusement préfiguré d'autres désillusions. En deux petites semaines, le club recordman des titres de champion de France et de victoires en coupe, a ainsi perdu les matchs qu'il ne fallait pas perdre : une demi-finale de coupe Lord Derby, d'abord, contre Lézignan ; puis un dernier match de poule, à Saint-Estève.

Bureau, joueur et staff réunis hier soir

Le week-end des 18 et 19 avril, l'ASC jouera donc sa place en demi-finale à quitte ou double, contre Palau ou Avignon. Une échéance proche qui n'a pas empêché les joueurs de décider de ruer dans les brancards.

Mardi soir, l'équipe 1 a choisi de ne pas participer à l'entraînement traditionnellement programmé en fin d'après-midi. Un 'boycott' que l'entraîneur Laurent Garnier préfère interpréter comme une saine réaction : "Le groupe sait qu'il ne 'performe' pas. Les joueurs ont pris la décision d'organiser une réunion, de se parler entre eux. Le groupe a le pouvoir, il l'a toujours eu." Mais à l'heure d'évoquer cette fracture entre joueurs et staff, l'entraîneur pondère : "On se dit les vérités, et j'ai parfois des manières triviales de l'exprimer, oui. Quand on perd, certains problèmes peuvent apparaître. Mais pour moi, il n'y a pas de dissonance, pas de fracture, pas de putsch. Quand on a enchaîné les victoires en début de saison, c'était la 'faute' de tout le monde. On fait une des meilleures saisons de l'ASC depuis cinq ans, même si on perd les matchs importants. Mais aujourd'hui, si ça tourne un peu moins bien, c'est aussi la faute de tout le monde."

L'avis ne semble pourtant pas être partagé par l'ensemble du groupe. Entre méthodes trop directives, exigence d'une implication jugée démesurée et mise à l'écart de cadres, les griefs seraient légion.

Tant et si bien que la direction du club avait choisi mercredi de convoquer une réunion de crise au siège, à 19 h. Un rendez-vous dont Jean Guilhem, coprésident, attendait des "explications. Je suis impatient d'entendre tout le monde". En évoquant clairement cette rupture que Laurent Garnier minore : "Je ne pensais pas que la mésentente était aussi forte et que le désaccord était aussi sérieux."

Bureau directeur, joueurs et staff sont ainsi attendus pour crever l'abcès. En espérant que cette soirée autorise l'ASC à finir la saison comme il l'avait commencée. Une série de trois matchs gagnés suffirait cette fois à son bonheu

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...